5.9 C
Bruxelles
Samedi, Mars 2, 2024
BlogL'OMS met en garde contre la menace de maladie au milieu de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique

L'OMS met en garde contre la menace de maladie au milieu de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

institutionsofficielles
institutionsofficielles
Nouvelles provenant principalement d'institutions officielles (institutions officielles)

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné mercredi la nécessité de soutenir des millions de personnes confrontées à la famine et à la maladie dans la Corne de l'Afrique.

S'exprimant depuis Genève, Tedros Adhanom Ghebreyesus a affirmé Valérie Plante. la sécheresse, les conflits, le changement climatique et la hausse des prix des denrées alimentaires, du carburant et des engrais contribuent tous au manque d'accès à une alimentation suffisante. 

Les pays touchés sont Djibouti, l'Éthiopie, le Kenya, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et l'Ouganda. 

« La faim et la malnutrition constituent une menace directe pour la santé, mais elles affaiblissent également les défenses de l'organisme, et ouvrir la porte aux maladies y compris la pneumonie, la rougeole et le choléra », a-t-il expliqué.

Tedros a déclaré que la crise oblige certaines personnes à choisir entre payer pour la nourriture et les soins de santé. Beaucoup migrent à la recherche de nourriture, ce qui peut les exposer à un risque accru de maladie. 

WHO a fourni plus de 16 millions de dollars à partir d'un fonds d'urgence pour répondre aux besoins, mais un soutien supplémentaire est nécessaire. 

L'agence lance un appel de 123.7 millions de dollars qui seront utilisés pour prévenir et contrôler les épidémies, traiter la malnutrition et fournir des services de santé essentiels ainsi que des médicaments. 

Appel pour le Tigré 

Tedros a déclaré que la sécheresse aggravait la "catastrophe d'origine humaine" dans la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie, où la guerre fait rage depuis près de deux ans. 

Quelque six millions de personnes sont assiégées par les forces éthiopiennes et érythréennes, a-t-il dit, "isolées du monde extérieur, sans télécommunications, sans services bancaires et avec une électricité et un carburant très limités". 

En conséquence, ils sont confrontés à de multiples épidémies de paludisme, d'anthrax, de choléra, de diarrhée et d'autres maladies.  

« Cette cruauté inimaginable doit cesser. La seule solution est la paix,", a déclaré Tedros.  

À la fin du briefing, il a appelé à une plus grande attention mondiale à la situation au Tigré. 

« Je peux vous dire que la crise humanitaire au Tigré est plus qu'(en) Ukraine, sans aucune exagération. Et je l'ai dit il y a plusieurs mois, peut-être que la raison est la couleur de la peau des habitants du Tigré ». 

Préparation nucléaire de l'Ukraine 

Également au briefing :

Un haut responsable de l'OMS a souligné la volonté de l'agence de répondre à tout incident nucléaire potentiel en Ukraine. 

Le Dr Michael Ryan, directeur exécutif, répondait à la question d'un journaliste concernant la détérioration de la situation autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia. 

L'OMS est impliquée auprès des autorités ukrainiennes depuis le début de la guerre, a-t-il dit, notamment par l'intermédiaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 

"Nous sommes en communication constante avec l'AIEA et restons prêts en tant que membre du système des Nations Unies à réagir, s'il y a un besoin de réagir", a déclaré le Dr Ryan. 

"Un accident nucléaire serait évidemment catastrophique dans la situation, pour la vie humaine et pour l'environnement, nous restons donc préoccupés par cela. Nous sommes guidés par nos collègues de l'AIEA et nous continuerons à leur offrir un soutien médical ainsi qu'au gouvernement ukrainien.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -