2.4 C
Bruxelles
Thursday, Décembre 8, 2022

La boulangerie : une voie possible de sortie de la consommation de drogue pour les femmes de Kerman, en Iran

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Iran, 24 août 2022 – Avec environ 2.8 millions de personnes souffrant d'un problème de consommation de drogue, l'Iran possède également l'un des le plus élevé prévalence de la consommation d'opiacés dans sa population. Les femmes sont parmi les personnes touchées – une enquête auprès des ménages a estimé que la prévalence de la consommation de drogues au cours de la vie chez les femmes âgées de 15 à 64 ans était de 1.5 %.

Les femmes iraniennes qui consomment de la drogue sont souvent confrontées à la stigmatisation sociale. Souvent dotées de moins de ressources - comme un emploi, un revenu indépendant ou une formation - les femmes sont souvent également responsables d'enfants ou de membres de la famille à charge, ce qui rend leur lutte contre la consommation de substances encore plus difficile. Les normes culturelles, quant à elles, font que de nombreuses femmes craignent même de reconnaître leurs problèmes.

Des ressources ciblées et dédiées aux femmes aux prises avec la toxicomanie sont donc cruciales, c'est pourquoi l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a soutenu le Kerman Women's Empowerment Center. Le Centre offre un traitement aux femmes toxicomanes, ainsi que des services de création d'emploi et de réinsertion sociale, et à ce jour, il a aidé plus de 260 femmes à se remettre de la toxicomanie.

L'ONUDC a livré des articles de boulangerie et de confiserie au Centre, qui prévoit d'utiliser l'équipement pour créer un atelier continu de type apprentie enseignant aux femmes comment faire de la pâtisserie. L'objectif est de fournir aux femmes toxicomanes récupérées une compétence qui peut les aider à obtenir un emploi et un revenu.

L'entreprise est liée à une initiative similaire de l'UNODC Iran, selon laquelle des machines à coudre seront également livrées au Centre Kerman et à Noor-e Sepid-e Hedayat, une organisation de la société civile à Téhéran. En apprenant aux femmes toxicomanes en rétablissement à coudre, tout comme à faire de la pâtisserie, l'ONUDC Iran espère aider les organisations à aider les femmes à trouver de nouveaux moyens de subsistance.

Pour en savoir plus

L'ONUDC a livré ces équipements de boulangerie/confiserie grâce au généreux financement reçu du Royaume de Norvège, en collaboration avec le Siège iranien du contrôle des drogues (DCHQ). Pour en savoir plus sur le travail de l'ONUDC en Iran, cliquez sur ici.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles