6.2 C
Bruxelles
Tuesday, Janvier 31, 2023

Le nord de l'Éthiopie face à un pic dévastateur de maladies évitables, selon l'OMS

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

L'agence de santé de l'ONU WHO ont exprimé vendredi de sérieuses inquiétudes quant à un pic probable d'une série de maladies évitables dans les régions du nord de l'Éthiopie - et en particulier au Tigré - causées par près de deux ans de conflit et des problèmes chroniques d'accès à l'aide.

« Il y a 5.2 millions de personnes qui ont besoin d'aide humanitaire au Tigré ; ce nombre comprend 3.8 millions de personnes qui ont besoin d'une assistance sanitaire et nous devons atteindre ces personnes », a déclaré Ilham Abdelhai Nour, chef d'équipe de l'Organisation mondiale de la santé pour l'Éthiopie, système de gestion des incidents et opérations d'urgence.

"Pas d'accès au Tigré"

"Nous avons accès à Amhara et Afar, nous en savons donc plus sur la situation là-bas et nous avons pu intervenir et apporter notre soutien", a déclaré Mme Nour, faisant référence aux régions limitrophes du Tigré.

« Cependant, nous n'avons pas accès au Tigré ; il n'y a pas d'accès aérien ou routier au Tigré depuis six semaines.

Pic de paludisme

Selon la WHO, les infections paludéennes ont augmenté de 80 % dans le Tigré et de 40 % dans l'Amhara voisin par rapport à l'année dernière – bien que les cas diminuent dans l'Amhara.

Mais le paludisme n'est qu'une des menaces mortelles auxquelles sont confrontés des millions de personnes touchées par le conflit et les agences humanitaires ont émis des messages répétés alertes en leur nom, depuis que les combats entre les troupes fédérales et les séparatistes au Tigré ont éclaté en novembre 2020.

Il est difficile d'apporter de l'aide au Tigré, car plus de la moitié des établissements de santé de la région sont fermés, laissant les gens sans traitement pour les traumatismes et les blessures, l'insécurité alimentaire et la malnutrition, la violence sexuelle et sexiste, les maladies transmissibles telles que le paludisme et le choléra, ainsi que accès réduit au traitement des maladies non transmissibles et aux services de santé maternelle et infantile.

Plus tôt ce mois-ci, le bureau de coordination de l'aide des Nations Unies, OCHA, ont signalé que des civils attendant de recevoir une aide humanitaire indispensable avaient essuyé des tirs.

Il a également averti que les personnes nouvellement déplacées à Zelazele, dans le Tigré, étaient « dans une situation désastreuse, la grande majorité dormant dans des zones ouvertes directement exposées au froid et à d'autres risques de protection ».

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus - lui-même d'origine tigréenne - a fait écho à plusieurs reprises aux préoccupations généralisées concernant la crise, y compris la semaine dernière, lorsqu'il a averti qu'il n'y avait qu'une "fenêtre très étroite" pour empêcher le génocide là-bas.

Malgré les obstacles physiques et aux télécommunications auxquels sont confrontées les équipes d'aide travaillant au Tigré, suffisamment de mises à jour régulières ont émergé de la région – parfois remises en main propre à l'OMS – pour justifier l'alerte de vendredi, a insisté l'agence des Nations Unies.

© UNICEF / Nahom Tesfaye

Des mères amènent leurs enfants se faire soigner pour malnutrition dans un camp de personnes déplacées à Tigray, en Éthiopie.

Des pénuries alimentaires

Citant le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) données, l'OMS a noté qu'en Amhara et Afar, 19% et 14% des enfants de moins de cinq ans, principalement déplacés, étaient désormais en situation d'insécurité alimentaire, tandis qu'au Tigré, "un chiffre stupéfiant" de 89% de la population est en situation d'insécurité alimentaire et près de la moitié est en situation d'insécurité alimentaire. insécurité alimentaire sévère.

"Près d'un enfant sur trois de moins de cinq ans dans le Tigré souffre de malnutrition", a déclaré Altaf Musani, directeur des interventions d'urgence sanitaire, s'exprimant à Genève. "La malnutrition aiguë sévère chez les enfants de la région est de 65 %, XNUMX % des enfants n'ont pas reçu de soutien nutritionnel depuis plus d'un an."

Soulignant le lien clair entre la malnutrition et la maladie, M. Musani a décrit comment les services de santé de base avaient été coupés. Comprendre l'ampleur réelle des besoins a également été compliqué par le fait que seuls 30 % des établissements de santé du Tigré sont encore en mesure de fournir des rapports de situation hebdomadaires à l'OMS.

Coups clés arrêtés

« Les services de vaccination (sont) une bouée de sauvetage pour les enfants afin de les maintenir en vie ; ces services ont cessé », a déclaré M. Musani. "Nous savons qu'il y a des rapports confirmés de ruptures de stock, de liquides IV, d'antibiotiques, d'autres médicaments de traitement n'existent pas dans ces établissements, nous avons eu des rapports de première main sur ces informations."

Alors que les pourparlers de paix entre les combattants ont commencé cette semaine en Afrique du Sud, les communautés tigréennes ont un besoin urgent d'un accès garanti et sûr pour fournir une assistance vitale, a insisté l'OMS.

"L'accès a été intermittent entre mars et août et pendant la trêve humanitaire (en Afar, Amhara et Tigray) nous avons pu faire venir, pas beaucoup, mais vraiment une petite quantité qui couvre vraiment une petite partie des besoins là-bas, a déclaré Mme Nour.

« Nous avons également pu soutenir les services essentiels dans le Tigré, soutenir la campagne contre la rougeole là-bas, mais nous n'avons pas pu distribuer les fournitures très rapidement en raison du peu d'argent et de carburant. Nous n'avons pas pu entreprendre d'activités de prévention du paludisme pour les mêmes raisons ; nous n'avons pas pu prolonger COVID-19 campagne de vaccination au-delà de la capitale Mekelle, nous avons donc un énorme problème d'accès là-bas.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles