8.8 C
Bruxelles
jeudi, le 2 février 2023

Les réfugiés et les migrants hébergés dans des centres d'accueil serbes reçoivent leurs doses de vaccin contre le COVID-19

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Les réfugiés et les migrants peuvent vivre des vies très précaires, souvent dans la peur et sans accès aux services essentiels de santé et autres. Leurs conditions de vie peuvent également les exposer à un risque accru d'infection au COVID-19, et la pandémie a par conséquent eu un impact disproportionné sur les communautés de réfugiés et de migrants.

La protection de la santé des réfugiés et des migrants est cruciale dans le contexte de la pandémie. En collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), d'autres agences des Nations Unies et des organisations non gouvernementales, l'OMS/Europe travaille avec les États membres pour veiller à ce que ces populations soient incluses dans les plans nationaux de déploiement du vaccin contre la COVID-19 dans le cadre d'un engagement en faveur d'une protection universelle. couverture santé et ne laisser personne de côté.

La Serbie a démontré cet engagement en incluant tous les migrants et réfugiés dans la stratégie nationale de vaccination en tant que groupes de population prioritaires à haut risque.

Apprendre et appliquer : l'OMS engage les agents de santé à préparer le déploiement du vaccin

Depuis plus de 15 ans, le Dr Vesna Bura-Jovanovic aide les gens à accéder aux services de santé essentiels. Elle a travaillé avec des personnes qui ont fui la guerre et la pauvreté et qui ont bravé de longs et souvent périlleux voyages pour atteindre Europe. Maintenant, elle se concentre sur le fait de s'assurer que ces mêmes personnes disposent des outils nécessaires pour se protéger de la COVID-19. L'un de ces outils est un vaccin COVID-19.

L'OMS travaille avec des médecins comme le Dr Bura-Jovanovic qui soutiennent directement les migrants et les réfugiés dans les centres d'accueil et qui contribuent à relayer les informations sanitaires. Garantir un accès équitable à des informations facilement compréhensibles et fiables est essentiel pour aider les gens à se protéger contre l'infection par le COVID-19. Il est également essentiel de répondre à toute préoccupation liée à la vaccination que les réfugiés et les migrants peuvent avoir, d'autant plus qu'ils ne parlent peut-être pas la langue du pays d'accueil. Dans cet effort, les agents de santé jouent le rôle de gardiens de l'information et de la prestation de services à la population cible.

Le Dr Bura-Jovanovic a assisté à une formation de l'OMS pour les agents de santé sur la façon de communiquer avec les vaccinés contre la COVID-19. Elle dit que la formation l'a préparée à répondre aux préoccupations d'une manière adaptée aux besoins des migrants et des réfugiés. Elle a commencé à appliquer certaines des techniques qu'elle a apprises lors de la formation, comme féliciter ceux qui ont reçu leurs vaccins et inviter les personnes déjà vaccinées de la communauté à partager leurs expériences avec les autres.

Le Dr Bura-Jovanovic a été témoin de l'évolution de la situation en Serbie. Depuis 2015, le nombre de réfugiés et de migrants a augmenté, la Serbie étant devenue un point de passage central pour les personnes venant principalement du Moyen-Orient, d'Asie centrale et de Turquie en route vers l'Europe occidentale. En 2020, plus de 60 000 personnes sont passées par des centres d'accueil et d'asile pour migrants en Serbie.

Le Dr Bura-Jovanovic était présent au centre d'accueil près de Belgrade la semaine dernière lorsque plus de 50 réfugiés ont reçu leur première dose de vaccin COVID-19 au point d'entrée.

À ce jour, l'OMS en Serbie a organisé 18 visites dans des centres d'accueil avec des interprètes et des médiateurs culturels pour s'assurer que les informations de santé publique sont fournies de manière précise et appropriée. L'OMS a également ajusté et traduit les documents relatifs à la vaccination en arabe, farsi et anglais, et les a distribués aux 19 centres d'asile et d'accueil avant le début de la campagne de vaccination.

Recommandations de l'OMS

Tous les résidents de chaque pays doivent être inclus dans le plan national de déploiement du vaccin contre la COVID-19 et être éligibles à la vaccination conformément à la stratégie nationale de priorisation basée, par exemple, sur l'âge, les conditions de santé sous-jacentes ou d'autres caractéristiques définies.

Le Groupe consultatif stratégique d'experts sur la vaccination (SAGE) de l'OMS a identifié les réfugiés, les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, les demandeurs d'asile et les migrants vulnérables en situation irrégulière comme potentiellement exposés à un risque significativement plus élevé de maladie grave ou de décès dû au COVID-19. Le SAGE a donc recommandé que les pays considèrent ce groupe comme prioritaire lors de la deuxième étape du déploiement de la vaccination, lorsque l'approvisionnement en vaccins est encore limité mais que les groupes les plus prioritaires - généralement les agents de santé et les personnes âgées - ont été vaccinés.

Conformément à cette recommandation, les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants dans les centres d'asile et d'accueil et de transit ont été inclus dans la phase actuelle de déploiement de la vaccination en Serbie.

"Pour cette population, dont beaucoup résident dans des centres exigus, la vaccination est particulièrement importante car le maintien de la distance physique peut être un défi", a déclaré le Dr Abebayehu Assefa Mengistu, coordinateur des urgences sanitaires de l'OMS.

La Serbie a vacciné avec succès plus de 30% de sa population avec au moins 1 dose d'un vaccin contre le coronavirus.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles