9.9 C
Bruxelles
jeudi, le 2 février 2023

Le président malien démissionne après des mois de tension

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Par le P. Benoît Mayaki, SJ

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a annoncé sa démission quelques heures après que lui et le Premier ministre Boubou Cissé aient été arrêtés par des soldats mutins.

Le président et le Premier ministre maliens, âgés de 75 ans, ont été arrêtés mardi dans la capitale, Bamako. Cela faisait suite à des mois de protestations massives appelant à la démission de Keita trois ans avant la fin de ce deuxième mandat présidentiel.

Keita a annoncé sa démission mardi soir via le diffuseur national ORTM, expliquant qu'il n'avait d'autre choix que de se retirer pour éviter une effusion de sang. Il a également dissous l'Assemblée nationale et le gouvernement du pays.

"Pendant sept ans, j'ai avec beaucoup de joie et de bonheur essayé de remettre ce pays sur pied", a déclaré Keita. « Si aujourd'hui certaines personnes des forces armées ont décidé d'y mettre fin par leur intervention, ai-je le choix ? Je dois m'y soumettre car je ne veux pas que le sang soit versé.

Suite à son annonce, le Conseil de sécurité de l'ONU a prévu une réunion à huis clos mercredi pour discuter de l'évolution de la situation dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Contexte

Le Mali a été embourbé dans des troubles politiques ces derniers mois, le président Boubacar Keita subissant des pressions accrues de la part du Rassemblement des forces patriotiques (M5 RFP) d'opposition pour démissionner.

Keita est devenu président en 2013 et a été réélu en 2018. Cependant, son deuxième mandat a été éclipsé par des allégations de corruption, d'incompétence et de mauvaise gestion du gouvernement. économie

Les récentes manifestations ont été déclenchées par une décision controversée de la Cour constitutionnelle du pays d'annuler les résultats de 31 élections législatives qui ont eu lieu en mars, en faveur du parti du président Keita. Depuis le début des manifestations en juin, au moins 14 personnes ont été tuées selon les Nations Unies.

La pression des manifestants a poussé Keita à annoncer un remaniement de la Cour constitutionnelle du pays le mois dernier.

Efforts de paix

En juillet, le parti d'opposition M5 RFP a rejeté une proposition d'une délégation de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) appelant à la démission des 31 députés contestés et à la tenue de nouvelles élections législatives. La CEDEAO a également appelé à la création d'un gouvernement d'union qui comprendrait des membres de l'opposition insistant pour que Keita ne soit pas contraint de démissionner.

Les chefs religieux se sont également fait entendre dans leurs appels à la paix dans le pays. Suite aux manifestations de plus en plus violentes du mois dernier, l'archevêque de Bamako, le cardinal Jean Zerbo, le président du Haut Conseil islamique, Cherif Ousmane Madani Haidara et le président de l'Association des groupements et missions de l'Église protestante évangélique au Mali (AGEMPEM), le révérend Nouh Ag InfaYattara a appelé au calme et à la réconciliation entre les citoyens.

Le cardinal Zerbo, dans son appel à la nation, a déclaré que la nation ne méritait pas ce qui lui arrivait et a pleuré la mort des personnes tuées lors des manifestations.

L'UA, l'UE et l'ONU réagissent

Les dirigeants mondiaux et régionaux ont également condamné la démission forcée de Keita. 

La déclaration du porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a noté que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé au "rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel et de l'état de droit au Mali". Il a également appelé à la libération immédiate et inconditionnelle d'Ibrahim Boubacar Keita et des membres de son cabinet.

L'Union européenne a également condamné l'insurrection. Dans un communiqué publié mardi, le bloc a déclaré qu'il «condamne fermement la tentative de coup d'État en cours au Mali et rejette tout changement anticonstitutionnel. Cela ne peut en aucun cas être une réponse à la profonde crise socio-politique qui ronge le Mali depuis plusieurs mois.

Egalement, le Président de la Commission de l'Union Africaine, Moussa Faki Mahamat a publié un déclaration appelant à la libération de Keita, le Premier ministre, et d'autres membres du gouvernement. Il « rejette fermement toute tentative de changement anticonstitutionnel de gouvernement au Mali et appelle les mutins à cesser tout recours à la violence ».

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles