-0.6 C
Bruxelles
Friday, Décembre 9, 2022

Le métropolite Onuphrius de Kyiv a rencontré des prisonniers de guerre russes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Le métropolite Onuphrius de Kyiv (UPC) a rencontré des prisonniers de guerre russes à la laure de Kyiv-Pechersk à leur demande. La réunion a été organisée par le journaliste Vladimir Zolkin, connu pour ses entretiens avec des prisonniers de guerre russes, et le métropolite Boryspil Antony (Pakanich). Après avoir servi un service de prière, le métropolite Onuphrius s'est adressé aux prisonniers de guerre en ces termes :

« Je voudrais souhaiter à Dieu de vous ramener dans votre patrie, dans vos familles. Pour voir vos mères, vos sœurs, vos épouses, vos enfants, vos frères, vos amis. Je voudrais que vous leur disiez les mots suivants : « Nous ne voulons pas d'une guerre comme celle qui se déroule en Ukraine en ce moment. Nous ne voulons pas que nos villes et nos villages soient détruits, nous ne voulons pas que notre peuple et votre peuple périssent. Nous ne voulons pas que les mères en Ukraine ou en Russie rencontrent leurs fils décédés et pleurent sur eux avec des larmes amères et inconsolables. Cela doit être arrêté, cela peut être arrêté.

« Nous devons trouver un mot d'amour qui fera taire les armes, arrêtera les roquettes. Nous voulons qu'il y ait la paix. Notre Église orthodoxe ukrainienne a tout fait pour que les peuples russe et ukrainien puissent vivre dans la paix, la compréhension et l'amour. Cependant, cela s'est passé comme cela s'est passé. Mais même si le mal s'est produit, il faut l'arrêter ! Que Dieu donne à nos gouvernants le courage, la raison et la sagesse pour trouver la parole d'amour qui arrête tout mal. Je souhaite que Dieu vous protège ainsi que toutes les personnes qui sont sur le champ de bataille. La guerre n'est pas le moyen de réaliser l'unité entre les nations, les familles, les peuples. La violence ne crée pas l'unité, l'unité est créée par l'amour. Et l'amour est Dieu. Si quelqu'un prie et obéit aux commandements de Dieu, il est un homme de Dieu. Que Dieu bénisse nos terres avec la paix.

Le métropolite Onuphrius n'a pas béni les soldats russes avec la croix, mais les a invités à son bureau pour une conversation informelle. Là, il a dit :

« Je ne sais pas si tu comprends ou pas, mais ça n'a pas à être comme ça. Vous ne devriez pas vous entretuer. La mort n'apporte aucun bénéfice à personne, seulement du chagrin à chaque foyer. C'est une honte que les peuples qui sont sortis des mêmes fonts baptismaux soient en guerre les uns avec les autres. Et nous devons tout faire pour mettre un terme à cette folie », a-t-il conclu.

Probablement, la rencontre du métropolite Onufriy avec les soldats russes capturés a le caractère d'une intercession auprès des autorités de Kyiv pour leur échange avec les prisonniers de guerre ukrainiens.

"C'est une honte que les peuples qui sont sortis des fonts baptismaux uniques se battent. Et nous devons tout faire pour arrêter cette folie », a conclu Onufriy.

En conclusion, il distribué un livre de prières, une icône et une tablette de chocolat aux occupantset au service de prière tous les prisonniers présents ont été nommés par leur nom a chanté "beaucoup d'étés". Après un court service divin et une conversation informelle dans le bureau, Onufriy personnellement, face à face, a parlé avec chaque occupant.

L'archevêque Evstratiy, porte-parole de l'OCU, a prêté attention aux trois principales thèses exprimées par Onufrio lors de la réunion.

1. "Ça s'est passé comme ça s'est passé"– ces paroles du chef de l'église du Patriarcat de Moscou, dit l'archevêque, sonnent « comme une excuse pour ceux qui sont venus nous faire prisonniers ».

2. "Je souhaite que Dieu vous protège, vous tous qui êtes sur le champ de bataille."

« Pas un mot sur le mal qu'ils ont apporté. Pas un mot d'appel à se repentir pour les meurtres et la destruction. Eh bien, vraiment : si tout s'est passé tout seul, alors ces prisonniers de guerre, comme les soldats russes, ont été « emmenés sur le champ de bataille », leurs collègues ne sont « pas coupables », pense Eustratius.

3. "C'est une honte que les peuples qui sont sortis de la source unique du Baptême se soient battus les uns contre les autres."

Le porte-parole de l'OCU en est certain: de tels propos sont factuels la formule de la guerre civile et le récit du Kremlin. En fait, c'est la Russie qui a attaqué l'Ukraine et occupé une partie de notre territoire.

Source : TSN

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles