9.1 C
Bruxelles
Vendredi, Février 3, 2023

Les députés présentent des plans pour un système fiscal plus juste et adapté à l'ère numérique

Rapport sur « Fiscalité du numérique : négociations de l'OCDE, résidence fiscale des entreprises du numérique et une possible taxe européenne sur le numérique » © Image utilisée sous licence d'Adobe Stock

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

  • Les règles fiscales internationales établies au début du 20e siècle ne sont pas adaptées à l'économie numérique
  • Un taux minimum d'impôt sur les sociétés nécessaire de toute urgence au niveau international
  • Les impôts doivent être payés là où la valeur est réellement créée

Si les progrès au niveau international stagnent, l'UE devrait faire cavalier seul

Les règles fiscales internationales obsolètes doivent être révisées, y compris un taux d'imposition effectif minimum des sociétés ; l'UE devrait faire cavalier seul si les négociations mondiales échouent.

En adoptant leur résolution quelques mois avant les décisions attendues de l'OCDE, les députés cherchent à maintenir la dynamique au niveau européen tout en poussant à des changements sur leurs préoccupations premières.


Taux d'imposition minimum mondial, nouveaux droits d'imposition et UE en première ligne

Afin de réduire l'évasion fiscale et de rendre les impôts plus justes, les députés européens font un certain nombre de suggestions pour modifier des règles obsolètes établies bien avant que l'économie numérique n'existe.

Ils demandent qu'un taux d'imposition effectif minimum soit fixé à un niveau juste et suffisant pour décourager les transferts de bénéfices et empêcher une concurrence fiscale dommageable. À cet égard, la résolution salue également la récente proposition de l'administration américaine d'un taux global d'imposition des sociétés de 21 %.

L'imposition des droits devrait refléter le fait que, du fait de la numérisation, l'interaction entre les entreprises et les consommateurs contribue de manière significative à la création de valeur dans les modèles commerciaux hautement numérisés. Cela permettrait de payer plus d'impôts là où la valeur est créée, comme cela a toujours été le concept derrière la taxation, plutôt que là où les taux sont les plus bas.

Enfin, les députés insistent sur le fait que l'UE devrait développer sa propre position de repli, qui entrerait en vigueur si les négociations mondiales ne donnent pas de résultats d'ici la fin de l'année. D'ici mi-2021, il devrait y avoir une proposition sur une taxe sur les services numériques et une feuille de route de la Commission avec différents scénarios, avec ou sans accord au niveau de l'OCDE.

La résolution a été adoptée par 549 voix pour, 70 contre et 75 abstentions.


Devis

Pendant débat mercredi, Andreas Schwab (PPE, DE), l'un des co-rapporteurs a déclaré : « Nous avons eu un gros problème ces dernières années avec les services numériques car ils ont été taxés plus légèrement que les services traditionnels. Ce problème s’est encore accru pendant la pandémie de COVID-19. L'égalité de traitement en matière fiscale est non seulement juste, mais elle est également nécessaire à une concurrence loyale. Cette résolution fournit des directives claires et simples sur la façon de rompre avec la taxation différente des entreprises numériques et traditionnelles. »

Martin Hlaváček (Renew, CZ), le deuxième co-rapporteur a déclaré : « Les grands acteurs numériques ne peuvent pas avoir un avantage déloyal sur les PME. Nous avons la responsabilité morale de garantir que les multinationales numériques apporteront leur juste part, comme toutes les autres entreprises et tous les citoyens. Bien que ce problème soit mieux résolu au niveau international, ce doit être la dernière tentative – soit il y a un accord d'ici l'été à l'OCDE, soit l'UE doit adopter sa propre stratégie. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés indéfiniment et compter sur le niveau international.


Contexte

Des discussions sont actuellement en cours au niveau de l'OCDE pour repenser en profondeur les règles fiscales internationales afin qu'elles reflètent mieux les changements importants que les économies ont subis en raison de la mondialisation et de la numérisation. L'objectif est d'avoir un accord à ce niveau d'ici le troisième trimestre 2021.

Le Parlement se concentre sur les défis fiscaux depuis 2015, date à laquelle sa première commission temporaire sur la question a été créée. Ce comité s'est poursuivi jusqu'en 2019, date à laquelle un sous-comité permanent a été mis en place. La sous-commission sur les questions fiscales a commencé ses travaux en juin 2020.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles