13.4 C
Bruxelles
Wednesday, Septembre 28, 2022

L'enseignement des Saints Pères sur le salut

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Petar Gramatikov
Petar Gramatikovhttps://www.europeantimes.news
Le Dr Petar Gramatikov est rédacteur en chef et directeur du European Times. Il est membre de l'Union des reporters bulgares. Dr. Gramatikov a plus de 20 ans d'expérience académique dans différentes institutions d'enseignement supérieur en Bulgarie. Il a également examiné des conférences, liées aux problèmes théoriques impliqués dans l'application du droit international dans le droit religieux où une attention particulière a été accordée au cadre juridique des nouveaux mouvements religieux, la liberté de religion et l'autodétermination, et les relations État-Église pour le pluralisme -Etats ethniques. En plus de son expérience professionnelle et académique, le Dr Gramatikov a plus de 10 ans d'expérience dans les médias où il a occupé les postes de rédacteur en chef d'un périodique trimestriel touristique « Club Orpheus » – « ORPHEUS CLUB Wellness » PLC, Plovdiv ; Consultant et auteur de conférences religieuses pour la rubrique spécialisée pour les personnes sourdes à la télévision nationale bulgare et a été accrédité en tant que journaliste du journal public « Help the Needy » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse.

Plus de l'auteur

Les Pères de l'Église ont également compris le salut comme le salut principalement des péchés. «Notre Christ», dit saint Justin le martyr, «nous a rachetés, plongés dans les péchés les plus graves commis par nous, par sa crucifixion sur un arbre et par la sanctification de nous avec de l'eau, et a fait de nous une maison de prière et d'adoration. ” « Nous, dit saint Justin, tout en étant encore livrés à la fornication et à toutes les mauvaises actions en général, avons puisé en nous la grâce accordée par notre Jésus selon la volonté de son Père, toutes les choses impures et mauvaises en dont nous avons été vêtus. Le diable se dresse contre nous, agissant toujours contre nous et voulant attirer tout le monde à lui, mais l'Ange de Dieu, c'est-à-dire la puissance de Dieu descendue sur nous par Jésus-Christ, le lui interdit et il se retire de nous. péchés, et du tourment et de la flamme que le diable et tous ses serviteurs nous préparent, et dont de nouveau Jésus, le Fils de Dieu, nous délivre. Ainsi, saint Justin n'oublie pas les conséquences du péché, mais la délivrance de celles-ci lui apparaît comme une conséquence du salut, et non son essence et son objectif principal ("sauve à nouveau"). L'essence du salut réside dans le fait que le Seigneur Jésus-Christ nous a donné le pouvoir par lequel nous surmontons les attaques du diable qui nous attaque et restons libres de nos anciennes passions.

«Moi», dit saint Éphraïm le Syrien, «sauvé de nombreuses dettes, d'une légion de péchés, des liens pesants de l'iniquité et des filets du péché, j'ai été sauvé des mauvaises actions, des iniquités secrètes, de la saleté de la corruption, de l'abomination des illusions. Je suis sorti de cette boue, je suis sorti de cette fosse, je suis sorti de cette obscurité ; guéris, Seigneur, selon ta promesse infidèle, toutes les infirmités que tu vois en moi. Par ces mots, le révérend Ephraïm exprime non seulement l'essence du salut du point de vue de son contenu, mais permet également d'en comprendre la forme même, la manière dont il s'accomplit : ce n'est pas quelque chose judiciaire ou magique extérieur. action, mais un développement qui se produit graduellement dans une personne par l'action de la grâce de Dieu, de sorte qu'il peut y avoir des degrés de rédemption. « Le chrétien parfait », exprime la même pensée, le Saint-Père, « produit toutes les vertus et tous les fruits parfaits de l'esprit qui surpassent notre nature... avec délice et plaisir spirituel, aussi naturel et ordinaire, déjà sans fatigue et facilement, ne se débattant plus. avec des passions pécheresses, comme quelqu'un qui a été complètement racheté par le Seigneur.

La même pensée se retrouve sous une forme très claire chez saint Athanase d'Alexandrie : « Parce que, dit-il, la nature humaine, ayant subi un changement, a quitté la vérité et a aimé l'iniquité, alors le Fils unique est devenu un homme afin pour corriger cela en lui-même, pour inspirer la nature humaine à aimer la vérité et à haïr l'anarchie.

Le Christ "est appelé, selon saint Grégoire le Théologien, "délivrance" (1 Corinthiens 1:30), car il nous libère, nous qui sommes retenus par le péché, comme il s'est donné lui-même pour nous en rançon, en sacrifice purificateur pour le monde."

L'essence du salut

Ainsi, du point de vue orthodoxe, l'essence, le sens et le but final du salut d'une personne est de la délivrer du péché et de lui donner la vie sainte éternelle en communion avec Dieu. L'orthodoxe n'oublie pas les conséquences du péché, de la mort, de la souffrance et d'autres choses, est ingrat pour leur délivrance à Dieu - mais cette délivrance n'est pas pour lui la joie principale, comme c'est le cas dans la compréhension juridique de la vie. Comme l'apôtre Paul, les orthodoxes ne se lamentent pas tant d'être menacés de punition pour le péché, dont (le péché) ne peut en aucun cas être libéré, mais de ne pas pouvoir « se débarrasser de ce corps de mort », dans lequel vit "autre loi qui s'oppose à la "loi de l'esprit" qui lui plaît (Rom. 7:22-25). Non pas la peur pour soi, mais le désir de sainteté, de vie selon Dieu, fait chagriner le véritable ascète de piété.

Si telle est l'essence du salut, alors la méthode même devient certaine pour nous.

Si l'on ne pense qu'à délivrer une personne de la souffrance, cela ne fait absolument aucune différence que cette délivrance soit gratuite ou non de la part d'une personne. Mais si une personne a besoin d'être rendue juste, il est nécessaire d'être précisément libérée du péché, alors il n'est pas du tout indifférent qu'une personne ne soit qu'un sujet souffrant pour l'action d'un pouvoir surnaturel, ou qu'elle participe elle-même à sa délivrance.

Le salut s'accomplit sans faute avec la participation de la conscience et de la liberté humaines ; c'est une question morale, pas mécanique.

C'est pourquoi, dans les Saintes Écritures et dans les œuvres des Pères de l'Église, il y a un désir constant de convaincre une personne de faire son propre salut, car personne ne peut être sauvé sans ses propres efforts. La sainteté, si elle est une propriété involontaire de la nature, perdra son caractère moral et se transformera en un état indifférent. "On ne peut pas être bon par nécessité" (I. Chrysostome).

Par conséquent, il est également faux de concevoir le salut comme un acte à la fois extérieurement sain pour une personne et se produisant chez une personne en dehors de la participation de sa liberté. Dans les deux cas, une personne se révélerait n'être qu'un sujet velléitaire de l'influence de quelqu'un d'autre, et la sainteté ainsi reçue par elle ne différerait en rien de la sainteté innée, qui n'a aucune dignité morale, et, par conséquent, , pas du tout le plus grand bien qu'il recherche. Humain. « Moi », dit saint I. Chrysostome, « j'en ai entendu beaucoup dire : « Pourquoi Dieu m'a-t-il créé autocratique en vertu ? Mais comment t'élever au ciel, assoupi, endormi, trahi par les vices, le luxe, la gourmandise ? Tu es là aussi ne serais pas à la traîne des vices ? "Une personne n'accepterait pas la sainteté qui lui serait imposée de force et resterait la même. Par conséquent, bien que la grâce de Dieu fasse beaucoup pour sauver une personne, bien que tout puisse lui être attribué, elle "a aussi besoin d'un croyant, comme une canne à écrire ou une flèche dans une active" ( Cyrille de Jérusalem.) « Le salut de l'homme n'est pas préparé par la violence et l'arbitraire, mais par la persuasion et la bonté. Par conséquent, chacun est souverain dans son propre salut » (Isidore Pelusiot). Et ce n'est pas seulement dans le sens qu'il perçoit passivement l'impact de la grâce, pour ainsi dire, se donne à la grâce, mais dans le fait qu'il rencontre le salut qui lui est offert avec le désir le plus ardent qu'il "dirige avec zèle son regard à la lumière » (de Dieu) (Irénée de Lyon). Éphraïm le Sirin, - est toujours prêt à vous donner sa main droite et à vous relever de la chute. Car dès que tu seras le premier à lui tendre la main, il te donnera sa main droite pour te relever. seulement son propre salut, mais « aide la grâce qui agit en lui ». Toute bonne chose qui se produit dans une personne, chaque croissance morale, chaque changement qui se produit dans son âme, ne se produit pas nécessairement en dehors de la conscience et de la liberté, de sorte que ce n'est pas quelqu'un d'autre, mais «l'homme lui-même qui se transforme, de l'ancien se transformant en Nouveau." Le salut ne peut pas être un événement judiciaire ou physique extérieur, mais doit être un acte moral, et, en tant que tel, il suppose nécessairement comme condition et loi inévitables qu'une personne elle-même accomplisse cette action, bien qu'avec l'aide de la grâce. La grâce, bien qu'elle agisse, bien qu'elle fasse tout, est infailliblement dans la liberté et la conscience. C'est le principe orthodoxe de base, et il ne faut pas l'oublier pour comprendre l'enseignement de l'Église orthodoxe sur la méthode même du salut humain.

Source : avec des abréviations qui ne déforment pas le sens, de l'ouvrage de l'archevêque (Finlande) Sergius : « La doctrine orthodoxe du salut ». Éd. 4. Saint-Pétersbourg. 1910 (pp. 140-155, 161-191, 195-206, 216-241) – en russe.

Photo de Maria Orlova : https://www.pexels.com/photo/ornamental-ceiling-in-medieval-church-with-chandelier-and-fresco-paintings-4916524/

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles