7.8 C
Bruxelles
jeudi, le 2 février 2023

Le métropolite Antoine de Volokolamsk est arrivé en Bulgarie avec une mission

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Le métropolite de Volokolamsk Antoine (Sevryuk), qui a assumé les fonctions de ministre des Affaires étrangères du patriarcat de Moscou après la destitution du métropolite Hilarion (Alfeev), est arrivé à Sofia. Le but de la visite n'a été annoncé ni sur les sites officiels des églises russes ni bulgares. Il sera accompagné de Prot. Nikolay Balashov, qui est le seul qui reste de l'ancienne équipe du Département des relations ecclésiastiques extérieures de l'Église orthodoxe russe.

La cour de l'Église orthodoxe russe de notre pays rapporte que les représentants du patriarche de Moscou sont venus Bulgarie servir dans l'Église russe « St. Nicholas » pour Nicholas Day, qui est sans aucun doute juste l'occasion. Ils concélébreront avec le métropolite Lovchan Gavriil, qui sert traditionnellement pour ce jour dans l'Église russe, en tant que représentant de l'Église orthodoxe bulgare, avec un métropolite russe venant pour la célébration. Jusqu'à présent, cependant, il n'y a pas eu une représentation aussi élevée de l'église pour la fête du temple.

La tâche première des autorités russes, tant au Kremlin qu'au Patriarcat de Moscou, est de démontrer qu'elles ne sont pas isolées à cause de la guerre en Ukraine. Une importance particulière est attachée à la participation à des événements dans les pays européens et, en règle générale, la diplomatie russe présente cela comme une approbation des actions russes. Le métropolite Antoine (Sevryuk) et l'archiprêtre Nikolai Balashov ont également participé à l'assemblée générale (un congrès tous les sept à huit ans) du Conseil œcuménique des Églises en Allemagne, mais là, le président allemand ne leur a pas permis d'envoyer un message similaire au et la communauté mondiale, en énonçant ouvertement la responsabilité que les Russes portent dans l'effusion de sang Ukraine.

Sur le plan ecclésiastique, le patriarcat de Moscou ne communique à un niveau aussi élevé qu'avec l'Église serbe, car le métropolite Antoine (Sevryuk) était récemment à Belgrade, et une délégation de l'Église serbe a participé à un événement festif à Moscou avec le nom étrange "Serbian Comfort for le cœur russe ».

A Sofia, le métropolite Antoine est arrivé immédiatement après avoir participé à la réunion annuelle de l'emblématique club russe Valdai à Kazan, où le Kremlin formule les principales thèses de sa politique étrangère (par exemple, en 2015, Poutine y déclarait dans son discours : « Si un le combat est inévitable, frappez le premier'). Cette année, pour la première fois, « Valdai » a consacré son rendez-vous annuel au thème politico-religieux. Le « ministre des Affaires étrangères » du ROC, le métropolite Antoine, y déclarait franchement : « Nous trouvons plus souvent un langage commun avec les musulmans qu'avec nos coreligionnaires en Occident. Le Patriarcat de Moscou entretient un dialogue avec les organisations musulmanes en Iran. Il s'est avéré que nous avons beaucoup de personnes partageant les mêmes idées dans les pays musulmans. Selon lui, l'orthodoxie russe et l'islam sont unis par une "attitude respectueuse envers des valeurs fondamentales telles que la famille et le mariage" et que "Dieu occupe une place centrale dans le monde".

La délégation de l'Église russe tentera d'inscrire certains sujets à l'ordre du jour de l'Église bulgare, d'autant plus que le Saint-Synode de l'Église orthodoxe bulgare se réunira le 13 décembre.

Selon des publications dans les médias bulgares, il pourrait s'agir de la reconnaissance de l'autocéphalie que l'Église serbe a accordée à l'Église macédonienne et qui n'a jusqu'à présent été reconnue que par le Patriarcat de Moscou et l'Église orthodoxe ukrainienne sous la direction du métropolite Onufriy. Cela signifie que dans leurs diptyques, l'archevêque macédonien Stephen est mentionné comme le chef d'une église autocéphale. L'Église macédonienne elle-même déclare officiellement qu'elle attend toujours que son autocéphalie lui soit donnée par le Patriarcat œcuménique "le moment venu", et le document du Patriarcat serbe est perçu comme une "recommandation pour l'autocéphalie".

Un autre sujet qui a été mis à jour dans la rhétorique politique de l'Église russe la semaine dernière est la « protection des orthodoxes en Ukraine ». Il est possible que la délégation de l'Église russe demande aux évêques bulgares une déclaration « en défense des orthodoxes ukrainiens contre les persécutions du régime de Kyiv ». La raison en est l'action des services ukrainiens contre les centres religieux de l'Église orthodoxe ukrainienne et la discussion d'un projet de loi visant à interdire leurs activités en raison du collaborationnisme et du soutien aux agresseurs russes. La « protection des orthodoxes en Ukraine » était présente dans le discours de Poutine annonçant l'invasion russe du pays en février, mais après la « théophanie » du Conseil de Kyiv en mai, lorsque l'Église orthodoxe ukrainienne a déclaré son indépendance du patriarcat de Moscou, les médias russes ont parlé des orthodoxes ukrainiens comme des « traîtres au monde russe ». L'action des autorités ukrainiennes la semaine dernière permet au Kremlin d'évoquer à nouveau ce thème et de présenter les troupes russes comme des « défenseurs de l'orthodoxie ».

Les manifestants ont bloqué l'ambassadeur Mitrofanova dans l'église russe de Sofia. Des citoyens scandent «Meurtriers» et «Ce n'est pas Moscou» devant l'église russe de Sofia en signe de protestation contre la visite du métropolite Antoine de Volokolam, qui participe actuellement au service religieux, a rapporté un journaliste de la BGNES.

Le service a également été suivi par l'ambassadrice de la Fédération de Russie dans notre pays Eleonora Mitrofanova, le chef de l'ABV Rumen Petkov, et d'autres.

"Nous protestons parce que c'est l'ultime insolence en temps de guerre de ceux qui occupent, ici, sur le territoire de l'Union européenne et sur un pays de l'OTAN, pour servir au service de la défaite de la Russie, c'est juste un non-sens, c'est pourquoi nous protestons », a-t-il déclaré à BGNES Georgi Ivanov.

L'Ukrainienne Irina, originaire de Kherson, est venue avec son jeune fils pour Bulgarie pour le sauver des bombardements. Elle a déclaré à BGNES qu'elle avait protesté contre la guerre sanglante de Poutine en Ukraine parce que ses proches se trouvaient dans les territoires occupés. La femme a exhorté les Russes à se rendre en Russie car ils n'ont pas leur place en Bulgarie. Elle est catégorique sur le fait qu'il devrait y avoir la paix et la liberté, et non le meurtre et le terrorisme.

« Je suis ici en tant que citoyen indigné, car c'est un sacrilège d'avoir une prière pour un État terroriste dans une église bulgare, pour bénir des meurtriers d'enfants. Savez-vous ce qui se passe en Ukraine en ce moment ? Des milliers d'enfants sont dans des abris anti-bombes ! Des milliers d'enfants sont exposés à la mort ! Et dans cette église, il y a des gens qui prient pour pouvoir les tuer avec encore plus de succès, ici ils prient en ce moment pour qu'un pays écrase un autre pays », a déclaré une femme qui s'est présentée comme bulgare. Elle est catégorique sur le fait que pour elle, c'est un sacrilège qu'elle ne peut accepter et elle est profondément indignée par ce qui se passe dans l'Église russe, et c'est exactement pourquoi elle est à la manifestation.

La BGNES rappelle que le but de la visite du métropolite Antoine n'a été annoncé ni sur les sites officiels de l'Église russe ni sur les sites Web officiels de l'Église bulgare.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles