4.5 C
Bruxelles
Wednesday, Février 1, 2023

L'ONU va bientôt lever les restrictions sur la nourriture russe

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Petar Gramatikov
Petar Gramatikovhttps://www.europeantimes.news
Le Dr Petar Gramatikov est rédacteur en chef et directeur du European Times. Il est membre de l'Union des reporters bulgares. Dr. Gramatikov a plus de 20 ans d'expérience académique dans différentes institutions d'enseignement supérieur en Bulgarie. Il a également examiné des conférences, liées aux problèmes théoriques impliqués dans l'application du droit international dans le droit religieux où une attention particulière a été accordée au cadre juridique des nouveaux mouvements religieux, la liberté de religion et l'autodétermination, et les relations État-Église pour le pluralisme -Etats ethniques. En plus de son expérience professionnelle et académique, le Dr Gramatikov a plus de 10 ans d'expérience dans les médias où il a occupé les postes de rédacteur en chef d'un périodique trimestriel touristique « Club Orpheus » – « ORPHEUS CLUB Wellness » PLC, Plovdiv ; Consultant et auteur de conférences religieuses pour la rubrique spécialisée pour les personnes sourdes à la télévision nationale bulgare et a été accrédité en tant que journaliste du journal public « Help the Needy » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse.

L'ONU promet que dans un proche avenir, elle obtiendra la levée des restrictions sur les exportations alimentaires russes conformément à l'Initiative pour les céréales de la mer Noire. C'est ce qu'a déclaré Dmitry Polyansky, premier représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l'ONU, cité par "Interfax".

« L'ONU nous promet que le résultat est proche. Lors de la prise de décision, nous évaluerons l'efficacité de la mise en œuvre de la partie russe de l'accord et l'efficacité des efforts pertinents de l'ONU », a déclaré Poliansky.

Le diplomate a noté que l'ONU avait jusqu'au 18 novembre pour remplir ses obligations – cette date a été définie comme la « date limite logique » pour l'accord actuel.

Plus tôt, le ministère russe de la Défense a déclaré Ukraine avait garanti qu'il n'utiliserait pas le couloir de navigation humanitaire de la mer Noire pour attaquer la marine russe, après quoi le président russe Vladimir Poutine a ordonné au pays de reprendre sa participation à l'Initiative céréalière de la mer Noire.

Nous rappelons que le 3 novembre, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors de sa visite dans la capitale jordanienne, Amman, a appelé les Nations unies, qui sont le médiateur dans l'accord sur l'exportation de céréales des ports ukrainiens, à aider à mettre en œuvre les parties de l'accord visant à faciliter les exportations russes de denrées alimentaires et d'engrais.

Les exportations agricoles russes ne sont pas spécifiquement couvertes par les sanctions imposées par les États-Unis, l'Union européenne et d'autres, mais Moscou se dit gravement entravée par les restrictions imposées à ses secteurs financier, logistique et des assurances.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors de sa visite dans la capitale jordanienne, Amman, a appelé les Nations Unies, qui négocient l'accord d'exportation de céréales depuis les ports ukrainiens, à aider à mettre en œuvre des parties de l'accord visant à faciliter les exportations alimentaires et d'engrais russes, rapporte Reuters.

Mercredi, la Russie a repris sa participation à l'initiative après une interruption de quatre jours, atténuant la pression sur les prix des denrées alimentaires et apaisant les craintes d'une nouvelle crise alimentaire mondiale.

L'accord doit expirer le 19 novembre et Moscou a clairement indiqué qu'il voulait en faire plus pour s'assurer qu'il peut exporter sa propre production de nourriture et d'engrais au milieu des sanctions occidentales imposées au cours de la guerre en Ukraine.

"Nous ne voyons toujours pas de résultats concernant le deuxième aspect : la suppression des obstacles à l'exportation d'engrais et de céréales russes", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse avec son homologue jordanien.

"Nous avons une fois de plus appelé le secrétaire général des Nations unies à s'assurer qu'il remplira les obligations qu'il a acceptées de sa propre initiative", a ajouté Lavrov. Il a déclaré que la situation devrait être résolue "dans un avenir très proche".

"Si nous parlons des volumes d'engrais et de céréales en question, ces volumes du côté russe sont incomparablement plus importants que du côté ukrainien", a déclaré Lavrov.

Les exportations agricoles russes ne sont pas spécifiquement couvertes par les sanctions imposées par les États-Unis, l'Union européenne et d'autres, mais Moscou se dit gravement entravée par les restrictions imposées à ses secteurs financier, logistique et des assurances.

L'initiative - parrainée par Turquie et l'ONU – a été convenu en juillet pour 120 jours.

Lorsqu'on lui a demandé jeudi si la décision de la Russie de revenir à l'accord signifiait qu'elle était prête à accepter une prolongation, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a répondu : "Non, cela ne veut pas dire cela."

"Il est nécessaire d'évaluer … comment tous les aspects de l'accord sont exécutés, tous les paramètres des accords, puis de prendre une décision."

La Russie a suspendu sa participation à l'accord en raison de l'attaque contre le port naval de Sébastopol, mais est revenue sur l'accord mercredi et a juré que même si elle se retirait à nouveau, cela n'empêcherait pas l'approvisionnement de Ukraine en Turquie.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles