2.2 C
Bruxelles
Wednesday, Février 8, 2023

Le sommet du Conseil européen se termine par un budget historique et des accords sur le changement climatique

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Au cours du dernier mois, le Les plans budgétaires de l'UE ont été bloqués par la Pologne et la Hongrie, qui ont protesté contre la tentative du bloc de subordonner l'accès aux fonds au respect des valeurs démocratiques et au respect de l'État de droit.

Varsovie et Budapest seraient les cibles de ce soi-disant mécanisme d'État de droit, bien qu'un compromis ait été trouvé à Bruxelles jeudi soir, permettant aux gouvernements polonais et hongrois de porter l'affaire devant la Cour européenne de justice plus tard. , en échange de leur approbation du budget.


©
REUTERS / Johanna Géron
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen Charles Michel et la chancelière allemande Angela Merkel tiennent une conférence de presse à l'issue d'un sommet des dirigeants de l'UE à Bruxelles, Belgique, 11 décembre 2020. REUTERS/Johanna Geron/Pool

Parallèlement à l'accord budgétaire, les États membres de l'Union européenne sont également parvenus à un accord sur de nouveaux objectifs d'émissions ambitieux dans le cadre des tentatives du bloc pour atteindre la «neutralité climatique» d'ici 2050.

"Après plusieurs heures de discussions très intenses, nous avons fait un grand pas en avant pour l'Union européenne dans différents domaines", a déclaré vendredi le président du Conseil européen, Charles Michel, lors d'une conférence de presse.

La Pologne et la Hongrie font pression pour le report de l'état de droit

Pour les dirigeants de l'UE, l'obtention d'un consensus sur le budget septennal de 1.074 750 milliards d'euros et le fonds de relance NextGenerationEU COVID-19 de XNUMX milliards d'euros était d'une importance capitale lors du sommet de deux jours. Les dirigeants polonais et hongrois avaient refusé de faire des concessions avant la réunion de jeudi, ce qui signifie qu'une nouvelle tactique était nécessaire.

Une solution semble avoir été trouvée en permettant à la Pologne et à la Hongrie de saisir la Cour de justice européenne du mécanisme de l'État de droit du bloc, un processus qui devrait prendre plusieurs années. En retour, la Hongrie et la Pologne ont finalement donné leur accord aux propositions de budget et de fonds de relance, qui devraient entrer en vigueur en 2021.


©
REUTERS/Olivier Matthys
Les chefs d'État de l'Union européenne se tiennent un instant pour se souvenir de feu le président français Valéry Giscard d'Estaing lors d'une table ronde lors d'un sommet de l'UE en face à face au milieu du verrouillage de la maladie à coronavirus (COVID-19) à Bruxelles, Belgique le 10 décembre 2020.

« Nous avons eu la capacité de trouver un accord, de nous mettre ensemble pour mettre en place le cadre financier pluriannuel et le fonds de relance dont nous avons parlé en juillet. Je voudrais rendre hommage à la chancelière Angela Merkel sur ce sujet, en particulier, parce qu'elle a vraiment retroussé ses manches, elle s'est mise au travail avec beaucoup d'engagement pour le faire pour Europe», a déclaré Michel en conférence de presse.

Selon le président du Conseil européen, l'Union européenne sera désormais en mesure de financer bon nombre de ses plans ambitieux pour rebondir après la pandémie de COVID-19 et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L'UE relève ses objectifs de réduction des émissions

Le changement climatique a de nouveau occupé le devant de la scène à Bruxelles, et les chefs des 27 États membres de l'UE ont convenu de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030. L'objectif précédent prévoyait une réduction de 40 % d'ici 2030.

« Pour atteindre l'objectif d'une UE climatiquement neutre d'ici 2050 conformément aux objectifs de l'accord de Paris, l'UE doit accroître son ambition pour la prochaine décennie et mettre à jour son cadre politique en matière de climat et d'énergie. À cette fin, le Conseil européen approuve un objectif contraignant de l'UE d'une réduction intérieure nette d'au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport à 1990 », lit-on dans un document du Conseil européen publié après le sommet.

Depuis qu'elle est devenue présidente de la Commission européenne il y a un an, Ursula von der Leyen a poussé les États membres de l'Union européenne à soutenir son soi-disant Green Deal, bien que Jean-Louis Butre, de la Fédération française pour un environnement durable, ait déclaré à Sputnik qu'il serait probablement difficile d'atteindre les objectifs ambitieux d'émissions.

« Tout le monde sait qu'il est tellement plus facile au début d'un effort spécifique d'obtenir des résultats ; c'est ce qu'on appelle « cueillir les fruits à portée de main ». Les gouvernements, les industries peuvent adopter de nouvelles règles, combler des lacunes évidentes, prendre des mesures simples qui ont permis, dans notre cas, à l'Europe de réduire ses émissions ou au moins la croissance attendue des émissions de 20 % par rapport au niveau d'émissions de 1990. Mais pour faire les 80% supplémentaires est une tâche ardue, et les décisions qui sont prises ne donnent souvent aucun résultat », a commenté Butre.


©
AFP 2020 / ÉRIC LALMAND
Une photo prise le 20 août 2014 montre une centrale nucléaire, à Tihange, en Belgique.

Selon l'expert français, de nombreuses tentatives du bloc pour passer à des sources d'énergie durables, telles que l'énergie éolienne ou solaire, ont en fait entraîné une augmentation des émissions.

« Décider d'investir massivement et surtout dans des sources d'électricité 'renouvelables' intermittentes comme l'ont fait l'Allemagne ou le Danemark, augmenter leurs 'parcs' solaires et éoliens a imposé la construction, en parallèle, de la même capacité en centrales à charbon et à gaz pour compenser l'absence ou l'excès de vent et de soleil. Le résultat est évident : l'Allemagne de Merkel a augmenté ses émissions de CO2 au lieu de les réduire. Non seulement la politique allemande conduit à une croissance négative de l'économie et à la stagnation, mais elle ne réduit pas les émissions de CO2 », a déclaré Butre.

Des sanctions contre la Turquie potentiellement à venir

La Turquie a été au centre de nombreuses discussions de haut niveau de l'Union européenne cette année. La Grèce et Chypre ont soulevé de multiples plaintes concernant la présence de Navires d'exploration sismique turcs dans les eaux, Athènes et Nicosie prétendent faire partie des zones économiques exclusives respectives de leurs pays.

Lors du sommet du Conseil européen de cette semaine, le bloc s'est abstenu de mettre en œuvre des sanctions contre Ankara, bien que les dirigeants des 27 États membres aient noté les actions « unilatérales » de la Turquie dans la région de la Méditerranée orientale.

« Malheureusement, la Turquie s'est livrée à des actions unilatérales et à des provocations et a intensifié sa rhétorique contre l'UE, les États membres de l'UE et les dirigeants européens. Les activités unilatérales et provocatrices turques en Méditerranée orientale se poursuivent, y compris dans la zone économique exclusive de Chypre », lisent les conclusions du sommet du Conseil européen.


©
REUTERS / YORUK ISIK
PHOTO DE DOSSIER: Le navire de recherche sismique turc Oruc Reis navigue dans le Bosphore à Istanbul, Turquie, le 3 octobre 2018. Photo prise le 3 octobre 2018

Malgré la pression d'Athènes et de Nicosie, l'Union européenne consultera d'abord les États-Unis, notamment la nouvelle administration Biden, avant de prendre des mesures contre la Turquie.

"L'UE cherchera à se coordonner sur les questions relatives à la Turquie et à la situation en Méditerranée orientale avec les États-Unis", indiquent les conclusions.

Date limite dimanche pour l'accord sur le Brexit

Alors que les dirigeants des États membres de l'Union européenne se réunissaient pour le sommet du Conseil européen, Les négociateurs du Royaume-Uni et de l'UE ont continué leurs pourparlers dans l'espoir de conclure un accord de libre-échange avant la date limite auto-imposée de dimanche.

"Nous déciderons dimanche si nous avons les conditions d'un accord ou non", a déclaré von der Leyen lors de la conférence de presse conjointe de vendredi aux côtés de Michel et Merkel.

Le président de la Commission européenne a dîné avec le Premier ministre britannique Boris Johnson mercredi, bien que la réunion n'a pas réussi à résoudre les problèmes de longue date sur la pêche, la gouvernance et les règles du jeu équitables.


©
REUTERS / PISCINE
La présidente de la Commission européenne, von der Leyen, rencontre le Premier ministre britannique Johnson à Bruxelles

« Nous comprenons que le Royaume-Uni aspire à contrôler ses eaux. Le Royaume-Uni doit, d'autre part, comprendre les attentes légitimes des flottes de pêche de l'UE construites sur des décennies et parfois des siècles d'accès », a fait remarquer le président de la Commission européenne.

Jeudi, la Commission européenne a publié une série de mesures d'urgence en vue d'un scénario "sans accord".

Les mesures garantiraient une connectivité routière et aérienne ininterrompue entre le Royaume-Uni et l'Union européenne pendant une période de six mois à compter du 1er janvier, à la fin de la période de transition du Brexit.

Le sommet de l'euro note la réponse "forte" de l'UE au COVID-19

Les chefs d'État de la zone euro ont également tenu une réunion vendredi pour discuter de la réponse du bloc à la pandémie de maladie à coronavirus. Dans un communiqué, les dirigeants ont salué la réponse "forte" de l'UE à la pandémie.

« La réponse politique économique forte, rapide et coordonnée à la pandémie de COVID-19 a été sans précédent mais essentielle pour atténuer son impact socio-économique. La crise nécessitera un soutien continu pour assurer une reprise économique robuste et bien équilibrée tout en préservant des finances publiques saines », indique le communiqué.


©
REUTERS/Olivier Matthys
Le président français Emmanuel Macron s'entretient avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une table ronde lors d'un sommet de l'UE en face à face dans le cadre du verrouillage de la maladie à coronavirus (COVID-19) à Bruxelles, Belgique, le 10 décembre 2020.

Dans le même temps, l'UE doit créer "l'architecture financière" nécessaire pour soutenir la croissance durable et la création d'emplois, ainsi que pour financer les transformations vertes et numériques du bloc, selon le communiqué.

Après un an de litiges internes et externes, l'approbation de la budget de sept ans, fonds de relance COVID-19, et les objectifs en matière de changement climatique signifient que l'Union européenne peut désormais se tourner vers l'avenir alors que von der Leyen et Michel cherchent à mettre en œuvre leurs plans ambitieux.

Une plus grande clarté pourrait être obtenue dimanche, si le Royaume-Uni et l'UE décidaient finalement si un accord commercial peut être conclu ou non.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles