9.8 C
Bruxelles
jeudi, le 22 février 2024
Europe14.2 millions d'euros saisis à des fraudeurs transfrontaliers à la TVA en Hongrie

14.2 millions d'euros saisis à des fraudeurs transfrontaliers à la TVA en Hongrie

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

L'administration fiscale et douanière nationale hongroise (NTCA), soutenue par Europol, a démantelé un groupe criminel organisé impliqué dans la fraude transfrontalière à la TVA (fraude intracommunautaire à l'opérateur défaillant) et la fraude carrousel.

Les deux journées d'action de juin ont donné lieu à :

  • 59 recherches de maison 
  • Arrestations 14
  • Saisie d'actifs d'une valeur de 14.2 M€ dont 4.23 M€ de biens immobiliers, 2.8 M€ de comptes bancaires et 500 000 € d'espèces

Un stratagème compliqué pour échapper au paiement de la TVA

Après que les autorités hongroises ont démantelé un vaste réseau criminel en octobre 2019, qui a réussi à causer des dommages de 12 millions d'euros au budget hongrois, elles se sont concentrées sur trois autres réseaux connexes. Les enquêteurs ont dévoilé une activité criminelle beaucoup plus complexe. Les commerçants disparus qui ont importé des téléphones portables ont soumis leurs déclarations de TVA aux autorités fiscales mais n'ont pas payé la TVA au Trésor national. Leur activité était enregistrée auprès d'hommes de paille et hébergée par des prestataires de services de l'entreprise.

Après avoir importé les articles, les commerçants manquants ont vendu les téléphones portables à perte à plusieurs sociétés tampons, qui ont ensuite vendu les produits à des sociétés de courtage. Les courtiers ont soit revendu les téléphones portables à un prix attractif sur les marchés de l'internet, soit enregistré des livraisons intracommunautaires à plusieurs sociétés relais situées dans différents États membres de l'UE. Encore une fois, l'objectif était de récupérer la TVA, qui n'a jamais été payée par les commerçants manquants. Les sociétés tampons et intermédiaires n'exerçaient aucune véritable activité économique et n'embauchaient pas non plus d'employés. Ces sociétés ont été utilisées exclusivement pour la facturation fictive. Utilisés pendant une courte période seulement, beaucoup d'entre eux ont installé des hommes de paille étrangers comme gérants. Tout en réalisant un avantage de prix significatif en bout de chaîne grâce à la fraude à la TVA, le réseau criminel a causé des pertes fiscales au budget de l'État d'environ 29.8 millions d'euros.

Europol a soutenu l'enquête dès le début en facilitant l'échange d'informations et en fournissant un soutien analytique. Au cours des journées d'action, Europol a déployé trois experts en Hongrie pour aider les enquêteurs sur le terrain avec une analyse en temps réel des informations opérationnelles par rapport aux bases de données d'Europol. Un support technique a également été fourni en extrayant les données stockées sur les appareils mobiles.

Redonner l'argent aux contribuables

La fraude intracommunautaire des manquants (MTIC) n'affecte pas seulement les gouvernements, mais tous les citoyens. Les milliards d'euros que les gangs du crime organisé escroquent aux contribuables par le biais de ce stratagème d'escroquerie volent en fin de compte les citoyens, affectant le financement des services publics vitaux. Criminalité transfrontalière par définition, sa lutte efficace nécessite des opérations coordonnées au niveau international associant les États membres concernés, Europol et des partenaires de confiance. 

Europol a récemment créé le Centre européen de lutte contre la criminalité financière et économique (EFECC) accroître les synergies entre les enquêtes économiques et financières et renforcer sa capacité à accompagner les services répressifs dans la lutte efficace contre cette menace criminelle majeure.

La fraude MTIC est une priorité pour l'Union européenne pour la période 2018-2021 dans sa lutte contre le crime organisé.
En savoir plus sur la fraude MTIC.  

Dans 2010, l'Union européenne a mis en place cycle politique quadriennal assurer une plus grande continuité dans la lutte contre la grande criminalité internationale et organisée. En 2017, le Conseil de l'UE a décidé de poursuivre le cycle politique de l'UE pour la période 2018-2021. Il vise à lutter contre les menaces les plus importantes posées par la criminalité internationale organisée et grave pour l'UE. Cet objectif est atteint en améliorant et en renforçant la coopération entre les services concernés des États membres, des institutions et des agences de l'UE, ainsi que des pays et organisations non membres de l'UE, y compris le secteur privé, le cas échéant. Fraude MTIC est l'une des priorités du cycle politique.
- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -