13.7 C
Bruxelles
Sunday, Octobre 2, 2022

Implications générales : une nouvelle étude révèle où les fragments de mémoire sont stockés

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

L'étude a jeté un nouvel éclairage sur le processus de rappel de la mémoire.

Le rappel des souvenirs nécessite la coopération de plusieurs régions du cerveau.

Lorsque vous passez une soirée mémorable dans un restaurant, plus que la nourriture reste dans votre mémoire. Un souvenir vivant de la soirée est créé par les odeurs, le décor, la musique jouée par le groupe, les conversations et plusieurs autres éléments. Plus tard, ramener une seule de ces impressions pourrait suffire à revivre toute l'expérience.

Selon des recherches récentes, les mémoires complexes du cerveau sont constituées d'un tout et de ses parties. L'hippocampe, une partie du cerveau longtemps considérée comme le siège de la mémoire, est l'endroit où l'expérience générale est conservée, mais les détails spécifiques sont analysés et stockés dans une autre partie du cerveau, le cortex préfrontal. À l'avenir, cette séparation garantit que l'exposition à n'importe quel signal sera suffisante pour activer le cortex préfrontal, qui accédera ensuite à l'hippocampe pour se souvenir de toute la mémoire.


La recherche, qui a été publiée dans Nature, met en lumière la façon dont le cerveau traite les souvenirs de différentes manières et offre un nouvel aperçu de la façon dont les souvenirs sont rappelés, un processus moins bien compris que le stockage de la mémoire.

Il a été difficile d'étudier la mémoire en tant que processus cérébral distribué, en partie en raison de limitations techniques. Priya Rajasethupathy, neuroscientifique à Université Rockefeller et ses collègues ont développé de nouvelles techniques pour enregistrer et manipuler simultanément l'activité neuronale de plusieurs zones cérébrales alors que les souris naviguaient dans des expériences multisensorielles, rencontrant diverses images, sons et odeurs dans un couloir sans fin en réalité virtuelle.

Les chercheurs ont entraîné les souris à associer différentes pièces, composées de différentes combinaisons d'indices sensoriels, comme expériences gratifiantes ou aversives. Plus tard, poussées par une odeur ou un son spécifique, les souris ont pu se souvenir de l'expérience plus large et ont su s'il fallait s'attendre à de l'eau sucrée ou faire attention à une bouffée d'air gênante.


Les expériences ont démontré que si la voie entorhinale-hippocampique, un circuit bien étudié impliquant l'hippocampe et sa région environnante, était essentielle pour former et stocker les expériences, les caractéristiques sensorielles individuelles étaient expédiées aux neurones préfrontaux. Plus tard, lorsque les souris ont rencontré des caractéristiques sensorielles particulières, un circuit différent a été engagé. Cette fois, les neurones préfrontaux communiquaient avec l'hippocampe pour évoquer la mémoire globale pertinente.

"Cela suggère qu'il existe une voie dédiée au rappel de la mémoire, distincte de la formation de la mémoire", déclare Nakul Yadav, premier auteur de l'étude et étudiant diplômé co-encadré par Rajasethupathy et par Conor Liston, neuroscientifique à Weill Cornell médecine.

Ces résultats ont des implications pour le traitement de conditions telles que Alzheimer maladie, où les déficits seraient plus liés au rappel de la mémoire qu'au stockage. L'existence de voies de stockage et de récupération séparées dans le cerveau suggère que le ciblage des voies de rappel préfrontal peut être plus prometteur sur le plan thérapeutique, déclare Rajasethupathy.

Référence : « Les représentations de caractéristiques préfrontales entraînent le rappel de la mémoire » par Nakul Yadav, Chelsea Noble, James E. Niemeyer, Andrea Terceros, Jonathan Victor, Conor Liston et Priyamvada Rajasethupathy, 13 juillet 2022, Nature.
DOI: 10.1038/s41586-022-04936-2

 

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles