2.8 C
Bruxelles
Monday, Février 6, 2023

Le lauréat du prix Nobel de la paix de cette année risque 12 ans de prison

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Le lauréat du prix Nobel de la paix de cette année, Ales Bilyatsky, défenseur de longue date des droits de l'homme au Bélarus, est menacé d'une peine pouvant aller jusqu'à 12 ans de prison dans une affaire de contrebande de devises, a rapporté aujourd'hui son organisation non gouvernementale "Vyasna", cité par France Presse.

Bilyatsky, qui est en détention provisoire en Biélorussie depuis juillet 2021, est un accusé dans cette affaire avec deux autres de ses associés arrêtés et un troisième qui est en exil à l'étranger, a rapporté « Vyasna ».

"Ils sont menacés de peines allant de 7 à 12 ans de prison", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

Bilyatsky et ses associés sont accusés d'avoir transporté "une grande quantité d'argent, agissant en groupe organisé" à travers la frontière biélorusse, et de "financer des actions collectives portant gravement atteinte à l'ordre public".

Selon «Vyasna», la date du début du processus n'a pas encore été déterminée.

Le procès est vu par beaucoup comme une revanche contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko, un allié de Moscou au pouvoir depuis 1994 et qui étouffe toute forme de critique, notamment depuis le mouvement de protestation de masse qui a suivi les élections de l'été 2020.

Ales Bilyatsky a remporté le prix Nobel de la paix cette année, grâce à son combat pour droits de l'homme, en collaboration avec le Centre commémoratif russe et l'ONG Centre ukrainien pour les libertés civiles.

La Biélorussie a condamné le prix comme une "décision politisée".

Fondée en 1996 lors des manifestations de masse en faveur de la démocratie en Biélorussie, Vyasna a commencé son travail en fournissant initialement une assistance aux personnes emprisonnées et à leurs proches. Par la suite, son activité s'est étendue à la protection des droits de l'homme dans l'ensemble du pays, où leurs violations sont généralisées.

Photo de Mathias Reding :

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles