6.5 C
Bruxelles
Wednesday, Février 8, 2023

Accélérer la mise en œuvre de la CNUCC en Afrique de l'Ouest et du Sahel

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.
© L'ONUDC

Dakar (Sénégal), 23 novembre 2022 - Partout dans le monde, la corruption continue de poser un obstacle important à la réalisation de la paix, de la sécurité, du développement durable et des droits de l'homme. Elle affaiblit les institutions gouvernementales, érode la confiance, compromet la justice et l'état de droit et a un impact négatif sur la sécurité et la stabilité des pays.

Dans ce contexte, environ 80 hauts responsables, experts techniques et représentants de la société civile, du secteur privé et des partenaires au développement de l'Afrique francophone se réunissent cette semaine au Sénégal pour le lancement de la dernière plateforme régionale de lutte contre la corruption de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), lors d'une réunion de cinq jours.

Brigitte Strobel-Shaw, qui dirige la branche Corruption et criminalité économique de l'ONUDC, a déclaré aux participants que « l'objectif global de ces plateformes est de tirer parti des capacités et des connaissances régionales pour concevoir des réformes anti-corruption réalisables et pratiques. Cela conduit à son tour à la génération d'initiatives régionales.

Conçu pour finalement accélérer la mise en œuvre du seul instrument universel juridiquement contraignant de lutte contre la corruption – la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) – la plateforme pour l'Afrique de l'Ouest et du Sahel rejoint d'autres déjà établies en Afrique de l'Est, en Afrique australe, en Asie du Sud-Est, en Amérique du Sud et au Mexique, ainsi que les Balkans occidentaux. La mise en œuvre de l'approche de plate-forme régionale dans ces régions a été suffisamment réussie pour que la méthodologie soit reconnue par les États parties à la Convention grâce à l'adoption d'un résolution dernier Décembre.

Cette dernière plateforme doit aider le Burkina Faso, le Tchad, la Côte d'Ivoire, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal à identifier les lacunes dans les connaissances et les bonnes pratiques et à favoriser la collaboration avec les entités de la région pour relever les défis communs. Comprenant que la corruption, le blanchiment d'argent et la criminalité financière sont des menaces communes à la sécurité, la plateforme est également conçue pour approfondir la coopération régionale et renforcer la réponse collective à ces menaces. 

S'adressant au segment de haut niveau du lancement de la plateforme, le ministre sénégalais de la justice Ismaïla Madior Fall a déclaré aux participants que « matériellement, la lutte contre la corruption n'est pas une voie facile, elle nécessite un changement de comportement, un engagement politique. La CNUCC est la base de ces efforts internationaux, qui doivent être notre objectif commun.

Coulibaly Siaka, Coordonnateur résident des Nations Unies au Sénégal, a souligné l'importance que les organisations de la société civile soient représentées à la réunion et a qualifié la coopération régionale "essentielle pour fournir un front uni et une réponse forte à la menace de corruption dans nos pays respectifs".

Cette sixième plate-forme est centrée sur quatre domaines thématiques identifiés par les pays eux-mêmes comme des priorités régionales. Il s'agit des enquêtes financières, de la protection des lanceurs d'alerte, des systèmes d'intégrité et du recouvrement des avoirs. Ils ont été discutés par les pays participants au cours des deux premiers jours du lancement de la plateforme, afin de convenir d'un programme de travail et d'activités pour les années à venir. Aujourd'hui, ces recommandations ont été présentées à un panel de donateurs, de décideurs de haut niveau, de représentants de la société civile et du secteur privé qui conviendront d'un ensemble d'engagements et de recommandations à mettre en œuvre comme feuille de route de la plateforme régionale. 

Cherrie-Anne Vincent, chef de cabinet au Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, a déclaré que « la prévention et la lutte contre la corruption ne peuvent être réalisées qu'en combinant les efforts régionaux et en partageant les meilleures pratiques. Sur la base de ces progrès, nous ne doutons absolument pas que les travaux entrepris par les experts techniques aboutiront à l'adoption d'un document complet qui guidera la plateforme.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le programme d'accélération de la mise en œuvre de la CNUCC. 

Pour en savoir plus

La toute nouvelle plateforme régionale pour accélérer la mise en œuvre de la CNUCC en Afrique de l'Ouest et du Sahel a été créée avec le généreux soutien du ministère français de Europe et Affaires étrangères.

Pour plus d'informations sur l'action de l'ONUDC contre la corruption et la criminalité économique, cliquez sur ici.

Pour plus d'informations sur l'action de l'ONUDC avec la société civile contre la corruption, cliquez ici.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles