9.7 C
Bruxelles
Saturday, Février 4, 2023

Orban rejette le pacte migratoire et déclare que l'UE veut "gérer la migration" et non l'arrêter

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Juan Sánchez Gil
Juan Sánchez Gil
Juan Sanchez Gil - à The European Times News - Surtout dans les lignes de fond. Reportage sur les questions d'éthique d'entreprise, sociale et gouvernementale en Europe et à l'international, avec un accent sur les droits fondamentaux. Donner également la parole à ceux qui ne sont pas écoutés par les médias généralistes.

Le groupe d'Europe centrale Visegrád a critiqué la réforme prévue par la Commission européenne de la politique d'asile de l'UE, qui pourrait finalement forcer les membres à accepter des migrants.

Cette semaine, le puissant bras exécutif de l'UE annoncé qu'il supprimerait les arrangements de Dublin et les remplacerait par un « nouveau mécanisme de solidarité fort ». La proposition ouvrirait également davantage de voies de migration et d'asile.

Euractiv rapporté que le mécanisme donnerait aux États membres le choix entre accueillir des migrants ou être responsables du retour des demandeurs d'asile déboutés dans le cadre des « programmes de parrainage de retour ».

Bien qu'il soit affirmé que l'acceptation de migrants ne serait pas obligatoire, le site Web note qu'en vertu d'un mécanisme de «préparation aux crises» proposé, les nations seraient obligées d'accueillir des migrants soit de manière permanente, soit pendant le processus de rapatriement, une telle crise étant à l'échelle de l'Europe de 2015. crise migratoire elle-même.

Le rapport suggère même que les États qui choisissent de simplement détenir les clandestins jusqu'à leur expulsion finiront par devoir les garder, en raison de la difficulté du rapatriement.

Le Visegrád, sceptique sur la migration de masse, composé de la Hongrie, de la Pologne, de la République tchèque et de la Slovaquie, a rejeté les propositions après avoir rencontré jeudi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. (Le premier ministre slovaque n'était pas présent et était représenté par son homologue tchèque.)
GettyImages 1228682957 - Orban rejette le pacte sur la migration, déclare que l'UE veut "gérer la migration" et non l'arrêter

(De gauche à droite) Le Premier ministre tchèque Andrej Babis, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et le Premier ministre hongrois Viktor Orban posent avant une conférence de presse à la représentation permanente polonaise à Bruxelles, le 24 septembre 2020. – Le Premier ministre hongrois anti-immigration Viktor Orban a déclaré le 24 septembre 2020 que les propositions de l'UE pour de nouvelles règles plus strictes en matière d'asile n'allaient pas assez loin. (Photo par Aris Oikonomou / AFP) (Photo par ARIS OIKONOMOU/AFP via Getty Images)

Le Premier ministre de la Hongrie Viktor Orbán a affirmé Valérie Plante. que les mesures proposées n'incluent pas la possibilité d'héberger les migrants dans des «points chauds» dans des pays tiers en dehors de l'UE, afin que les demandes d'asile puissent être évaluées avant qu'un migrant ne mette le pied sur le sol européen.

« Il y a beaucoup de changements, mais il n'y a pas encore de percée. Une percée signifierait des points chauds en dehors », a déclaré le Premier ministre Orbán après la rencontre entre le V4 et Mme von der Leyen.

« Personne ne peut entrer dans l'UE sans avoir une autorisation car sa demande d'asile est acceptée. Jusqu'à ce moment, ils doivent rester en dehors du territoire de l'UE », a ajouté le Premier ministre hongrois.

M. Orbán a ajouté : « 'Allocation' ou 'quota', changer le nom ne suffit pas. La Hongrie est contre. L'approche de base est toujours inchangée. Ils [la Commission] voudraient gérer la migration, et non arrêter les migrants. La position hongroise est d'arrêter les migrants.

Son homologue tchèque Andrej Babiš est d'accord, déclarant : « Nous devons arrêter la migration, les quotas et la délocalisation. Ces règles ne sont pas acceptables pour nous.

M. Babiš ajoutée que les migrants devraient plutôt être arrêtés à la frontière de l'UE et renvoyés dans leur pays d'origine « et y recevoir de l'aide ».

Les premiers ministres étaient soutenus par le président polonais, Andrzej Duda, qui dit médias locaux vendredi : « Pour le bien des pays d'où ces personnes fuient la guerre aujourd'hui, elles doivent être aussi proches que possible de leurs frontières afin d'avoir le plus d'enthousiasme et de motivation possible pour revenir et les reconstruire.

Le président Duda a critiqué les plans visant à forcer les États membres de l'UE à accepter des migrants, déclarant : « Aucun diktat de l'Union européenne, je crois, ne devrait jamais nous forcer à le faire. Nous ne devrions jamais être d'accord avec cela.

Les États de Visegrad ne sont pas les seuls pays de l'UE à rejeter tout plan de redistribution des migrants. Chancelier autrichien Sebastian Kurz appelé un tel système une politique « ratée ». Il a plutôt plaidé pour le renforcement des frontières extérieures de l'UE, l'envoi d'aide directement aux pays d'origine des migrants et le démantèlement des réseaux de traite des êtres humains.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles