7.4 C
Bruxelles
Monday, Octobre 3, 2022

Afghanistan : communiqué des envoyés spéciaux et représentants spéciaux de l'Union européenne, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, de l'OTAN, de la Norvège, du Royaume-Uni et des États-Unis sur le processus de paix en Afghanistan

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Respectueux de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de l'Afghanistan, les participants ont échangé des vues sur l'état actuel du processus de paix en Afghanistan et discuté des moyens de soutenir le désir du peuple afghan d'une paix juste et durable. À cette fin, les participants :

A reconnu la demande généralisée et sincère du peuple afghan pour la fin de la guerre et une paix juste et durable, et a confirmé qu'une telle paix ne peut être réalisée que par un règlement politique inclusif et négocié entre les Afghans. Les participants ont affirmé leur attachement à la résolution 2513 (2020) du CSNU et ont souligné qu'ils s'opposent à l'établissement en Afghanistan de tout gouvernement par la force qui constituerait une menace pour la stabilité régionale.

A souligné la nécessité d'accélérer le rythme des négociations de paix dirigées et prises en charge par les Afghans et s'est engagé à travailler avec le gouvernement de la République islamique d'Afghanistan, les talibans et d'autres dirigeants politiques et de la société civile afghans pour parvenir à une paix globale et durable un accord et un compromis politique qui mettent fin à la guerre au profit de tous les Afghans et qui contribuent à la stabilité régionale et à la sécurité mondiale.

A exprimé sa gratitude au gouvernement du Qatar pour sa contribution de longue date à la facilitation du processus de paix, notamment en accueillant et en soutenant les négociations de paix en Afghanistan depuis le 12 septembre 2020, et a souligné son soutien à la poursuite des discussions entre les équipes de négociation des parties à Doha. A apprécié l'offre de la République de Turquie, de l'Organisation des Nations Unies et de l'État du Qatar de co-convoquer une conférence de paix de haut niveau à Istanbul et s'est félicitée des projets d'événements connexes visant à canaliser les voix de la société civile dans le processus. A demandé instamment la reprise immédiate, sans conditions préalables, de négociations de fond sur l'avenir de l'Afghanistan dans le but d'élaborer et de négocier des positions de compromis réalistes sur le partage du pouvoir pouvant conduire à un gouvernement inclusif et légitime et à un règlement juste et durable.

S'est félicité de l'élargissement du rôle de l'ONU dans la contribution au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, notamment en tirant parti de son expérience et de son savoir-faire considérables pour appuyer d'autres processus de paix.

A fermement condamné la poursuite de la violence en Afghanistan dont les talibans sont en grande partie responsables et a demandé à toutes les parties de prendre les mesures immédiates et nécessaires pour réduire la violence et, en particulier, pour éviter les pertes civiles afin de créer un environnement propice à la recherche d'un règlement politique. Les participants ont en outre appelé toutes les parties à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire en toutes circonstances, y compris celles liées à la protection des civils, et ont exhorté toutes les parties à convenir immédiatement de mesures permettant la mise en œuvre réussie d'un cessez-le-feu permanent et global.

À cet égard, les participants ont appelé les Taliban à cesser leur offensive printanière non déclarée, à s'abstenir d'attaquer des civils et à cesser immédiatement toutes les attaques à proximité des hôpitaux, des écoles, des universités, des mosquées et d'autres zones civiles. En particulier, les participants ont exigé l'arrêt immédiat de la campagne d'assassinats ciblés contre les dirigeants de la société civile, le clergé, les journalistes et autres professionnels des médias, droits de l'homme défenseurs, personnel de santé, personnel judiciaire et autres civils.

À la suite de l'annonce faite le 14 avril par les États-Unis et l'OTAN que les forces américaines et de la mission Resolute Support procéderont à un retrait ordonné, coordonné et délibéré d'Afghanistan, qui doit être conclu d'ici le 11 septembre 2021, les participants ont réitéré que pendant le retrait, la sécurité des troupes internationales doit être assuré et que toute attaque des talibans contre nos troupes pendant cette période sera accueillie avec force. Les participants ont souligné que le processus de retrait des troupes ne devait pas servir d'excuse aux Taliban pour suspendre le processus de paix et que des négociations politiques de bonne foi devaient se poursuivre sérieusement.

À la lumière de ce retrait des forces, les participants se sont réengagés en faveur d'un partenariat solide et durable avec l'Afghanistan, ses institutions gouvernementales et de sécurité et son peuple. Les participants ont également convenu qu'une aide internationale au développement substantielle sera nécessaire pour la stabilité de l'Afghanistan pendant les négociations de paix et ont réaffirmé leur engagement à mobiliser un soutien international pour la reconstruction à la suite d'un accord de paix, sur la base des conditions énoncées dans les documents finaux de la Conférence de Genève de 2020, y compris la préservation et le respect des droits de tous les Afghans, y compris les femmes et les minorités. Les participants ont souligné leur engagement à fournir une assistance civile conditionnelle à l'Afghanistan au-delà d'un retrait militaire dans le but d'assurer un avenir meilleur au peuple afghan.

Réaffirmé que tout accord de paix doit protéger les droits de tous les Afghans, y compris les femmes, les jeunes et les minorités, et doit répondre au désir ardent des Afghans de maintenir et d'exploiter les acquis économiques, sociaux, politiques et de développement obtenus depuis 2001, y compris une plus grande adhésion à l'État de droit, au respect des obligations internationales de l'Afghanistan et à l'amélioration de la gouvernance inclusive et responsable. A souligné que l'appropriation et la direction des négociations intra-afghanes par les parties afghanes sont importantes pour un résultat fructueux. A réaffirmé qu'un Afghanistan stable, sûr et prospère dépend du fait que les femmes jouent un rôle plein et significatif dans les négociations de paix et dans toutes les composantes de la société, y compris au sein du gouvernement.

A souligné que les talibans et le gouvernement de la République islamique doivent respecter leurs engagements en matière de lutte contre le terrorisme, notamment empêcher al-Qaïda, Daech ou d'autres groupes et individus terroristes d'utiliser le sol afghan pour menacer ou violer la sécurité de tout autre pays ; ne pas héberger des membres de ces groupes ; et pour les empêcher de recruter, de former ou de collecter des fonds.

A réitéré que le personnel et les biens diplomatiques sont inviolables et que les auteurs de toute attaque ou menace contre le personnel et les biens diplomatiques étrangers en Afghanistan doivent être tenus pour responsables.

Souligné que – tout en respectant pleinement le droit du peuple afghan à l'autodétermination – les pays et organisations représentés à cette réunion plaident fermement en faveur d'une résolution politique durable et juste qui aboutira à la formation d'un Afghanistan souverain, unifié, pacifique et démocratique, exempt de terrorisme et d'une industrie illicite de la drogue, ce qui contribue à la stabilité régionale et à la sécurité mondiale.

A réaffirmé que le soutien actuel et futur à tout gouvernement afghan dépend du respect des principes énoncés dans le cadre de partenariat pour l'Afghanistan et des progrès vers les résultats du cadre national pour la paix et le développement en Afghanistan II, comme décidé lors de la conférence des donateurs de novembre 2020 à Genève.

Les participants ont appelé le Gouvernement de la République islamique à lutter efficacement contre la corruption et à promouvoir la bonne gouvernance, et à mettre en œuvre une législation anti-corruption. Les participants ont souligné leur conviction que la corruption généralisée sape les fondements de la République ainsi que la capacité de la communauté internationale à continuer à soutenir les institutions afghanes.

A exhorté les Taliban à faciliter l'accès pour l'acheminement de l'aide humanitaire, sans conditions préalables et conformément au droit international humanitaire, aux parties du pays sous leur contrôle effectif.

A souligné l'importance de lutter contre la production et le trafic de drogues illégales et a exhorté les deux parties à éliminer la menace de la drogue à l'intérieur et à partir de l'Afghanistan.

Convenu que le soutien international continu aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes sera nécessaire pour garantir que l'Afghanistan puisse se défendre contre les menaces internes et externes.

A encouragé tous les pays concernés, en particulier les voisins de l'Afghanistan et les pays de la région, à continuer de soutenir le peuple afghan et à contribuer de manière constructive à un règlement de paix durable et à un développement économique durable dans l'intérêt de tous.

A remercié l'équipe de négociation de la République islamique d'Afghanistan et l'équipe de négociation des Taliban pour leurs importantes contributions à la réunion d'aujourd'hui par vidéo et pour la discussion franche et ouverte sur des questions difficiles.

A exprimé sa gratitude au gouvernement allemand pour l'organisation de ces consultations et a convenu de fixer la date et le lieu de la prochaine réunion par la voie diplomatique.

Nabila MASSRALI(le lien envoie un e-mail)

Porte-parole des affaires étrangères et de la politique de sécurité

+ 32 (0) 2 29 88093

+32 (0) 460 79 52 44

Adam KAZNOWSKI(le lien envoie un e-mail)

Attachée de presse pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

+ 32 (0) 2 29 89359

+ 32 (0) 460 768 088

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles