-2.3 C
Bruxelles
Wednesday, Février 8, 2023

Michel de l'UE dit que la délocalisation n'est pas une solution miracle aux querelles migratoires

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Juan Sánchez Gil
Juan Sánchez Gil
Juan Sanchez Gil - à The European Times News - Surtout dans les lignes de fond. Reportage sur les questions d'éthique d'entreprise, sociale et gouvernementale en Europe et à l'international, avec un accent sur les droits fondamentaux. Donner également la parole à ceux qui ne sont pas écoutés par les médias généralistes.

L'Europe doit améliorer les procédures de migration à ses frontières extérieures, conclure davantage d'accords avec les pays étrangers et synchroniser les politiques d'asile dans le bloc avant de s'attaquer à l'épineuse question de l'accueil des demandeurs d'asile, a déclaré vendredi un haut responsable de l'UE.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui préside les sommets des dirigeants de l'UE, s'est entretenu avec Reuters et cinq autres agences de presse européennes alors que le bloc se prépare à repenser la réforme de ses lois sur l'asile en difficulté.

Le système s'est pratiquement effondré au milieu d'une vague d'arrivées de personnes fuyant la guerre et la pauvreté au Moyen-Orient et en Afrique, avec plus d'un million de personnes atteignant l'UE en 2015. Cela a alimenté le soutien aux groupes eurosceptiques et nationalistes, tout en contribuant à le Brexit.

"Ce n'est pas facile, c'est une question difficile et un sujet difficile", a déclaré Michel. "Commençons par quelques initiatives qui nous aideront à être plus efficaces et peut-être à diminuer la sensibilité politique de certains autres sujets."

Par ce dernier, il entendait des divisions profondes entre les 27 EU pays sur la façon de prendre soin des réfugiés et des migrants.

En vertu des règles désormais caduques de l'UE, les États d'arrivée du sud comme l'Italie, Malte ou Grèce sont responsables mais ils ont été rapidement débordés au plus fort de la saison des arrivages maritimes.

Les pays opposés à l'immigration, comme la Pologne et la Hongrie, ainsi que l'Autriche, refusent cependant d'aider en accueillant certaines de ces personnes.

Des années de conflits de ce type ont porté atteinte à la cohésion de l'UE et l'ont amenée à resserrer ses frontières extérieures et ses politiques d'asile.

Cela a réduit le nombre de personnes traversant la Méditerranée sur des dériveurs dangereux, mais a également attiré le feu des groupes de défense des droits sur les noyades et la «forteresse Europe» refusant l'aide à ceux qui en ont besoin.

L'exécutif du bloc veut maintenant une refonte du droit d'asile de l'UE.

Des sources ont déclaré à Reuters que la proposition inclurait toujours la relocalisation obligatoire des demandeurs d'asile entre tous les États membres en période de pics d'immigration majeurs, élément précédemment rejeté avec véhémence par plusieurs États.

Alors que la proposition de la Commission est attendue fin septembre au plus tôt, Michel a déclaré que les États membres devraient d'abord travailler davantage sur les frontières extérieures et conclure des accords avec des capitaux étrangers en vertu desquels l'UE offre de l'argent et de l'aide en échange de l'accueil de migrants et de réfugiés plutôt que de les laisser embarquer pour Europe.

Michel a également proposé la convergence des prestations d'asile dans l'UE, où les pays riches comme l'Allemagne et la Suède sont les destinations les plus recherchées, ce qui contribue à une répartition inégale des personnes à travers le bloc.

« La relocalisation obligatoire n'est pas l'alpha et l'oméga de la discussion sur la migration. Ces trois points sont plus importants », a-t-il déclaré.

L'Allemagne, qui assure désormais la présidence tournante de l'UE, espère obtenir avant la fin de l'année une "feuille de route politique" pour un futur accord visant à mettre fin aux querelles sur la migration à un moment où l'UE est confrontée à des défis dans ses relations avec la Russie, la Chine, Turquie et les États-Unis.

Soulignant à quel point cela représenterait une commande, un haut diplomate de l'UE a déclaré à Reuters : « Nous sommes très loin de toute sorte de consensus. Pour différentes raisons politiques, la question est encore complètement toxique. (Reuters)

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles