7 C
Bruxelles
Sunday, Février 5, 2023

Groupe nigérian de défense des droits : « Le gouvernement doit servir tous les citoyens »

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Par le P. Benoît Mayaki, SJ

Le Nigeria est le pays le plus peuplé d'Afrique et la plus grande démocratie du continent. Abritant environ 200 millions de personnes, elle est dotée d'abondantes ressources humaines et naturelles, avec un riche mélange de plus de 250 groupes ethniques et plus de 500 langues parlées.

Récemment, cependant, le nord du Nigéria a connu une augmentation des cas d'attaques violentes et une escalade des actes de terrorisme. La partie sud de l'État de Kaduna, en particulier, a été l'épicentre d'une série d'attaques, dont au moins trois se sont produites rien qu'en juillet. La région du nord-est du Nigeria a également été en proie à des attentats terroristes perpétrés par l'extrémiste Boko haram organisation, qui a tué des milliers de personnes et déplacé environ deux millions de personnes. Ces différents facteurs, couplés à la pandémie de Covid-19 en cours, créent une situation sombre.

Dans une interview accordée à Vatican News, M. Emeka Umeagbalasi, président du conseil d'administration de la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociety), a parlé de la situation dans le nord du Nigeria, soulignant la nécessité d'un gouvernement pour tous, sans distinction d'appartenance ethnique. ou religion.

Née en 1969, Emeka Umeagbalasi est diplômée en études de sécurité et titulaire d'une maîtrise en études de la paix et résolution des conflits. Il est aussi un droits de l'homme militante et animatrice de la Coalition des organisations des droits de l'homme et de la démocratie (SBCHRO), un groupe de plus de vingt organisations de défense des droits et de la démocratie dans le sud-est du Nigéria. M. Umeagbalasi est également catholique.

La proximité du Pape François 

Le pape François, lors du discours de l'Angélus du samedi 15 août, a prié pour le Nigeria à la suite des violences et des tueries dans le nord du pays.

La Conférence épiscopale du Nigeria (CBCN), dans un communiqué daté du 8 août, s'est dite "fatiguée de cette situation" d'insécurité croissante, notamment dans le sud de Kaduna. Ils ont appelé à l'arrêt des tueries dans le pays et ont exhorté tous les chrétiens à se joindre à une prière de 40 jours d'un Notre Père, de trois Je vous salue Marie et d'un Gloire au Père chaque jour, se terminant le 1er octobre - Indépendance du Nigeria Jour.

Entretien avec Emeka Umeagbalasi

Pertes chrétiennes disproportionnées

"Le Nigeria est un pays d'environ cinquante pour cent de musulmans et de cinquante pour cent de chrétiens", a souligné Umeagbalasi, ajoutant que le pays compte également une multiplicité d'ethnies. Il est donc attendu qu'il soit « gouverné de manière laïque et pluraliste ». 

Cependant, a déclaré Umeagbalasi, les attaques du Boko haram des militants, des bergers peuls et d'autres groupes terroristes de la région "ont détruit plus de 17,000 2009 églises depuis XNUMX".

Pour remédier à cela, l'administration gouvernementale actuelle doit examiner ses fondements mêmes et ses motivations corporatives, pour déterminer si elle « en est venue à gouverner tout le monde indépendamment de la religion et de l'ethnie des citoyens », a-t-il déclaré.

« Le gouvernement peut revenir en arrière », a-t-il déclaré. "Le gouvernement peut retourner à la planche à dessin et repartir de la base, en réorganisant l'ensemble de l'establishment pour lui donner une image fidèle d'un Nigeria pluraliste". Pour que cela se produise, a-t-il expliqué, aucune faction ne devrait bénéficier d'un traitement préférentiel de la part du gouvernement.

Umeagbalasi a également salué le récent geste paternel du pape de prier pour le Nigeria, affirmant que "cela signifie que le pape n'est pas inconscient de ce qui se passe au Nigeria". 

Attaques du sud de Kaduna

L'État de Kaduna, foyer des récentes attaques, chevauche la division religieuse et ethnique du Nigeria.

Le nord de Kaduna est majoritairement musulman et haoussa-peul, tandis que le sud est majoritairement chrétien et peuplé de plusieurs groupes ethniques. Les relations entre le Nord et le Sud ont été tendues, en grande partie en raison de la concurrence pour les ressources et des tensions de nature politique. Malheureusement, ces tensions se sont parfois traduites par des violences.

La série d'attaques récentes, selon Umeagbalasi, fait partie d'un tableau plus large. Il a souligné que, si les attaques récentes se concentrent actuellement sur le sud de Kaduna, d'autres États ont également subi des attaques violentes. Il a donné l'exemple des États du Plateau et de la Benue où, selon lui, 158 et 152 personnes ont été tuées respectivement. "Même Igboland où le christianisme est concentré n'est pas épargné", a-t-il ajouté.

Umeagbalasi a souligné que pour que la violence cesse dans le nord du Nigeria, le gouvernement doit répartir équitablement "la composition et la concentration de toutes les structures de sécurité publique et de police", et ne pas les confier aux membres d'un groupe ethnique ou d'une religion.

« Kaduna est composé d'environ soixante pour cent de musulmans et de quarante pour cent de chrétiens », a déclaré Umeagbalasi. Par conséquent, on s'attendrait à ce que « tous ces facteurs socioculturels particuliers se reflètent » dans le gouvernement et la sécurité de l'État.

Intersociété

La Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociety) a été fondée en 2008 avec la vision de faire campagne « vigoureusement pour la promotion et l'avancement de la démocratie, de la gouvernance responsable, de l'État de droit, des libertés civiles et de la sécurité et de la sûreté publiques ».

M. Umeagbalasi a déclaré qu'il espère que l'organisation qu'il dirige deviendra une voix formidable avec la capacité de représenter efficacement ce qui se passe dans le pays "aux niveaux local, national et international".

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles