6.5 C
Bruxelles
Mercredi, Avril 17, 2024
ReligionFORBComment le mouvement anti-sectes a contribué à alimenter la rhétorique russe anti-ukrainienne

Comment le mouvement anti-sectes a contribué à alimenter la rhétorique russe anti-ukrainienne

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Jan Léonid Bornstein
Jan Léonid Bornstein
Jan Leonid Bornstein est journaliste d'investigation pour The European Times. Il enquête et écrit sur l'extrémisme depuis le début de notre publication. Son travail a mis en lumière une variété de groupes et d'activités extrémistes. C'est un journaliste déterminé qui s'attaque à des sujets dangereux ou controversés. Son travail a eu un impact réel en exposant des situations avec une pensée hors des sentiers battus.

Anti-sectes - Depuis les événements de Maïdan en 2014, lorsque le président de l'époque Yakunovich a été contraint de démissionner après d'énormes manifestations dans les rues d'Ukraine, le mouvement paneuropéen anti-sectes, dirigé par la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme (FECRIS), a participé à la machine de propagande russe qui a finalement conduit à la guerre actuelle.

En 2013, après que l'Ukraine a été sur une trajectoire pro-européenne depuis quelques années et était sur le point de signer un accord d'association avec l'UE qui aurait intégré plus étroitement les liens politiques et économiques entre l'UE et l'Ukraine, les forces de Poutine ont fait pression sur Iakunovich pour saborder l'accord. Yakunovich, qui était connu comme un dirigeant pro-russe corrompu, céda et cela déclencha ce qu'on a appelé la révolution de Maïdan en Ukraine.

Compter sur les forces religieuses contre l'Occident

La révolution du Maïdan représentait une menace majeure dans l'esprit de Poutine, qui a alors lancé une machine de propagande pour discréditer les nouvelles autorités. Depuis lors, la rhétorique russe contre les nouvelles forces démocratiques ukrainiennes au pouvoir, qui n'étaient certainement pas pro-russes, comprend des accusations d'être des néo-nazis, mais aussi d'être les marionnettes des démocraties occidentales cachant un agenda anti-russe. Pour sa propagande, Poutine compte largement sur ses « forces religieuses », principalement l'Église orthodoxe russe, qui a encore une influence assez importante en Ukraine.

Les principaux dirigeants de l'Église orthodoxe russe, comme le patriarche Kirill, ont toujours soutenu les efforts de Poutine pour se débarrasser des forces pro-européennes en Ukraine, les accusant de persécuter les membres orthodoxes ukrainiens affiliés au patriarcat de Moscou (ce qui aurait pu être vrai dans une certaine mesure , comme le contraire était vrai dans les territoires russes occupés sous contrôle en Ukraine), mais aussi pour menacer l'unité de la "vieille Rus" , et le font toujours comme nous avons pu le voir récemment lorsque le patriarche Kirill a accusé ceux qui s'opposent à la guerre de Poutine en L'Ukraine sera la "force du mal".

Alexander Dvorkin, le « sectologue »

Le patriarche Kirill et Vladimir Poutine pouvaient également compter sur le mouvement « anti-secte », dirigé en Russie par le vice-président de la FECRIS Alexander Dvorkin, un théologien russo-orthodoxe souvent présenté comme un expert en « sectologie » par les autorités russes. La FECRIS est une organisation anti-secte française d'influence paneuropéenne. Le gouvernement français fournit la majorité de son financement, et en fait elle fut fondée par une association anti-sectes française appelée UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et des Individus contre les sectes) en 1994.

Au tout début du nouveau gouvernement ukrainien qui avait été élu après la démission de Iakunovich, le 30 avril 2014, Alexander Dvorkin a été interviewé par la radio Voix de la Russie, la principale radio gouvernementale russe (qui quelques mois plus tard a changé son nom en Radio Spoutnik). Dvorkin, présenté comme un "activiste anti-sectes et vice-président de la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme, qui est l'organisation faîtière des groupes anti-sectes en Europe", a été invité à commenter "l'agenda religieux caché" derrière Maïdan et la crise ukrainienne ». Il a ensuite transmis la propagande d'État russe d'une manière très intéressante[2].

Catholiques grecs, baptistes et autres soi-disant « sectes » ciblés

Dans cette interview, Dvorkin a d'abord accusé l'Église uniate, également connue sous le nom de catholiques grecs, d'être à l'origine de la révolution : « Il existe plusieurs groupes religieux et plusieurs cultes religieux qui jouent un rôle assez important dans ces événements. Tout d'abord, l'Église uniate… a joué un rôle très important et très, je dirais, violent pour de nombreux prêtres uniates qui y ont prêché dans leurs vêtements liturgiques… » Lorsque l'intervieweur demanda à Dvorkin ce que le Vatican pouvait faire, comme ce dernier avait appelé à "la nécessité de revenir à des développements de paix en Ukraine", la réponse de Dvorkin fut d'expliquer qu'il ne pouvait rien faire, parce que le Vatican était maintenant dirigé par des jésuites, qui étaient devenus très pro-marxistes et en faveur de la révolution à travers le siècles, en ajoutant : « Eh bien, l'actuel Pape François, il n'est pas vraiment pro-révolutionnaire, mais la façon dont il se comporte montre qu'il a accepté une partie de cet héritage ».

How the anti-cult movement has participated to fuel Russian anti-Ukraine rhetoric
Alexander Dvorkin avec le clergé de l'Église orthodoxe bulgare discutant de l'Ukraine le 17 juillet 2019

Ensuite, Dvorkin s'en prend aux baptistes, les accusant de jouer un rôle important dans le Maïdan et d'être très nationalistes en Ukraine. Il accuse en outre le Premier ministre de l’époque, Iatseniouk, d’être un « Scientologist», tout en se faisant passer pour Uniate : « Il y a eu beaucoup de reportages dans les médias qui l'appelaient Scientologist… S'il avait été un ouvert Scientologist, ça aurait été très mauvais. Mais quand même, au moins vous sauriez à quoi vous attendre de sa part. Mais quand une personne, en réalité Iatseniouk, se disait uniate gréco-catholique [tout en étant un Scientologist], et il y avait un prêtre uniate qui a confirmé qu'il était uniate, je crois que c'est très dangereux. Ensuite, d'une manière intéressante sur la théorie du complot, il a extrapolé sur le fait que c'était un moyen pour la CIA de le contrôler, en utilisant Scientology techniques afin de « contrôler son comportement et contrôler ses actions ».

Enfin, Dvorkin a mené une attaque contre ce qu'il appelle le « néo-paganisme », qu'il accusa d'être lié aux néo-nazis, une rhétorique qui a pris une signification très importante dans la propagande russe actuelle, comme on peut le voir avec le La « dénazification » prônée aujourd'hui par Poutine pour justifier la guerre en Ukraine.

Lettres d'amour de Gerry Amstrong à Poutine

Dvorkin n'est bien sûr pas le seul membre de la FECRIS à avoir participé à la propagande anti-occidentale russe. Entre autres, un partisan/membre canadien de la FECRIS, Gerry Amstrong, a écrit deux lettres à Poutine qui ont été publiées, l'une sur le site Internet de l'Église orthodoxe russe « proslavie.ru ». et l'autre sur le site de l'affilié russe de la FECRIS . Amstrong est un ancien Canadien Scientologist qui est devenu apostat de l'Église de Scientology, et qui s'est envolé pour le Canada pour éviter un mandat d'arrêt après avoir été reconnu coupable par un tribunal américain pour certains de ses actes anti-Scientology activités. Dans la première lettre, publiée le 2 décembre 2014, il déclare qu’après avoir visité la Russie, « à l’invitation de membres de l’Église orthodoxe russe… je suis devenu pro-russe ». Il ajoute : « Je ne suis pas devenu anti-occidental ou anti-américain, même si je suis fermement opposé à l’Occident et à l’hypocrisie de la superpuissance américaine. » Il félicite ensuite Poutine pour avoir offert l’asile à Edward Snowden et pour être « très intelligent, raisonnable et présidentiel ». Après s'être plaint de sa condamnation aux États-Unis, il remercie Poutine « pour tout ce que les responsables de votre gouvernement ont fait pour faciliter mon séjour en Russie et ma capacité à communiquer avec vos citoyens » ainsi que pour s'être opposé à une décision de la Cour européenne des droits de l'homme qui avait condamné la Russie pour avoir violé les droits de Scientologists. Il accuse ensuite l’Occident de sa « propagande noire » contre le président russe.

Bien que cette lettre ne mentionne pas explicitement l'Ukraine, elle est écrite à la veille de la nouvelle ère démocratique ukrainienne et s'aligne sur la rhétorique de la Russie menacée par les idéologies et les cultes occidentaux, et étant le dernier rempart pour maintenir « une position morale » contre de tels mouvements.

FECRIS MEETING RUSSIA Comment le mouvement anti-sectes a participé à alimenter la rhétorique anti-ukrainienne russe
Gerry Armstrong, Alexander Dvorkin, Thomas Gandow et Luigi Corvaglia lors d'une conférence de la FECRIS à Salekhard, en Sibérie, le 29 septembre 2017. Au centre, Mgr Nikolai Chashin.

Dans sa seconde lettre à Vladimir Poutine, publiée le 26 juin 2018 sur le site russe de la FECRIS, Amstrong, présenté sur le site comme un « activiste chrétien » et bon ami de M. Dvorkin – qui se serait chargé de la traduction de la lettre en russe – commence par féliciter Poutine pour sa réélection. Puis, il poursuit en félicitant Poutine pour ses actions en Crimée occupée : « Félicitations pour l'ouverture du pont de Crimée à la circulation automobile. Je félicite tout le pays pour une réalisation aussi incroyable. C'est une bénédiction à la fois pour la Crimée et pour le reste de la Russie. » Il prend alors la défense de Poutine contre la campagne menée par « l'Occident » en écrivant qu'elle est « dangereuse, cruelle, hypocrite, déraisonnable et basée sur des motifs idéologiques évidents ».

La lettre poursuit : « Vous savez qu'il y a des gens au Canada et dans d'autres pays occidentaux qui ne croient pas à la campagne de diffamation contre vous, réalisent que c'est mal, y voient une menace et admettent même qu'elle peut être utilisée comme prétexte ou déclencheur d'une guerre nucléaire. D'un autre côté, il est facile de voir qu'il y a beaucoup de gens qui veulent que cette menace et d'autres menaces similaires réussissent et se développent, et pour ce faire, ils complotent, agissent, paient et sont payés pour rendre cette menace efficace. Ce sont les mêmes personnes qui mènent une campagne ici pour vous diffamer. » Encore une fois, il s'agit d'une rhétorique complotiste d'une grande importance, car elle rejette la responsabilité de la guerre sur l'Occident et sa soi-disant « campagne de diffamation », qui serait la cause sous-jacente de l'obligation de Poutine de déclencher une guerre en Ukraine.

Rapport de l'USCIRF sur le mouvement anti-secte en Russie

En 2020, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié un rapport intitulé « Le mouvement anti-secte et la réglementation religieuse en Russie et dans l'ex-Union soviétique ».[5]. Le rapport explique que "Alors que l'héritage soviétique et l'EOR [Église orthodoxe russe]sont des influences majeures, les attitudes et les approches actuelles à l'égard des minorités religieuses découlent également d'autres facteurs, notamment les développements socio-économiques post-soviétiques, le désir d'unité nationale du régime de Poutine, les craintes individuelles concernant la sécurité familiale ou le changement en général, et les préoccupations transnationales concernant la perception dangers des nouveaux mouvements religieux (NMR) ». Assez ironiquement, le rapport évoque les racines du mouvement anti-secte qui trouve définitivement son origine en Occident.

Le rapport explique qu'après 2009, « la rhétorique du mouvement anti-secte et de l'État russe a sensiblement convergé au cours de la décennie suivante. Faisant écho aux inquiétudes de Poutine concernant la sécurité spirituelle et morale, Dvorkin a affirmé en 2007 que les NRM "infligent délibérément des dommages aux sentiments patriotiques russes". » Et c'est ainsi que la convergence a commencé, et c'est pourquoi l'Église orthodoxe russe et le mouvement anti-sectes sont devenus la clé du programme de propagande de Poutine.

Parlant de Dvorkin, le rapport dit : « L'influence de Dvorkin s'est également étendue en dehors de l'orbite post-soviétique. En 2009, l'année même où il est nommé à la tête du Conseil des experts de Russie, il devient également vice-président de la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme (FECRIS), une organisation française anti-secte d'influence panEuropéenne. Le gouvernement français fournit la majorité du financement de la FECRIS et le groupe diffuse régulièrement une propagande négative à l'égard des minorités religieuses, y compris lors de forums internationaux comme la conférence de l'OSCE sur la dimension humaine. Le centre de Dvorkin est le principal associé de la FECRIS en Russie et reçoit un soutien financier important de l'EOR et du gouvernement russe. »

Puis dans un chapitre intitulé « Exporter l'intolérance en Ukraine », l'USCIRF poursuit : « La Russie a apporté son cadre de réglementation religieuse restrictive lorsqu'elle a envahi la Crimée en 2014, y compris la symbiose entre les idées anti-sectes et la sécurité nationale. Le régime d'occupation en Ukraine a fréquemment utilisé des réglementations religieuses pour terroriser la population en général ainsi que pour cibler des militants de la communauté tatare de Crimée. Dans sa conclusion, le rapport de l'USCIRF indique clairement qu'"Alexander Dvorkin et ses associés se sont taillé des rôles influents au sein du gouvernement et de la société, façonnant le discours public sur religion dans de nombreux pays. »

La lutte de Donetsk et Louhansk contre les soi-disant sectes

Il est intéressant de noter que les pseudo-États du Donbass, Donetsk et Louhansk, ont été les seuls endroits au monde à faire de la lutte contre les « sectes » un principe constitutionnel. Le magazine Bitter-Winter sur la liberté religieuse a conclu à partir de cela et d'autres preuves de leur déni brutal de la liberté religieuse, que « ce qui se passe dans la pseudo-"République populaire de Donetsk" et la "République populaire de Louhansk" est une représentation claire de la théocratie orthodoxe dystopique Les idéologues de Poutine ont en tête un « monde russe » dont ils élargissent continuellement les frontières. »[6]

Ce n'est pas non plus la première fois que le mouvement anti-secte en général, et la FECRIS en particulier, est lié à la propagande nationaliste et pro-guerre à travers Europe. Dans un rapport publié en juillet 2005 et signé par un avocat français et Miroslav Jankovic, qui devint plus tard le juriste national de l'OSCE en Serbie, il était souligné que le représentant de la FECRIS en Serbie était le colonel Bratislav Petrovic .

Le passé de la FECRIS en Serbie

colonel Bratislav Petrovic Comment le mouvement anti-sectes a contribué à alimenter la rhétorique russe anti-ukrainienne
Colonel Bratislava Petrović

Selon le rapport, le colonel Bratislav Petrovic de l'armée yougoslave était également neuropsychiatre. Sous le régime de Milosevic, il a dirigé l'Institut de santé mentale et de psychologie militaire de l'Académie militaire de Belgrade. De ce poste, il s'est spécialisé dans la sélection et la préparation psychologique des soldats de l'armée de Milosevic avant leur envoi à la guerre. Le colonel Petrovic a également joué un rôle déterminant dans la transmission de la propagande de Milosevic selon laquelle les Serbes étaient les victimes et non les auteurs du génocide en Bosnie, contrairement à tous les rapports fiables de l'ONU sur le sujet.

Le rapport va plus loin : « Petrovic applique maintenant ses techniques psychologiques d'endoctrinement pour cibler les minorités religieuses. Pourtant ce n'est pas nouveau. En 1993, alors que le nettoyage ethnique et religieux était en cours en Croatie et en Bosnie, Petrovic a utilisé cette même idéologie pour condamner les minorités religieuses en Serbie, les accusant d'être des organisations terroristes et les qualifiant commodément de "sectes". »

Le rapport poursuit en énumérant toutes les soi-disant sectes ciblées par la FECRIS en Serbie : les baptistes, les nazaréens, les adventistes, les témoins de Jéhovah, les mormons, les pentecôtistes, la théosophie, l'anthroposophie, l'alchimie, la kabale, les centres de yoga, la Méditation Transcendantale, Karma Center, Shri Chimnoy, Sai Baba, Hare Krishna, Falun Gong, l'Ordre Rose-Croix, les francs-maçons, etc. Comme vous pouvez le voir, Petrovic était loin d'être à court de sectes contre lesquelles lutter. Celles-ci étaient similaires à celles qui ont été ciblées par la propagande de Dvorkin et de l'EOR en Russie dans leur tentative de justifier la protection des « sentiments patriotiques russes » et de la « sécurité spirituelle ».

La FECRIS soutenue par des dirigeants orthodoxes et des églises d'autres endroits

Cette initiative de la FECRIS a été soutenue par l'Église orthodoxe serbe, qui, à travers les mots de son représentant l'évêque Porfirije, a souligné la nécessité de disposer de « données authentiques pour exposer les sectes une par une comme des groupes qui répandent la terreur et la violence spirituelles ». Porfirije a également déclaré que « la lutte contre ce fléau sera plus facile lorsque la loi sur les organisations religieuses arrivera », se référant à un projet de loi que lui et Petrovic avaient tenté de faire amender. L'amendement qu'ils ont déposé (mais qui a été rejeté) visait à réduire les droits des confessions minoritaires en Serbie. Encore une fois, c'est très similaire à ce qui s'est passé en Russie, sauf qu'en Russie, la loi restreignant les droits des minorités religieuses pour laquelle la FECRIS avait fait pression a été adoptée et largement utilisée contre des groupes religieux non violents.

Chose intéressante, le représentant de la FECRIS en Biélorussie a un lien sur le site Web de la FECRIS qui renvoie directement au site Web de l'Église orthodoxe biélorusse, qui n'est rien de moins qu'une branche de l'Église orthodoxe russe. Quant au représentant bulgare de la FECRIS, le « Centre de recherche sur les nouveaux mouvements religieux », il publie sur son site Internet des appels de l'Église orthodoxe bulgare à ne pas tolérer les « rassemblements non canoniques ».

Néanmoins, comme l'indique le rapport de l'USCIRF en 2020 : « Dvorkin et ses associés n'exercent pas le monopole de la pensée et de l'opinion orthodoxes, et des voix dissidentes au sein de l'église [ROC] ont critiqué le mouvement anti-secte pour s'appuyer sur des théories de sources discréditées et non canoniques ». De telles « voix dissidentes » n'ont pas été entendues au sein de la FECRIS.


Les Rus' étaient un groupe médiéval ancien, qui vivait dans la Russie moderne, l'Ukraine, la Biélorussie et d'autres pays, et sont les ancêtres des Russes modernes et d'autres ethnies d'Europe de l'Est.

[2]Interview d'Alexander Dvorkin sur Voix de la Russie, le XNUMX avril XNUMX dans le talk show « Burning point ».

https://pravoslavie.ru/75577.html

https://iriney.ru/poslevoennaya-eklektika/sajentologiya/ostanovit-ochernenie-rossii-otkryitoe-pismo-byivshego-sajentologiya-vladimiru-putinu.html

https://www.uscirf.gov/publication/anti-cult-movement-and-religious-regulation-russia-and-former-soviet-union

https://bitterwinter.org/donetsk-and-luhansk-denying-religious-liberty/

[7]Rapport sur « La répression des minorités religieuses en Serbie : le rôle joué par la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme (FECRIS) » – XNUMX juillet XNUMX par Patricia Duval et Miroslav Jankovic.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -