4.7 C
Bruxelles
Thursday, Décembre 1, 2022

Comment Europol assure-t-il la sécurité des espaces en ligne ?

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

12 fraudeurs en ligne arrêtés dans une opération mondiale contre les contrefacteurs

Du 1er mai 2021 au 14 novembre 2021 s'est déroulée l'Opération In Our Sites qui a permis l'arrestation de 12 suspects, la saisie de 2.6 millions d'euros de contrefaçon et d'espèces pour une valeur de 460 468 euros.

Des trafiquants d'êtres humains cloués au sol dans 29 pays d'aéroports et de routes européens

Des trafiquants d'êtres humains cloués au sol dans 29 pays d'aéroports et de routes européens

Entre le 8 et le 12 novembre, Europol a soutenu une action internationale de grande envergure contre la traite des êtres humains. 29 pays*, menés par l'Autriche et la Roumanie, ont participé aux journées d'action, qui ont été coordonnées par Europol et Frontex. Ces activités ont vu plus de 14 000 agents des forces de l'ordre cibler les itinéraires de trafic sur les routes et dans les aéroports. Cela a abouti à 212 arrestations et à l'identification de 89 autres suspects de trafic.

L'Allemagne, le Royaume-Uni et Europol ciblent des sites Web djihadistes violents

L'Allemagne, le Royaume-Uni et Europol ciblent des sites Web djihadistes violents

Au total, 50 sites Web consacrés à la diffusion de propagande terroriste en ligne et à la promotion d'une idéologie djihadiste violente ont été ciblés au cours d'une action de renvoi qui a eu lieu la dernière semaine d'octobre.

Europol et la Banque européenne d'investissement signent un accord de travail

Europol et la Banque européenne d'investissement signent un accord de travail

La Banque européenne d'investissement (BEI) et Europol ont signé un accord de travail qui facilite le partage d'informations et d'expertise dans la lutte contre la fraude et la corruption en Europe.
Europol a accueilli aujourd'hui le vice-président de la Banque européenne d'investissement, Kris Peeters, pour la signature d'un accord de travail entre nos deux organisations. M. Peeters a été rejoint au siège d'Europol à La Haye par la directrice exécutive d'Europol, Catherine De Bolle. 

Le terrorisme est une menace constante pour les sociétés du monde entier et l'utilisation d'Internet et des médias sociaux par les terroristes a considérablement augmenté ces dernières années. Les groupes djihadistes, en particulier, ont démontré une compréhension sophistiquée du fonctionnement des réseaux sociaux et ont lancé des campagnes bien organisées et concertées sur les réseaux sociaux pour recruter des adeptes. Ces campagnes promeuvent ou glorifient des actes de terrorisme et d'extrémisme violent et ont conduit à des contenus viraux en ligne dans le passé.

En réponse à cela, en 2015, le Conseil Justice et Affaires Intérieures a mandaté Europol pour créer le Unité de référence Internet de l'UE (EU IRU), dans le cadre du Forum Internet de l'UE plus large, afin de réduire l'impact des contenus Internet faisant la promotion du terrorisme ou de l'extrémisme violent.

Surveillance du contenu terroriste en ligne

Ces dernières années, la communauté internationale a été confrontée à un territoire largement inexploré en matière de contenu extrémiste en ligne. Cependant, l'adoption de la Règlement UE(2021)/784 d'avril 2021, qui traite de la diffusion de contenu terroriste en ligne, modifiera les relations de travail du Centre européen de lutte contre le terrorisme avec les États membres et les entreprises technologiques et les responsabilités de l'EU IRU évolueront parallèlement à ce changement législatif. Dans les prochains mois, les États membres seront en mesure d'exiger la suppression du contenu des fournisseurs de services en ligne eux-mêmes via une plate-forme appelée PERCI. Cette plateforme est une solution technique construite par Europol et gérée par l'EU IRU pour faciliter la mise en œuvre du nouveau règlement. Avant cela, le processus de suppression du contenu terroriste en ligne était entièrement volontaire de la part des entreprises technologiques.

"C'est un moment historique parce qu'il touche aux aspects fondamentaux de droits de l'homme et des libertés», explique un spécialiste de l'EU IRU. « D'une part, nous devons être sûrs, en tant qu'Européens, de ne pas porter atteinte à ces droits et de sécuriser la zone ; mais en même temps, nous devons prendre des mesures concrètes pour contrôler l'utilisation abusive d'Internet par des acteurs malveillants. C'est un équilibre difficile à trouver, mais il faut le faire.

La grande majorité des entreprises technologiques ont pris des mesures importantes pour protéger leurs plateformes contre les abus terroristes. Néanmoins, l'environnement en ligne reste un espace attractif pour les réseaux criminels terroristes qui continuent de cibler les services offerts par les entreprises technologiques à des fins de recrutement, de collecte de fonds et de propagande.

Lutte contre le terrorisme et le trafic de migrants

Mais comment l'EU IRU aide-t-elle exactement à assurer la sécurité des espaces en ligne ? "C'est une opération XNUMX heures sur XNUMX", explique le spécialiste, "une fois que nous avons identifié le contenu terroriste lui-même, nous essayons de cartographier sa trace sur Internet. Nous collectons toutes les informations accessibles au public autour de ce contenu et créons un « progiciel de référence » à exploiter à différentes fins : pour évaluer la menace, soutenir les enquêtes et suggérer une éventuelle référence aux fournisseurs de services en ligne. » Le renvoi est la transmission d'une notification de contenu Internet par Europol ou les États membres aux fournisseurs de services en ligne. 
Sur la base de ces références, l'EU IRU coordonne également les journées d'action de référence. Celles-ci sont organisées régulièrement, tant dans les locaux d'Europol qu'à distance. Les journées d'action de référence facilitent la coopération directe avec les représentants des services répressifs dans les États membres de l'UE et sont indispensables dans la lutte actuelle d'Europol contre le terrorisme. Depuis 2015, l'EU IRU a organisé un total de 23 journées d'action de référence.

L'EU IRU se compose de quatre équipes distinctes et emploie un certain nombre de spécialistes aux compétences variées, notamment opérationnelles, linguistiques, techniques et de recherche. Les spécialistes qui travaillent avec l'arabe, par exemple, sont embauchés non seulement pour ces capacités, mais aussi pour leur compréhension aiguë du fonctionnement du processus de radicalisation menant à l'extrémisme violent. « La langue est très importante dans le phénomène du djihadisme », explique un spécialiste de ce domaine, « mais il faut aussi avoir une compréhension approfondie de la façon dont les réseaux djihadistes abusent de l'environnement en ligne pour recruter et radicaliser les gens ». 

La portée de l'EU IRU ne se limite pas non plus au contenu djihadiste. Depuis l'attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en 2019, il y a eu une augmentation du contenu d'extrême droite en ligne. L'EU IRU a récemment pris des mesures pour traiter le contenu non djihadiste et a fait appel à des experts pour renforcer cette capacité au sein du Centre européen de lutte contre le terrorisme d'Europol. L'EU IRU soutient en outre le Centre européen de lutte contre le trafic de migrants d'Europol en signalant le contenu utilisé par les trafiquants proposant des services de trafic de migrants et de réfugiés.

Collaboration et confiance

L'EU IRU est dans une position unique lui permettant de cartographier les réseaux terroristes à travers les frontières et de voir comment ils sont liés à des affaires dans divers États membres. C'est cette vision globale qui contribue au démantèlement des réseaux criminels et à la fourniture d'informations pour les enquêtes. La création du Forum Internet de l'UE, puis de l'UE IRU, a considérablement amélioré la coopération volontaire entre le gouvernement, les entreprises technologiques et la société civile pour lutter contre le terrorisme en ligne et l'extrémisme violent dans le cadre du partenariat public-privé.

«Au sein de l'EU IRU, du Centre européen de lutte contre le terrorisme et d'Europol plus généralement, nous respectons les droits et libertés fondamentaux dans un cadre juridique solide, explique le spécialiste, et c'est pourquoi nous avons la confiance de la communauté internationale, des entreprises auxquelles nous s'engager avec, et les États membres. Nous sommes très déterminés à instaurer cette confiance - et la confiance est notre plus grande réussite à Europol.'

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles