7.5 C
Bruxelles
Sunday, Février 5, 2023

Le DoJ poursuit l'ex-BFF devenu auteur de FLOTUS, le livre des réclamations viole l'accord de non-divulgation

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Le DoJ a intenté mardi une action en justice contre Stephanie Winston Wolkoff, 49 ans, ancienne assistante de la Maison Blanche et amie proche de la première dame Melania Trump, affirmant que le contenu de son livre récemment publié avait enfreint un pacte de non-divulgation.

"Les États-Unis cherchent à obliger Mme Wolkoff à ses obligations contractuelles et fiduciaires et à s'assurer qu'elle ne s'enrichit pas injustement par sa violation des devoirs qu'elle a librement assumés lorsqu'elle a été conseillère de la première dame", lit-on dans la plainte du DoJ. , comme l'a observé Reuters.

La plainte vise à ce que les bénéfices du livre – publié il y a six semaines – soient mis de côté dans une fiducie gouvernementale.

Dans le livre, "Wolkoff révèle comment son amie de 15 ans a dirigé" l'opération Block Ivanka "pour s'assurer que la fille aînée du président ne monopolise pas les projecteurs lors de l'inauguration". a rapporté The Daily Beast.

Marc Kasowitz, avocat de longue date du président américain Donald Trump, avait précédemment envoyé une lettre à Wolkoff et à l'éditeur Simon & Schuster, alléguant qu'elle avait violé une clause de confidentialité dans un accord de services gratuits signé entre Melania Trump et elle-même le 22 août 2017.

«L'accord de services interdit à Mme Wolkoff, entre autres, de divulguer son travail pour FLOTUS et le bureau de la Première Dame de la Maison Blanche, ainsi que toute information qui lui est fournie par le gouvernement en vertu du présent accord, des informations sur le premier Famille, ou toute autre information dont [elle] pourrait avoir connaissance au cours de sa performance », indique la lettre de Kasowitz, selon The Daily Beast.

La plainte du DoJ publiée mardi citait également l'accord d'août 2017, notant qu'il s'appliquait aux «informations non publiques, privilégiées et / ou confidentielles» que Wolkoff avait obtenues pendant la durée de son service.

"Il s'agissait d'un contrat avec les États-Unis et donc exécutoire par les États-Unis", a déclaré à Reuters la porte-parole du DoJ, Kerri Kupec.

"Je n'ai pas enfreint la NDA", a déclaré Wolkoff lors d'une apparition en septembre sur "The View" d'ABC.

"J'ai travaillé avec des avocats du premier amendement tout le temps, des avocats de pré-publication, donc cela a été géré avec beaucoup de soin", a-t-elle ajouté.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles