8 C
Bruxelles
Saturday, Février 4, 2023

Interview : Primat de la Vraie Église Orthodoxe Bulgare, à propos de son Église. Partie un

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Petar Gramatikov
Petar Gramatikovhttps://www.europeantimes.news
Le Dr Petar Gramatikov est rédacteur en chef et directeur du European Times. Il est membre de l'Union des reporters bulgares. Dr. Gramatikov a plus de 20 ans d'expérience académique dans différentes institutions d'enseignement supérieur en Bulgarie. Il a également examiné des conférences, liées aux problèmes théoriques impliqués dans l'application du droit international dans le droit religieux où une attention particulière a été accordée au cadre juridique des nouveaux mouvements religieux, la liberté de religion et l'autodétermination, et les relations État-Église pour le pluralisme -Etats ethniques. En plus de son expérience professionnelle et académique, le Dr Gramatikov a plus de 10 ans d'expérience dans les médias où il a occupé les postes de rédacteur en chef d'un périodique trimestriel touristique « Club Orpheus » – « ORPHEUS CLUB Wellness » PLC, Plovdiv ; Consultant et auteur de conférences religieuses pour la rubrique spécialisée pour les personnes sourdes à la télévision nationale bulgare et a été accrédité en tant que journaliste du journal public « Help the Needy » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse.

INTERVIEW : Primat de la Vraie Église Orthodoxe Bulgare, Métropolite Serge de Messembria (Moiseenko) à propos de son Église, de sa hiérarchie et de sa créativité « laïque ».

Portail « Credo.Press » : To the International Synaxis of True Orthodox Churches [une union de juridictions orthodoxes « alternatives », qui a été initiée par le Tomos de communion entre le Synode du métropolite Raphaël (dans le schéma – Seraphim) (Motovilov) en La Russie et le Synode du calendrier paternel de la Métropolite Angèle en Grèce en 2011 – Env. Ed.] Vous êtes le Primat du CPI de Bulgarie. Cependant, il est à noter que vous passez la majeure partie de votre vie en Russie. Quelle en est la raison et quelle est la position de l'Église que vous dirigez ?

Métropolite Serge : Je suis depuis huit ans Primat de la Vraie Église Orthodoxe Bulgare, sous le titre « Sa Béatitude Métropolite de Messembrie et de tous Bulgarie.” Parallèlement à cela, je suis un citoyen russe et je ne peux pas rester dans d'autres pays plus longtemps que le temps imparti. Mais ce n'est pas le sujet. Dans cette interview, j'agis en tant que co-président de la Synaxe internationale des véritables Églises orthodoxes.

L'Église bulgare est petite. Surtout en comparaison avec des « géants » comme le russe ou le grec. Mais fort et soudé. Les gens au hasard n'y restent pas. Il suit son propre chemin, se développe et s'étend. Des terres sont récupérées, des temples sont construits, des monastères sont établis et construits. Tout en temps voulu et à sa manière.

En tant que primat de l'Église, je considère mes grandes réalisations personnelles, bien sûr, avec l'aide active de mes amis et collègues, la construction de la première église dans la péninsule balkanique de Sainte Matrone de Moscou, qui a fonctionné avec succès en la ville de Plovdiv depuis cinq ans maintenant, et un petit monastère des saints Cyrille, Méthode et tous les enseignants slovènes dans le district de Tchekhov de la région de Moscou, dans lequel se trouve aujourd'hui une chapelle et des services sont célébrés.

– Vous n'avez même pas de permis de séjour en Bulgarie ?

– Je n'en vois pas l'utilité. De plus, vivre en Bulgarie coûte cher et ma présence constante n'est tout simplement pas nécessaire.

– Il est assez inhabituel que toute l'Église ne voit vivre son primat qu'occasionnellement… Comme on le sait, il existe plusieurs juridictions « alternatives » en Bulgarie. Quelle est l'origine de la hiérarchie de l'Église que vous dirigez, qui fut son premier primat, a-t-elle un Synode et d'autres évêques ?

– Eh bien, le ROC-MP voit aussi son primate périodiquement, surtout récemment, bien que le patriarche Kirill vive en Russie.

Quant à l'ICCP, nous descendons hiérarchiquement du Synode du Patriarche bulgare Pimen des années 1990. Le premier primat de l'IPBC était le métropolite Daniel (Stoykov), ordonné en 1999 par les hiérarques suivants du synode de Pimenov : Innocent (Petrov), métropolite de Sofia, Boris (Bogoev), métropolite de Plovdiv, Gabriel, métropolite de Nevrokop, James , métropolite de Samemokov Constantine, évêque de Markianopolis, et Nikon, évêque d'Agatopolis.

Spirituellement, idéologiquement, nous sommes plus proches de la doctrine de l'Église orthodoxe russe hors de Russie. A l'époque où elle était réelle.

La structure de notre Église est quelque peu différente des autres. Je le répète, nous sommes une petite Église et n'avons pas besoin d'un tas d'institutions gouvernementales inutiles. Au lieu du Synode, le Conseil suprême de l'Église opère dans l'Église, présidé par le Primat de l'Église. Et ça suffit. Tous les évêques ont le statut de vicaires et sont subordonnés au primat. Actuellement, j'ai un vicaire – l'évêque Pierre de Dioclétienopolis. J'espère vivement que lors de la prochaine rencontre de la Synaxe en Grèce, avec d'autres primats, un autre évêque sera ordonné pour notre Église, dont le nom a eu lieu il y a trois ans, mais la consécration a été reportée pour une raison ou une autre, tout à fait objective les raisons.

– Qui est cet évêque nommé et comment se déroule l'élection des évêques au sein de l'ICBC ?

– C'est l'archimandrite Filaret (Romanov), mon assistant, qui s'occupe actuellement de toutes les questions liées au monastère de la région de Tchekhov. L'évêque est élu par le Conseil suprême de l'Église sur proposition du primat.

– Pourquoi vous et votre vicaire avez-vous des titres selon des noms de villes grecs, et non bulgares (slaves) ?

– Ce sont les anciens noms traditionnels des chaises bulgares. Et les anciens noms des villes bulgares. Plovdiv, par exemple, était Philippopolis.

– Entretenez-vous des relations avec d'autres TOC en Bulgarie, dont la plus connue est la juridiction du métropolite Photius, qui consiste en communion avec le ROCOR (A) et le Synode « Chrysostomos-Cyprien » du TOC de Grèce ?

– Non, nous ne le faisons pas. Du moins, je n'ai connaissance d'aucun cas où des représentants de ladite juridiction sont venus me voir avec des offres de communication, ou du moins des tentatives de le faire.

Notre Église est une organisation religieuse centralisée officiellement enregistrée et opère dans ce statut depuis la deuxième décennie. Quelle est l'histoire de la juridiction du métropolite Photius et s'il s'agit d'une structure enregistrée indépendante, hélas, je ne sais pas.

– Sur les réseaux sociaux, vous êtes également connu comme poète, écrivain et compositeur Svyatoslav Moiseenko – c'est le nom de votre blog officiel. Certains des textes et images publiés sur ce blog sont assez inhabituels pour la tradition orthodoxe, compte tenu de votre statut hiérarchique et monastique. Par exemple, toutes sortes de câlins, de baisers, de poèmes aux accents romantiques, l'absence de tout témoignage chrétien clair… Comment cela se combine-t-il avec l'ascétisme monastique et la haute dignité d'un véritable archipasteur orthodoxe ?

– Oui, vous savez formuler les questions… Je ne pensais pas que cela intéresse autant la communauté orthodoxe au sens large, mais peut-être serait-il encore mieux d'en parler. Fatigué des spéculations sur cette question, et je voudrais répondre une fois. Mais c'est compréhensible et détaillé. Afin de ne pas avoir à répéter et à revenir encore et encore.

Je suis heureux qu'en tant qu'écrivain, poète, compositeur, publiciste et personnalité publique, je sois considéré comme l'un des meilleurs. Selon le portail GLOBAL MSK, je suis à la 2633e place dans le classement des personnalités de Moscou, dans le classement Culture et Art – à la 168e place et dans le classement des poètes – 12e V. Mayakovsky, A. Shaganov, N. Dobronravov, L. Rubalskaya, A. Fet, S. Yesenin, A. Pushkin, A. Voznesensky apparaissent).

Il est possible de répertorier mes prix et récompenses littéraires pendant longtemps, je n'en nommerai que quelques-uns: l'insigne de l'Union russe des écrivains « Etoile du patrimoine » degrés II et III – pour l'activité littéraire dans l'esprit des traditions russes culture; la médaille « À l'éclaireur de l'éducation » de l'Académie de littérature russe, la médaille d'argent du prix Alexander Blok « Je vous ai dit surnaturel » ; Médaille de la Fondation pour la paix de Moscou « Pour le mérite dans la culture et l'art » ; Médaille «Notre patrimoine» du nom de GV Sviridov OOD «Russie orthodoxe», un certain nombre de médailles de l'Union des écrivains de Russie et de l'Union des écrivains russes.

Le don de créer, de créer de la beauté, d'écrire, de composer des chansons, de la musique, de la poésie – c'est sans aucun doute un don de Dieu. Et c'est un grand péché de l'enterrer dans le sol, en négligeant ce dont le Seigneur vous a doté. Mon professeur, mentor et, j'ose l'espérer, dans une certaine mesure un ami, de mémoire bénie, le métropolite de Volokolamsk et Yuryevsk Pitirim (Nechaev) a dit que la musique, un chant est une sorte de prière qui s'envole vers le ciel. Tout dépend de ce que nous le remplissons.

Vous parlez de la haute dignité de l'archipasteur… Et qu'est-ce que c'est ? Dans une ascèse stricte ? Jeûne incessant et prière incessante ? Donc pour cela il y a des ermites et des ermites. En sagesse et prudence ? J'espère que cela me suffit. Dans l'amour, le pardon et la compréhension ? Et cela est présent en moi. Même en excès. A « gonfler les joues », fierté et portage haut de sa propre personne (donc, à Dieu ne plaise, de ne pas éclabousser en chemin) ? Alors j'ai toujours ri de telles tentatives. Comprenez, que ce soit en robe d'évêque, en soutane de tous les jours ou en costume profane – j'ai été et je reste évêque, par la grâce de Dieu. Et c'est un axiome. Pendant l'ordination, le Saint-Esprit ne descend pas sur les vêtements. Par personne. Et il demeure sur une personne jusqu'à ses derniers jours. Il est peu probable que les apôtres, comme le premier des évêques, portaient une soutane avec une soutane, des capuchons et des coques, des robes avec des cloches, une panagia et bien plus encore. Ils sont restés les mêmes qu'avant. De la même manière qu'ils ont suivi le Sauveur. Et leur force n'était pas du tout dans les vêtements. Pas en forme. Et seulement dans le contenu.

De plus, mon travail évoque, je l'espère, pour la plupart, des émotions positives. Il n'y a pas de négativité là-dedans. Elle éveille dans les âmes humaines le meilleur qui leur permet de rester légères. Et quelque part ils font même appel à la conscience, à l'amour, à l'amitié, au devoir.

On m'accuse de jouer sur scène, en tant qu'auteur et interprète, dans une image laïque. Mais, ayez pitié, je ne considère pas approprié de le faire en soutane et avec une panagia. C'est faux. De la même manière, l'archevêque Luc (Voino-Yasenetsky) n'a pas jugé approprié d'opérer en vêtements de brocart et mitre.

Quant à embrasser et embrasser des amis. Ne le faites-vous pas lorsque vous rencontrez des êtres chers ? C'est juste que vous n'êtes pas photographié à un tel moment. C'est toute la différence. Un baiser fraternel est le plus haut degré de confiance. Je voudrais rappeler que c'est lui qui est présent lors de la salutation liturgique « Le Christ est au milieu de nous – Et est et sera ».

– Je ne parle même pas de baisers fraternels, mais, par exemple, de baisers sur scène avec des femmes, ce qui semble inhabituel pour un moine…

– Mes « baisers » avec les femmes sont tout aussi chastes. Comme un baiser d'une mère ou d'une sœur. Et seul un fantasme perverti peut voir le contraire.

– L'apôtre Paul dit que même si manger de la viande tente un frère, il ne « mangera pas de viande pour toujours » (1 Cor. 8:13). Si vous vous assurez que votre activité dans le show business séduit certains Vrais Chrétiens Orthodoxes, serez-vous prêt à la quitter ou à la modifier d'une manière ou d'une autre ?

– Une question ambiguë. Trouvons-le. Pas de mensonges, d'hypocrisie et d'hypocrisie.

Si mon activité séduit mon frère, je souligne - frère, c'est-à-dire la personne que je perçois comme telle, accepte comme telle et appelle telle sans hypocrisie, alors cela deviendra une raison de poids pour mes réflexions sérieuses, mes prières et mes recherches spirituelles. Si tout ce qui précède concerne certains hypothétiques vrais chrétiens orthodoxes, dont je ne sais pas et que je ne connais pas, alors, bien sûr, non. Il en va de même pour les apologistes du Patriarcat de Moscou. Et je vais expliquer pourquoi.

Je ne vole pas délibérément l'Église, je n'utilise pas le trésor de l'église à des fins personnelles et égoïstes, je ne m'assois pas au cou des paroissiens, ne laissez pas les dons faits à la gloire de Dieu se perdre, comme beaucoup d'autres . Je gagne ma vie par mon travail. Le même talent que le Seigneur m'a donné. En un mot, la musique, la chanson, la capacité de créer de la beauté, la capacité de donner aux gens de la bonne humeur, la capacité de faire appel aux sentiments et de brûler le cœur avec un verbe. Mes poèmes et aphorismes sont largement cités sur Internet, les pensées exprimées dans mes publications ou romans suscitent un vif intérêt et des discussions – à la fois dans les médias et parmi de nombreux lecteurs. Les soirées créatives que j'organise avec l'aide et la participation de mes amis pour les admirateurs de mon talent et simplement pour les personnes qui préfèrent le grand art aux ersatz de bas niveau laissent une impression inoubliable sur les participants et un long arrière-goût de bonheur, de joie et de pureté. Tout ce qui reste pour subvenir à mes besoins primaires va à la charité, à la charité, aux besoins de l'église.

Si mes "frères" ou hypothétiques vrais croyants orthodoxes, gênés par ma créativité et le talent pour lequel je ne me lasse pas de remercier le Tout-Puissant, insistent pour arrêter mon activité sociale créatrice laïque ou la changer fondamentalement, je ne m'opposerai pas et ne m'opposerai pas. Mais eux aussi devraient comprendre qu'ils devront assumer le fardeau financier qui surviendra invariablement à la suite de la fin ou de la modification de ce que je fais en dehors de l'Église. Sont-ils prêts à supporter une charge financière considérable sur leurs épaules ? Pour votre propre tranquillité d'esprit? Je doute. Et sont-ils prêts à reconsidérer leur vie pour ma tranquillité d'esprit ? Si je suis confus par leur comportement et leurs activités ? J'en doute deux fois.

– Excusez-moi, mais quel est, pour ainsi dire, le « prix de l'émission » ? Les paroles de l'Apôtre Paul (1 Cor., 9 : 13-14) sont connues que ceux qui servent l'autel mangent de l'autel. En règle générale, les communautés réussissent assez bien à maintenir leur clergé, mais dans votre cas, il s'agit généralement de toute une Église locale…

– Dans ce cas, nous ne parlons pas de l'entretien d'un moine ascétique, mais de l'entretien du Primat de l'Église avec ses voyages constants, ses réunions, sa résidence et son administration, son fonds de récompense et ses dépenses d'accueil. Et c'est un niveau de dépenses complètement différent.

Si je ne me trompe, c'est l'Apôtre Paul qui appelle : « Ne soyez pas trop sage, mais soyez sage avec mesure. Et tout a son temps. Les contradictions entre le profane et le spirituel seront sûrement résolues. Par la grâce de Dieu. "Les jours sont submergés par sa colère" - chaque jour a assez de ses propres soucis.

Et pourtant, ne multipliez pas les entités au-delà de toute mesure. Quiconque condamne doit se souvenir : avant de condamner quelqu'un, regarde dans ton propre cœur. Et vous trouverez en lui beaucoup de choses qui méritent la condamnation et la censure les plus sérieuses. Et seulement alors, lorsque vous faites face à vos propres défauts spirituels, pouvez-vous essayer d'aider vos frères à « voir la lumière ». Mais pas avant quand vous serez vous-même purs devant Dieu et les hommes.

– Permettez-moi encore une précision concernant le côté « laïc » de votre activité. J'ai entendu la stupéfaction au sujet du contenu de vos poèmes et chansons. Ils parlent beaucoup d'amour – mais dans un sens romantique, sentimental, peut-être même érotique du terme. Un tel amour, du point de vue de la tradition orthodoxe, se balance souvent au bord de la passion pécheresse. Mais le véritable témoignage chrétien, la Bonne Nouvelle, n'est pas entendu dans ces œuvres… A quoi ces priorités sont-elles liées ?

- Vous n'êtes pas correcte. Entendu. En particulier, beaucoup de mes chansons sur un thème religieux et patriotique sont interprétées. Par exemple, les chansons « Prière », « Prière pour les petits », « Croix russe », « Prière des forts », « Pour la Russie », etc. En général, il y a beaucoup d'œuvres sur des thèmes chrétiens dans mon travail.

Je dois noter qu'il existe de nombreuses tentations dans le monde que mes « frères en Christ » « surmontent » avec succès, avec lesquelles ils coexistent remarquablement et auxquelles, disons, ils préfèrent ne pas prêter attention. Ou ne pas l'aiguiser.

En règle générale, mon activité créatrice laïque n'excite pas les vrais croyants. Dans l'âme des vrais croyants, mon travail suscite la réponse la plus chaleureuse et la plus reconnaissante. Je sais de quoi je parle, car je vois souvent ces personnes lors de mes soirées, réunions créatives ou conférences. Je suis principalement attaqué soit par des pseudo-croyants, soit par des klikush brevetés, soit par des fonctionnaires du Patriarcat de Moscou. Ce sont eux qui se considèrent comme le tribunal ultime, juste et infaillible, malgré le fait que je ne relève pas de leur juridiction et que je préfère ne rien avoir à faire avec leur odieuse structure. Voyant un « point » dans mon œil, ils laissent délibérément hors des parenthèses une énorme bûche dans leur propre œil.

De plus, le Patriarcat de Moscou est célèbre pour ses performances et ses escapades incroyables. Je ne veux pas entrer dans leur vie d'église et parler de la façon dont l'évêque dans l'autel, sur les Chérubins, frappe le prêtre au visage. C'est l'affaire de leur hiérarchie. Je veux dire autre chose. Parmi l'épiscopat et le sacerdoce du ROC-MP, il y a beaucoup de vrais showmen, à qui, avec mes principes moraux et mes attitudes internes, je suis si loin ! Je ne citerai que quelques-uns des exemples les plus frappants qui se trouvent dans l'espace public et ne sont pas une « atteinte à la vie privée » ou un « dénigrement délibéré d'un évêque ou d'un prêtre ».

Pour une raison quelconque, le motard métropolitain qui dirige la puissante Night Wolves Pride est pris pour acquis par tous, Metropolitan Mark of Vyatka et Sloboda ROC MP Mark, dans une tenue de motard à la mode, pas en soutane, avec les "loups" fait sorties collectives et « processions religieuses de motards ».

Le gagnant de l'émission télévisée «The Voice» est le hiéromoine de l'Église orthodoxe russe du Patriarcat de Moscou Fotius, qui a tourné avec succès avec des programmes de concerts dans Mère Russie. Dans une soutane incroyablement à la mode avec des broderies argentées chatoyantes sur les poignets et le col, avec des strass chatoyants dans les boutons. C'est magnifique depuis la scène ! Bien que, au crédit du Hiéromoine Photius, je voudrais souligner son talent de chanteur exceptionnel et lui souhaiter sincèrement de continuer à réussir dans son travail.

Connu dans toute la Russie et dans tout l'environnement post-soviétique, producteur de télévision et showman entreprenant, le métropolite Hilarion de Volokolamsk ROC MP. Il est présentateur de télévision, compositeur, scientifique, diplomate, homme politique et écrivain ! Qu'est-ce que son livre « Jésus-Christ » dans la série – pensez-y ! – « La vie des gens merveilleux » ! Bravo, maestro ! De plus, le métropolite Hilarion a reçu le prix d'État de la Fédération de Russie pour son travail incroyable ! Super éducateur ! Un champion du puissant lien ciment appelé Église-État…

Eh bien, et un personnage de plus, modestement debout dans cette rangée, à égalité avec beaucoup d'autres. Métropolite de Pskov et Porkhov Député ROC Tikhon. Film réalisateur et producteur de films, lauréat du prix du film Golden Eagle, amateur de représentations théâtrales et de dramaturgie, écrivain, membre du Conseil présidentiel pour la culture, lauréat du prix du gouvernement RF dans le domaine de la culture et lauréat du prix d'État - l'Ordre de l'Amitié ! Probablement, tout cela est uniquement pour les activités de l'église et les exploits monastiques.

La liste continue. Mais est-ce que ça en vaut la peine?

Comme vous pouvez le voir, dans le contexte de ces maîtres vénérables, ma modeste personne pouvait, en principe, être ignorée. Mais non! Je suis celui qui suscite votre intérêt ! Selon le principe « Comment ose-t-il ? » Nous pouvons! Lui – non ! Nous l'avons décidé !

Pour résumer ce problème, je tiens à noter que, contrairement à d'autres personnes élevées, je ne souffre pas d'hypocrisie et d'hypocrisie. J'appelle noir – noir, blanc – blanc ! Je ne spécule pas avec une robe pour attirer un public et préfère tracer la ligne rouge, délimitant nettement le spirituel et le matériel, croyant à juste titre que tout a son temps et que tout a sa place. Sviatoslav Moiseenko et le métropolite Serge sont les deux faces d'une même personne, sympathiques l'un à l'autre et égaux dans leurs activités. Invariablement complémentaires les uns des autres et ne se contredisant en aucun cas. Et cela, à mon avis, est très correct. C'est bien pire quand, au contraire, des personnalités bien connues de l'Église orthodoxe russe du Patriarcat de Moscou commencent à substituer le matériel au spirituel et, à la recherche de valeurs et de pouvoir matériels, oublient leur vocation à servir Dieu et pour sauver les âmes humaines.

Et bien sûr, ils n'ont pas le droit de me condamner ou de me juger. Est-ce que tu sais pourquoi? C'est simple. Avez-vous des plaintes contre moi en tant qu'écrivain, poète, compositeur, publiciste ? Non. Avez-vous des plaintes contre moi, en tant qu'évêque, concernant l'église et les pratiques spirituelles ? Non. Je suis absolument transparent dans le premier comme dans le second.

Mais j'ai des questions pour un certain nombre de responsables du Patriarcat de Moscou. Et je crains qu'ils ne soient pas prêts pour une telle transparence.

– Comme vous le savez, dans le milieu orthodoxe, prévaut une attitude négative envers la scène moderne, dont le répertoire semble souvent pécheur, tourné vers les passions basses de l'homme, en particulier la chair. Les artistes de variétés franchissent souvent la ligne de la vulgarité et appellent directement à commettre un péché. Êtes-vous prêt à admettre que l'exécution de telles œuvres est inacceptable pour un chrétien orthodoxe – tout comme, disons, travailler dans un casino ou dans des clubs gays est inacceptable ?

– La scène n'est que l'air du temps. C'est l'empreinte de l'état actuel de la société. C'est ce qui est demandé par la majorité en ce moment. Cela peut provoquer un fort rejet au sein de la minorité à laquelle j'appartiens. Mais mon avis n'affecte pas le choix du vrac. Bien que j'essaye mon activité publique de faire tout mon possible pour changer une telle tendance pernicieuse. Quant aux casinos et clubs gays… C'est aussi une tendance des trente dernières années.

Mais vous ne voyez que des détails. L'image entière me semble. Il ne s'agit pas de casinos et de clubs gays. Pourquoi les hétéro-clubs avec strip-tease, alcool fou et drogue couple mieux ? Quoi de mieux qu'une corrida sanglante ou un combat brutal sans règles ? C'est "traditionnel" ? Abandonnez-le ! Cela active pas moins, et peut-être même moins d'instincts que les clubs et casinos gays. Et tu sais quoi? Son accessibilité et sa permissivité. Seuls ceux qui sont déjà infectés par le péché de débauche viendront au casino. Dans les clubs gays aussi, je suppose qu'il est difficile de rencontrer des gens qui sont étrangers à ce côté de la vie. Ce sont des systèmes enfermés dans leurs propres péchés. Les autres sont ouverts et soutenus par une propagande délibérée. Et c'est bien pire !

Mais vous avez raison à votre manière. La saleté ne doit pas être encouragée. Il y a un danger de se transformer imperceptiblement en porcs. Chaque personne, par la providence de Dieu, a le droit de choisir. Tout le monde essaye tel ou tel vêtement, tout le monde dit tel ou tel mot, tout le monde participe à tel ou tel processus, soutenant tel ou tel phénomène. L'essentiel est de ne pas se tromper dans votre choix.

Une petite remarque, pour ainsi dire. Récemment, en tant qu'invité VIP, j'ai assisté à un important concert pop anniversaire qui a duré quatre heures. Avec des coupes provocantes sur les robes des chanteurs, avec des paroles de chansons qui ne sont en aucun cas orthodoxes, avec des dames qui dansent avec délectation dans les allées entre les sièges de l'auditorium lors des représentations de leurs artistes préférés (en principe, c'est typique de n'importe quel concert), avec une table buffet d'après-concert de grande classe dans les coulisses, avec des plats exquis et des alcools non moins raffinés dans l'ambiance décontractée de la bohème de la capitale.

C'était un bon concert, merci aux organisateurs. Lumineux, coloré, riche, généreux avec d'agréables surprises et impressions, avec des émotions festives et des applaudissements nourris.

Avec une petite précision. Elle s'est déroulée dans la salle des conciles ecclésiastiques de la cathédrale du Christ-Sauveur. C'est chose courante… Concert de variétés. Avec toutes les nuances qui l'accompagnent, en aucun cas orthodoxes. Dans la cathédrale du Christ Sauveur. Et au concert, en tant qu'artiste, le hiéromoine Photius a participé.

Eh bien, je ne peux qu'applaudir et dire bravo au service marketing du Patriarcat de Moscou, qui, au cours des dix dernières années, a réussi à transformer la salle des conciles ecclésiastiques en une scène coûteuse et de haut rang ! Pour l'argent c'est avant tout ! Comme on dit, juste des affaires, rien de personnel…

Tirez vos propres conclusions.

Questions préparées par les éditeurs du Portail « Credo.Press »

Publié: 07.12.2021 в 22:02

(À suivre)

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles