3.6 C
Bruxelles
Friday, Janvier 27, 2023

Finance numérique : le Conseil adopte la loi sur la résilience opérationnelle numérique

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Compte tenu des risques toujours croissants de cyberattaques, l'UE renforce la sécurité informatique des entités financières telles que les banques, les compagnies d'assurance et les entreprises d'investissement. Le Conseil a adopté aujourd'hui la loi sur la résilience opérationnelle numérique (DORA) qui garantira que le secteur financier en Europe est en mesure de rester résilient en cas de perturbation opérationnelle grave.

« Nous vivons une époque incertaine. Les banques et autres entreprises qui fournissent des services financiers en Europe ont déjà mis en place des plans pour leur sécurité informatique, mais nous devons aller plus loin. Grâce aux exigences légales harmonisées que nous avons adoptées aujourd'hui, notre secteur financier pourra mieux continuer à fonctionner à tout moment. Si une attaque à grande échelle contre le secteur financier européen est lancée, nous y serons préparés »

Zbyněk Stanjura, ministre des Finances de la Tchéquie.

DORA établit des exigences uniformes pour la sécurité des réseaux et des systèmes d'information des entreprises et des organisations opérant dans le secteur financier ainsi que des tiers critiques qui leur fournissent des services liés aux TIC (technologies de l'information et de la communication), tels que des plateformes cloud ou des services d'analyse de données. DORA crée un cadre réglementaire sur la résilience opérationnelle numérique dans lequel toutes les entreprises doivent s'assurer qu'elles peuvent résister, réagir et se remettre de tous les types de perturbations et de menaces liées aux TIC. Ces les exigences sont homogènes dans tous EU États membres. L'objectif principal est de prévenir et d'atténuer les cybermenaces.

Maintenant que la proposition DORA est formellement adoptée, les aspects qui nécessitent une transposition nationale seront promulgués dans la législation de chaque État membre de l'UE. Parallèlement, les autorités européennes de surveillance (AES) compétentes, telles que l'Autorité bancaire européenne (ABE), l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) et l'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP), développeront normes techniques que toutes les institutions de services financiers doivent respecter, de la banque à l'assurance en passant par la gestion d'actifs. Les autorités nationales compétentes respectives assumeront le rôle de surveillance de la conformité et appliqueront le règlement si nécessaire.

Contexte

La Commission a présenté la proposition DORA le 24 septembre 2020. Elle faisait partie d'un paquet plus large sur la finance numérique, qui vise à développer une approche européenne qui favorise le développement technologique et garantit la stabilité financière et la protection des consommateurs. Outre la proposition DORA, le paquet contenait une stratégie de finance numérique, une proposition sur les marchés des crypto-actifs (MiCA) et une proposition sur la technologie des registres distribués (DLT).

Ce paquet comble une lacune dans la législation existante de l'UE en garantissant que le cadre juridique actuel ne pose pas d'obstacles à l'utilisation de nouveaux instruments financiers numériques et, dans le même temps, garantit que ces nouvelles technologies et produits relèvent du champ d'application de la réglementation financière et dispositifs de gestion du risque opérationnel des entreprises actives dans l'UE. Ainsi, le paquet vise à soutenir l'innovation et l'adoption de nouvelles technologies financières tout en assurant un niveau approprié de protection des consommateurs et des investisseurs.

Le Conseil a adopté son mandat de négociation sur DORA le 24 novembre 2021. Les trilogues entre les colégislateurs ont commencé le 25 janvier 2022 et se sont conclus par un accord provisoire le 10 mai 2022. L'adoption d'aujourd'hui est la dernière étape du processus législatif.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles