8.7 C
Bruxelles
Vendredi, Avril 19, 2024
Le choix des éditeursDes défis mondiaux sans précédent ne sont "pas insurmontables" selon le chef de l'ONU

Des défis mondiaux sans précédent ne sont "pas insurmontables" selon le chef de l'ONU

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.
Il y a près d'un an, le chef de l'ONU a publié son rapport, Our Common Agenda (OCA), un plan directeur pour la coopération mondiale à l'avenir, et a revigoré le multilatéralisme. Jeudi, il a informé l'Assemblée générale des progrès réalisés jusqu'à présent, affirmant que la nécessité des propositions du rapport "n'a fait qu'augmenter".
"En plus de la triple crise planétaire de la dégradation du climat, de la pollution de l'air et de la perte de biodiversité, et des immenses souffrances causées par la COVID-19 pandémie, les conflits font rage à travers le monde », a déclaré Secrétaire général António Guterres.

Les effets d'entraînement de la guerre en Ukraine contribuent à la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, qui frappent le plus les pays en développement vulnérables », a-t-il ajouté, « mais si les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont sans précédent, ils ne sont pas insurmontables ».

Prévisions sombres

M. Guterres a brossé un sombre tableau de chocs mondiaux "sans relâche et croissants", et d'une économie mondiale dans laquelle "les pays en développement sont asséchés" alors que de nouvelles variantes de COVID perturbent à nouveau des vies, jetant "le Agenda 2030 et par Objectifs de développement durable (ODD) … plus loin sur la bonne voie ».

Pendant ce temps, la catastrophe climatique "s'aggrave de jour en jour" alors que les émissions mondiales de gaz à effet de serre sont "à leur plus haut niveau de l'histoire de l'humanité - et en augmentation".

Et le risque de confrontation nucléaire est "plus aigu qu'il ne l'a été depuis des décennies".

"Le statu quo garantira presque certainement un avenir de crises constantes et de risques dévastateurs", a déclaré le chef de l'ONU.

'Est-ce qu'on s'est réveillé ?'

Le rapport fournit un cadre et une opportunité pour "unir la communauté internationale autour de solutions à cette situation", a-t-il déclaré.

« Notre programme commun était conçu comme un signal d'alarme. Un an plus tard, nous devons nous demander : nous sommes-nous réveillés ? ».

Il propose un nouvel accord mondial pour répartir différemment le pouvoir et les ressources et rétablir les contrats sociaux pour mieux gérer les futurs chocs et crises mondiales.

Le chef de l'ONU a informé les États membres des parties de l'agenda déjà en cours, y compris les préparatifs "bien avancés" du Sommet Transformer l'éducation en septembre.

« Le plus grand rassemblement jamais organisé d'apprenants et d'enseignants sera l'occasion de mobiliser l'ambition, l'action, la solidarité et les solutions ; réinventer des systèmes éducatifs adaptés à l'avenir ; et de générer un nouvel élan pour l'ODD4 et l'Agenda 2030 dans son ensemble », a déclaré le Secrétaire général, notant que le pré-sommet de juin avait été « un succès remarquable ».

Et en septembre, il parlera de la réforme de l'architecture financière internationale « pour s'attaquer aux faiblesses et aux inégalités historiques », qui comprendra des actions à court terme pour un soulagement immédiat des pays en développement, et des mesures à long terme pour garantir la résilience.

Programmes de changement

Les « cinq agendas pour le changement » de l'ONU favorisent une « nouvelle culture et de nouvelles capacités » dans les domaines des données, du numérique, de l'innovation, des sciences du comportement et de la prospective stratégique.

De nouvelles initiatives sont lancées pour «libérer le potentiel des données pour les personnes, la planète et les ODD», a-t-il déclaré, soulignant la Semaine des sciences du comportement des Nations Unies qui a engagé des milliers de personnes sur la manière de traduire la méthode scientifique en impact sur les personnes et un Futures Lab pour renforcer à long terme. résultats à terme des programmes.

"La semaine dernière, l'Assemblée générale a adopté une résolution historique déclarant le droit à un environnement propre, sain et durable, démontrant votre engagement envers cet objectif important", a poursuivi le Secrétaire général.

Sommet du futur

Il a parlé en détail du Sommet du futur prévu, le décrivant comme "une opportunité unique dans une génération de revigorer l'action mondiale, de se réengager envers les principes fondamentaux et de développer davantage les cadres du multilatéralisme afin qu'ils soient prêts pour l'avenir". .

Les droits de l'homme et l'égalité des sexes seront des thèmes transversaux, avec un accent constant sur un contrat social renouvelé qui inclut les groupes marginalisés.

"L'inclusion d'un large éventail de voix n'est pas seulement la bonne chose à faire, mais aussi la seule façon d'arriver à des solutions significatives", a-t-il déclaré.

HCR/Diego Moreno

Des femmes de Rio Negro préparent le sol pour la plantation.

Pacte des dirigeants

Le chef de l'ONU a espéré que le Sommet déboucherait sur un Pacte des dirigeants pour l'avenir négocié au niveau intergouvernemental afin de « revigorer le système multilatéral et de le rendre apte aux défis d'aujourd'hui et de demain ».

Elle devrait recentrer les efforts sur les engagements climatiques existants ; faire face aux menaces à la paix et à la sécurité internationales; réaliser ses ambitions en matière de droits de l'homme, de justice internationale et d'égalité des sexes, y compris la protection des droits dans les espaces numériques.

"Le Pacte pour l'avenir doit démontrer au monde que même si nous sommes confrontés à des défis de taille, nous pouvons les surmonter grâce à la coopération, au compromis et à la solidarité mondiale", a-t-il déclaré.

Le Secrétaire général a proposé des pistes et des résultats possibles du Pacte, en commençant par un nouvel Agenda pour la paix afin de mieux faire face à "toutes les formes et tous les domaines de menaces" et de prévenir le déclenchement et l'escalade des hostilités sur terre, en mer, dans l'espace. et dans le cyberespace.

Sa deuxième proposition, un Pacte numérique mondial, vise un avenir numérique ouvert, libre et sécurisé et sa troisième, une Déclaration sur les générations futures, comprend la mise en place de mécanismes pour tenir compte de leurs besoins ainsi qu'un envoyé dédié.

Arrêter la course aux armements dans l'espace

Il espère que le Sommet débouchera sur un accord politique de haut niveau sur l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique, sa quatrième proposition, comprenant un engagement à négocier un instrument international pour y empêcher une course aux armements.

Une plate-forme d'urgence pour gérer les futures crises mondiales de manière «rapide et coordonnée» était sa cinquième proposition, affirmant que l'ONU était particulièrement bien placée pour la gérer.

« Le monde a payé un prix élevé pour nos réponses ad hoc aux récents chocs mondiaux… Il n'existe pas d'organisation unique pour rassembler les parties prenantes en cas d'une telle crise mondiale ».

Malgré le succès de la Black Sea Grain Initiative, il a souligné : « Nous n'avons pas encore les mécanismes dont nous avons besoin ».

Sommets jumeaux

En conclusion, il a établi des liens entre le Sommet du futur proposé et le Sommet sur les ODD de l'année prochaine à New York, pour « sauver les ODD ».

Les sommets jumeaux visent à créer les conditions d'un avenir durable et inclusif qui, avec la Accord de Paris sur le changement climatique, sont « notre dernière et meilleure chance de répondre à la demande des peuples pour un système multilatéral qui gère et résolve les défis mondiaux de manière opportune, efficace et équitable ».

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -