3.6 C
Bruxelles
Friday, Janvier 20, 2023

QATAR : dans l'ombre de la Coupe du monde de football, une question oubliée : la situation des chrétiens

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du Ministère belge de l'Education et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits de l'homme en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les LGBT. gens. HRWF est indépendant de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a effectué des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est chargé de cours dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Press Club à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme à l'ONU, au Parlement européen et à l'OSCE.

Dans l'ombre de la Coupe du monde de football au Qatar, des voix de non-musulmans ont été entendues et écoutées au Parlement européen lors d'une conférence organisée le 6 décembre par l'eurodéputé néerlandais Bert-Jan Ruissen sous le titre "Qatar : aborder les limites de la liberté religieuse pour les bahá'ís et les chrétiens."

Cette initiative du député européen Bert-Jan Ruissen, membre de l'intergroupe du PE sur la liberté de religion ou de conviction, faisait suite à la résolution du Parlement européen sur la "Situation des droits de l'homme dans le contexte de la coupe du monde de football de la FIFA au Qatar". » adopté le 24 novembre dernier en session plénière. A cette occasion, le Parlement a appelé « les autorités qatariennes à veiller au respect de la droits de l'homme de toutes les personnes assistant à la Coupe du monde 2022, y compris les invités internationaux et ceux vivant dans le pays, y compris pour leur liberté de religion et de conviction.

La situation de la communauté chrétienne a été abordée par Anastasia Hartman d'Open Doors. Voici un large extrait de son intervention :

« Lorsque nous parlons du Qatar, il existe deux groupes distincts de croyants chrétiens dans le pays et, par conséquent, deux ensembles de défis et de limitations de la liberté religieuse.

Premièrement, les indigènes qatariens, convertis de l'islam au christianisme, qui trouvent qu'il est, voire impossible, extrêmement difficile de pratiquer leur foi car ils peuvent faire face à des poursuites, souvent à la marginalisation et à la pression de la société et de la famille en raison de leur conversion.

Apostasie et blasphème, infractions pénales punies par la loi

Quatre-vingt-dix pour cent des Qataris sont des musulmans sunnites. Selon l'interprétation et l'application de la charia par le Qatar, l'apostasie est une infraction pénale passible de la peine de mort. Le Code pénal mentionne également comme infractions pénales la « mauvaise interprétation » du Coran, l'offense à l'islam ou l'insulte à l'un des prophètes.

Il s'ensuit que les musulmans au Qatar ne jouissent pas de leur droit inhérent et de leur liberté de changer de religion ou de conviction, qui est un élément important de la liberté de religion telle qu'elle est consacrée à l'article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, un traité contraignant auquel Le Qatar est signataire. De par sa nature, en aucune circonstance, y compris les lois, ce droit inhérent de changer de religion ne peut être légitimement violé ou enfreint.

Mais il ne s'agit pas seulement de la loi écrite. En raison de l'énorme influence du tribalisme dans la société qatarienne, la conversion de l'islam est également considérée comme une trahison de la famille et de l'honneur de la famille.

Les convertis de l'islam au christianisme et à d'autres religions sont obligés de cacher leur foi et de garder leurs réunions secrètes pour éviter les conséquences désastreuses d'être poursuivis ou de subir la stigmatisation sociale, la surveillance policière ou l'intimidation.

Travailleurs migrants chrétiens, liberté d'association et liberté de réunion

Au Qatar, il existe également une communauté expatriée croissante de croyants chrétiens (composée principalement de travailleurs migrants étrangers), envers qui le Qatar a été relativement indulgent et a même fourni des terres pour construire des églises.

Les chrétiens expatriés sont autorisés à adorer dans les limites du complexe religieux situé sur des terres appartenant au gouvernement à condition que leur communauté soit enregistrée, mais seules neuf confessions chrétiennes ont été enregistrées.

Le complexe religieux de Mesaymeer créé par le père de l'émir actuel était un geste du gouvernement qatari pour promouvoir le dialogue interreligieux et nous notons avec éloges qu'une telle mesure a été prise.

Il y a cependant certains problèmes. Tout d'abord, ce complexe est strictement surveillé, il y a des contrôles d'identité à l'entrée et aucun visiteur d'origine musulmane ne peut entrer dans ses locaux et donc assister à un culte non musulman. Deuxièmement, le complexe est trop petit pour accueillir la communauté croissante d'expatriés non musulmans du Qatar.

Cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde à Doha Qatar 52515886760 1024x683 - QATAR : Dans l'ombre de la Coupe du monde de football, une question oubliée : la situation des chrétiens
Cérémonie d'ouverture à Doha, Qatar, le 21 novembre 2022. [Photo du Département d'État par Ronny Przysucha/ Domaine public]

Chez Open Doors, nous connaissons environ 100 communautés évangéliques qui se rassemblaient dans des villas à l'époque pré-pandémique, mais qui ont été "temporairement" fermées par le gouvernement en raison des restrictions liées au COVID-19. Ils attendent toujours l'autorisation de rouvrir même si les mosquées et autres établissements ont été autorisés à fonctionner et que la Coupe du monde accueille d'immenses foules de visiteurs du monde entier.

Les groupes religieux non enregistrés ne sont pas autorisés à adorer légalement dans des espaces privés. Ils se sont retrouvés dans les limbes de l'enregistrement. Il est extrêmement difficile d'établir officiellement de nouvelles communautés ou d'utiliser des bâtiments non désignés comme des hôtels ou des salles d'événements pour des rassemblements religieux.

Nous demandons sincèrement au gouvernement qatari ce dont il a besoin pour permettre aux gens de prier ailleurs ? »

proactives

Dans ses conclusions, Anastasia Hartman a insisté sur la nécessité d'un dialogue constructif avec les autorités qatariennes et a priorisé un certain nombre de questions qui devraient être défendues, telles que :

– Premièrement, compte tenu de la capacité limitée du complexe religieux de Doha, demander au gouvernement qatari d'accorder la liberté de culte aux communautés chrétiennes, qu'elles soient enregistrées ou non, et de permettre le libre accès de tous les Qataris et expatriés aux lieux chrétiens de culte.

– Deuxièmement, demander aux autorités qatariennes de développer des initiatives au niveau local pour éduquer l'ensemble de la population sur la valeur de la tolérance religieuse et de l'harmonie interreligieuse.

Dans le même ordre d'idées, elle a appelé le EU à faire part de ses préoccupations en matière de droits de l'homme, y compris la liberté religieuse, au Qatar par le biais de ses canaux diplomatiques et politiques, à saisir toutes les opportunités d'un engagement significatif, d'un dialogue ouvert et constructif.

Elle a également recommandé aux députés européens de poser des questions écrites à la Commission et de rencontrer les ambassadeurs du Qatar dans leurs pays respectifs.

Conclusion du député européen Bert-Jan Ruissen

portret 002 4 896x1024 - QATAR : A l'ombre de la Coupe du monde de football, une question oubliée : la situation des chrétiens
MPE Bert-Jan Ruissen

L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a conclu l'événement en disant : « C'était très impressionnant d'entendre les témoignages personnels de dirigeants d'églises qui ont été expulsés par le Qatar pour ne pas avoir caché leur foi chrétienne et baha'ie. Cela renforce ma conviction que l'UE devrait intensifier ses activités en faveur de la liberté de croyance, également au Qatar. Comme les États membres de l'UE font beaucoup d'affaires avec le Qatar, l'UE ne devrait pas fermer les yeux sur le manque de liberté des chrétiens et des autres religions non musulmanes. L'UE devrait entamer un dialogue constructif avec le Qatar: chacun devrait être libre de pratiquer sa religion et d'exprimer ses convictions.»

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles