9.9 C
Bruxelles
Saturday, Février 4, 2023

Les débuts de l'imprimerie bengali

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

M. Siddiq Khan12 Décembre 2020

Le récit suivant concerne l'impression bengali avant 1800, se concentrant sur la période après la bataille de Plassey en 1757, lorsque la Compagnie britannique des Indes orientales a établi son contrôle de la province.

Antécédents historiques 

Bien que certaines preuves indiquent les premières tentatives indigènes d'utiliser les méthodes d'impression xylographiques chinoises en Inde, l'introduction de l'impression avec des caractères métalliques mobiles était le produit des colonisateurs et des missionnaires européens. Les jésuites ont établi une presse dans la colonie portugaise de Goa en 1556 et ont ensuite imprimé également dans d'autres centres portugais. Après avoir commencé par des ouvrages sur la doctrine chrétienne en portugais, les jésuites de Quilon imprimèrent en 1578 un livre en langue tamoule avec des caractères tamouls. D'autres centres européens en Inde ont également manifesté un certain intérêt pour l'imprimerie, et certains Indiens l'ont peut-être même adoptée. Selon certains documents, Bhimjee Parekh, avec l'aide de la Compagnie britannique des Indes orientales, a établi une presse à Bombay en 1674-75, mais aucun livre n'en a survécu. Bartholomew Ziegenbalg, un missionnaire danois [né à Pulsnitz, Saxe], a établi une presse à Tranquebar vers 1712, qui imprimait avec des caractères tamouls. Un peu plus tard, à Rome, la Société pour la propagation de la foi avait des polices de caractères sanskrit (Deva Nagari) et Malabar (tamoul et malayalam) coulées en 1771 et 1772.

Les Portugais au Bengale

Après que les Portugais aient consolidé leurs colonies commerciales et politiques sur la côte ouest de l'Inde, les commerçants et les missionnaires se sont diversifiés dans d'autres parties du pays. Ils n'ont pas tardé à établir un lien avec le Bengale, car sa renommée en tant que terre riche et agréable avec une grande population s'était répandue même au cours des siècles précédents à partir des récits de voyageurs arabes et européens. Nuno da Cunha, gouverneur de 1529 à 38, envoya une expédition de cinq navires à Chittagong (Porto Grande) en 1533. Après 1581, un navire de commerce portugais visita chaque année ce port maritime du Bengale oriental.

Des colonies commerciales et des avant-postes missionnaires ont vu le jour, dont un à Nagori qui a été associé à l'impression des trois premiers livres bengali.

Plusieurs documents illustrent l'intérêt des missionnaires portugais pour les livres en bengali. Le 3 janvier 1683, le père Marcos Antonio Santucci, supérieur de la mission portugaise travaillant parmi les bengalis convertis au christianisme, écrit de Nolua Cot au provincial de Goa : « Les pères [Ignatius Gomes, Manoel Surayva et lui-même] n'ont pas manqué dans leur devoir; ils ont bien appris la langue, ont composé des vocabulaires, une grammaire, un confessionnal et des prières ; ils ont traduit la Doctrine Chrétienne, etc. dont rien n'existait jusqu'à présent. Francisco Fernandes a écrit de Sripur au Bengale oriental à son supérieur jésuite à Goa au sujet de sa compilation d'un livret exposant les principes fondamentaux de la doctrine chrétienne et d'un livre de catéchismes. Son collègue missionnaire, Dominic de Souza, semble avoir traduit ces deux livres en bengali. Un petit catéchisme en bengali du père Barbier est mentionné dès 1723.

Aucun des livres mentionnés ci-dessus n'existe et on ne sait pas s'ils ont été imprimés ou non. Peu de temps après, cependant, certains livres ont été imprimés en bengali en dehors de l'Inde. Les plus remarquables d'entre eux étaient trois livres attribués au père Manoel de Assumpsao, un augustin, venu au Bengale vers 1734. En tant que recteur de la mission de Saint-Nicolas de Tolentino, il était attaché à l'église catholique de Nagori près de Bhowal dans le district de Dacca vers 1742. Il écrivit des livres « pour faciliter l'instruction des néophytes ».

Un deuxième livre du Père Manoel a été Compendio dos mysterios da fe, imprimé à Lisbonne par Da Silva en 1743. Bengali au verso, imprimé à nouveau en caractères romains, face portugaise au recto. Ce travail est également connu sous le nom de Cathecismo da doutrinaa ordenando por modo de dialogo em idiome bengalle e portuguez. Il est devenu célèbre par son titre bengali, Crepar Xaxtrer Orth bhed (« Le sens de l'évangile de la miséricorde »).

Un troisième livre, Vocabulario em idioma bengalla e portugais dividido em duas partes, a été imprimé par Da Silva à Lisbonne en 1743. En deux parties, il comprend un vocabulaire bengali-portugais et un vocabulaire portugais-bengali. Un recueil de grammaire bengali précède ce dernier. Le livre est entièrement imprimé en caractères romains.

Deux autres livres en bengali ont été composés par Bento de Selvestre (ou De Souza), un ancien missionnaire catholique converti au protestantisme. Sa traduction de parties du Livre de prière commune et un catéchisme ont été publiés à Londres as Prarthanamala et  Prasinottarmala. Les deux ont été imprimés en caractères romains.

Cette édition missionnaire a conduit à un développement peu perceptible de la littérature indigène. Premièrement, ces publications religieuses et confessionnelles n'attiraient guère le grand public. Deuxièmement, les Bengalis de cette époque manquaient de l'éducation et du type d'organisation sociale nécessaires pour réaliser les avantages potentiels de l'impression sur leur langue et leur littérature. Enfin, une atmosphère de futilité et de négation semble affecter le climat littéraire bengali.

Des observateurs indépendants et compétents comme Nathaniel Brassey Halhed (1749-1830) et William Carey (1761-1834), à la recherche de livres en bengali à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles, en ont constaté un manque effroyable. Halhed, quand

compilant son monumental Grammaire de la langue bengali, se plaignit que malgré sa familiarité avec les œuvres des auteurs bengalis, il ne pouvait retracer que six livres existants en 1778. Ceux-ci comprenaient les grandes épopées religieuses, les Ramayana et le Mahabharata. Tous les six, bien sûr, étaient manuscrits. Lorsque plus tard le grand missionnaire, William Carey, un éminent érudit du bengali et du sanskrit, visita Nabadwip, le centre culturel et religieux du Bengale, il put dénicher après une recherche ardue une quarantaine d'ouvrages manuscrits en bengali.

La Compagnie des Indes orientales

Sur cette scène littéraire et bibliographique misérable, le décor était en train d'être planté pour une production de livres bengalis plus étendue. Les facteurs favorisant cette avancée étaient principalement politiques. Lors de la bataille de Plassey en 1757, la Compagnie britannique des Indes orientales prit le contrôle de la riche province du Bengale. En 1772, la Compagnie avait habilement utilisé l'épée, la diplomatie et l'intrigue pour prendre le contrôle du Bengale sur son peuple, les nobles factieux et le faible Nawab. Par la suite, pour consolider son emprise sur la province, la Compagnie promeut la langue bengali. Cela ne représentait pas un amour intrinsèque pour la langue et la littérature bengali. Au lieu de cela, il visait à détruire les modèles traditionnels d'autorité en supplantant la langue persane qui était la langue officielle depuis l'époque des grands Moghols. Néanmoins, le bengali a prospéré.

La politique adoptée par la société consistant à enseigner le bengali à ses employés a joué un rôle déterminant dans l'avancement de l'imprimerie en bengali. Des orientalistes anglais notables - Halhed, Carey et Nathaniel Pitts Forster, par exemple, ont vigoureusement promu l'enseignement du bengali dans sa forme sanskritisée pure. Les langues islamiques, dont le bengali musulman, étaient attaquées. Les efforts incessants des champions anglais du bengali pur, soutenus par l'ensemble de l'appareil administratif de la Compagnie des Indes orientales, aboutirent à l'adoption d'une loi en 1838 interdisant l'usage de l'arabe et du persan dans les tribunaux établis sous la juridiction de l'entreprise.

Les progrès dans l'écriture des langues indigènes non islamiques ont cependant été rapides. Après 1755, des avis publics en langues vernaculaires indigènes ont été affichés dans les bazars indiens. Warren Hastings, gouverneur du Bengale en 1772 et gouverneur général de 1773 à 1785, montra un vif intérêt pour la formation de jeunes civils anglais, ou « écrivains », afin de rendre justice à leurs fonctions parmi les sujets indiens de la Compagnie. L'apprentissage des langues indiennes était une exigence essentielle et cela était souligné dans le programme des collèges de Fort William et de Haileybury. Patron actif d'érudits indiens tels que Halhed, Wilkins, Gladwin, Jones et d'autres, Hastings a insisté pour qu'ils produisent suffisamment de livres dans les langues indiennes pour ces étudiants.

L'objectif d'encourager les chercheurs européens (et plus tard indiens) à étudier les langues indiennes et à produire des livres dans ces langues devait être encore élargi. William Wilberforce , le philanthrope et homme politique anglais, proposa au Parlement en 1793, pendant le mandat de gouverneur général de Lord Cornwallis en Inde, que la Compagnie des Indes orientales fournisse des installations plus nombreuses et meilleures pour l'éducation de ses sujets indigènes. Cela a incité les missionnaires européens et les gentilshommes éclairés à établir des presses à imprimer. Bien que principalement établies pour la propagation de la foi chrétienne et la production d'une meilleure classe de civils européens en Inde, ces presses visaient en partie à améliorer le niveau général d'éducation. Indirectement au début, ils ont finalement joué un rôle déterminant dans le développement de la langue et de la littérature bengali et dans la diffusion générale de l'éducation au Bengale.

Deux grands jalons de l'histoire de l'imprimerie au Bengale furent la création de la mission de Serampore en 1799 et la fondation du Fort William College, dans le but de « transmettre la connaissance des langues vernaculaires aux jeunes civils », par Lord Wellesley en 1800. En 1816 , avec le soutien du marquis de Hastings (alors gouverneur général), de Butterworth Bailey, de William Carey et d'autres, la Calcutta Book Society est fondée.

L'imprimerie au Bengale

La première presse à imprimer au Bengale fut celle d'un M. Andrews à Hooghly en 1778. La grammaire de Halhed fut imprimée ici. De cela, nous n'en savons guère plus. En 1780, James Augustus Hickey fonda la Bengal Gazette Press, éditrice de la calomnieuse Bengal Gazette, connue populairement sous le nom de Hickey's Gazette. En 1784, Francis Gladwin créa la Calcutta Gazette Press, qui publia la gazette officielle du gouvernement et réalisa une bonne partie de l'impression de la Compagnie des Indes orientales. Un peu plus tard, le gouvernement a également créé sa propre imprimerie avec l'aide — et pendant un certain temps la supervision — de Charles Wilkins, père de la fonderie bengali. D'autres presses apparemment établies dans les dernières décennies du XVIIIe siècle étaient la Calcutta Chronicle Press, la Post Press, la Ferris and Company et la Rozario and Company.

Une période de censure et de restriction a commencé en 1799. Comme mesure de guerre, le marquis de Wellesley a sévèrement restreint la liberté de la presse en imposant des restrictions à l'impression et à l'édition à Calcutta et en imposant une cessation de l'impression en dehors de cette ville.

Cet état de fait perdura jusqu'en 1818 lorsque le marquis de Hastings rétablit la liberté de la presse. Par la suite, un plus grand nombre d'imprimeries ont été établies, dont certaines appartenaient à des Indiens. En 1825-26, il y avait environ quarante presses rien qu'à Calcutta. En plus des principales presses antérieures déjà citées, celles-ci comprenaient la presse de Lavandier à Bow Bazaar, la presse de Pearce à Entally et la presse unitaire de Ram Mohan Roy à Dhurrumtollah. Le Sanskrit Yantra de Baburam à Kidderpore , établi à Kidderpore en 1806-7, s'est spécialisé dans l'impression de livres en hindi et sanskrit en types Deva Nagari . Les autres presses étaient Mohammadi Press de Munshi Hedayetullah à Mirzapore, Hindustanee Press et College Press.

Fondateurs des premières lettres en bengali 

Les premiers types de l'alphabet bengali, comme ceux de la plupart des autres écritures indiennes, ont été coupés à l'étranger. Le premier alphabet bengali imprimé est apparu dans un ouvrage des pères jésuites, Jean de Fontenay, Guy Tachard, Etienne Noël et Claude de Bèze. Portant le titre Observations physiques et mathématiques pour servir à l'histoire naturelle …, il a été publié à Paris en 1692. Un deuxième alphabet bengali a été inclus dans un ouvrage latin écrit par Georg Jacob Kehr, Aurenk Szeb, imprimé à Leipzig en 1725. Il affichait les chiffres bengalis de 1 à 11, ainsi que les consonnes bengali et une translittération bengali du nom allemand, le sergent Wolfgang Meyer. Ces caractères ont été copiés par Johann Friedrich Fritz dans son Orientalischer et occidentalischer Sprachmeister, imprimé à Leipzig en 1748.

Une grammaire hindoustani de Joannes Joshua Ketelaer est parue dans Divers Orientaux, publié à Leyde en 1743. Celui-ci reproduisait presque tout l'alphabet bengali, l'appelant alphabetum grammaticum, y compris les consonnes et les voyelles. On ne sait rien de la fonte de ces types et ils étaient basés sur des modèles de calligraphie pas trop bons.

Fondateurs anglais de type bengali

Conformément aux intérêts anglais en Inde, les fondateurs de type anglais ont abordé le problème du type bengali. Parmi les fondateurs engagés dans ce travail se trouvait Joseph Jackson. Débutant comme caoutchouc dans la fonderie Caslon à Londres, Jackson s'est élevé à la position exaltée de coupeur de poinçons, une compétence acquise de sa propre initiative face à l'opposition des Caslon. Établissant sa propre fonderie, il fabriqua divers types orientaux. Un inventaire de 1773 types hébreux, persans et bengalis répertoriés dans son stock. Le bengali était appelé "sanskrit moderne" et expliqué comme "une corruption des caractères plus anciens des Hindous, les anciens habitants du Bengale". Selon Rowe Mores, Jackson a reçu une commande de type bengali de Willem Bolts, l'aventurier néerlandais au service de la Compagnie des Indes orientales, qui était «juge du tribunal du maire de Calcutta».

Dans le cadre de son programme de vulgarisation de l'étude des langues orientales, la Compagnie des Indes orientales avait chargé Bolts de préparer une grammaire de la langue bengali. Mais bien que Bolts, qui était un homme d'une grande entreprise et d'ingéniosité, se soit présenté comme un grand orientaliste, il rencontra des difficultés avec la Compagnie de 1766 à 1768 qui aboutirent à sa déportation des Indes. Il était évidemment tout à fait perdu en ce qui concerne la découpe des types dans l'écriture bengali.

Grammaire de Charles Wilkins et Halhed 

La première avancée significative dans la typographie, l'impression et la publication en bengali a été faite en 1778 avec l'apparition de Une grammaire de la langue bengale par Halhed. Ce volume historique a été imprimé dans la presse d'un M. Andrews à Hooghly, une petite ville à environ quinze milles de Calcutta. La formidable réussite typographique a été rendue possible par les efforts de pionnier acharnés et inlassables de Charles Wilkins (1749? -1836), surnommé le Caxton du Bengale.

Vers l'âge de vingt et un ans, Wilkins entre en service comme « écrivain » dans la Compagnie des Indes orientales et s'embarque pour le Bengale. Comme d'autres civils anglais en Inde, il a étudié assidûment le sanskrit et le persan. En outre, il a expérimenté la production de caractères pour imprimer ces langues. À cette époque, Warren Hastings était gouverneur général. Malgré sa carrière plutôt mouvementée en tant qu'administrateur, il était un mécène de l'apprentissage, à la fois oriental et occidental. Il avait inspiré Halhed à composer le traité sur le droit hindou et les théories du gouvernement, publié sous le titre Le code de la loi Gentoo. Encouragé par ce succès, Halhed avait continué à compiler Une grammaire de la langue bengale.

Lorsque Halhed eut son manuscrit prêt à être imprimé, il découvrit qu'il n'y avait pas de police de caractères bengali disponible. La police bengali de Jackson était incomplète et insatisfaisante. Dans cette situation difficile, il s'est tourné vers Hastings et a probablement suggéré Wilkins, heureusement affecté à l'usine Hooghly de la société en tant que fondateur de caractères. Le résultat fut la police Bengali de Wilkins. « L'avis et même la sollicitation du gouverneur général ont incité M. Wilkins… à entreprendre une série de types Bengal. Il l'a fait et son succès a dépassé toutes les satisfactions. Dans un pays si éloigné de toute liaison avec les artistes européens, il a été obligé de se charger de toutes les occupations diverses du Métallurgiste, du Graveur, du Fondeur et de l'Imprimeur. travail, qu'il a été salué comme un homme capable d'apporter seul la perfection au genre de tâche qui nécessite généralement des décennies et la collaboration de nombreux hommes.

En évaluant la nature de la réalisation de Wilkins, nous devons réaliser que, contrairement au plus petit nombre de caractères dans une police de caractères romains, l'écriture indienne moyenne compte plus de six cents lettres, y compris les voyelles, les combinaisons, etc. la police est plus ardue et prend plus de temps et nécessite une plus grande compétence. Le stockage d'une salle de composition est également plus coûteux. Selon Norman A. Ellis, "Dans la composition manuelle, un double cas de caractères romains peut faire l'affaire pour le travail de livre, mais jusqu'à sept cas de taille similaire sont nécessaires pour un script indien."

Une grammaire de la langue bengale était une œuvre grandeur nature utilisant de copieux extraits des principaux livres bengalis alors existants. Wilkins a dû résoudre la plupart des problèmes de la typographie bengali pour y découper des caractères. Il continua son travail de découpe de caractères bengali à Hooghly jusqu'en 1786 et plus tard à la presse de la Compagnie à Calcutta. Cette dernière presse annonçait sa capacité à imprimer des livres en bengali. Des exemples de livres en bengali issus de cette presse étaient la traduction de Jonathan Duncan de Règlement de l'administration de la justice dans les tribunaux de Dewanee Adaulat en 1785 et NB Edmonstone's Bengal Translation of Règlement d'administration de la justice dans les tribunaux de Fouzdarry ou correctionnels dès 1791.

M. Siddiq Khan (1910 - 1978) était le bibliothécaire de la Bibliothèque centrale de l'Université de Dhaka et le fondateur du Département de bibliothéconomie de l'Université. En mars 2004, le gouvernement du Bangladesh lui a décerné à titre posthume le prix du jour de l'indépendance, la plus haute distinction civile du pays.

Ceci est un extrait de l'article intitulé "The Early History of Bengali Printing" qui a été initialement publié dans La bibliothèque trimestrielle dans son numéro de janvier 1962.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles