5.1 C
Bruxelles
Friday, Décembre 2, 2022

Amour chrétien

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Petar Gramatikov
Petar Gramatikovhttps://www.europeantimes.news
Le Dr Petar Gramatikov est rédacteur en chef et directeur du European Times. Il est membre de l'Union des reporters bulgares. Dr. Gramatikov a plus de 20 ans d'expérience académique dans différentes institutions d'enseignement supérieur en Bulgarie. Il a également examiné des conférences, liées aux problèmes théoriques impliqués dans l'application du droit international dans le droit religieux où une attention particulière a été accordée au cadre juridique des nouveaux mouvements religieux, la liberté de religion et l'autodétermination, et les relations État-Église pour le pluralisme -Etats ethniques. En plus de son expérience professionnelle et académique, le Dr Gramatikov a plus de 10 ans d'expérience dans les médias où il a occupé les postes de rédacteur en chef d'un périodique trimestriel touristique « Club Orpheus » – « ORPHEUS CLUB Wellness » PLC, Plovdiv ; Consultant et auteur de conférences religieuses pour la rubrique spécialisée pour les personnes sourdes à la télévision nationale bulgare et a été accrédité en tant que journaliste du journal public « Help the Needy » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse.

Plus de l'auteur

"Dieu est amour" (1 Jean 4:8)

Comme être caché. Voyez-vous et enregistrez-vous tout? Comment, nous ne sommes pas visibles. Nous voyez-vous tous ? Mais Toi, mon Dieu, tu ne connais pas tous ceux que Tu vois, mais en t'aimant tu ne connais que ceux qui t'aiment, et seulement à eux tu te montres. Être le Soleil caché à toute nature mortelle. Tu montes en Tes serviteurs, nous les voyons être, et ils montent en Toi, qui étaient auparavant obscurcis : fornicateurs, adultères, libertins, pécheurs, collecteurs d'impôts. Par la repentance, ils deviennent des fils de Votre Lumière Divine. Après tout, la Lumière, bien sûr, donne naissance à la lumière, donc eux aussi deviennent lumière, enfants de Dieu, comme il est écrit (Ps. 81, 6), et dieux par grâce, ceux qui renoncent au monde vain et trompeur, haïssent leurs parents et leurs frères sans haine, se considérant comme des vagabonds et des étrangers dans la vie ; ceux qui se priveront de richesses et de biens, rejetant complètement leur dépendance; ceux qui, à cause de la gloire céleste, abhorrent de leur âme la vaine gloire et les louanges humaines ; ceux qui retranchèrent leur volonté et devinrent pour les bergers, pour ainsi dire, des brebis inoffensives ; ceux qui sont devenus morts dans leur corps à chaque mauvaise action, peinant à transpirer sur la culture des vertus et étant guidés dans la vie par la seule volonté du timonier, mourant par l'obéissance et ressuscitant à nouveau ; ceux qui, grâce à la crainte de Dieu et au souvenir de la mort, versent des larmes jour et nuit et tombent habilement aux pieds du Seigneur, demandant miséricorde et pardon des péchés. Ceux-ci, à travers chaque bonne action, arrivent à un bon état, et, comme ceux qui chaque jour pleurent et frappent avec zèle, ils s'attirent miséricorde. Avec des prières fréquentes, des soupirs inexprimés et des torrents de larmes, ils purifient l'âme et, voyant sa purification, ils perçoivent le feu de l'amour et le feu du désir de la voir complètement purifiée. Mais comme il leur est impossible de trouver la fin du monde, leur purification est sans fin. Car peu importe combien moi, le pitoyable, je suis purifié et éclairé, peu importe combien je vois le Saint-Esprit me purifier, il me semblera toujours que ce n'est que le début de la purification et de la vision, car dans la profondeur sans limites et dans la hauteur incommensurable, qui peut trouver le milieu ou la fin ? Je sais qu'il y a beaucoup de Lumière, mais je ne sais pas combien. Désirant de plus en plus, je soupire constamment qu'on m'a donné peu (bien que cela me semble beaucoup) en comparaison de ce qui, comme je le suppose, est loin de moi, ce dont j'ai envie quand je vois et pense que je ne fais rien. Je ne l'ai pas, parce que je ne ressens pas du tout la richesse qui m'est donnée, même si je vois le Soleil, je ne le considère pas comme tel. De quelle façon? – écouter et croire. Ce que je vois, c'est le Soleil, qui est inexprimablement agréable aux sens ; Il attire l'âme vers l'Amour indicible et divin. L'âme, le voyant, s'enflamme et brûle d'amour, désirant avoir complètement en elle ce qui est elle, mais ne le peut pas, et donc elle est triste et ne considère plus bon de le voir et de le sentir. Quand Celui que je vois et ne peut être contenu par personne, comme véritablement imprenable, daigne avoir pitié de mon âme contrite et humble, alors comme Il m'apparaît, brillant devant mon visage, Il devient le même brillant en moi, me remplissant complètement, humble, de toute joie, de tout désir et de toute douceur divine. C'est une transformation soudaine et un changement merveilleux, et ce qui se passe en moi est inexprimable en mots. Après tout, si quelqu'un voyait que ce soleil, visible de tous, descendait dans son cœur et que tout s'installait en lui, et brillerait aussi, ne mourrait-il pas d'un miracle et deviendrait-il muet, et tous ceux qui verraient cela ne le seraient-ils pas ? Mais si quelqu'un voit le Créateur du soleil, comme un luminaire, brillant en lui-même, agissant et parlant, comment ne sera-t-il pas étonné et tremblant d'une telle vision ? Comment ne peut-il pas aimer son Donneur de vie ? Les gens aiment les gens comme eux quand ils leur paraissent un peu meilleurs que les autres ; Le Créateur de tout, le seul immortel et tout-puissant, qui, l'ayant vu, n'aimera pas ? Si beaucoup, croyant en l'entendant, l'aimaient, et que les saints soient même morts pour lui, et pourtant ils sont vivants, alors ceux qui participent aux visions de lui et de la lumière, connus de lui et le connaissant, comment ne l'aimeront-ils pas ? ? Dis-moi comment, à cause de lui, ne pleureront-ils pas sans cesse ? Comment ne mépriseront-ils pas le monde et ce qu'il y a dans le monde ? Comment ne renonceront-ils pas à tout honneur et à toute gloire qui, s'étant élevés au-dessus de toute gloire et de tout honneur terrestre et ayant aimé le Seigneur, ont trouvé Celui qui est au-delà de la terre et de toutes choses visibles, Celui qui a créé toutes choses visibles et invisibles, et a reçu la Gloire immortelle, ayant en toute bonne chose Est-ce sans manque? Aussi, toute rémission des péchés et tout désir des biens éternels et des choses divines, comme une sorte de richesse, ils puisaient à la même source éternellement vivante, qui nous donne, Seigneur, et à tous ceux qui te cherchent et t'aiment passionnément, afin que nous aussi avec les saints Vos bénédictions éternelles ont été appréciées pour toujours et à jamais.

Qui peut, Maître, parler de Toi ?

Ceux qui ne Te connaissent pas sont trompés, ne sachant rien du tout ;

Ceux qui ont connu par la foi ta divinité

Ils sont possédés par une grande peur et terrifiés par des tremblements,

Ne sachant que leur dire de Toi, car Tu es au-delà du mental,

Et tout avec Toi est inépuisable par la pensée et incompréhensible :

Les œuvres et ta gloire et ta connaissance.

Nous savons que tu es Dieu, et nous voyons ta lumière,

Mais ce que vous êtes et quel genre vous êtes, personne ne le sait avec certitude.

Cependant, nous avons de l'espoir, nous avons la foi

Et nous connaissons l'amour que tu nous as donné,

Illimité, inexprimable, nullement incompréhensible,

qui est Lumière,

La Lumière est imprenable et fait tout.

On l'appelle tantôt ta main, tantôt l'œil,

Maintenant avec des lèvres saintes, puis par la Force, puis par la Gloire,

C'est ce qu'on appelle le plus beau visage.

Il est le soleil couchant pour ceux qui sont élevés dans la connaissance du Divin,

Il est une étoile qui brille à jamais pour ceux

qui ne contiennent rien de plus.

C'est le contraire de la tristesse, chasse l'hostilité

Et détruit complètement l'envie satanique.

Au commencement, Il adoucit et, purifiant, affine,

Bannit les pensées et réduit les mouvements.

Il enseigne secrètement à être humble

Et ne permet pas de se disperser et de chanceler.

D'autre part. Il se sépare clairement du monde

Et vous fait oublier toutes les choses tristes de la vie.

Il nourrit et désaltère de diverses manières,

Et donne de la force à ceux qui travaillent bien.

Il rembourse l'irritation et la tristesse du cœur,

Ne permettant absolument pas d'être en colère ou indigné.

Quand il s'enfuit, ceux qui sont blessés par lui le poursuivent.

Et avec un grand amour du cœur, ils le cherchent.

Quand Il revient, apparaît et resplendit avec amour,

Il encourage ceux qui poursuivent à se détourner de lui et à s'humilier.

Et, étant sollicité à plusieurs reprises, il incite à s'éloigner de la peur

Comme c'est indigne d'un si bon, surpassant toute créature.

O Don inexprimable et incompréhensible !

Car que ne fait-il pas et que n'arrive-t-il pas !

Il est délice et joie, douceur et paix,

La miséricorde est sans bornes, l'abîme de la philanthropie.

Il est vu de manière invisible, il n'est pas à sa place

Et il est contenu dans mon esprit de manière inviolable et intangible.

L'ayant, je ne contemple pas, mais contemplant jusqu'à ce qu'il soit parti,

Je m'efforce de Le saisir rapidement, mais Il s'envole.

Perplexe et enflammé, j'apprends à demander

Et le chercher avec des pleurs et une grande humilité

Et ne pense pas que le surnaturel est possible

Pour ma force ou mon effort humain,

Mais—pour la bonté de Dieu et sa miséricorde sans bornes.

Apparaissant pendant une courte période et se cachant. Il

Une à une, il expulse les passions du cœur.

Car l'homme ne peut vaincre la passion,

S'il ne vient pas à la rescousse;

Et encore une fois, tout n'expulse pas immédiatement,

Car il est impossible de percevoir tout l'Esprit à la fois

Un homme de l'âme et devenu impassible.

Mais quand il a fait tout ce qu'il peut :

Non-acquisition, impartialité, éloignement des siens,

Couper la volonté et le renoncement du monde,

Patience des tentations, de la prière et des pleurs,

Pauvreté et humilité, pour autant qu'il en ait la force,

Puis, pendant un court instant, pour ainsi dire, la Lumière la plus subtile et la plus petite,

Étonnamment entourant son esprit, il le captivera dans une frénésie,

Mais, pour qu'il ne meure pas, il va bientôt le quitter

Avec une telle vitesse, peu importe ce que vous pensez,

Il est impossible à celui qui voit de se souvenir de la beauté de la Lumière,

De peur que lui, étant un enfant, ne goûte la nourriture des hommes parfaits

Et immédiatement, il n'a pas été dissout ou blessé en la vomissant.

Ainsi, depuis lors, la Lumière guide, fortifie et instruit ;

Quand nous avons besoin de lui

Il se présente et s'enfuit;

Pas quand nous le souhaitons, car c'est l'œuvre des parfaits,

Mais quand nous sommes en difficulté et complètement impuissants,

Il vient à la rescousse, s'élevant de loin,

Et me fait sentir dans mon coeur

Frappé, essoufflé, je veux Le tenir.

Mais tout autour, c'est la nuit. Avec les mains vides et pitoyables,

Oubliant tout, je m'assieds et pleure

Sans espérer une autre fois Le voir de la même manière.

Quand, après avoir assez pleuré, j'ai envie d'arrêter,

Puis Lui, venant, touche mystérieusement ma couronne,

J'ai éclaté en sanglots, ne sachant pas qui c'était;

Et puis Il illumine mon esprit avec la Lumière la plus douce.

Quand saurai-je. Qu'est-ce. Il vole immédiatement

Laissant en moi le feu de l'amour divin pour lui-même,

Qui ne permet pas de rire ou de regarder les gens,

Ni accepter le désir de quoi que ce soit de vu.

Peu à peu, à force de patience, il s'embrase et gonfle,

Devenir une grande flamme atteignant le Ciel.

Il s'éteint par la détente et le divertissement avec les tâches ménagères,

Car au début il y a aussi le souci des choses du monde ;

Renvoie le silence et la haine à toute gloire

Errant sur la terre et se piétinant comme du fumier,

Car en cela Il prend plaisir, puis prend plaisir à être présent,

En enseignant cette toute-puissante humilité.

Alors quand je comprends et que je deviens humble,

Alors Il est inséparable de moi :

Me parle, m'éclaire,

Me regarde, et je Le regarde.

Il est dans mon cœur et est au paradis.

Il m'explique les Ecritures et augmente en moi la connaissance,

Il m'enseigne des mystères que je ne peux pas dire.

Il montre comment il m'a enlevé du monde,

Et il m'ordonne d'être miséricordieux envers tous ceux qui sont dans le monde.

Alors les murs me tiennent et le corps me tient

Mais je suis vraiment, sans aucun doute, en dehors d'eux.

Je ne ressens pas de sons et je n'entends pas de voix.

Je n'ai pas peur de la mort, car je l'ai dépassée aussi.

Je ne sais pas ce qu'est le chagrin, même si tout le monde me rend triste.

Les plaisirs sont amers pour moi, toutes les passions me fuient

Et je vois constamment la Lumière nuit et jour,

Le jour est la nuit pour moi et la nuit est le jour.

Je ne veux même pas dormir, car c'est une perte pour moi.

Quand toutes sortes de problèmes m'entourent

Et, semble-t-il, ils seront renversés et me vaincra ;

Puis moi, me retrouvant soudain avec la Lumière au-delà de tout

Joies et tristes, et plaisirs mondains,

Je jouis d'une joie inexprimable et divine,

Je me réjouis de sa beauté, je l'embrasse souvent,

J'embrasse et m'incline avec une grande gratitude

A ceux qui m'ont donné l'occasion de voir ce que je désirais,

Et participez à la Lumière inexprimable et devenez lumière,

Et son don de rejoindre d'ici,

Et acquérez le Donateur de toutes les bénédictions,

Et de ne pas être privé de dons spirituels.

Qui m'a attiré et guidé vers ces bénédictions ?

Qui m'a fait sortir des profondeurs de l'illusion du monde ?

Qui m'a séparé de mon père et de mes frères, amis

Et parents, plaisirs et joies du monde ?

Qui m'a montré le chemin du repentir et des pleurs,

Par qui j'ai trouvé un jour sans fin ?

C'était un ange, pas un homme, * Cependant, un tel homme,

Qui se moque du monde et piétine le dragon,

dont la présence les démons tremblent.

Comme je te le dis, mon frère, ce que j'ai vu en Égypte,

A propos des signes et des prodiges qu'il a accomplis ?

Je vais vous dire une chose pour l'instant, parce que je ne peux pas tout vous dire.

Il est descendu et m'a trouvé un esclave et un étranger en Egypte.

Viens ici, mon enfant, dit-il, je te conduirai à Dieu.

Et par grande incrédulité, je lui ai répondu :

Quel signe me montreras-tu pour m'assurer

Que tu peux toi-même me libérer de l'Egypte

Et voler des mains du pharaon flatteur,

Pour qu'en vous suivant, je ne sois pas encore plus en danger ?

Allume, dit-il, un grand feu, afin que je puisse entrer au milieu,

Et si je ne reste pas immaculé, alors ne me suivez pas.

Ces mots m'ont frappé. J'ai fait ce qui était commandé.

Une flamme a été allumée, et lui-même se tenait au milieu.

Sain et sauf, il m'a invité aussi.

J'ai peur, monsieur, dis-je, car je suis un pécheur.

En sortant du feu, il s'est approché de moi et m'a embrassé.

Pourquoi as-tu peur, me dit-il, pourquoi es-tu timide et tremblante ?

Grand et terrible est ce miracle ? - vous verrez plus que cela.

Je suis terrifié, monsieur, dis-je, et je n'ose pas vous approcher,

Ne voulant pas être plus audacieux que le feu,

Car je vois que tu es un homme supérieur à l'homme,

Et je n'ose te regarder, dont le feu a honte.

Il m'a attiré plus près et m'a étreint

Et m'embrassa encore d'un saint baiser,

Lui-même embaumant tout le parfum de l'immortalité.

Après cela, je l'ai cru et l'ai suivi avec amour,

Voulant devenir l'esclave de lui seul.

Pharaon me tenait en son pouvoir. et ses terribles assistants

M'a forcé à prendre soin des briques et de la paille

Moi seul, je ne pouvais pas m'échapper, car je n'avais pas d'arme.

Moïse ** a supplié Dieu de l'aider

Le Christ frappe l'Égypte de dix plaies.

Mais Pharaon ne s'est pas soumis et ne m'a pas relâché.

Le père prie, et Dieu l'écoute et dit à son serviteur de prendre ma main,

Se promettant d'aller avec nous;

Pour me délivrer de Pharaon et des calamités de l'Égypte.

Il a mis de l'audace dans mon cœur

Et m'a donné le courage de ne pas avoir peur du pharaon.

Ainsi fit le serviteur de Dieu :

Tenant ma main, il a marché devant moi

Et ainsi nous avons commencé à faire le voyage.

Donne-moi. Seigneur, par les prières de mon père, comprenant

Et un mot pour dire les merveilles de ta main,

que Tu as fait pour moi, le perdu et le prodigue,

Par la main de ton serviteur qui m'a fait sortir d'Égypte.

En apprenant mon départ, le roi d'Egypte

Il m'a négligé en tant que tel et n'est pas sorti lui-même.

Mais il envoya des esclaves soumis à lui.

Ils ont couru et m'ont rattrapé dans les limites de l'Egypte,

Mais ils sont tous revenus sans rien et brisés :

Ils ont brisé leurs épées, secoué leurs flèches,

Leurs mains sont affaiblies, agissant contre nous,

Et nous étions complètement indemnes.

Une colonne de feu brûlait devant nous, et une nuée était au-dessus de nous ;

Et nous sommes seuls passés dans un pays étranger

Parmi les brigands, parmi les grands peuples et les rois.

Quand le roi apprit aussi la défaite de son peuple,

Puis il se mit en colère, considérant cela comme un grand déshonneur

Être abusé et vaincu par une seule personne.

Il attela ses chars, souleva le peuple

Et il s'est poursuivi avec une grande vantardise.

Quand il est venu, il m'a trouvé seul couché de fatigue;

Moïse était éveillé et parlait avec Dieu.

Il m'a ordonné d'être pieds et poings liés,

Et, me gardant à l'esprit, ils ont essayé de tricoter;

Moi, allongé, j'ai ri et armé de prière

Et avec le signe de la croix, il les reflétait tous.

N'osant pas me toucher ni m'approcher,

Eux, debout quelque part à distance, pensaient m'effrayer:

Tenant le feu dans leurs mains, ils ont menacé de me brûler

Ils poussèrent un grand cri et firent du bruit.

De peur qu'ils ne se vantent d'avoir fait quelque chose de grand,

Ils ont vu que moi aussi je devenais une lumière, par les prières de mon père,

Et honteux, ils sont soudainement partis tous ensemble.

Moïse sortit de chez Dieu, et me trouvant hardi,

Fou de joie et tremblant de ce miracle,

demandé ce qui s'est passé? Je lui ai dit tout ça :

Qu'il y avait un pharaon, le roi d'Égypte;

Venant maintenant avec d'innombrables personnes,

Il ne pouvait pas m'attacher; il voulait me brûler

Et tous ceux qui l'accompagnaient devinrent une flamme,

Émettant du feu de sa bouche contre moi ;

Mais depuis qu'ils ont vu que je suis devenu une lumière, grâce à vos prières,

Alors tout est devenu ténèbres; et maintenant je suis seul.

Écoute, m'a répondu Moïse, ne sois pas présomptueux,

Ne regardez pas l'évidence, surtout ayez peur du secret.

Se dépêcher! profitons de la fuite, comme Dieu l'ordonne ;

Et Christ vaincra les Égyptiens à notre place.

Venez, monsieur, dis-je, je ne serai pas séparé de vous.

Je ne transgresserai pas tes commandements, mais je garderai tout. Amen.

* Ici saint Siméon parle de son père spirituel, Siméon le Studite, ou Révérend.—Note.

** C'est-à-dire le père spirituel de saint Siméon, dont il a été question ci-dessus.—Note.

Source : Saint Siméon le Nouveau Théologien (59, 157-164). – Hymne 37. Enseigner avec théologie les actions du Saint Amour, c'est-à-dire la Lumière même du Saint-Esprit.

Photo d'Igor Starkov : https://www.pexels.com/photo/photo-of-the-church-between-two-plants-813432/

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles