8 C
Bruxelles
Saturday, Février 4, 2023

Approbation définitive de la lutte contre les subventions étrangères ayant des effets de distorsion sur le marché intérieur

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Le Conseil a donné son approbation définitive au règlement sur les subventions étrangères. Le règlement s'attaque aux distorsions créées par les subventions accordées par des pays tiers à des entreprises opérant sur le marché unique de l'UE. Elle fixe les règles de procédure pour l'examen de ces subventions dans le cadre des grandes concentrations et des appels d'offres dans les grandes procédures de marchés publics.

Ce faisant, le règlement vise à rétablir compétition juste entre toutes les entreprises opérant sur le marché intérieur, tant européen que non européen. Suite à l'approbation aujourd'hui par le Conseil de la position du Parlement européen, l'acte législatif a été adopté.

« Le EU est la plus grande économie du monde. Notre marché unique est un élément constitutif de la prospérité économique pour tous les citoyens. Les nouvelles mesures permettront à l'UE d'enquêter et de prévenir les pratiques déloyales soutenues par certains pays tiers. Cela permettra à l'UE de garantir une concurrence loyale et des conditions de concurrence équitables pour toutes les entreprises. »

Jozef Síkela, ministre de l'industrie et du commerce de la République tchèque.

À l'heure actuelle, les subventions accordées par les États membres sont soumises au respect des règles en matière d'aides d'État, mais il existe pas d'instrument de l'UE contrôler les subventions similaires accordées par pays tiers. Pour résoudre ce problème, le règlement sur les subventions étrangères établit un cadre permettant à la Commission d'examiner toute activité économique bénéficiant d'une subvention accordée par un pays tiers sur le marché intérieur.

Enquêter sur les contributions financières

Le règlement propose trois outils permettant à la Commission d'enquêter sur les contributions financières d'une autorité publique dans un pays tiers :

  • deux outils d'autorisation préalable — pour garantir des conditions de concurrence équitables pour les fusions et offres les plus importantes dans les procédures de passation de marchés publics à grande échelle ;
  • un outil général d'enquête sur le marché pour enquêter sur toutes les autres situations de marché ainsi que sur les fusions de moindre valeur et les procédures de passation de marchés publics.

Les entreprises devront notifier à la Commission les fusions et acquisitions si l'une des parties concernées réalise un chiffre d'affaires dans l'UE d'au moins 500 millions d'euros et s'il existe une contribution financière étrangère d'au moins 50 millions d'euros. Pour les appels d'offres dans les procédures de marchés publics, le seuil de passation des marchés est fixé au moins 250 millions d'euros. Si une entreprise ne respecte pas les règles de notification, la Commission pourra imposer des amendes et examiner l'opération comme si elle avait été notifiée.

En règle générale (et sous réserve d'exceptions, le cas échéant), la Commission sera habilitée à enquêter sur les subventions étrangères accordées jusqu'à cinq années avant l'entrée en vigueur du règlement lorsque ces subventions faussent le marché intérieur après l'entrée en vigueur du règlement.

Comme c'est le cas en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, si la Commission constate qu'une subvention étrangère existe et qu'elle fausse la concurrence, elle procédera à un test de mise en balance. Il s'agit d'un outil pour évaluer les effets positifs et négatifs d'une subvention étrangère.

Si les effets négatifs l'emportent sur les effets positifs, la Commission sera habilitée à imposer des mesures correctives, y compris des mesures correctives structurelles et non structurelles et le remboursement de la subvention étrangère, ou à accepter des engagements de la part des entreprises concernées afin de remédier à la distorsion causée par la subvention.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles