7 C
Bruxelles
Sunday, Février 5, 2023

Les églises condamnent le meurtre "sauvage" de trois personnes dans l'attaque d'une église à Nice

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

(Photo : REUTERS / Navesh Chitrakar)Un journaliste dessine une caricature lors d'une veillée aux chandelles organisée par la Fédération des journalistes népalais pour rendre hommage aux victimes de la fusillade de mercredi par des hommes armés dans les bureaux de l'hebdomadaire français Charlie Hebdo à Paris, à Katmandou le 9 janvier 2015. Anti armé et masqué -La police antiterroriste a fait une descente jeudi dans des villages boisés au nord-est de Paris dans le cadre d'une chasse à l'homme pour retrouver deux frères soupçonnés d'être les hommes armés islamistes qui ont tué 12 personnes dans l'hebdomadaire satirique français.

Pape François a exprimé sa tristesse et offert des prières pour une "attaque sauvage" dans une église de la ville française de Nice dans laquelle trois personnes ont été tuées dans une attaque au couteau qualifiée d'"incident terroriste" et qui a été dénoncée par le président français.

L'attaque a eu lieu dans la basilique Notre-Dame le 29 octobre au cours de laquelle la gorge d'une personne âgée a été tranchée.

Cela s'est produit dans la ville de sur la côte méditerranéenne à une époque de tensions croissantes en France à propos de l'islamisme radical, de la laïcité et de la liberté d'expression.

Président Emmanuel Macron a dénoncé "l'attentat terroriste islamiste" à la basilique Notre-Dame après avoir visité les lieux dans la ville du sud, a rapporté la BBC.

Conseil oecuménique des Eglises le secrétaire général par intérim, le révérend Ioan Sauca, a exprimé sa solidarité avec les églises et le peuple de France, et ses condoléances aux familles des victimes,

"Après l'horrible meurtre de l'enseignant Samuel Paty au début du mois, ces atrocités exigent une recherche renouvelée d'une réponse efficace au phénomène de l'extrémisme religieux violent, non seulement en France, mais dans les nombreux pays du monde qui continuent d'être affligés par cela chaque jour.

« Il ne peut y avoir aucune justification religieuse légitime à cette brutalité, et toute tentative visant à justifier de telles attaques par des motifs religieux doit être catégoriquement dénoncée.

Une victime âgée qui priait a été « virtuellement décapitée ». Une autre femme et un homme sont également décédés. Un suspect a été abattu et détenu peu de temps après.

Le sacristain, un membre du personnel laïc chargé de l'entretien de l'église, âgé d'une quarantaine d'années ou d'une cinquantaine d'années et avec deux enfants, s'est fait trancher la gorge alors qu'il se préparait pour la messe du matin, a déclaré Gil Florini, un prêtre catholique à Nice, Agence de presse Reuters signalé.

HOMME DÉCAPITÉ

Le principal a décapité une femme âgée, et grièvement blessé une troisième femme, selon une source policière.

L'attaque est survenue quelques semaines seulement après que Samuel Paty, un professeur de lycée, a été décapité lors d'un attentat terroriste à Paris.

Deux autres attentats ont eu lieu le même jour en France et en Arabie Saoudite.

Un homme a été abattu à Montfavet près d'Avignon, dans le sud de la France, après avoir menacé la police avec une arme de poing.

Par ailleurs, un garde a été attaqué devant le consulat de France à Djeddah en Arabie saoudite. Un suspect a été arrêté et le gardien transporté à l'hôpital.

"Informé de l'attaque sauvage qui a été perpétrée ce matin dans une église de Nice, causant la mort de plusieurs innocents, Sa Sainteté le pape François s'associe dans la prière à la souffrance des familles touchées et partage leur peine", a déclaré le pontife. dans un message à Mgr André Marceau de Nice.

"Condamnant de la manière la plus ferme des actes de terreur aussi violents, il assure la Communauté catholique de France et tous les Français de sa proximité et il appelle à l'unité", indique le message.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a parlé d'"islamo-fascisme" et a déclaré que le suspect avait "répété à l'infini 'Allahu Akbar' (Dieu est le plus grand)".

La police n'a initialement pas imputé de motif à l'attaque de Nice. 

Cela a suivi des jours de manifestations dans certains pays à majorité musulmane déclenchées par la défense par le président Macron de la publication de caricatures représentant le prophète Mahomet, qui à son tour a déclenché des appels dans certains pays au boycott des produits français.

Il y a quatre ans, Nice a été ravagée par un autre attentat terroriste, le jour de la fête nationale française le 14 juillet, lorsqu'un Tunisien a conduit son coup dans la foule, tuant 86 personnes.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles