0.5 C
Bruxelles
Sunday, Janvier 29, 2023

Trois années de progrès stagnants en matière de traitement et de prévention du VIH touchent 2.7 millions de jeunes  

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

28 Novembre 2022 Santé

Quelque 110,00 19 jeunes de moins de 310,000 ans sont morts l'année dernière de causes liées au sida, a déclaré vendredi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), notant que, couplé aux 2.7 XNUMX nouveaux cas, le nombre total de jeunes vivant avec le VIH s'élève à XNUMX millions. 

Trois années de progrès stagnants en matière de traitement et de prévention du VIH touchent 2.7 millions de jeunes  

Quelque 110,00 19 jeunes de moins de XNUMX ans sont morts l'année dernière de causes liées au sida, selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a déclaré vendredi, notant que couplé avec 310,000 2.7 nouveaux cas, le nombre total de jeunes vivant avec le VIH s'élève à XNUMX millions. 

Devant Journée mondiale du sida Jeudi, l'UNICEF a averti dans son dernier instantané mondial sur les enfants, le VIH et le sida que les progrès en matière de prévention et de traitement du VIH ont pratiquement stagné au cours des trois dernières années, de nombreuses régions n'ayant toujours pas atteint la couverture des services pré-pandémiques.  

URL du tweet

« Bien que les enfants aient longtemps pris du retard sur les adultes dans la riposte au sida, la stagnation observée ces trois dernières années est sans précédent, mettant trop de jeunes vies en danger de maladie et de mort », a affirmé Valérie Plante. Anurita Bains, chef adjointe de la lutte contre le VIH/sida à l'UNICEF. 

Échec collectif 

Cela s'ajoute à un écart de traitement existant et croissant entre les adultes et les enfants, les adolescents et les femmes enceintes. 

"Les enfants passent entre les mailles du filet parce que nous échouons collectivement à les trouver, à les tester et à leur faire suivre un traitement qui leur sauverait la vie", a-t-elle poursuivi.  

"Chaque jour qui passe sans progrès, plus de 300 enfants et adolescents perdent leur combat contre le sida." 

Les chiffres racontent l'histoire 

Bien qu'ils ne représentent que XNUMX % de l'ensemble des personnes vivant avec le VIH, les enfants et les adolescents représentaient 17 % des décès liés au sida, et 21 % des nouvelles infections à VIH l'année dernière.  

À moins que l'on ne s'attaque aux moteurs des inégalités, avertit l'UNICEF, mettre fin au sida chez les enfants et les adolescents restera un rêve lointain. 

Cependant, l'instantané souligne que les tendances à plus long terme restent positives.  

Les nouvelles infections à VIH chez les enfants de moins de 14 ans ont chuté de 52 % entre 2010 et 2021, et les nouvelles infections chez les 15 à 19 ans ont également chuté de 40 %.  

De même, la couverture du traitement antirétroviral (ART) à vie chez les femmes enceintes vivant avec le VIH est passée de 46 % à 81 % en une seule décennie. 

Écart de traitement croissant 

Alors que le nombre total d'enfants vivant avec le VIH est en baisse, l'écart de traitement entre les enfants et les adultes continue de croître.  

Dans les pays prioritaires de l'UNICEF en matière de VIH, la couverture du TAR pour les enfants était de 56 % en 2020, mais est tombée à 54 % en 2021. 

Plusieurs facteurs sont responsables de ce déclin, notamment la pandémie et d'autres crises mondiales qui ont accru la marginalisation et la pauvreté. 

Cependant, cet échec reflète également une volonté politique décroissante et une riposte au sida en berne chez les enfants.  

À l'échelle mondiale, seuls 52 % des enfants vivant avec le VIH avaient accès à un traitement, qui n'a que légèrement augmenté au cours des dernières années. 

Entre-temps, parmi tous les adultes vivant avec le VIH, la couverture à 76 % était supérieure de plus de 20 points de pourcentage à celle des enfants.  

Et il y avait un écart de 81 % entre les enfants et les femmes enceintes vivant avec le VIH.  

De plus, le pourcentage d'enfants vivant avec le VIH de moins de quatre ans qui ne sont pas sous traitement antirétroviral a grimpé à 72 % l'année dernière, soit le même niveau qu'en 2012.

© UNICEF/UN0640796/Dejongh

Une femme enceinte de vingt ans, née avec le VIH, prend des médicaments pour prévenir la transmission mère-enfant.

Lentille régionale 

En 2020, les femmes enceintes et allaitantes en Asie et dans le Pacifique ; les Caraïbes; Afrique orientale et australe ; L'Amérique latine, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, ainsi que l'Afrique de l'Ouest et centrale ont tous connu des baisses de couverture du traitement. 

Et en 2021, la couverture en Asie et dans le Pacifique, ainsi qu'au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a encore diminué.  

À l'exception de l'Afrique de l'Ouest et du Centre, qui continue de subir le fardeau le plus élevé de la transmission mère-enfant, aucune des régions ci-dessus n'a retrouvé les niveaux de 2019, ce qui expose la vie des nouveau-nés à un risque accru.  

En 2021, plus de 75,000 XNUMX nouvelles infections infantiles se sont produites parce que les femmes enceintes n'ont pas été diagnostiquées et mises sous traitement. 

« Avec un engagement politique renouvelé pour atteindre les plus vulnérables, un partenariat stratégique et des ressources pour intensifier les programmes, nous pouvons mettre fin au sida chez les enfants, les adolescents et les femmes enceintes », a déclaré Mme Bains. 

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles