9.2 C
Bruxelles
Vendredi, Février 3, 2023

La Suisse a interdit l'aide militaire à l'Ukraine, la Bulgarie a accepté

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Le 2 novembre 2022, la Suisse a accepté de fournir 100 millions de dollars d'aide humanitaire à l'Ukraine.

La Suisse a interdit à l'Allemagne d'envoyer en Ukraine des munitions fabriquées en Suisse pour les missiles anti-aériens que Berlin veut envoyer aux Ukrainiens.

"Il n'y a aucune raison de répondre positivement à la demande allemande de remettre du matériel militaire suisse à l'Ukraine", a expliqué le ministre de l'Economie Guy Parmelin dans une lettre à la ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht.

Berlin veut envoyer Ukraine 12,400 XNUMX munitions de fabrication suisse destinées aux missiles antiaériens allemands Gepard. Kyiv a demandé à ces machines d'abattre des missiles de croisière et des drones utilisés par les forces russes, a rapporté l'AFP.

« L'égalité de traitement découlant du droit de la neutralité empêche la Suisse d'approuver une demande d'envoi de matériel militaire d'origine suisse à Ukraine alors que ce pays est impliqué dans un conflit armé international », a déclaré Parmelin.

Mercredi, la Suisse a accepté de fournir une aide de 100 millions de dollars à l'Ukraine pour fournir de l'eau potable et restaurer les infrastructures énergétiques endommagées à l'approche de l'hiver.

La Suisse a également accepté toutes les sanctions que l'Union européenne a imposées à la Russie, y compris contre le président Vladimir Poutine.

Bulgarie, pour sa part, a décidé d'apporter une aide militaire à l'Ukraine

Lors du vote, « BSP pour Bulgarie» a lancé un appel écrit sur des feuilles – « Non aux armes ! Paix!"

Le Parlement a accepté en première lecture de fournir une aide militaire à l'Ukraine.

Le Conseil des ministres, dans un délai pouvant aller jusqu'à un mois, à soumettre à l'Assemblée nationale un projet de décision sur la fourniture d'un soutien militaire et militaro-technique à l'Ukraine, en tant que contribution aux efforts généraux de la communauté internationale pour aider la victimes d'agression, conformément aux capacités bulgares, garantissant la sécurité et la protection de la population, le parlement a voté, a rapporté BTA.

La décision de fournir un soutien militaire et militaro-technique à l'Ukraine et de renforcer les capacités de défense de la Bulgarie a été soutenue par 175 députés, 49 étaient contre et un s'est abstenu.

La décision a été soutenue par GERB-SDS, « Poursuivre le changement », DPS, « Bulgarie démocratique » et « Montée bulgare ». Contre lui se trouvaient « BSP pour la Bulgarie » et « Vazrazhdane ».

Lors du vote, « BSP pour la Bulgarie » a lancé un appel écrit sur des feuilles – « Non aux armes ! Paix!"

La salle plénière n'a pas accepté la proposition du PG de « Vazrazhdane » de rejeter le projet.

Le Parlement a chargé le Conseil des ministres d'organiser la signature d'accords pour la fourniture de l'équipement militaire nécessaire dans un court laps de temps, en tenant compte des capacités bulgares.

Dans un délai d'un mois, le gouvernement mènera des négociations avec les gouvernements des alliés de l'OTAN pour acquérir, fournir ou déployer des capacités qui remplaceront ou augmenteront nos capacités de défense afin de permettre l'élimination accélérée des armes et équipements soviétiques obsolètes, selon la décision.

Le Conseil des ministres, dans le cadre des efforts communs de l'UE, d'identifier et de proposer à l'Assemblée nationale un ensemble de mesures d'interaction et de soutien de l'Ukraine dans le rétablissement de la économie, les infrastructures et l'énergie.

Parlement assigné au cabinet jusqu'au 10 novembre de cette année. à entreprendre

toutes les actions nécessaires pour déclarer que la Bulgarie est prête à contribuer à la mission de l'UE d'assistance à l'Ukraine.

Le gouvernement soutiendra le procès de l'Ukraine contre la Russie devant la Cour européenne de Droits de l'homme pour violations de la Convention européenne des droits de l'homme et d'intervenir dans l'affaire de l'Ukraine contre la Fédération de Russie devant la Cour internationale de Justice des Nations Unies, a adopté l'Assemblée nationale. Les députés ont également voté pour soutenir les efforts de la communauté internationale pour enquêter sur les crimes de guerre commis par l'armée russe sur le territoire de l'Ukraine.

Le préambule du document stipule que l'Assemblée nationale confirme la déclaration de la quarante-septième Assemblée nationale

dans le cadre des actions militaires agressives de la Fédération de Russie contre l'Ukraine. Tout en condamnant catégoriquement la guerre de la Fédération de Russie contre l'Ukraine, il considère ce conflit comme la menace la plus importante à la paix et à la sécurité en Europe, c'est écrit dans le texte.

L'Assemblée nationale confirme son soutien catégorique à l'intégrité territoriale de l'Ukraine et rejette l'annexion illégale des territoires ukrainiens par le biais des soi-disant référendums, soulignant l'importance des décisions de l'ONU à cet égard.

Le préambule souligne également la nécessité de renforcer la sécurité de notre pays dans tous les domaines

en modernisant et en renforçant les capacités de nos armées, en soutenant la croissance et l'innovation de l'industrie de défense et en augmentant le potentiel scientifique de défense et de sécurité.

Le Ministère de la Défense, conformément à la décision du Parlement, préparera ses devoirs,

et notre proposition sera extrêmement conservatrice. C'est ce qu'a déclaré le ministre de la Défense par intérim Dimitar Stoyanov aux journalistes en marge du Parlement à l'occasion du projet de décision adopté par le Parlement sur la fourniture d'un soutien militaire et militaro-technique à l'Ukraine et le renforcement des capacités de défense de la Bulgarie. Il a assisté au débat, mais a quitté la salle plénière avant le vote proprement dit.

Ce conservatisme trouve son origine dans l'article 9 de la Constitution, où il est clairement écrit que les forces armées sont garantes de la sécurité, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté, et de l'article 3 du Traité de Washington, où il est explicitement écrit que chaque pays doit maintenir son propre potentiel de défense, a expliqué le ministre Stoyanov.

Lorsqu'on lui a demandé quel type d'armement notre pays pouvait fournir à l'Ukraine, le ministre a répondu que les détails pouvaient être saisis une fois l'analyse pertinente effectuée.

À une question de clarification sur la fourniture de systèmes de défense aérienne, le ministre a répondu ce qui suit :

«J'ai répété à plusieurs reprises que les armes lourdes, telles que les complexes S-300, S-125 et le reste de nos systèmes de missiles anti-aériens, ainsi que les avions Su-25 et MiG-29, ne peuvent pas être fournies pour le moment. ”

Pour être données, les plates-formes de remplacement doivent d'abord arriver, a souligné Stoyanov.

En parlant d'anciennes armes russes, il est nécessaire de considérer les autres pays quel équipement ils reçoivent en retour. Il n'est pas plus récent, mais il reste occidental et compatible avec les équipements des pays membres de l'OTAN, a également commenté le ministre de la Défense.

Nous avons des équipements excédentaires qui ont été annoncés à la vente, a déclaré Stoyanov et a donné l'exemple d'un hélicoptère Mi-24, précisant toutefois que cela n'a pas été demandé par la partie ukrainienne.

Jusqu'à présent, la base juridique qui existe est claire et catégorique – la libération des équipements se fait par le biais de ventes aux enchères, a également expliqué Stoyanov.

Deux propositions ont été initialement soumises aujourd'hui - par le GERB-SDS et par la Bulgarie démocratique, mais plus tard, elles ont été combinées en un projet commun, qui a aujourd'hui été soutenu par la majorité au parlement. Il prévoit que le Conseil des ministres fournira une assistance militaire et technique à l'Ukraine. Cependant, avant cela, la proposition sera votée en deuxième lecture, rapporte DarikNews.bg.

Les débats sur le sujet se sont poursuivis pendant des heures, les députés prolongeant même leurs heures de travail jusqu'au vote sur la proposition.

"Bulgarian Rise", qui s'y était initialement opposé, a déclaré aujourd'hui qu'il soutiendrait la décision, mais uniquement à la condition que la Bulgarie reçoive une capacité de remplacement.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles