6.6 C
Bruxelles
Sunday, November 27, 2022

Pages de l'histoire de l'Église russe à Sofia (2)

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Gaston de Persigny
Gaston de Persigny
Gaston de Persigny - Reporter à The European Times News

Plus de l'auteur

En mai 1944, le synode bulgare accorda à la communauté russe d'abord l'église « St. Grande martyre Ekaterina » au cimetière de Kniazhevo, et après deux mois – l'église « St. Petka Samardzhiyska » sur le boulevard « Maria Luiza ». au centre de Sofia. Le supérieur décédé a été remplacé par l'archiprêtre Georgii Golubtsov, bien connu des paroissiens. Une préoccupation commune est l'achat des ustensiles d'église et des livres liturgiques nécessaires pour remplacer ceux qui ont été perdus. De ses frères de Svetogorje, la paroisse russe a reçu un cadeau inestimable - un grand évangile intronisé et un ensemble de vases eucharistiques en argent. Dans la petite église du boulevard "Maria Luisa", les services quotidiens et les offices épiscopaux festifs et solennels réguliers se poursuivent.

Lors des bombardements du printemps 1944, le « St. Nicholas the Miracle Worker » – le toit s'est effondré, l'aile sud a été complètement détruite, une partie des fresques a été perdue. Étant donné que, selon le protocole soviéto-bulgare du 6 juillet 1940, la partie soviétique a cédé gratuitement le temple à la Bulgarie pendant 15 ans, les coûts de sa restauration sont à la charge du gouvernement bulgare. 8 millions de BGN ont été alloués, puis le montant est passé à 12 millions de BGN. Les travaux de réparation ont commencé dès 1944. La zographie endommagée de la nef sud a été restaurée par l'artiste émigré russe Mikhail Maletsky, qui a pour la première fois nettoyé et renforcé toutes les fresques. Le célèbre artiste bulgare Nikola Andonov a également participé à la restauration, qui 30 ans auparavant, en tant qu'étudiant, a contribué à l'iconographie du temple sous la direction du professeur Perminov.

Les conditions politiques modifiées après la fin de la Seconde Guerre mondiale ont entraîné de graves changements dans la vie de l'émigration russe en Bulgarie. Le clergé russe a commencé à chercher des moyens de se réunir avec l'église mère dans la patrie et de la servir avec son expérience et ses connaissances. En avril 1945, l'archevêque Seraphim fit appel au patriarche russe Alexy, déclarant qu'il était prêt à accepter la juridiction du patriarcat de Moscou. Il demande qu'un représentant patriarcal soit laissé en Bulgarie, car il « était apparenté à son troupeau, à ses enfants spirituels, non seulement aux Russes, mais aussi aux Bulgares ». Il supplie également Moscou d'accepter sous son omophorion tout le clergé russe qu'il gouverne en Bulgarie. L'avis de l'archevêque de Pskov-Porhov (plus tard métropolite de Lenigrad) Grigoriy, qui, en avril 1945, vint à Sofia pour célébrer le rétablissement de la pleine communion avec l'Église orthodoxe bulgare après le renversement du schisme, contribua à résoudre positivement la question. Dans ses conclusions présentées au patriarche, il a caractérisé Mgr Seraphim comme une personne inconditionnellement spirituelle, jouissant d'un grand respect parmi le peuple. L'ambassade soviétique note également que l'archevêque Seraphim n'est pas compromis dans ses activités passées et présentes et a autorité parmi le clergé bulgare.

Le 30 octobre 1945, le décret correspondant du patriarche fut publié, confirmant les pouvoirs de l'évêque Seraphim dans la gestion des sept paroisses russes de Bulgarie en tant que représentant du patriarcat de Moscou. Au printemps 1946, le gouvernement soviétique a suspendu le protocole accordant à la Bulgarie l'utilisation temporaire de l'église de l'ambassadeur de Russie et a remis l'église à l'archevêque Seraphim.

Le 4 juin 1946, le Présidium du Soviet suprême de l'URSS a publié un décret accordant la citoyenneté soviétique aux sujets de l'ancien Empire russe vivant en Bulgarie. L'évêque Seraphim a accepté la citoyenneté soviétique, ils lui ont délivré le certificat n ° 1 pour un sujet soviétique vivant en Bulgarie. Certains des opposants les plus farouches au pouvoir soviétique ont condamné sa décision. Mais en tant que vrai berger, Mgr Seraphim est avant tout guidé par le souci du sort de son troupeau, de sa survie physique et de son salut face à la persécution communiste, et fait preuve d'une véritable "douceur de colombe et sagesse de serpent". Le fait est que toutes les questions liées au sort de l'émigration russe sont passées à cette époque des mains du gouvernement bulgare sous le contrôle des représentants soviétiques à la Commission de contrôle alliée, qui les ont décidées conformément aux principes de classe et ont déclaré tous les émigrants et les non-rapatriés comme « ennemis du peuple ». Ceux qui ont accepté la citoyenneté soviétique acquièrent un nouveau statut, de "gardes blancs", ils deviennent des citoyens soviétiques, égaux en droits avec les citoyens bulgares. Cela signifie que de nombreuses restrictions liées à la stigmatisation « réactionnaire » leur sont supprimées, ils ont des chances égales de trouver un emploi, d'obtenir un logement, peuvent compter sur la sécurité sociale.

Après que le décret d'État du 17 novembre 1944 a liquidé toutes les organisations d'émigrés russes et interdit toutes leurs activités publiques, l'Église russe est désormais le dernier et le seul endroit où ils peuvent librement professer leur foi, communiquer et s'entraider. L'archiprêtre Andrey Liven, qui après la mort de l'archiprêtre Georgiy Golubtsov, est devenu le chef du temple, a le mérite d'unir les paroissiens. Il se caractérise par la véritable hospitalité russe, la cordialité, la gentillesse, il fait beaucoup pour attirer les jeunes à l'église, organise des conférences sur des sujets spirituels, des soirées de poésie, au cours desquelles il lit souvent ses propres poèmes spirituels et de magnifiques traductions.

Cour du Patriarcat de Moscou

Après la mort de l'évêque Seraphim, la direction des communautés ecclésiastiques russes en Bulgarie fut reprise par l'archimandrite Panteleimon (Staritsky), qui les dirigea en qualité d'évêque adjoint. En 1951, il y avait plus de vingt prêtres sur le territoire de la Bulgarie sous la juridiction du Patriarcat de Moscou.

Fin mai 1952, le patriarcat de Moscou envoya en Bulgarie l'archiprêtre Sergius Kazansky, clerc du diocèse de Bakou, en tant que nouveau vicaire épiscopal des paroisses orthodoxes russes. Le 3 juillet 1952, dans un rapport au métropolite Nikolay de Krutitsa-Kolomna sur l'état du vicariat épiscopal en Bulgarie, l'archiprêtre rapporta que la communauté du temple russe de Sofia comptait 500 personnes, il y avait deux prêtres, un diacre et un un psaltérion. Selon l'avis du P. Sergius Kazansky, seule cette paroisse "peut être considérée comme normale", tandis que le reste des municipalités russes "ne rencontrent même pas les signes les plus minimes d'une paroisse normale". Le monastère de la vierge "Pokrov Bogorodichen" à Kniazhevo se composait à l'époque d'une abbesse, de deux religieuses à manteau, de quatre religieuses rasophoriennes et de trois novices, dont trois avaient la nationalité soviétique et sept - bulgares.

Dans son rapport à Moscou, l'archiprêtre Sergius Kazansky affirme que l'existence de paroisses et de prêtres russes provoque un certain mécontentement parmi le clergé bulgare et incite à des tensions inutiles. À la suite de ses entretiens avec le secrétaire en chef du synode bulgare, Mgr Iona, et avec le métropolite Kiril, le futur patriarche bulgare, le père Sergiy a conclu : « La plupart des hiérarques supérieurs de l'Église bulgare n'ont rien contre l'existence d'un vicariat épiscopal en Bulgarie, mais ils seraient très satisfaits si l'Église russe leur livrait les paroisses russes et ne laissait qu'un seul tribunal pour la représenter à Sofia, comme c'est le cas à Moscou… ». Mgr Yona lui a directement déclaré que si le patriarche Alexis jugeait nécessaire et opportun de transférer les paroisses russes sous la juridiction de l'Église bulgare, ce serait "une grande manifestation d'amour pour l'Église bulgare et l'Église bulgare enregistrera cet acte le les tablettes de ses annales paroissiales ».

Le 10 novembre 1952, par décision du Saint-Synode de l'Église orthodoxe russe, les paroisses, les monastères, le clergé et les moines orthodoxes russes existants en Bulgarie ont été transférés sous la juridiction de l'Église orthodoxe bulgare. Le Saint-Synode a décrété "de demander fraternellement au Saint-Synode de l'Église orthodoxe bulgare d'étendre son amour et ses soins aux paroisses, monastères et clergé énumérés, et de préserver, après l'avoir accepté dans sa juridiction, l'ordre spirituel et le mode de vie russes. dans le monastère de Kokalyansky, pour lequel ses moines demandent… A partir du moment de la signature de l'acte de remise des paroisses, monastères et clergé mentionnés sous la juridiction de l'Église orthodoxe bulgare, le vicariat épiscopal des communautés orthodoxes russes en Bulgarie devrait être considérée comme liquidée, tandis que l'archiprêtre S. Kazanski resterait à la tête de l'Église orthodoxe russe «St. Nicolas le Merveilleux" à Sofia, qui s'appellera désormais la cour du Patriarcat de Moscou".

Après une longue interruption à partir de la fin de 1973, le patriarcat de Moscou a recommencé à envoyer depuis l'URSS des supérieurs du temple de la cour. En 1973-1975, ce poste était occupé par le clerc du diocèse de Vladimir, l'archiprêtre Arkady Tishchuk.

En 1975-1985, le prêtre de la cour du temple était le clerc du diocèse de Vilnius-Litovsk, l'archimandrite Nikita Yakerovich. Pendant son temps, de 1975 à 1977, avec la bénédiction du patriarche russe Pimen et avec l'aide du patriarche bulgare Maxim, le nettoyage et la restauration des fresques du temple ont eu lieu. Les activités de restauration sont financées par le Synode bulgare, le Comité des affaires de l'Église bulgare, le Conseil municipal de Sofia, sur les fonds du temple et sont menées par une équipe de l'Institut national bulgare des monuments culturels sous la direction de l'artiste Baeva. Contrairement à la restauration de 1945-1946, où ils ont été lavés avec des solvants, cette fois une technique différente a été utilisée - le frottement avec des gommes spéciales, ce qui a entraîné une décoloration importante de la peinture. Là encore, la couche picturale a été renforcée, selon une technique proche de celle de l'auteur ; les éléments en bois de la décoration extérieure et les toitures en tuiles ont été conservés. Dès 1970, avec des fonds du Patriarcat de Moscou, les dômes et les corniches du temple sont à nouveau dorés, et en 1982 l'iconostase est à nouveau dorée.

En 1972, 1975, 1977 et 1983, le patriarche russe Pimen a visité le temple.

Après le départ de l'archimandrite Nikita le 25 janvier 1985, un nouveau supérieur est arrivé, le clerc de l'archiprêtre du diocèse de Simferopol-Crimée Nikolay Dzichkovski, un prêtre de quatrième génération. Lui, comme ses prédécesseurs, s'occupa de l'amélioration du temple. À l'été 1987, la pierre tombale de l'évêque Seraphim était recouverte de marbre multicolore. L'année suivante, la crypte est entièrement restaurée, où sont aménagées des salles pour les réunions paroissiales, les répétitions de chœur, un bureau pour l'accueil des visiteurs et une bibliothèque. Le temple est peint à l'extérieur. L'artiste bulgare Angel Radushev a restauré les icônes de l'iconostase. Le père Nikolay a obéi pendant 10 ans, et c'est lui qui était destiné à être témoin et à participer à un nouveau changement cardinal dans la vie de la «St. Nicholas le Wonderworker » au début des années 1990.

Le 8 novembre 1992, à l'occasion du 40e anniversaire de la cour, un service de prière solennel a eu lieu, auquel ont assisté le patriarche bulgare Maxim, le secrétaire général du synode du BOC, l'évêque Neofitus de Levki, ainsi que de nombreux employés de l'ambassade de Russie dirigée par l'ambassadeur Avdeev. Et ce n'est pas seulement le respect du protocole diplomatique à l'occasion de la date du tour, mais le reflet des changements qualitatifs de la société russe. Le père Nikolay Dzichkovski et le père Simeon Minchev ont ensuite baptisé de nombreux adultes et enfants, marié des jeunes mariés et des couples mariés qui avaient vécu dans un mariage civil pendant de nombreuses années. Toutes les grandes fêtes du Seigneur et de la Vierge sont célébrées ensemble ; le temple est plein de monde. De nombreux diplomates russes, dirigés par l'ambassadeur Avdeev et son épouse, se réunissent à ces services. Les gens ressentent un sentiment particulier d'unité lorsqu'ils se rassemblent pour offrir des prières pour leur patrie et pour tous les chrétiens orthodoxes.

Le nombre d'admirateurs de l'évêque Seraphim parmi les Russes et les Bulgares, qui ont connu par expérience personnelle le pouvoir extraordinaire de la prière pour lui, augmente considérablement. Pour beaucoup, les livres avec ses sermons et ses articles deviennent une véritable découverte. A la tombe de l'évêque avec l'inscription « DE MA MÈRE TU ES MON PROTECTEUR » (Ps. 70:6) les gens apportent de plus en plus de lettres. Après consultation des paroissiens, le père Nicholas établit une sorte de « boîte aux lettres » près de la tombe de l'évêque.

Grâce aux contacts renouvelés avec les émigrés de la "Garde blanche", les diplomates de l'ambassade de Russie ont enfin prêté attention aux Russes vivant dans le foyer pour handicapés de Knyazhevo, créé dans les années 1920, à tous les malades isolés, handicapés. Les dons sont collectés à l'ambassade pour acheter des cadeaux pour Noël et Pâques.

Le 19 mai 1994, l'église a solennellement accueilli le patriarche russe Alexis II, arrivé en Bulgarie pour rendre visite au patriarche bulgare Maxim. Les premiers hiérarques étaient accompagnés de nombreux hiérarques de l'Église bulgare, qui ont participé plus d'une fois aux célébrations dans le temple russe. Une litanie funèbre a été célébrée ensemble sur la tombe de l'évêque Seraphim, qui aimait tant les Bulgares et l'Église bulgare. Avec la bénédiction des deux patriarches, il fut décidé de procéder à la restauration de l'église russe.

Sur ordre du comité des ambassadeurs, des religieuses artistes de l'atelier de peinture d'icônes du monastère princier « Pokrov Bogorodichen » ont peint la crypte du temple. Sous la direction de la talentueuse sœur Magdalina (Nacheva), ils créent des peintures murales étonnantes de beauté et de profondeur. Plusieurs parcelles sont unies par le thème "Archevêque Seraphim - Saint Patron de Sofia". Avec des moyens iconographiques, les artistes parviennent à raconter la vie juste de l'évêque Seraphim, et sa lutte pour la pureté de l'orthodoxie, et son amour sans bornes pour lui. Grâce aux magnifiques fresques, le nom de l'intempestive martyre sœur Madeleine (que Dieu la repose dans son royaume céleste !) a été uni pour toujours au nom de l'évêque Séraphin. La restauration du légendaire drapeau de Samara a été confiée aux artisans qualifiés du monastère princier - ils ont insufflé une nouvelle vie à la relique inestimable, symbole de la fraternité russo-bulgare.

Une grande fête pour toute la paroisse est la consécration solennelle du temple russe après l'achèvement des travaux de réparation et de restauration. Les mérites de l'ambassadeur Avdeev ont été récompensés par une haute distinction - par décret du patriarche Alexis II, il a reçu l'Ordre de «St. Juste Prince Daniel de Moscou ».

L'archiprêtre Nikolai a été remplacé par l'énergique archiprêtre Sergii Trukhachov, père d'une famille commune avec de nombreux enfants. Pendant son temps, l'iconographie de la crypte a été achevée, qui, avec cet aspect fini, est devenue une véritable décoration du temple. Le talentueux chef d'orchestre Matushka Lyubov dirige avec succès le chœur de l'Église russe, qui est traditionnellement l'un des meilleurs de Sofia. Le Père Sergius jouit d'un grand amour de la part des paroissiens, il parvient à créer une atmosphère étonnamment bienveillante et cordiale dans la paroisse.

De 1998 à 2008, le chef du temple russe était l'archiprêtre Alexander Karyagin, un ecclésiastique du diocèse de Kostroma.

D'avril 2008 à mars 2009, l'abbé de la cour était Isidor (Minaev), diplômé du monastère de Valaam. La courte période de son ministère s'est avérée très fructueuse. La vie de la paroisse devient à la fois plus active et plus diversifiée. A l'occasion du 130e anniversaire de la fin de la guerre russo-turque, l'année 2008 a été déclarée « l'année de la Russie en Bulgarie ». Des services religieux solennels, des événements festifs, des concerts, des expositions artistiques et littéraires sont organisés dans tout le pays, dont une exposition de photos consacrée au 1020e anniversaire de la Conversion de la Russie, une exposition « Temples de Moscou », une semaine de la culture spirituelle russe. Outre les événements festifs, les activités traditionnelles de la paroisse ne sont pas oubliées. Une école du dimanche fonctionne avec succès, composée de plusieurs classes pour des enfants d'âges différents. En plus des leçons de catéchisme et d'histoire de l'Église, il y a aussi des cours de chant religieux et d'artisanat. Dans le cadre du cycle « Que savons-nous de l'orthodoxie ? », le chef de la cour donne des conférences théologiques mensuelles au Centre culturel et d'information russe.

Le chantier poursuit ses nombreuses années de tradition dans l'assistance aux personnes âgées, handicapées et nécessiteuses. Un travail constant est également effectué sur l'embellissement et l'entretien des cimetières russes.

Depuis mars 2009, le hiéromoine Zotik (Gaevski) exerce les fonctions de chef de cour. Pour la Bulgarie, il n'est pas une personne nouvelle et inconnue – il a étudié ici et a souvent servi avec le Père Isidore dans l'église « St. grand martyr Panteleimon » au cimetière russe de Kniazhevo. Les employés du chantier ont de sérieuses tâches à accomplir : une nouvelle restauration du temple russe est en vue, et son centenaire n'est pas loin.

Du traducteur: Hiéromoine Zotik a géré la cour jusqu'en mai 2011, après quoi l'archimandrite Philippe (Vsiltsev) a été nommé à la tête. L'archimandrite Philippe est un homme d'une énergie et d'une détermination extraordinaires. Malgré quelques désaccords initiaux et des ferments dans la paroisse, l'époque de l'archimandrite Philippe restera surtout dans les mémoires pour l'une des restaurations les plus complètes de l'église «St. Nicolas le Merveilleux" tout au long de son existence, mais aussi avec la canonisation de saint Séraphin, le Merveilleux de Sofia, réalisée en solidarité par les Églises orthodoxes russe et bulgare en 2016 - un événement unique dans l'histoire de l'Église. Cette canonisation était attendue depuis de nombreuses années par le peuple fidèle, mais seule la volonté et l'énergie de l'archimandrite Philippe, qui a organisé la collecte de nombreux témoignages de miracles et d'aide à la prière, et s'est investi corps et âme dans ce processus, a donné une impulsion à la procédure de canonisation.

De mars 2018 à aujourd'hui, le chef de la cour et représentant du patriarche russe à Sofia est l'archimandrite Vasian (Zmeev). Nous souhaitons à Son Éminence le P. Vasian un ministère réussi et fructueux, la santé, la force et l'aide d'en haut dans ses œuvres, et que Dieu continue de bénir l'importance du temple russe de Sofia en tant que pont vivant unique et connexion entre les deux pays et églises frères.

Le temple « St. Nicolas le Merveilleux » n'est qu'un monument historique ou il continuera d'être au centre de la communauté orthodoxe russe de Sofia, appelée à servir l'unité priante du peuple orthodoxe, russes et bulgares, dépend en grande partie de nous. Eh bien, l'église n'est pas seulement un bel édifice avec des cubes et des icônes. C'est un organisme vivant, et il est fait ainsi par les croyants rassemblés au nom du Christ ; et c'est nous tous.

Publication en bulgare : Rester humain/Histoire et religions par Olga Reshetnikova – In SVET, Numéro 3/2022

Source : podvorie-sofia.bg

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles