5.1 C
Bruxelles
Thursday, Décembre 1, 2022

Hajj dans la perspective islamique

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Charlie W. Grease
Charlie W. Grease
CharlieWGrease - Reporter sur "Living" pour The European Times News

Plus de l'auteur

La France se retire du traité sur la Charte de l'énergie

La France se retire du traité sur la Charte de l'énergie

0
Le président français Emmanuel Macron a annoncé vendredi que la France se retirerait du traité sur la Charte de l'énergie comme étant incompatible avec les engagements climatiques des États membres de l'UE.

Vivre en présence du mal

0
Conversation avec le hiéromoine Jean (Guyata), servant dans le temple "Saint Cosme et Damien" à Moscou. Italien, élevé dans une famille catholique romaine, il s'est converti à l'orthodoxie

Un autre rite, comme la prière et le jeûne, qui est l'un des cinq piliers obligatoires de l'islam et soutient son dôme doctrinal, est le pèlerinage à La Mecque (hajj). Le Coran dit à ce sujet de cette manière : "Je fais le meilleur Hajj (grand pèlerinage) et je meurs (petit pèlerinage) pour l'amour d'Allah, et non en vue d'un quelconque bénéfice dans cette vie et cette gloire" (K.2 : 196). ). "Ils (nouvelles lunes - auth.) déterminent le moment de la conduite de leurs affaires pour les gens, et déterminent également le moment du Hajj (pèlerinage), qui est l'un des fondements de votre religion" (K.2: 189) . Chaque "vrai croyant" est commandé de visiter des lieux sacrés pour les musulmans au moins une fois dans sa vie. "Le Messager d'Allah a dit : "Dans la période entre deux petits pèlerinages, une personne reçoit l'expiation de tous les péchés, et la récompense pour un grand pèlerinage est le paradis." Cependant, malgré l'obligation de cette prescription, le Coran dit que seuls ceux qui sont capables de le faire et qui sont capables d'entreprendre cet exploit peuvent accomplir le hajj : « Faire le hajj à cette Maison est une obligation pour ceux qui sont capables de l'accomplir (hajj à la Maison) "(K.3: 97)", Allah a ordonné à ceux qui peuvent aller à cette Maison, afin qu'ils répondent à cet appel (faites le Hajj) et arrivent à la Maison à pied ou à dos de chameau “(K.22:27 ).

Initialement, le pèlerinage consistait à visiter la Kaaba et à accomplir les rites correspondants. Par la suite, le Hajj comprenait une visite à la tombe de Mahomet à Médine et des prières dans les mosquées du Hijaz (la côte ouest de la péninsule arabique est la terre sacrée des musulmans). Les adeptes de la tendance chiite dans l'islam font un pèlerinage supplémentaire sur les tombes de l'imam Hussein à Karbala, le quatrième calife (juste), cousin de Muhammad Ali ibn Abu Talib à Najaf, de l'imam Reza à Mashhad et du « saint » Mansum à Qom. Ce pèlerinage des chiites sur les tombes de leurs imams est généralement appelé non pas un hajj, mais un ziyarat - une visite.

La charia prévoit des dispositions particulières concernant le pèlerinage à La Mecque :

Premièrement, celui qui décide de faire le Hajj doit être majeur. Les femmes de moins de quarante ans doivent être accompagnées d'un de leurs parents masculins.

Deuxièmement, adéquat, pas fou, et aussi libre (pas un esclave).

Ne devrait pas faire un pèlerinage pour des actes interdits et pécheurs (vol, meurtre, vol, etc.). Devrait également s'abstenir de voyager s'il y a des questions plus urgentes ou si le seul itinéraire possible représente un grave danger pour la vie.

Il n'est pas obligatoire pour les pauvres de faire le Hajj, à moins que quelqu'un ne s'engage à subvenir à la fois à son voyage et à l'entretien de sa famille, et il y a une grande confiance que le bienfaiteur tiendra effectivement sa promesse.

Vous devez avoir sur vous le « tasrih al-hajj » (autorisation de participer au hajj). Au vu des dangers qui guettent le voyageur, il est également considéré comme obligatoire de faire un testament avant de partir en pèlerinage.

Enfin, le pèlerin, comme mentionné ci-dessus, doit être en mesure d'accomplir le Hajj. Ça signifie:

Ayez une réserve de nourriture de route avec vous.

Véhicule pour le voyage, ainsi que la possibilité d'acheter un billet pour tous les modes de transport nécessaires.

Être en bonne santé physique afin de remplir toutes les exigences du Hajj et supporter toutes les difficultés du voyage.

Disposer d'une somme d'argent suffisante pour subvenir aux besoins de la famille ou de ceux dont on lui confie la garde. Doit être capable d'équiper correctement son ménage afin qu'il ne tombe pas en mauvais état lors de son pèlerinage.

La charia prévoit également le hajj à louer. Si un musulman a les moyens de faire un pèlerinage, mais n'a pas la santé pour cela, il peut envoyer une autre personne à sa place. Dans le même temps, celui qui a effectué le Hajj contre rémunération, pour quelqu'un, ne reçoit pas lui-même le statut honorifique de « Hajji » (a effectué le Hajj) et doit à nouveau effectuer le Hajj pour lui-même. La charia autorise l'exécution du Hajj à la location par un homme pour une femme et vice versa. Dans le même temps, la charia condamne ceux qui, n'ayant pas une santé suffisante pour voyager, se lancent néanmoins dans ce commerce, se mettant en danger. Il existe diverses organisations à travers le monde qui fournissent une assistance dans l'accomplissement du Hajj pour les musulmans à faible revenu.

Selon les règles du Hajj, les pèlerins doivent être vêtus d'une tenue spéciale - une cicatrice. Il se compose de deux parties de calicot blanc ou autre lin. Une pièce est enroulée autour du corps en dessous de la taille, l'autre, de plus grande taille, est jetée sur l'épaule gauche et passée sous l'aisselle droite, recouvrant ainsi le haut du corps. Chez les hommes, la tête doit être ouverte. Les femmes effectuant le Hajj et portant l'ihram sont autorisées à avoir le visage ouvert, mais leurs cheveux doivent être cachés dans tous les cas. Il existe une opinion selon laquelle une femme n'est pas obligée de porter l'ihram du tout, elle peut effectuer toute la cérémonie dans n'importe lequel de ses vêtements, mais toujours la tête couverte. (Gulnara Kerimova. "Le chemin vers la maison d'Allah" http://www.cidct.org.ua/ru/about/). Si le Hajj tombe pendant la saison chaude, l'utilisation de parapluies est autorisée. Les sandales se portent aux pieds, mais vous pouvez aussi marcher pieds nus. Le pèlerin doit mettre le pied sur la terre du Hijaz déjà en ihram. Une personne qui a mis l'ihram, selon les règles, ne peut plus l'enlever jusqu'à ce qu'elle ait terminé tout le cérémonial.

Le deuxième sens, plus étendu, du mot "ihram" est l'adoption de certaines interdictions, mettre des vêtements spéciaux, entrer dans la terre "sacrée" et, en fait, le début de l'accomplissement des rites du Hajj. Celui qui a violé la prescription d'ihram doit expier sa culpabilité en sacrifiant un bélier à la veille de la fête de kurban - bayram. Le Coran réglemente toutes ces actions en détail : "Quand vous… après être mort, avez interrompu le "ihram" avant d'accomplir le Hajj, alors vous devrez entrer à nouveau dans le "Ihram" pour le Hajj, sacrifier un mouton et distribuer aux pauvres près de la mosquée interdite. Quiconque est incapable de faire un sacrifice doit jeûner pendant trois jours à La Mecque pendant le Hajj et sept jours après son retour à la maison. S'il est résident de La Mecque, alors il n'a pas besoin, dans ce cas, de faire un sacrifice et de jeûner » (K.2 : 196). Il est interdit à une personne vêtue d'ihram de se couper les ongles, de se raser, de se couper les cheveux "Si l'un de vous est malade ou a une sorte de malaise à la tête et a dû se couper les cheveux, alors rançon par le jeûne ou l'aumône, ou par toutes actions pieuses. Il peut se raser ou se couper les cheveux, mais il doit jeûner pendant trois jours ou nourrir six pauvres pendant un jour, ou sacrifier un mouton et distribuer de la viande aux pauvres et aux nécessiteux » (K.2 : 196).

Il est interdit de fumer, d'élever la voix, d'offenser qui que ce soit, de verser du sang, de tuer ne serait-ce qu'une mouche, de cueillir des feuilles d'arbres, etc. sujets - tout cela est un péché devant Allah). La débauche et les querelles sont aussi un péché pendant le Hajj » (K.2:197). La violation de ces interdictions rend le Hajj invalide. Pendant le Hajj, le "fidèle" doit s'immerger complètement dans les pensées d'Allah.

Le Hajj commence par un circuit septuple (tawaf) autour de la Kaaba, qui s'effectue dans le sens antihoraire. Le chiffre « sept » est considéré comme sacré par les Arabes. Les pèlerins pénètrent dans la cour de la mosquée interdite (Al-Haram) par la porte « babul-nijat » (porte du salut). Au seuil de la Kaaba, les participants à la cérémonie prononcent les paroles en arabe : « Labbaik Allahuma labbeik. La boule de laque, labbake » (K.2 :198) (Me voici devant Toi, ô Allah. Tu n'as pas d'associé, Tu es seul). Tawwafa (contournement), en règle générale, est effectué sous la direction d'un seid volontaire - un expert des règles de contournement.

La kaaba elle-même est un bâtiment en pierre noire (granit) en forme de cube (15 - 10 - 12 mètres), recouvert d'une kiswa noire (une couverture tissée noire avec des versets du Coran brodés dessus en or), qui est remplacé chaque année par un neuf. Les coins de la Kaaba sont situés sur les points cardinaux et portent les noms « yéménite » (sud), « irakien » (nord), « levantin » (ouest) et « pierre » (est), dans laquelle la « pierre noire » est juste monté. Initialement, à l'ère préislamique (jahili), la kaaba était un temple païen avec un panthéon de dieux populaires. Désormais, pour les musulmans, la Kaaba a une signification unique en tant que première maison d'adoration d'Allah. Il symbolise le monothéisme absolu, l'unicité parfaite d'Allah, l'absence de tout partenaire en lui, ce que le Coran ne se lasse pas de répéter dans de nombreuses sourates. On pense que la Kaaba - la principale mosquée des musulmans, est sous le trône d'Allah et que son trône est situé au-dessus d'elle dans le ciel.

Dans le coin gauche du mur extérieur est de la kaaba, il y a une porte dorée, et un peu plus bas et à gauche de celle-ci, dans l'un des coins de la kaaba à une hauteur de 1.5 mètre, il y a une niche avec un "Pierre noire"

– al-hajar al-aswad). Cette pierre ovale, sertie dans un cadre en argent à la fin du VIIe siècle, est connue pour faire partie de la structure originale construite par Abraham et Ismail. Selon la tradition musulmane, il a été donné à Adam comme un rappel du paradis. Selon une autre version, il était l'ange gardien d'Adam, mais a été transformé en pierre après avoir ignoré et laissé tomber sa pupille. Il est allégué que la pierre noire était à l'origine blanche, mais est ensuite devenue noire, saturée de péchés humains, ou du toucher d'une femme qui était dans un état d'impureté. Dans le même temps, on pense qu'à l'intérieur de la pierre, tout reste également blanc et que seul son côté extérieur est devenu noir. Avec un petit nombre de personnes, les musulmans parviennent à mettre la tête dans la niche et à embrasser la "pierre noire", mais avec un grand confluent de pèlerins, tout le monde ne parvient pas à vénérer ce "sanctuaire noir". Les gens n'ont que le temps de toucher la pierre avec leur main, après quoi ils embrassent la main et l'appliquent sur les yeux.

Il existe différentes opinions sur la véritable nature de la pierre. Les milieux scientifiques se sont penchés sur son origine météoritique cosmique. Une caractéristique de la «pierre» est qu'elle n'est pas immergée dans l'eau et peut flotter à sa surface. C'est grâce à cette propriété que l'authenticité de la pierre noire a été confirmée en 951 lorsqu'elle a été renvoyée à La Mecque après avoir été volée par les Qarmates en 930. Il existe une légende ambulante selon laquelle une pierre noire est suspendue dans les airs. En fait, il ne lévite pas, mais est fixé dans le mur de granit de la Kaaba, ce qui est évident pour tout le monde. Ce malentendu est très probablement survenu à la suite d'une confusion de deux explications arabes (légendes) - l'histoire de la pierre noire et la pierre maqam Ibrahim (place debout d'Abraham), dont on dit qu'elle pouvait pendre en l'air et servir Abraham en forêt flottante lors de la construction de la Kaaba. Naturellement, aucune de ces pierres ne vole actuellement et toutes deux obéissent aux lois naturelles de la gravité.

Une caractéristique intéressante de la cérémonie du baiser de pierre pour les chrétiens est que cette action n'a absolument aucune justification dans la tradition musulmane. Afin de ne pas être condamnés pour idolâtrie, les musulmans n'attachent aucune signification religieuse à la pierre elle-même et affirment qu'elle n'a jamais été un objet de culte. La seule raison pour laquelle une simple pierre a été si honorée est à cause de l'imitation aveugle des actions de Muhammad, qui l'a embrassée et a ainsi commencé cette tradition. Tous les faqihs (avocats) du madhhab Shafi'i ont condamné le fait d'embrasser tout objet inanimé avec l'intention de taabud (c'est-à-dire adorer Allah et s'approcher de lui), à l'exception d'une pierre noire ou muzhaf (copie, copie, pluriel masahif) du Coran. Le deuxième calife Omar ibn Khattab a dit à cette occasion : « Par Allah, vraiment je sais que tu n'es qu'une pierre, tu ne profites ni ne nuis, et si je n'avais pas vu que le Prophète t'embrassait, je ne l'aurais pas embrassé. vous »150 .

La tradition musulmane rapporte un incident survenu durant la vie des compagnons de Muhammad (Sahab), qui concerne un détour (tavwaf) autour de la Kaaba. "Pendant le tawaf, Muawiyah (qu'Allah l'agrée) contournant la Kaaba en a touché tous les coins. Voyant cela, Ibn Abbas (qu'Allah les agrée tous les deux) a dit qu'il ne fallait pas toucher deux coins (deux coins : sauf le coin yéménite et le coin avec une pierre noire). Il a dit: "Y a-t-il quelque chose dans cette maison (Kaaba) dont on devrait rester à l'écart?" Ibn Abbas a dit, après avoir lu un verset du Coran: "Il y avait donc un bel exemple pour vous dans le Messager d'Allah", après quoi Muawiya a quitté cette action. Apporté par l'imam Bukhari »151.

Ayant fait un circuit septuple (tawaf) autour de la Kaaba, il n'est pas interdit à un musulman de passer autant de temps qu'il le souhaite en prière à proximité. Avant de partir, il doit accomplir deux prières de rak'ah.

En face de la porte dorée de la Kaaba, à 15 mètres de celle-ci, se dresse le maqam Ibrahim (debout d'Abraham). Une dalle de pierre est placée ici, selon les musulmans, avec des empreintes de pas d'Abraham (Ibrahim). Ici, en signe de respect pour le prophète Ibrahim, les pèlerins lisent deux fois une prière : « Nous avons ordonné au peuple de faire de la place d'Ibrahim debout lors de la construction de la Kaaba un lieu de prière » (K.2 : 125). Selon la légende islamique, l'ange Jabriel apporta au prophète Abraham (Ibrahim) une pierre plate qui pouvait pendre dans les airs et servit au prophète d'échafaudage lors de la construction de la kaaba. Les musulmans croient que les bâtisseurs de la mosquée inviolable ou interdite à La Mecque (kaaba) sont Abraham (Ibrahim) et son fils Ismail : « Souvenez-vous de l'histoire de la construction de la mosquée inviolable à La Mecque par Ibrahim et son fils Ismail... son fils Ismail a posé les fondations de la Maison » (K.2:125,127). Par respect pour Abraham, les musulmans l'appellent « Ibrahim Khalilullah » (Abraham est un ami d'Allah) : « Ibrahim personnifie l'unité de toutes les religions – musulmans, juifs et chrétiens… En vérité, Allah a honoré Ibrahim en l'appelant un ami ! (K.4:125) Ceci est naturellement tiré de la Bible chrétienne : « Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice, et il fut appelé l'ami de Dieu » (Jacques 2:23 ; 2Chr.20:7 ).

«De la plus ancienne et unique histoire d'Abraham, écrite par Moïse, à partir de laquelle des informations sur la vie de ce patriarche peuvent être obtenues, nous apprenons qu'Abraham n'a jamais été là où se trouvait la ville de La Mecque et n'a donc pas construit la Kaaba à La Mecque. Sur la base du verset 19 du poème (imoallaqaty) du poète arabe Zogeir bin Abu Solyn, un contemporain de Muhammad, GS Sablukov prouve pleinement que la Kaaba était un temple païen construit par "certains des Koreishites et des Jorgomites" pas avant 500 ans avant l'apparition de Mahomet. (Voir l'ouvrage de GS Sablukov « Les histoires de Muhammad sur la qibla » pp. 149-157) »152.

À côté du maqam Ibrahim se trouve un autre bâtiment, décoré d'ornements arabes colorés. Il y a bien un zem – zem (ou adjoint – adjoint) dedans. Selon l'interprétation islamique de l'histoire biblique (Gen. 21: 14-21) sur le cas d'Agar (Hajara - considérée dans l'Islam comme la deuxième épouse d'Ibrahim) et de son fils Ismail, après qu'Abraham les ait laissés dans la vallée sans eau de La Mecque , Hagar (Hajara) se hâta de chercher de l'eau. En désespoir de cause, elle a couru sept fois autour de deux petites collines, jusqu'à ce qu'elle voie finalement une source près de son fils mourant de soif, qui existe toujours. En mémoire de cet événement, les pèlerins effectuent une septuple course rituelle – sai (effort) entre les collines de Safa et Merv : « Allah a exalté « as-Safa » et « al-Marwa » – deux collines, en faisant des lieux réservés de Dieu pour avoir accompli l'un des rites du Hajj » (K. 2:158). Certains pensent que la source a également reçu son nom des mots avec lesquels Hagar a appelé son fils à elle, en disant : zyam – zyam, qui signifie en égyptien – viens, viens. Selon une autre version, quand Hagar (Hajarah) a vu l'eau, elle a eu peur que toute l'eau s'écoule, et a dit : "Arrêtez - arrêtez" (zam - zam), et l'eau s'est calmée.

L'eau de la source de la terre - la terre est considérée comme bénie et curative. On croit que ses origines sont au paradis. Il existe de nombreuses histoires sur les propriétés curatives de cette eau. Les pèlerins le collectent dans des récipients et des flacons et le livrent dans toutes les régions du monde. Par respect pour cette eau, il est recommandé de la boire debout. En même temps, il est commandé non seulement de le boire, mais de le boire en entier, c'est-à-dire en grande quantité, sinon vous pouvez être considéré comme un hypocrite (munafiq), car une personne, pour ainsi dire, montre son mépris pour l'eau. Le hadith à ce sujet se lit comme suit : "Un vrai croyant boit en abondance à la source de Zam-Zam, tandis qu'un munafiq ne boit pas en intégralité (c'est-à-dire que c'est, pour ainsi dire, un signe d'hypocrisie - ne buvez suffisamment de Zam-Zam). Il existe un hadith attribué à Mahomet, dans lequel il considère même une simple vision respectueuse de la Kaaba et de la source du zam-zam comme étant l'adoration d'Allah : Alima (érudits musulmans experts du Coran, de la charia, de l'arabe, du persan, du turc et du Les Alims étaient considérés comme les gardiens des normes traditionnelles et morales – auteur) et les Zam – Zam. (De plus) quiconque regarde Zam-Zam, ses péchés seront pardonnés. zam-zam ne peut pas être au même endroit. Actuellement, pour fournir de l'eau à des millions de pèlerins, le puits est équipé d'un moteur électrique.

La prochaine action du Hajj après la course rituelle est la lapidation de Satan. Cette cérémonie a lieu au pont Jamra dans la vallée de Mina, à environ 25 km de La Mecque. Les pèlerins ramassent sept pierres et les jettent sur trois piliers de pierre spéciaux (jamarat), qui symbolisent le diable : « Et louez Allah les jours indiqués lorsque les pèlerins lapident Shaitan dans la vallée de Mina, les 11, 12 et 13 zu- l-hijji » (K.2:203). D'abord, sept pierres sont lancées sur un petit pilier (Jamarat al-Ula), puis sur un moyen (Jamarat al-Wusta) et enfin sur un grand pilier (Jamarat al-Aqaba). En même temps, il est souhaitable de prononcer takbir (Allahu akbar). Selon la tradition islamique, ces stèles de pierre marquent les endroits où le diable est apparu à Abraham, qui a tenté d'empêcher le prophète de sacrifier Ismail et qu'Abraham, avec son fils Ismail, a lapidé.

Après avoir visité le mont Muzdalif, le neuvième jour du pèlerinage, les pèlerins parcourent 24 km. de la Mecque à la vallée d'Arafat, où ils se tiennent (wukuf) au mont Arafat de midi au soir. "Lorsque les pèlerins quittent Arafat et atteignent Mouzdalifa, ils doivent se souvenir d'Allah dans un lieu réservé - sur le Mont Saint Mouzdalifa. De là, ils doivent crier à Dieu en disant : « Labbaïka ! », « Labbaïka ! », c'est-à-dire « Me voici devant Toi ! O Allah! Me voici devant Toi ! Vous n'avez pas d'égal ! Gloire et louange à Toi ! Tout pouvoir t'appartient !" Allahu Akbar! c'est-à-dire qu'Allah est grand ! (K.2:196) Selon la légende musulmane, le mont Arafat est le lieu où Adam et Eve se sont rencontrés après leur expulsion du paradis. Ici, les pèlerins écoutent également le sermon (khutba) de l'imam mecquois. Khutba commence généralement par la glorification d'Allah et de son messager, puis explique l'origine du Hajj et la signification du rite du sacrifice. Si le mollah ou l'imam - khatib a l'expérience pertinente, alors il enveloppe le sermon sous forme de prose rimée. Avec les visites les plus massives dans ces lieux, le pandémonium ici est énorme. Les musulmans ont même des informations selon lesquelles des rassemblements de masse de pèlerins pendant la période du Hajj peuvent être observés depuis l'espace.

Le lendemain, la fête du sacrifice est célébrée – Aid al – adha (Kurban – Bayram). Les musulmans accomplissent une sorte de sacrifice de l'Ancien Testament, en abattant des animaux sacrificiels (mouton, chèvre, vache ou chameau) : « Nous avons fait l'un des rites de religion avec lequel vous approchez les gens, l'abattage et le sacrifice des chameaux et des vaches pendant le Hajj » (K.22 :36). Ce rite a été établi en mémoire du sacrifice par Abraham de son fils Ismail (selon la Bible, Isaac). Symboliquement, ce rite doit rappeler aux "fidèles" l'esprit de l'islam, quand la soumission à la volonté d'Allah est d'une importance primordiale pour un musulman. Puisque les 2/3 de la viande sacrificielle sont par la suite distribués aux pauvres (maigre, saadaka – friandise rituelle), ce rudiment de l'Ancien Testament rappelle aussi la charité et le désir des « orthodoxes » de partager leurs biens terrestres avec les pauvres compagnons. religieux. Les autorités saoudiennes préparent à l'avance les animaux sacrificiels pour cette cérémonie. De plus, des fossés sont creusés à l'avance, où, afin d'éviter l'apparition d'infections, ils déversent, remplissent de chaux et recouvrent de sable des montagnes de bétail abattu, dont la viande s'est avérée non réclamée. Selon la doctrine islamique, les animaux sacrifiés lors de la fête de Kurban - Bairam, le Jour du Jugement, reconnaîtront leurs propriétaires, qui les ont sacrifiés. A cheval sur ces animaux, les musulmans atteindront le paradis en traversant le pont Sirat.

Après cela, les pèlerins se rasent ou se coupent les cheveux et les ongles. Tout cela est enterré dans le sol. Beaucoup d'indigènes utilisent à bon escient cette partie du rite et deviennent à cet effet coiffeurs pour un temps, ce qui leur permet de bien gagner leur vie. De plus, pour une courte période de pèlerinage, la population locale subvient à ses besoins pour toute l'année suivante, après quoi La Mecque et Médine sombrent dans une hibernation de 10 mois jusqu'au prochain Hajj.

Avant de se diriger vers Médine, les pèlerins font un détour d'adieu autour de la Kaaba (tavvaf al-vida), après quoi ils reçoivent le statut honorifique de "haji" (hajj pour les femmes) et ont le droit de porter un turban vert, et dans le Caucase un ruban vert sur un chapeau. Après le sacrifice et le rasage des cheveux, les interdictions concernant les relations conjugales et les autres interdictions qu'une personne prend sur elle-même en entrant dans l'ihram sont supprimées.

Le petit pèlerinage (oumra – visite, visite) comprend quatre actions principales : ihram, faire le tour de la kaaba, une course rituelle entre les collines (sai) et se raser ou couper les cheveux sur la tête. Il peut avoir lieu à tout moment de l'année. En règle générale, la Omra est effectuée soit au début du Hajj, après quoi vous pouvez vous y limiter seul et arrêter le pèlerinage, soit à la fin du Hajj. Concernant le caractère obligatoire du petit pèlerinage, les avis des scientifiques étaient partagés. Certains d'entre eux (les imams Ash – Shafi'i, Ahmad ibn Hanbal) croyaient que le petit pèlerinage était aussi obligatoire que le grand (hajj). En même temps, ils s'appuyaient sur le verset du Coran : « Et de la meilleure manière faire le Hajj (grand pèlerinage) et mourir (petit pèlerinage) pour l'amour d'Allah » (K.2 : 196). Une autre partie des théologiens (Imams Abu Hanifa, Malik ibn Anas) croyait que le petit pèlerinage se réfère à des actes désirables (sunnah) et n'est effectué qu'une seule fois dans une vie. Comme argument, ils ont souligné le fait que Mahomet n'a pas inclus la Omra parmi les cinq piliers de l'Islam. « Aussi, dans le hadith rapporté par Jabir, il est dit : « Un Bédouin est venu voir le Messager d'Allah et a demandé : « Ô Prophète, parle-moi du petit pèlerinage, est-il obligatoire ? À quoi la réponse a suivi : « Non, mais vous faire un petit pèlerinage est bon pour vous » » (Voir : At – Tirmizi M. Jami'u at – tirmizi [Recueil de hadiths de l'Imam at – Tirmizi]. Riyad : al – Afkjar hell – pression, 1998. S. 169, hadith n° 931)157.

A la fin de tout, les musulmans visitent le tombeau de Mahomet à Médine. Cette action ne s'applique pas au Hajj, mais un sens du devoir musulman et de la gratitude envers Muhammad pour la contribution qu'il a apportée au cours de l'histoire du monde encourage les «fidèles» à visiter Médine. La mosquée de Mohammed à Médine, bien que plus petite que celle de La Mecque, frappe toujours par sa taille. Dans la partie sud-est de celui-ci se trouve le tombeau du « prophète » arabe. En s'approchant de sa tombe, les musulmans doivent dire : "Paix et prière à toi, ô prophète, bien-aimé d'Allah, ô grand voyant."

Il y a une opinion de l'imam Nawawi concernant la visite de la tombe de Muhammad. Il dit qu'« il est répréhensible de la toucher de la main et de l'embrasser, selon le bon adab (culture, étiquette, traditions - auteur) il faut être à distance d'elle, comme si quelqu'un venait rendre visite au Prophète pendant sa durée de vie. Ce sera juste. Et il ne faut pas être trompé par les actions de nombreuses personnes ordinaires qui violent ces adab. Leur danger réside dans le fait qu'ils croient que toucher avec une main, etc. contribue à obtenir plus de barakat (la bonté d'Allah - ndlr), et tout cela vient de leur ignorance, car la barakat est dans ce qui correspond à la charia et les paroles des Alims (érudits musulmans faisant autorité – éd.), alors comment veulent-ils réussir, contrairement au bon adab ». (Matn Idah fi manasik li an-Navii. S.161. Ed. dar kutub ilmiya. Beyrouth. Première édition)158.

À côté de la tombe de Muhammad se trouvent les tombes de ses compagnons et califes - Abu Bekr et Omar. Sur le territoire de la mosquée, dans un petit cimetière appelé "Jannat al-Bagi" - paradis éternel, se trouvent les tombes du troisième calife Osman, la fille de Muhammad Fatima et de sa dernière épouse Aisha. Les femmes qui adhèrent à la direction chiite de l'islam doivent visiter la tombe de Fatima, où elles distribuent l'aumône aux pauvres. En plus de la tombe de Fatima, les musulmans chiites doivent visiter la tombe du quatrième calife Ali ibn Abu Talib à Najaf et de son fils Imam Hussein à Karbala (Irak), ainsi que l'un des descendants d'Ali Imam Reza à Mashhad (Iran ) et la tombe de Mansum à Qom, la sœur de l'imam Reza. Malgré le fait qu'il existe de nombreuses tombes de descendants d'imams chiites et qu'elles se trouvent dans de nombreuses villes du monde, il est obligatoire de ne visiter que les tombes des imams Hussein et Reza. Les chiites qui font un pèlerinage sur ces tombes reçoivent le statut de « Kerbalai » et de « Meshedi ».

Pour ceux qui n'ont pas la possibilité d'accomplir le hajj sur les terres arabes "sacrées", il est commandé d'accomplir le hajj dans leur propre cœur et de s'assurer de la sincérité de leur dévotion à Allah et de l'accomplissement de ses commandements inconditionnels. "C'est pourquoi, lors des vacances à venir et pendant les vacances elles-mêmes, chacun de nous devrait faire un hajj dans son propre cœur et dans sa propre âme afin de répondre honnêtement à la question : accomplissons-nous pleinement ce que notre religion exige de chacun ? Il ne faut pas oublier qu'en islam, la préparation des fêtes doit d'abord servir à affermir la foi, à suivre scrupuleusement les consignes religieuses et les prières, à commémorer les parents et amis décédés, et à tenter d'approfondir la connaissance des fondamentaux de l'islam.

On croit que le hajj n'est pas seulement une manière religieuse de plaire à Allah et d'obtenir sa miséricorde, mais aussi une bonne occasion de communiquer les uns avec les autres : « Proclame aux gens, Ô prophète, qu'Allah a ordonné à ceux qui peuvent aller dans cette maison… ils ont reçu un bénéfice religieux en accomplissant le Hajj (pèlerinage), ainsi que le bénéfice de rencontrer et de communiquer avec leurs frères musulmans, de les consulter sur ce qui est utile et bon pour eux dans la religion et dans la vie immédiate »(K.22 :27, 28). « En tant que forme unique de communication et d'unité idéologique, le Hajj a joué un rôle historique, culturel et sociopolitique important dans le monde musulman médiéval. Le Hajj conserve encore aujourd'hui sa signification idéologique et politique, étant une forme d'unité pour les musulmans, un lieu et un moment pour les réunions des dirigeants des États islamiques et la discussion des problèmes importants »160.

Source : Chapitre 8. Rites dans l'Islam – Charia inattendue [Texte] / Mikhail Rozhdestvensky. – [Moscou : bi], 2011. – 494, [2] p.

Notes:

150. Nimeh Ismail Navvab. Le Hajj est le voyage d'une vie. Rites d'Abraham. http://www.islamreligion.com/fr/

151. Le soufisme à l'échelle de la charia. P. 20 http://molites.narod.ru/

152. théologiens orthodoxes sur l'islam. Ya.D.Koblov. Personnalité de Mahomet. Application. La légende de Muhammadan sur le voyage nocturne de Muhammad au paradis. M. « Tradition impériale » 2006 p.246

153. Source d'eau Zam-Zam. Ses vertus et bénédictions. http://www.islam.ru/

154. Prophètes. La vraie foi est la foi de nos ancêtres. . ru/Server/Iman/Maktaba/Tarikh/proroki.dos

155. Institut de religion et politique. Des centaines de morts à nouveau dans la vallée de Mina. http://www.ip.ru//

156. Riyad a compté les pèlerins illégaux pendant la période du Hajj. http://www.izvestia.ru/news/

157. cit. par : Omra (petit pèlerinage). http://www.umma.ru/

158. cit. Citation de : Sufism on the Scales of Shariah. P. 14. http://molites.narod.ru/

159. Mufti Ravil Gaynutdin. Appel à l'occasion de l'Aïd-Al-Adha (fête du sacrifice) avril 1995

160. Gulnara Kerimova. Route vers la Maison d'Allah. http://www.cidct.org.ua/ru/about/

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles