9.3 C
Bruxelles
jeudi, le 2 février 2023

Le processus de réconciliation coréen mené par les églises lie «l'histoire et la mémoire»

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

(Photo : Église presbytérienne de la République de Corée, 2020.)Convocation de la paix et marche à la DMZ entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

La guerre qui a éclaté dans la péninsule coréenne il y a 70 ans pour diviser la Corée n'a pas encore pris fin, donc plus de prières et de discussions sont nécessaires pour sensibiliser sur la voie de la réconciliation et de la coexistence pacifique dans la nation divisée, pensent les églises.

Les relations entre les nations qui ont été impliquées dans cette guerre et sont parfois engagées à essayer de résoudre l'impasse qui existe, vont et viennent avec des signes positifs qui émergent cette semaine.

La Corée du Sud a déclaré le 22 août avoir eu des entretiens avec le plus haut diplomate chinois sur le commerce, la dénucléarisation et la réponse au coronavirus, lors de la première visite d'un haut responsable de Pékin depuis que la pandémie de COVID-19 a éclaté à la fin de l'année dernière, a rapporté l'agence de presse Reuters.

Yang Jiechi, membre du Politburo du Parti communiste chinois, a rencontré le nouveau conseiller à la sécurité nationale de la Corée du Sud, Suh Hoon, dans la ville portuaire méridionale de Busan, a annoncé le gouvernement sud-coréen.

Les pourparlers ont eu lieu après que la pandémie de COVID-19 ait sapé les échanges bilatéraux et bloqué les négociations de dénucléarisation impliquant la Corée du Nord.

Le 14 août, le Conseil oecuménique des Eglises avait publié La lumière de la paix : Églises solidaires avec la péninsule coréenne, une collection de ressources que les Églises membres peuvent utiliser pour reconnaître 70 ans de conflit non résolu dans la péninsule coréenne.

Il note que « la division de la Corée a été suivie de la guerre de Corée. Certains des soldats qui ont servi sont encore en vie.

"L'histoire, la mémoire et le récit sont tous interconnectés avec des dimensions distinctes, impliquant un voyage herméneutique lié au contexte des processus et des événements qui se sont produits pour un peuple sur une période prolongée", a déclaré le révérend Hong-Jung Lee, secrétaire général de la Conseil national des Eglises de Corée.

RÉCONCILIATION ET COEXISTENCE PACIFIQUE

« En tant qu'artisans de la paix, nous nous souvenons et interprétons cette période comme une période d'amélioration de la capacité du peuple à la guérison, à la réconciliation et à la coexistence pacifique. »

Dans la préface du livre, le révérend Sang Chang, président du COE Asie, indique qu'il est temps pour la péninsule coréenne d'embrasser la vie de réconciliation et d'unification.

"Ce livre retrace les 70 ans de l'histoire coréenne moderne, offrant un contexte historique et géopolitique sur la division de la Corée", écrit Chang.

Elle dit que cela inclut « les significations spirituelles et théologiques des initiatives œcuméniques mondiales pour la paix et la réunification dans la péninsule coréenne ».

"Chaque chapitre favorisera une prise de conscience de la douleur et de la souffrance causées par les 70 ans de guerre de Corée, animée par des histoires personnelles, des interviews et des prières, en commençant par une réflexion spirituelle qui sert d'introduction théologique au chapitre."

La guerre de Corée s'est déroulée de 1950 à 1953, mais les combats n'ont cessé qu'avec un armistice et un traité de paix n'a pas encore été signé.

Au moins trois millions de personnes seraient mortes dans les combats et des familles ont été déchirées par la division du pays.

Lee a demandé la poursuite des prières pour parvenir à un règlement pacifique final sur la péninsule coréenne.

« Nous essayons de développer une herméneutique de paix d'un peuple afin que nous puissions témoigner de la souveraineté de Dieu sur l'histoire : nous confessons que Dieu recréera une péninsule coréenne guérie et réconciliée avec la plénitude de vie pour tous.

ÉTAPES PRATIQUES POUR ÉLIMINER LA MENACE

Dans l'introduction, le révérend Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du COE, exhorte les chrétiens à prendre de nouvelles mesures audacieuses pour la paix.

« Il est temps de trouver des moyens de prendre de véritables mesures pratiques pour éliminer la menace permanente de guerre, pour une coexistence pacifique sur la péninsule coréenne et, finalement, pour la réunification du peuple coréen longtemps divisé », écrit-il.

Le livre note : « Les gens du Nord et du Sud sont devenus des étrangers hostiles les uns envers les autres, profondément déformés par une conscience et une culture de la guerre froide.

« En conséquence, la péninsule coréenne est maintenant plongée dans le bourbier du complexe militaro-industriel mondial de destruction massive à une échelle apocalyptique. »

Le chef d'église sud-africain, le révérend Frank Chikane, modérateur de la Commission du COE des Églises pour les affaires internationales, déclare dans le livre : « Il est important de reconnaître que des endroits comme la péninsule coréenne sont victimes de l'histoire, de la géopolitique du monde et des intérêts différents qui n'ont rien à voir avec les intérêts des Coréens, tant au Nord qu'au Sud.

« Si les acteurs mondiaux continuent de défendre leurs intérêts aux dépens des Coréens dans la péninsule, nous devons aider les Coréens à se mettre d'accord sur leur propre accord de paix, mettant fin à la guerre entre eux », a-t-il déclaré.

Suite à une consultation œcuménique initiée par le COE à Tozanso, au Japon, en 1984, le mouvement œcuménique a joué un rôle important à travers la prière, la coopération pour la réconciliation, le dialogue et la réunification pacifique.

Du 1er mars au 15 août 2020, le COE, en collaboration avec le Conseil national des Églises de Corée, a observé une campagne mondiale de prière, « Nous prions, la paix maintenant, mettons fin à la guerre ».

Dans le cadre de la campagne, le COE a partagé des prières et des histoires commémorant 70 ans depuis le début de la guerre de Corée, invitant les Églises du monde entier à se joindre aux prières pour la Corée.

La Lumière de la paix sera traduite en coréen par le Conseil national des Églises de Corée.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles