23.2 C
Bruxelles
Monday, July 22, 2024
ActualitésComment la FECRIS antisecte tente d'échapper au blâme

Comment la FECRIS antisecte tente d'échapper au blâme

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Jan Léonid Bornstein
Jan Léonid Bornstein
Jan Leonid Bornstein est journaliste d'investigation pour The European Times. Il enquête et écrit sur l'extrémisme depuis le début de notre publication. Son travail a mis en lumière une variété de groupes et d'activités extrémistes. C'est un journaliste déterminé qui s'attaque à des sujets dangereux ou controversés. Son travail a eu un impact réel en exposant des situations avec une pensée hors des sentiers battus.

La FECRIS (Fédération Européenne des Centres de Recherche et d'Information sur les Sectes et les Cultes), organisation faîtière financée par le gouvernement français, qui rassemble et coordonne les organisations « anti-sectes » à travers l'Europe et au-delà, a fait l'objet de plusieurs de nos articles récemment, pour leur soutien à la propagande russe, qui avait commencé bien avant l'actuelle invasion de l'Ukraine, mais qui a récemment culminé grâce à leurs représentants russes.

Comme la FECRIS est une organisation enregistrée en France, dont le président André Frédéric est un membre belge du Parlement de Wallonie (l'une des trois régions autonomes de Belgique) et un sénateur belge, lorsqu'ils se sont sentis à l'honneur, ils se sont également sentis ils doivent réagir pour éviter d'être qualifiés d'agents ennemis par les autorités françaises. Ainsi, au lieu de prendre clairement leurs distances avec leurs membres russes, dont les discours haineux et les propos violents contre l'Ukraine sont désormais très bien documentés, ils ont récemment décidé de publier une sorte de contre-attaque sur leur site internet.

La FECRIS prétend être faussement étiquetée « pro-russe »

Ils prétendent qu'ils sont « systématiquement attaqués par un mouvement organisé qui soutient les organisations sectaires », et faussement étiquetés comme « pro-russes », et ils avancent un argument bizarre qui, selon eux, les disculperait : « la FECRIS compte parmi ses membres des associations ukrainiennes."

Bien que cela ne change rien au fait qu'ils travaillent avec le Kremlin depuis des années et qu'ils ont soutenu d'incroyables déclarations et actes anti-occidentaux et anti-ukrainiens pendant cette période, nous avons pensé que nous devrions approfondir leur affirmation selon laquelle ils avaient « des membres ukrainiens". Et ce que nous avons trouvé est intéressant.

Sur leur site Web, ils présentent deux associations ukrainiennes membres. L'un est "Dneprpetrovsk City Centre d'aide aux victimes de sectes destructrices - Dialogue", qui n'a en fait pas publié une seule ligne sur son site Web depuis 2011. Il semble que cette association membre ait cessé ses activités il y a plus de 10 ans mais qu'elle reste sur le site de la FECRIS pour augmenter le nombre de ses membres

Représentant ukrainien de la FECRIS dans "Défense de l'orthodoxie contre les infidèles"

Le second est « FPPS – Family and Personality Protection Society ». Bien que leur site web ne soit plus actif depuis 2014 (depuis la révolution du Maïdan), nous avons découvert qu'un de leurs membres, qui s'exprimait lors du dernier événement qu'ils ont organisé à Odessa le 21 février 2014, moins d'une semaine avant le debut de l'invasion russe, était Vladimir Nikolaevich Rogatin, un universitaire ukrainien qui est membre du conseil d'administration du "Centre panukrainien d'apologétique au nom de Saint-Jean Chrysostome" (Patriarcat de Moscou) et enseigne à l'Université fédérale de Kazan, en Russie. Les activités de ce centre sont « la défense de l'orthodoxie contre les infidèles, les non-orthodoxes, les païens, les délires occultes et impies ». Des objectifs qui en disent long.

Vladimir Rogatin - Comment la FECRIS antisecte tente d'échapper au blâme
Vladimir Rogatin – Représentant ukrainien de la FECRIS

Rogatin est un personnage intéressant. Il se présente presque uniformément comme le représentant ukrainien de la FECRIS, et est en fait très « pro-russe ». Depuis 2010, il a écrit sur l'impact des « sectes » et des religions non orthodoxes sur l' Ukraine. Et depuis « l'Euromaïdan ».  , il a écrit une série d'articles pour montrer comment les changements en Ukraine ont été menés par de nouveaux mouvements religieux (« sectes », dans son esprit) ainsi que des musulmans, et comment l'Église orthodoxe russe aurait été persécutée sous les nouveaux organes de gouvernance, pointant ce qu'il a appelé « le nihilisme juridique des autorités vis-à-vis des croyants orthodoxes ».

Représentant de la FECRIS : L'Ukraine en proie au satanisme

En 2014, il a commencé à attribuer la cause de l'Euromaïdan à l'influence néfaste des nouveaux mouvements religieux. Il a ajouté que ceux-ci étaient déjà à l'origine de ce qui s'était passé en Ukraine en 2004 (révolution orange).  C'était complètement aligné avec le vice-président de la FECRIS Alexander Dvorkin qui a fait de même à la même période.

En juillet 2014, il a également été l'un des premiers, sinon le premier, à répandre l'idée que l'Ukraine était en proie au satanisme, qu'il a lié au nazisme. Dans une interview avec bankfax.ru:

"Il y a une augmentation de l'influence et de la présence de divers types de cultes sataniques en Ukraine, a déclaré Volodymyr Rogatin, membre correspondant de la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme (FECRIS). Selon diverses estimations, il y a plus d'une centaine de groupes sataniques opérant dans notre pays, avec un total d'environ 2,000 XNUMX adhérents.

Quelques mois plus tard, il a développé lors d'une autre interview dans un Journal russe:

"Selon Vladimir Rogatin, membre correspondant de la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme, résidant à Nikolaev, 'depuis au moins trois ans, les graffitis ont été mis à jour devant les bois (symboles de WotanJugend). Ce groupe néonazi, qui existe depuis plusieurs années en Russie et en Ukraine, proclame le culte du dieu Wotan (Odin). A en juger par les messages sur les ressources Internet du groupe, ses membres ont pris une part active aux événements sur la place de l'Indépendance à Kyiv. Selon Rogatin, "après leur retour du Maidan, ils ont peint toute la ville avec leurs graffitis". Certains des membres de WotanJugend ont ensuite rejoint les rangs du bataillon Azov.
Rogatin Moscou - Comment la FECRIS antisecte tente d'échapper au blâme
Vladimir Rogatin à Moscou

En janvier 2015, il a participé avec d'autres représentants de la FECRIS à un énorme événement orthodoxe russe à Moscou, les "XXIII lectures éducatives internationales de Noël", où il a expliqué comment les « cultes néo-païens » fonctionnaient en Ukraine.

Depuis, il a continué à publier sur les sectes et le satanisme en Ukraine, ajoutant la participation des musulmans ukrainiens à sa rhétorique sur les causes de l'Euromaidan (pas aimé).

La FECRIS inspire les apparatchiks du Kremlin

Il est intéressant de noter que cette rhétorique du satanisme qui sévit en Ukraine et qui est la cause d'Euromaïdan n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. En effet, c'est aujourd'hui une véritable tendance chez les hauts responsables du gouvernement russe à l'utiliser et à justifier la guerre par la nécessité de « dé-sataniser » l'Ukraine. Le numéro 2 du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Alexeï Pavlov, a récemment déclaré : « Je crois qu'avec la poursuite de l'« opération militaire spéciale », il devient de plus en plus urgent de procéder à la dé-satanisation de l'Ukraine, ou, en tant que chef de la République tchétchène Ramzan Kadyrov l'a dit avec justesse, sa « dé-chaïtanisation complète2'". Il a ajouté que "des centaines de sectes opèrent en Ukraine, formées dans un but et un troupeau spécifiques". Pavlov a mentionné « l'Église de Satan », qui se serait « répandue dans toute l'Ukraine ». "En utilisant la manipulation des réseaux et les psychotechnologies, le nouveau gouvernement a transformé l'Ukraine d'un État en une hypersecte totalitaire", a déclaré Pavlov.

Même le président français Macron a été qualifié de "petit sataniste pitoyable et minable" par le présentateur de télévision Vladimir Soloviev (Sur Rossiya 1, la principale chaîne de télévision en Russie). Et Poutine lui-même, le 30 septembre, a dépeint l'annexion comme une guerre sainte contre l'Occident, qui aide l'Ukraine à se défendre, justifiée parce que « ils [l'Occident] se dirigent vers un satanisme ouvert ». Alors bravo FECRIS, quel succès !

Était-ce une défense décente?

Alors finalement, alors que nous ne disons pas que tous les Ukrainiens associés à la FECRIS sont pro-russes, et alors que nous sommes d'accord que la FECRIS a bien des membres ukrainiens, nous remarquons qu'une des deux associations ukrainiennes membres de la FECRIS est morte depuis plus de 10 ans, et le second a été associé et représenté par l'un des Ukrainiens les plus pro-russes, qui pousse (et inspire) la propagande du Kremlin (comme tous les membres russes de la FECRIS) contre l'Ukraine depuis 2014.

Alors, était-ce une défense décente de prétendre que la FECRIS avait des membres ukrainiens ?


[1] Euromaïdan est le nom donné aux protestations pro-européennes Les protestations ont été déclenchées par la décision soudaine du gouvernement ukrainien de ne pas signer l'accord d'association Union européenne-Ukraine, choisissant plutôt des liens plus étroits avec Russie. Le parlement ukrainien a approuvé à une écrasante majorité la finalisation de l'accord avec le EU, alors que la Russie avait fait pression sur l'Ukraine pour qu'elle la rejette.

 Vladimir Nikolaevich Rogatin, 2014, "Caractéristiques des approches de recherche dans l'étude des nouveaux mouvements religieux dans l'Ukraine contemporaine", QUID: Investigación, Ciencia y Tecnología, 1401-1406

[3] Shaitanisation : Shaitan, Sheitan est un mot arabe qui signifie diable. Dans un sens plus large, sheitan peut signifier : démon, esprit pervers. Ce terme est étymologiquement dérivé de l'araméen et de l'hébreu : satan

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -