6.6 C
Bruxelles
Thursday, Septembre 29, 2022

La liberté de l'homme

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Gaston de Persigny
Gaston de Persigny
Gaston de Persigny - Reporter à The European Times News

Plus de l'auteur

Le salut et, en particulier, la justification pour les orthodoxes est un état moral libre, bien qu'il ne puisse être accompli qu'avec l'aide de la grâce de Dieu. Pour être régénéré par la grâce, une personne doit elle-même contribuer à sa régénération. « Venir chez le bon Médecin », écrit saint Ephraïm le Syrien, – le pécheur doit, pour sa part, « apporter des larmes – c'est le meilleur des remèdes. Car il est agréable au Médecin céleste que chacun se guérisse et soit sauvé par ses propres larmes », et ne subisse pas involontairement seulement le salut.

« Lavez-vous abondamment avec des larmes, comme un teinturier lave une vague, adonnez-vous à l'humilité et réduisez-vous en tout ; car après vous être ainsi purifié, vous viendrez à Dieu prêt à recevoir la grâce. Quelques-uns des pénitents retournent encore au péché, parce qu'ils ne savaient pas ce que cachait en eux le serpent, et s'ils le savaient, ils ne l'éloignaient pas complètement d'eux-mêmes, car ils laissaient y rester les traces de son image, et il bientôt, comme s'il avait été conçu dans le ventre de sa mère, restitue à nouveau la pleine image de sa méchanceté. qu'il n'a pas changé d'avis, parce que tous les reptiles du péché sont encore en lui. l'esprit, toujours dirigé vers Jésus-Christ tant désiré, avec le désir, par la grâce du Christ, de devenir un homme nouveau, comme une vague devient un tissu violet ou bleu ou de couleur jacinthe.

Ainsi, l'efficacité du sacrement dépend du degré de libre participation à celui-ci par la personne elle-même. Pour sortir du sacrement comme une nouvelle personne, il doit lui-même s'efforcer d'être nouveau et, dans la mesure où il en a la force, doit détruire en lui les moindres vestiges de l'ancienne dispensation pécheresse. C'est pourquoi les Pères de l'Église insistent sur le fait que la libre décision et l'effort d'une personne sont tout aussi nécessaires, bien qu'insuffisants en eux-mêmes, une condition de justification dans le baptême, ainsi que l'aide pleine de grâce de Dieu. « S'il n'y a pas de volonté », dit saint Macaire d'Égypte, « Dieu lui-même ne fait rien, bien qu'il le puisse par sa liberté. Par conséquent, l'accomplissement de l'œuvre par l'Esprit dépend de la volonté de l'homme.

La renaissance d'une personne s'accomplit par une voie morale, avec l'assistance libre-consciente de la personne elle-même. « Un renouvellement de vie se produit chez une personne », dit le révérend Théophane, « non pas mécaniquement (c'est-à-dire, pas de telle manière que la grâce de Dieu expulse le péché de l'âme d'une personne, comme quelque chose d'indépendant de la volonté d'une personne). personne, et également installé à sa place contre son gré la justice), mais selon des changements ou des décisions arbitraires internes ; cela se fait aussi au baptême parce que la personne qui se fait baptiser a aimé vivre ainsi par avance. C'est pourquoi, avant de plonger dans les fonts baptismaux, après avoir renoncé à Satan et à ses œuvres, nous nous unissons au Christ Seigneur pour lui consacrer toute notre vie. l'emplacement dans la police par la grâce de Dieu est imprimé et prend le pouvoir d'être efficace. Sorti des fonts baptismaux avec lui, le baptisé est ainsi tout neuf, renouvelé dans sa vie morale et spirituelle – il est ressuscité. Tout comme Christ le Seigneur est ressuscité et baptisé dans les fonts baptismaux, il meurt, mais, quittant les fonts baptismaux, il ressuscite : il meurt dans le péché et ressuscite pour la vérité, pour une vie nouvelle et renouvelée. lieu actuel de Saint Paul l'Apôtre: Enterré pour marcher en nouveauté de vie.

C'est pourquoi, donnant plein pouvoir et sens à l'influence remplie de grâce sur l'âme humaine, les Pères de l'Église ont dépeint le sacrement du baptême sous la forme d'une alliance avec Dieu, c'est-à-dire une telle action qui suppose directement la liberté non seulement pour la réception de la grâce, mais dans les fruits mêmes de la grâce. « Brièvement, sous le pouvoir du baptême », remarque saint Grégoire le Théologien, « nous devons comprendre l'alliance avec Dieu d'entrer dans une autre vie et de maintenir une plus grande pureté » ; et cela présuppose à la fois le désir d'être bon, et la décision d'être bon, et de travailler réellement sur soi-même, et les efforts libres d'une personne sous l'influence la plus mystérieuse.

Une personne ne peut se sauver sur le chemin du bien que par des efforts directs de sa volonté, en se forçant à faire le bien. « Le fait que nos anciens péchés soient enterrés dans le baptême – ceci, selon saint I. Chrysostome, est un don du Christ ; et pour rester mort au péché après le baptême, cela devrait être une question de notre propre zèle, bien que dans cet exploit, comme nous le verrons, Dieu nous aide le plus. Car le baptême a le pouvoir non seulement d'expier les péchés passés, mais aussi de protéger contre les péchés futurs. Tout comme vous avez utilisé la foi pour expier les péchés passés, afin de ne pas être souillé par les péchés après le baptême, montrez un changement de tempérament. Bien que l'aide remplie de grâce soit toujours prête pour le baptisé, bien qu'il soit en union sincère avec le Christ, cependant, ce n'est qu'avec l'aide de sa volonté qu'une personne peut faire usage de cette aide remplie de grâce. « L'Évangéliste, dit le même Saint-Père, ne cède jamais à la coercition, mais montre la liberté de volonté et l'indépendance de l'homme ; il l'a exprimé même maintenant. c'en est une autre pour un Homme de montrer la foi, mais alors beaucoup de soins sont demandés à un homme : car pour conserver la pureté, il ne nous suffit pas d'être baptisés et de croire, mais si nous voulons acquérir la parfaite seigneurie, nous devons mener une vie digne. La renaissance mystique et notre purification de tous les anciens péchés s'accomplissent dans le baptême ; mais rester pur dans le temps suivant et ne plus permettre aucune souillure en nous – cela dépend de notre volonté et de nos soins.

Il en est ainsi du baptême, et de tout autre sacrement : la liberté de l'homme est toujours préservée. "Le sang honnête du Christ", dit saint Cyrille d'Alexandrie, "nous délivre non seulement de la perdition, mais aussi de toute impureté cachée en nous, et ne nous permet pas de refroidir à l'indifférence, mais, au contraire, nous rend brûlant d'esprit. » Cependant, ce n'est qu'avec l'effort volontaire de la personne elle-même : « il est nécessaire et bénéfique que ceux qui ont été une fois dignes de participer au Christ s'efforcent fermement et inébranlablement de s'accrocher à une vie sainte » ; de sorte que même aux plus hauts degrés d'illumination remplie de grâce, une personne reste toujours la cause de ses actions et peut toujours aller dans une direction complètement opposée. "Et ceux qui sont remplis du Saint-Esprit", selon saint Macaire d'Egypte, "ont des pensées naturelles en eux-mêmes et ont la volonté de s'y conformer".

Par conséquent, les Pères de l'Église ont toujours enseigné que la grâce de la justification est dans une certaine mesure un phénomène temporaire, c'est-à-dire temporairement ressenti et temporairement caché à la conscience, qu'il peut finalement être perdu pour une personne. "Même les parfaits", dit saint Macaire d'Egypte, "lorsqu'ils sont dans la chair, ils ne sont pas libérés des soucis (c'est-à-dire de leur salut) à cause de la liberté et sont sous la peur, c'est pourquoi les tentations sont autorisées sur eux." Et seulement, "lorsque l'âme entrera dans cette ville des saints, alors il ne sera possible que de rester sans chagrins ni tentations". La justice est un feu allumé en nous qui menace de s'éteindre à la moindre inattention de notre part. « Le feu que nous avons reçu par la grâce de l'Esprit », dit saint I. Chrysostome, « si nous le voulons, nous pouvons l'affermir, mais si nous ne le voulons pas, nous l'éteindrons immédiatement. Et quand il s'éteindra, il ne restera rien dans nos âmes que les ténèbres. De même qu'une grande lumière apparaît lorsqu'une lampe est allumée, de même lorsqu'elle s'éteint, il ne reste que des ténèbres.

Cependant, il n'est pas nécessaire d'imaginer la vie ultérieure d'une personne de telle manière que toute sa tâche consistera uniquement à ne pas perdre d'une manière ou d'une autre cette justice qu'elle a reçue.

Source : avec des abréviations qui ne déforment pas le sens, de l'ouvrage de l'archevêque (Finlande) Sergius : « La doctrine orthodoxe du salut ». Éd. 4. Saint-Pétersbourg. 1910 (pp. 140-155, 161-191, 195-206, 216-241). Photo par Ron Lach : https://www.pexels.com/photo/close-up-photo-of-religious-icons-10628589/

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles