12.5 C
Bruxelles
Jeudi, Mars 23, 2023

Cannabis : enfer ou paradis ?

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Christian Mirre
Christian Mirre
Doctorat en Sciences, est titulaire d'un Doctorat d'Etat ès Sciences de l'Université de Marseille-Luminy et a été biologiste de longue date à la Section des Sciences de la Vie du CNRS. Actuellement, représentant de la Fondation pour une Europe sans drogue.

La première utilisation connue du cannabis remonte à 2700 av. J.-C., lors de rituels en Chine. C'était la drogue qui "enlève l'esprit". Ainsi, depuis des décennies (pour ne pas dire des millénaires), les espèces de Cannabis (C. sativa, C. indica, C. ruderalis) font l'objet de controverses quant aux multiples propriétés de ses composants. En effet, pas moins de 113 cannabinoïdes ont été isolés à ce jour dont le bien connu Delta-9-THC (TetraHydroCannabinol) qui a été isolé en 1963 par l'équipe de Mechoulam. Le delta-9-THC est le terpène hautement liposoluble (et non un alcaloïde comme cocaïne et opium) produit que certains humains affectionnent pour ses actions psychoactives, les "highs", et dans une moindre mesure le Delta-8-THC. L'autre substance la plus promue est le CBD (le cannabidiol) qui est considéré par de nombreux vendeurs et utilisateurs comme un produit "miraculeux" avec certaines propriétés médicales.

En y regardant de plus près, à l'exception de l'effet psychoactif, le CBD et le THC partagent de nombreuses actions et effets secondaires similaires sur le corps humain. Une longue liste a déjà été établie. De plus, il a également été démontré dans une étude de 2016 (1) que le CBD est capable de se transformer lentement en THC dans un milieu acide chaud, et c'est de cela que se compose le liquide gastrique de l'estomac. Il semblerait donc que cela explique les similitudes ci-dessus des effets CBD/THC !

Pour mieux comprendre pourquoi ces types de substances chimiques sont synthétisées, il faut garder à l'esprit leur objectif initial : ces substances sont des métabolites secondaires, inutiles à la vie en soi, mais indispensables pour protéger les organismes de leurs prédateurs et assurer la survie des les espèces. Ainsi, c'est pourquoi dans le cas du cannabis, les trichomes (petites vésicules à la surface de la plante) contenant le THC sont très abondants sur les plantes femelles au fleur niveau, la partie préférée des consommateurs de marijuana. C'est le même objectif pour de nombreuses plantes que pour l'opium extrait des coques/capsules de pavot contenant les graines.

Pour mémoire, ce mécanisme de survie utilisant des substances psychoactives ou toxiques fait partie de la lutte pour la vie. Ce genre de substances est également utilisé par les moisissures, les champignons, les plantes mais pas seulement : de nombreux petits animaux comme les éponges, les poissons, les oiseaux, les grenouilles, etc., synthétisent au niveau de l'épiderme des toxines (psychoactives) comme défense contre d'éventuels prédateurs.

Dans le cas du cannabis, les recherches faites pour comprendre le mécanisme d'action du THC à l'origine des « highs » ont permis de découvrir dans les années 1990 un autre système biologique complexe et ancien important appelé improprement le Système Endocannabinoïde (SEC).

En bref, le THC est un métabolite liposoluble donc capable de circuler dans l'organisme et de traverser la barrière hémato-encéphalique et de concurrencer les ligands naturels/endogènes (Anandamide/AEA et 2-AG/2-arachidonoylglyerol) de deux récepteurs clés nommés CB1R et CB2R :

-Les récepteurs CB1 sont densément exprimés dans le système nerveux central et le cervelet et modérément dans la moelle épinière. Ils sont également présents dans le système nerveux périphérique dans les poumons, le cœur, l'intestin, le foie, le pancréas, les ovaires, les testicules, la peau et les os.

-Les récepteurs CB2 sont plus liés au système immunitaire et au foie, au placenta et moins présents dans les systèmes nerveux central et périphérique.

En conséquence, le système endocannabinoïde (SEC) est impliqué dans : la mémoire, l'humeur, l'appétit, le sommeil, la réponse à la douleur, les nausées, les émotions, la thermorégulation, l'immunité, la fertilité et dans le système de récompense, celui qui provoque la dépendance ; ECS maintient la stabilité de l'organisme, l'homéostasie.

Le SEC présent dans l'appareil reproducteur de la femme est impliqué dans toutes ses fonctions physiologiques dont l'implantation des ovocytes, la modification de l'endomètre et la placentation (2). L'exposition des femmes au cannabis/THC a été associée à un échec précoce de la grossesse et de plus, lorsque le THC, également capable de traverser la barrière placentaire, est présent dans le sang de la femme enceinte, il mettra non seulement en danger la viabilité de l'embryon et du fœtus, mais aura également répercussions postnatales pour le bébé : risques de malformations dont l'anencéphalie et risques de TDAH plus tard (Troubles déficitaires de l'attention et hyperactivité), troubles des apprentissages et même schizophrénie (3-4).

Ainsi, pour protéger la population mondiale de la drogue utilisent des effets nocifs, la sagesse humaine a établi les Conventions internationales des Nations Unies sur le contrôle des drogues de 1961, 1971 et 1988 (5) et plus spécifiquement pour les jeunes avec l'article 33 de la Convention relative aux droits de l'enfant de 1989 (6). Et même aujourd'hui 2021, le Cannabis est toujours sous ces contrôles malgré l'énorme lobbying fait par certains trafiquants de drogue étant des gouvernements, des politiciens, des institutions, des ONG, ayant des intérêts politiques et/ou financiers acquis. Mais ce dont ils omettent de parler, ce sont les coûts humains et sociaux globaux élevés de la toxicomanie, des coûts élevés allant bien au-delà de l'usage des drogues elles-mêmes et avec les conséquences désastreuses qui en découlent :

-pour la santé publique avec soins et traitements : 111 000 personnes ont suivi des traitements liés à la consommation de cannabis en Europe (7),

-pour la sécurité publique, avec les accidents de la circulation et du travail, les délits et le terrorisme,

-pour la perte de potentiel des jeunes et de productivité du travail,

-pour avoir porté atteinte à la gouvernance des États par la corruption de fonctionnaires et le blanchiment d'argent,

-pour la dégradation de l'environnement due aux déchets chimiques toxiques, à la déforestation, à la dégradation des sols et aux problèmes d'eau (les plantations de cannabis ont besoin d'une grande quantité d'eau).

Maintenant, avec toutes ces données de base à l'esprit, et en vous rappelant le but de ces métabolites secondaires, vous pouvez répondre par vous-même à la question : Cannabis : Enfer ou paradis ?

Avec une centaine d'associations et de groupes à travers Europe, FDFE (la Fondation pour une Europe sans drogue) considère que le problème de la drogue peut être réduit en éduquant les jeunes et le grand public sur les effets nocifs de la consommation de drogue. En effet, munis des bonnes informations sur ce que sont vraiment les drogues, n'importe qui, jeunes et adultes, prendra la bonne décision pour une vie saine, sûre et heureuse.
Nos supports, dans le cadre de la campagne La Vérité sur les Drogues, sont disponibles en 17 langues, sur:  www.fdfe.eu

Crédit photo : Photo par Avery Doux on Unsplash

                References 

(1) J. Merrick et al. Identification des dégradants psychoactifs du cannabidiol dans les fluides gastriques et physiologiques simulés. Recherche sur le cannabis et les cannabinoïdes, Vol. 1.1, 2016
(2) E. Fride. Rôles multiples pour le système endocannabinoïde au cours des premiers stades de la vie : développement prénatal et postnatal. Journal of Neuroendocrinology 20 (Suppl. 1), 75-81, 2008
(3) ST Wilkinson et al. Impact de la consommation de cannabis sur le développement des troubles psychotiques. Représentant Curr Addict, 1,115-128, 2014
(4) Batya Swift Yasgur. Psychose induite par le cannabis chez les adolescents et les jeunes adultes : facteurs de risque, détection, gestion. Psychiatryadvisor.com/home/topics/addiction/cannabis-use. 25 juin 2019.
(5) www.unodc.org/documents/commissions/CND/Int_Drug_Control_Conventions
(6) www.ohchr.org/en/professionalinterest/pages/crc.aspx
(7) Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (2021), European Drug Report 2021.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -

Doit lire

- Publicité -

Derniers articles