15.1 C
Bruxelles
Vendredi, mai 24, 2024
ReligionLa relation entre les Frères Musulmans et les Chiites

La relation entre les Frères Musulmans et les Chiites

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Lahcen Hammouch
Lahcen Hammouchhttps://www.facebook.com/lahcenhammouch
Lahcen Hammouch est journaliste. Directeur de la télévision et de la radio Almouwatin. Sociologue par l'ULB. Président du Forum de la société civile africaine pour la démocratie.

De nombreuses années avant la révolution khomeiniste, il y avait des réunions continues entre les dirigeants iraniens et Hassan Al-Banna, le fondateur de la Confrérie des Frères musulmans.

Al-Banna pose la première pierre des relations de la Confrérie avec les chiites

Il fut le premier à poser la première pierre de la « Convergence fraternité-chiite » en 1947 dans un effort de rapprochement entre sunnites et chiites, à travers son célèbre dicton qu'il a prononcé lors d'une visite d'une délégation chiite iranienne au siège du Centre général des Frères musulmans et comprenait le juriste chiite "Muhammad Taqi al-Qummy." Il a dit : Sachez que les sunnites et les chiites sont des musulmans qui sont unis par le mot "Il n'y a de dieu que Dieu, Muhammad est le Messager de Dieu.".

Sayyid Qutb et la révolution chiite

Quant à Sayyid Qutb, qui jouit d'un grand amour et d'une grande popularité en Iran, cela l'a incitée à tenter d'intervenir pour lever la potence de son cou après qu'une condamnation à mort a été prononcée dans l'affaire connue sous le nom d'Organisation spéciale de 1965, qui planifiait des opérations terroristes, dirigées par Qutb Islam et le considérait comme la base de la théorie de l'établissement de l'État islamique et de la nature de la société musulmane, car auparavant il y avait de solides contacts et relations entre les Iraniens et Sayyid Qutb.

En outre, les livres de Sayyid Qattat, en particulier "Dans l'ombre du Coran", étaient les livres les plus largement diffusés en Iran après la révolution. Ce n'était pas la première fois que "Jalons sur la route" se rendait en Iran tout en pressant ses pieds. Au contraire, il y est allé après 1966, lorsqu'il a été achevé. Le livre a été imprimé à Beyrouth, et ce livre était très populaire parmi les chiites, de sorte que personne ne connaissait un livre publié par un écrivain sunnite qui était si répandu et si répandu.

Populaire dans un État chiite, tout comme Khomeiny, dans son idée de la tutelle du juriste, et dans son livre "Le gouvernement islamique" a été touché par l'idée de "gouvernance" de Sayyid Qutb, et en 1966, Sayyid Ali Khamenei, le leader de la République iranienne, disciple de Khomeiny, qui était aussi un élève remarquable de Nawab Safavi, connu pour ses liens étroits avec la Confrérie, Khamenei a traduit le livre de Sayyid Qutb "L'avenir de cette Religion» en persan.

Il a écrit une introduction à la traduction dégoulinant de sentiments intenses, dans laquelle il décrivait Sayyid Qutb comme un penseur moudjahid, et le régime égyptien avait exécuté Qutb sous l'accusation de former une organisation ciblant l'assassinat de Gamal Abdel Nasser et le renversement du régime par la force, ce que Qutb a admis dans une lettre qu'il a écrite avant sa pendaison et intitulée "Pourquoi m'ont-ils exécuté ?". Que la religion est un mode de vie, et que ses rituels ne sont pas utiles à moins qu'ils n'expriment ses vérités, il a été prouvé d'une manière merveilleuse et objective que le monde se dirigera vers notre message et que l'avenir de cette religion.

Soutien de la fraternité à la révolution khomeiniste

La Confrérie a fortement soutenu la révolution khomeiniste en Iran et a mobilisé des manifestations contre l'accueil du Shah d'Iran par feu le président Anouar Sadate, et s'est rangée du côté de l'Iran dans sa guerre contre l'Irak.».

Si les Frères musulmans considéraient la République islamique en 1979 comme une victoire pour leur vision et le premier gouvernement islamique depuis l'effondrement du califat ottoman, les Frères musulmans ont soutenu la révolution islamique en Iran depuis son déclenchement parce qu'elle était contre le régime du Shah. Reza Pahlavi, qui était aligné avec l'ennemi sioniste. L'Iran considère également l'exportation de la révolution par les Frères musulmans comme un succès.

Après l'arrivée au pouvoir de Khomeiny en Iran le 11 février 1979, l'un des premiers avions à arriver à l'aéroport de Téhéran transportait une délégation représentant la direction de l'organisation mondiale des Frères musulmans : Al-Alsun s'est répandu parmi l'opposition syrienne au fois que la délégation a proposé à Khomeiny de lui prêter allégeance en tant que Calife des Musulmans s'il acceptait une déclaration publiée disant "que la dispute l'Imamat au temps des Compagnons est une question politique, pas une foi". que Khomeiny a attendu et leur a promis une réponse plus tard, et lorsque la nouvelle constitution de la République islamique d'Iran a été promulguée, qui dit que "la doctrine Ja'fari est une doctrine officielle... et la tutelle du juriste est un représentant du secret imam », la réponse de Khomeiny était claire..

Malgré cela, les Frères musulmans en Égypte ont continué à soutenir le nouveau régime iranien et ont organisé de grandes manifestations contre l'accueil par le président Sadate du Shah d'Iran en Égypte, puis ont soutenu l'Iran dans sa guerre contre l'Irak et dans le numéro du magazine Crescent. , un musulman canadien, le 1979 décembre 1982 Le guide général du groupe, Omar al-Telmisani, déclare : « Je ne connais personne des Frères musulmans dans le monde qui attaque l'Iran. » Il y avait une exception à cela avec la branche des Frères syriens , qui sortait tout juste d'un affrontement acharné (XNUMX-XNUMX) avec le régime syrien, allié à l'Iran, bien qu'il fût Ce n'est pas officiel, mais sous la plume d'un des leaders de la Confrérie en Syrie, Cheikh Saeed Hawa.

À la mort de Khomeiny le 4 juin 1989, le Guide général des Frères musulmans, Hamid Abu Al-Nasr, a publié une nécrologie qui comprenait les mots suivants : « Les Frères musulmans comptent la mort de l'Islam, l'imam Khomeiny, le chef qui a fait exploser la révolution islamique contre les tyrans avec Dieu. A l'époque d'Ali Khamenei, devenu "Guide" après la mort de Khomeiny, les théories de Sayyid Qutb ont été enseignées dans les écoles de préparation idéologique des (Gardiens de la révolution iraniens), et l'influence d'autorités religieuses telles que l'ayatollah Mesbah Yazdi , la maîtresse spirituelle d'Ahmadinejad, a également émergé. Elle cache son admiration pour Sayyid Qutb et son influence sur lui..

La similitude idéologique entre la Confrérie et les chiites

La démarche intellectuelle est similaire entre la Confrérie et les dirigeants de la révolution khomeiniste, d'où la croyance en l'universalité du message du monothéisme. Que l'Islam est la seule voie vers une vie heureuse et la croyance en la pluralité des opinions et la pluralité des partis sur la base de la liberté de pensée et d'expression dans l'Islam. Les deux parties partagent une vision des effets de l'attaque militaire occidentale sur le monde islamique, et qu'il a non seulement conduit à un contrôle militaire, politique et économique sur les pays islamiques, mais a également produit de fortes tendances dans les sociétés islamiques, vers l'occidentalisation de la pensée, de la culture, de la vie sociale et du fondamentalisme, qui voit qu'il y a un point de départ qui est l'origine, et le temps a été un processus de déviation de celui-ci, et les musulmans doivent y revenir. Une civilisation matérialiste et spirituellement arriérée.

Quant aux différences, elles se limitent à des différences entre eux sur le contenu de l'islam, qui est sunnite, le contenu est selon Al-Banna, le contenu est chiite à Khomeiny, et il y a un progressisme dans l'atteinte de l'objectif selon Al- Banna Les Frères musulmans ne partagent pas la vision de Khomeini selon laquelle l'Ouest américain est le Grand Satan par rapport à l'Union soviétique, bien qu'ils soient d'accord dans leur hostilité envers les deux..

Le savant Dr Ishaq Musa Al-Husseini, qui était membre de l'Académie de la langue arabe au Caire jusqu'à sa mort en 1990, et était également membre de l'Académie scientifique irakienne, en plus d'un membre de l'Académie de recherche islamique , écrivait ce grand érudit dans son célèbre livre "Les Frères musulmans.. Le plus grand mouvement." L'islam moderne" affirmait que l'amitié était mutuelle entre les Frères musulmans et les chiites. En effet, les chiites considéraient les Frères musulmans comme une branche de leurs branches et porte-parole de leur langue parmi la nation sunnite, et ce qu'il a dit à cet égard était "Certains étudiants chiites qui étudiaient en Égypte ont rejoint les Frères musulmans, et on le sait. Les rangs des Frères musulmans en Irak comprenaient de nombreux Twelver Imami Shiites." Lorsque les représentants safavi se sont rendus en Syrie et ont rencontré le Dr Mustafa al-Sibai, l'observateur général des Frères musulmans là-bas, ce dernier s'est plaint auprès de lui que certains jeunes chiites rejoignaient les mouvements laïcs et nationalistes, alors les représentants se sont rendus à l'une des chaires. Il a déclaré devant une foule de jeunes chiites et sunnites :Celui qui veut être un vrai Jaafari devrait rejoindre les rangs des Frères musulmans.

Les Frères musulmans offrent l'Egypte à l'Iran après leur prise de pouvoir

Dans le sillage de la révolution de janvier, que les Iraniens considéraient comme un nouveau modèle de la révolution islamique, notamment avec la montée de l'idéologie politique de l'islam, au détriment de l'identité nationale, et avec la montée au pouvoir des Frères, les Iraniens ont tenté de renforcer leur relation avec la Confrérie, et pendant le règne de la Confrérie, Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods dans les Gardes, a rendu visite au révolutionnaire iranien, en Égypte, et a rencontré de nombreux dirigeants de la Confrérie, pour le rapprochement entre la Confrérie et l'Iran.

Après l'arrivée au pouvoir des Frères musulmans avec la victoire du président déchu Mohamed Morsi aux élections de 2012, le groupe a entamé une série de rétablissement du rapprochement et des relations avec l'Iran. Morsi a profité du sommet du Mouvement des non-alignés en août 2012, après une rupture des relations officielles iraniennes pendant 35 ans, au milieu d'une chaleur iranienne extrême envers le président des Frères musulmans et d'une étreinte chaleureuse entre Morsi Ahmadinejad, mais les craintes des Frères musulmans de la colère populaire face aux chiites iraniens les ont inquiétés.

Il est également intéressant de noter que les Frères musulmans ont tenté de bénéficier de l'expertise des gardiens de la révolution iraniens et d'établir un exemple en Égypte pour protéger le président déchu Mohamed Morsi, mais ils ont reculé au milieu d'un grand mécontentement populaire et ont complètement rejeté l'idée.

Ce qui se passe aujourd'hui entre le Qatar et l'Iran n'est pas anodin, sachant que le Qatar a toujours soutenu et financé les Frères musulmans, notamment dans Europe.

À suivre ….

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -