6.7 C
Bruxelles
Sunday, Février 5, 2023

La Guardia Civil espagnole démantèle le super-cartel européen de la cocaïne et élimine les "barons de la drogue" à Dubaï

Malaga, Madrid, Barcelone (Espagne), France, Belgique, Pays-Bas et Dubaï

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Málaga. Espagne. Au cours de la période d'enquête, plus de 30 tonnes de cocaïne ont été saisies dans divers ports européens et on estime que cette organisation macrocriminelle était à l'origine d'un tiers du marché total de la cocaïne en Europe.

6 cibles de grande valeur (HVT) ont été arrêtées simultanément à Dubaï, considérées comme les "barons de la drogue" basés dans l'émirat depuis des années.

En Espagne, sous le nom d'OPÉRATION FAUKAS, des perquisitions et des arrestations ont été effectuées dans les provinces de Malaga, Madrid et Barcelone.

La Guardia Civil, dans le cadre de l'opération policière internationale appelée DESERT LIGHT, coordonnée par EUROPOL et à laquelle ont également participé des services de police des Pays-Bas, de France, de Belgique et de Dubaï, a réussi à démanteler un super cartel qui contrôlait une grande partie de le marché de la cocaïne en Europe.

Cette organisation macro criminelle avait établi sa base dans ces pays, coïncidant avec l'emplacement des ports européens les plus importants considérés comme la principale porte d'entrée des stupéfiants sur le continent européen.

Depuis la cité-émirat de Dubaï, les dirigeants de ce méga-cartel, connu sous le nom de «Drogue Lords » aux participants à cette opération, contrôlaient et dirigeaient les activités criminelles des différentes cellules, sous la conviction d'être dans un sanctuaire où ils se sentaient intouchables et qui leur permettait de maintenir un niveau de vie élevé.

Au cours de l'enquête, plus de 30 tonnes de cocaïne ont été saisies, avec l'intention d'inonder Europe avec cette drogue qui, selon les estimations d'EUROPOL, pourrait représenter un tiers du marché total, faisant du cartel une véritable baleine dans le monde du trafic mondial de drogue.

Actions policières coordonnées au niveau international

Entre le 8 et le 19 novembre, des raids ou des actions conjointes ont été menés simultanément dans plusieurs pays européens et à Dubaï dans le but de démanteler la structure logistique, représentée par les groupes criminels chargés d'introduire la drogue dans chaque pays, ainsi que de démanteler le organisation, dans la figure de ces « barons de la drogue » basés dans l'émirat.

À la suite de ces actions, 49 personnes ont été arrêtées en Espagne, en France, en Belgique, aux Pays-Bas et à Dubaï, dont 7 sont considérées comme des cibles de grande valeur (HVT), selon l'agence EUROPOL, avec la participation des services de police de les États-Unis (DEA), le Royaume-Uni (NCA) et Bulgarie.

#OperationFAUKAS en Espagne

En ce qui concerne l'Espagne, la Guardia Civil a nommé cette enquête Opération FAUKAS, et elle a été menée par le Groupe central anti-drogue de l'Unité centrale opérationnelle (UCO), avec des actions simultanées ayant été menées à Malaga, Madrid et Barcelone le 8 de ce mois. Celles-ci ont abouti à l'arrestation de 15 personnes, dont 3 HTV pour EUROPOL, dont 2 à Dubaï et un autre à Malaga, le tout dans plus de 21 perquisitions de domiciles et d'entreprises liées à cette organisation criminelle.

L'opération FAUKAS a commencé par la saisie, par la Guardia Civil, d'un conteneur dans le port de Valence en mars 2020, par lequel ils avaient l'intention d'introduire 698 kg de cocaïne, sans aucune arrestation ni responsabilité à ce moment-là.

Cela a conduit à un vaste échange d'informations, sous les auspices d'EUROPOL, avec de nombreux services de police d'autres pays, qui a porté ses fruits dans l'identification des personnes responsables de l'introduction du conteneur, ainsi que de sa "contamination" à la source, au Panama.

Ainsi, au cours de l'enquête, il est apparu clairement comment une organisation criminelle s'était constituée en Espagne, qui introduisait des conteneurs contenant de la cocaïne à travers les ports de Barcelone, Valence et Algésiras, et qui à son tour avait créé une société complexe réseau d'investissements immobiliers dans la région de la Costa del Sol dans le but de blanchir les bénéfices tirés du trafic de drogue.

Rôles de l'organisation en Espagne

Il a été possible d'identifier le chef de cette organisation, un citoyen britannique lié à la Costa del Sol qui a dû quitter l'Espagne en raison d'une tentative d'enlèvement contre lui, se déplaçant à Dubaï, d'où il a continué à diriger et à coordonner les activités criminelles de l'organisation tout en maintenant des contacts et des affaires de trafic de drogue avec le reste des "Drug Lords" basés dans cette ville-émirat.

De la même manière, la Guardia Civil a réussi à identifier le fournisseur de la drogue à la source, qui s'est avéré être un citoyen panaméen également basé à Dubaï, responsable de l'introduction de la drogue dans le port de Manzanillo (Panama) et qui a également maintenu des contacts avec le reste des barons de la drogue dans l'émirat.

Cette organisation criminelle basée en Espagne avait deux structures clairement différenciées, l'une chargée de l'extraction de la drogue dans les ports maritimes commerciaux et l'autre responsable du blanchiment d'argent par le biais de sociétés immobilières.

Le premier serait situé entre les provinces de Barcelone et de Malaga, ayant une influence directe sur le port de Barcelone et étant composé de deux ressortissants bulgares, l'un d'eux considéré comme HVT pour EUROPOL, et de trois ressortissants espagnols, l'un d'eux étant un ouvrier du port de Barcelone, responsable de l'entrée et de la sortie des véhicules.

L'autre partie serait composée de personnes de grande confiance du chef de l'organisation criminelle, situées sur la Costa del Sol, centre névralgique de leurs activités financières, d'où elles auraient acquis des biens mobiliers et immobiliers et des actions d'une valeur d'environ 24 millions d'euros, les intégrant ainsi dans le circuit économique légal.

Lors des perquisitions, ont été retrouvés des éléments liant les suspects à l'activité criminelle, ainsi que plus de 500,000 3 € en espèces, 300,000 armes de poing avec munitions et des objets de luxe dont des véhicules haut de gamme dont certains avec des prix proches de XNUMX XNUMX €.

"Il n'y aura pas d'endroit sûr pour les barons de la drogue".

Avec cette opération, une étape historique a été franchie dans la lutte contre le trafic mondial de drogue et l'action menée à Dubaï est sans précédent, aboutissant à l'arrestation simultanée de 6 HVT qui se réfugiaient dans cet émirat avec la conviction de se sentir à l'abri d'éventuelles action policière.

Depuis des mois, la Guardia Civil travaille conjointement et en coordination avec la police de Dubaï, dans le cadre de l'opération FAUKAS, tenant des réunions régulières en Espagne et à Dubaï avec les principaux responsables des autorités de Dubaï. Cela a renforcé le lien entre les deux forces de police, ce qui a permis de mener avec succès des actions policières ces derniers mois.

Cet effort international de toutes les agences impliquées envoie un message fort aux organisations criminelles qu'aucun endroit ne sera sûr pour ceux qui tentent d'échapper à la justice.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles