9.1 C
Bruxelles
Saturday, Février 4, 2023

Cameroun : l'évêque remercie le pape pour son appel en faveur des victimes de l'école de Kumba – Vatican News

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Par le rédacteur de Vatican News

"C'est très déchirant. Depuis lors, les gens ne sont pas heureux… les enfants sont en deuil, les parents sont en deuil.

Ces mots de chagrin ont été exprimés par l'évêque Agapitus Nfon de Kumba, alors qu'il a donné une sombre description de la réaction des habitants de Kumba après que des hommes armés ont attaqué une école privée et tué au moins six écoliers samedi. 

Mgr Nfon, dans une interview accordée à Vatican News, a expliqué la situation à Kumba et a souligné le conflit de longue date dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays.

La proximité du pape François avec Kumba

Lors de l'audience générale de mercredi, le pape François a exprimé sa tristesse face aux meurtres tragiques et a prié pour que "les régions tourmentées du nord-ouest et du sud-ouest du pays puissent trouver la paix". Le pape a également exprimé sa proximité avec les familles, la ville de Kumba et tout le Cameroun.

Mgr Nfon a remercié le pape François d'avoir "condamné" l'attaque barbare, ajoutant qu'elle touchera beaucoup de cœurs.

"Beaucoup de gens sauront que l'Église est contre ce qui se passe", a déclaré l'évêque. "Et les gens du diocèse de Kumba se sentiront très consolés par les paroles du Saint-Père".

Peur et chagrin 

L'évêque a expliqué que depuis les meurtres tragiques de samedi, les enfants de la région ne vont pas à l'école, même si les écoles restent ouvertes, en raison d'un mélange de peur et de chagrin. Il a noté que de nombreuses personnes étaient en deuil pour les victimes de cet acte odieux.

« Ils sont restés chez eux à cause de la peur ; ils ont très peur », a-t-il dit. Cependant, il a exprimé son désir de voir les enfants retourner à l'école après avoir accepté le triste événement.

Certaines écoles au Cameroun n'ont rouvert que récemment après une fermeture de quatre ans en raison de la lutte en cours de groupes appelant à la création d'un État indépendant connu sous le nom d'Ambazonie.

Situation socio-politique

Le conflit de quatre ans au Cameroun n'a pas été sans faire de victimes. Mgr Nfon a souligné que la province ecclésiastique de Bamenda, composée de cinq diocèses dans la région du nord-ouest et du sud-ouest, a été particulièrement touchée par la crise.

Il a expliqué que certaines personnes vivent dans la brousse et que d'autres sont devenues des déplacés internes dans des villes du pays. Beaucoup d'autres - environ 50,000 XNUMX - ont fui vers le Nigéria voisin en tant que réfugiés, fuyant les souffrances et l'insécurité que le conflit a entraînées dans son sillage.

"Les civils, les innocents sont pris en sandwich", a expliqué Mgr Nfon. "Ils souffrent vraiment. Ils ont peur des militaires et de ceux qui luttent pour l'indépendance. Ils sont dans la misère.

Appel des évêques

Mgr Nfon a déclaré qu'au début du conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays, les évêques de la province ecclésiastique de Bamenda ont rédigé un mémorandum expliquant la situation et suggérant des mesures possibles pour apaiser les tensions. Mais il a dit que leurs efforts étaient pour la plupart ignorés par toutes les parties.

"Notre message était qu'il devrait y avoir un dialogue inclusif entre le gouvernement et ceux qui luttent pour l'indépendance", a déclaré l'évêque, ajoutant que même les dirigeants du mouvement indépendantiste qui sont en prison devraient être libérés et autorisés à participer aux négociations avec le gouvernement.

En octobre 2019, le gouvernement camerounais, pour tenter de sortir de la crise, a appelé à des pourparlers baptisés « Dialogue national ». Le gouvernement a également accordé un "statut spécial" aux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en décembre 2019.

Mgr Nfon a toutefois déclaré que cette initiative de dialogue du gouvernement n'était "pas un dialogue", car les représentants des personnes concernées n'étaient pas présents. 

« Comment dialoguez-vous avec des gens qui ne sont pas là ? Il a demandé.

Appelant à la fin de la violence, l'évêque a exhorté les forces militaires et "les garçons qui se battent dans les buissons" à déposer les armes, car "nous ne pouvons pas discuter, nous ne pouvons pas trouver la paix, nous ne pouvons pas trouver la justice, nous ne pouvons pas trouver la tranquillité dans une société quand ils se battent. 

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles