9.3 C
Bruxelles
Wednesday, Février 1, 2023

Dernière minute : la démolition choquante de maisons et l'accaparement de terres signalent l'intensification de la persécution des bahá'ís iraniens

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

BIC GENÈVE — Dans une cruelle escalade, et à peine deux jours après les précédentes attaques contre les bahá'ís à travers l'Iran, jusqu'à 200 agents du gouvernement iranien et locaux ont bouclé le village de Roushankouh, dans la province de Mazandaran, où vivent un grand nombre de bahá'ís, et sont utilisant des engins de terrassement lourds pour démolir leurs maisons.

  • Les routes entrant et sortant du village ont été bloquées.
  • Quiconque tentait de défier les agents était arrêté et menotté.
  • Des agents ont confisqué les appareils mobiles des personnes présentes et interdit de filmer.
  • Les voisins ont été avertis de rester chez eux et interdits de filmer ou de photographier.
  • Quatre maisons qui étaient en construction ont déjà été détruites.
  • Les autorités installent de solides clôtures métalliques pour restreindre l'accès des bahá'ís à leurs propres maisons.

Les bahá'ís de Roushankouh ont été ciblés à plusieurs reprises dans le passé avec des confiscations de terres et des démolitions de maisons. Mais cette décision fait suite à des semaines d'intensification de la persécution des bahá'ís : plus de 100 ont été perquisitionnés ou arrêtés ces dernières semaines.

« Nous demandons à chacun d'élever la voix et d'appeler à l'arrêt immédiat de ces actes épouvantables de persécution flagrante. Chaque jour, il y a eu de nouvelles nouvelles sur la persécution des bahá'ís en Iran, démontrant sans équivoque que les autorités iraniennes ont un plan étape par étape qu'elles mettent en œuvre, d'abord des mensonges flagrants et des discours de haine, puis des raids et des arrestations, et aujourd'hui des accaparements de terres , les occupations et la destruction de maisons », a déclaré Diane Ala'i, représentante de la Communauté internationale bahá'íe (BIC) auprès des Nations Unies à Genève, faisant référence aux dernières semaines. « Quelle sera la prochaine ? La communauté internationale doit agir avant qu'il ne soit trop tard.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles