-0.5 C
Bruxelles
Jeudi, Janvier 26, 2023

Réflexions sur l'éducation religieuse des enfants [1]

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Auteur invité
Auteur invité
www.europeantimes.news

Auteur : Métropolite Antoine de Souroj

Je suis absolument sûr que toute personne qui les comprend et peut leur transmettre sa foi peut s'occuper des enfants - non seulement la tête, la connaissance mentale sur des sujets religieux, mais la brûlure de son propre cœur et la compréhension des voies de Dieu. Il me semble que, idéalement, cela devrait être fait par les parents à la maison ou par les personnes à l'église qui en sont capables. Il y a des familles où les enfants sont bien éduqués à la manière orthodoxe, mais en moyenne, il est plus difficile pour les parents d'enseigner à leur enfant qu'à un prêtre, car un enfant écoute un prêtre différemment. Certes, il est généralement difficile pour un prêtre de le faire : il a des services divins, des rites et divers autres devoirs.

Chez nous, nous avons créé une école paroissiale il y a 38 ans, et elle n'a cessé de grandir depuis. Il y a une leçon deux fois par mois après la liturgie ; puis les enfants sont emmenés jouer dans un parc à proximité afin qu'ils apprennent à mieux se connaître. Il est très important qu'ils forment une famille, qui sera à l'avenir une communauté paroissiale. En été, nous organisons un camp pour eux. Nous avons commencé avec un petit groupe, et cette année (1987 – ndlr) nous aurons une centaine de personnes. A votre échelle, c'est une goutte d'eau dans l'océan, mais à la nôtre, c'est beaucoup. Les enfants vivent ensemble pendant deux semaines. Il y a la prière le matin et le soir ; il y a des cours sur les sujets de la foi en groupe, des cours de couture, de sport, de randonnée. Et cela crée des relations entre les enfants qui leur permettent, lorsqu'ils grandissent et atteignent l'âge auquel les adolescents se rebellent contre leurs parents, de partager leurs impressions ou de demander conseil et aide non pas à l'école ou dans la rue, mais d'aller chez leurs camarades de camp, à l'école du dimanche, c'est-à-dire, selon l'Église, à la fin - et reçoivent, bien sûr, un tout autre type de réponses.

Avant de grandir à la mesure d'un chrétien, une personne doit être juste une personne. Si vous lisez la parabole des boucs et des brebis au chapitre 25 de l'évangile de Matthieu, la question y est clairement posée : étiez-vous humain, avez-vous grandi à la mesure d'une personne réelle ? Ce n'est qu'alors que vous pourrez grandir jusqu'au degré de communion avec Dieu… Par conséquent, il est nécessaire d'enseigner à un enfant la sincérité, la fidélité, le courage, ces qualités qui font de lui un véritable humain ; et, bien sûr, la compassion et l'amour doivent être enseignés.

Si nous parlons de foi, alors nous devons transmettre le Dieu Vivant aux enfants - pas la charte, pas une connaissance formelle, mais le feu que Christ a apporté sur terre pour que toute la terre, ou, en tout cas, chaque croyant, deviendrait un buisson brûlant, brûlant, serait lumière, chaleur, révélation pour les autres. Et pour cela, nous devons transmettre le Dieu vivant comme exemple de notre vie. Mon père spirituel me disait : nul ne peut quitter le monde et se tourner vers l'éternité, s'il ne voit pas dans les yeux ou sur le visage d'au moins une personne l'éclat de la vie éternelle... Voilà ce qu'il faut transmettre : le Vivant Dieu, la foi vivante, la réalité de Dieu ; tout le reste suivra.

Je ne suis pas ravi quand on enseigne méthodiquement aux enfants, disons que la vie de Jésus-Christ s'est déroulée de telle ou telle manière. Les enfants n'ont pas besoin de conscience, mais de choses qui peuvent les atteindre ; nous avons besoin d'un contact vivant qui peut exciter l'âme, inspirer. Nous n'avons pas seulement besoin de l'Histoire en tant qu'Histoire. Que les histoires soient dispersées, – en temps voulu, elles trouveront leur place. Il est très précieux qu'un enfant en sache souvent plus sur Dieu et les mystères de Dieu que ses parents. Et la première chose que les parents doivent apprendre est de ne pas interférer avec ses connaissances, de ne pas transformer les connaissances expérientielles en un catéchisme cérébral. Je ne veux pas maintenant dénigrer le catéchisme en tant que tel ; mais il arrive que l'enfant sache – et il est obligé de formuler. Et à ce moment où, au lieu de savoir de toutes ses tripes, il a été forcé de mémoriser une phrase ou une image, tout commence à s'éteindre.

Comme je l'ai déjà dit, il me semble que cela n'aide pas vraiment un enfant à connaître tous les faits de l'Evangile en tant que faits. Bien sûr, si vous aimez quelqu'un, vous voulez savoir ce qui lui est arrivé ; mais vous devez d'abord tomber amoureux, puis commencer à collecter des faits. Je me souviens d'avoir enseigné la Loi de Dieu au Gymnase russe de Paris : on racontait aux enfants la vie du Seigneur Jésus-Christ, il fallait mémoriser soit un tropaire, soit un passage de l'Evangile ; et tout cela "aurait dû être" fait, car toutes ces notes étaient mises sur un pied d'égalité avec l'arithmétique ou les sciences naturelles. Et cela n'a fait que ruiner la perception vivante, car peu importe dans quel ordre ce qui s'est passé?

Mais, d'un autre côté, les faits et les histoires de l'Évangile à leur sujet sont si pleins d'intérêt et de beauté que si le but n'est pas de mémoriser, mais de familiariser les enfants avec ce miracle, quelque chose peut fonctionner. À Londres, j'ai travaillé avec des enfants de sept à quinze ans pendant six ans. Ils étaient trop peu nombreux pour créer des tranches d'âge ; et il était très difficile de leur « enseigner ». Nous nous sommes donc assis autour d'une longue table, avons pris un passage de l'Évangile et en avons discuté ensemble. Et parfois, il s'est avéré qu'un garçon agile de sept ans pouvait être un causeur beaucoup plus vif qu'un garçon de quatorze ans, et les difficultés ont été aplanies. Cela dépendait de la réceptivité, de la réaction, non seulement de l'esprit, mais de toute sensibilité. C'est ainsi que nous avons parcouru les Evangiles du dimanche, les Evangiles des fêtes. Au début, je leur racontais l'Evangile de la manière la plus vivante et la plus colorée possible, en utilisant ici et là une phrase du texte, mais sans nécessairement tout lire, car très souvent le texte de l'Evangile est trop lisse, l'attention des enfants glisse dessus. Puis nous en avons discuté, et progressivement nous nous sommes approchés pour lire le texte tel qu'il se présente dans l'Evangile. À mon avis, il est nécessaire de créer un vif intérêt et un amour vif, un désir de savoir quelle est la prochaine étape et pourquoi.

À d'autres occasions, nous avons discuté de questions morales. Disons, je me souviens, le garçon Andrei a cassé une fenêtre chez lui, et nous lui avons demandé de nous expliquer : pourquoi casse-t-il des fenêtres chez lui ? Je ne veux pas dire que battre un voisin est plus justifié ; mais pourquoi cela lui est-il venu à l'esprit ? Et il y a eu une grande discussion animée entre les enfants sur les raisons pour lesquelles cela pouvait arriver. Et peu à peu, au cours de la discussion, des phrases des Saintes Écritures ont commencé à émerger, décrivant ou caractérisant les humeurs exprimées par les enfants. Et ces enfants m'ont dit un jour : mais c'est incroyable ! Tout ce qui est en nous, le bien comme le mal, peut s'exprimer dans les paroles du Sauveur ou des apôtres. Ça veut dire que tout est là – je suis tout dans l'Evangile, je suis tout dans les Epîtres… Cela, je pense, est beaucoup plus utile que la mémorisation.

C'est tout ce que j'ai, très peu, de connaissances sur l'éducation des enfants. Moi-même je n'étais pas un enfant croyant, jusqu'à l'âge de quinze ans Dieu n'existait pas pour moi, et je ne sais pas ce qu'on fait d'un enfant pour l'élever dans la foi. C'est pourquoi je ne prends pas de petits enfants; Je ne prends des enfants que lorsque je peux leur parler, c'est-à-dire dès l'âge de dix ans, dès neuf ans. Je ne sais qu'une chose : vous devez prier pour un enfant. Une femme enceinte doit prier, se confesser, communier, car tout ce qui lui arrive arrive à l'enfant qu'elle attend. Quand un enfant naît, vous devez prier sur lui et pour lui, même si pour une raison quelconque vous ne priez pas avec lui. Et pour prier ensemble, me semble-t-il, il faut chercher des prières (il est permis d'en composer) qui puissent atteindre l'enfant – pas en général à l'enfant, mais précisément à cet enfant. Comment il vit, qui il est, comment, étant lui-même, il peut parler à Dieu, seuls les parents le savent, car ils savent comment leur enfant leur parle.

Une autre : on arrive à transformer en devoir désagréable ce qui pourrait être un pur bonheur. Je me souviens qu'une fois, en allant à l'église, je suis passé chez les Lossky (nous vivions dans la même rue à Paris). Ils se rassemblent, habillent trois enfants, et le quatrième se tient debout et attend, mais ils ne l'habillent pas. Il a demandé: "Et moi?" Et le père répondit : « Tu t'es conduit de telle manière cette semaine que tu n'as rien à faire à l'église ! Aller à l'église est un honneur, c'est un privilège ; si toute la semaine vous vous êtes comporté non pas comme un chrétien, mais comme un démon, alors asseyez-vous dans l'obscurité totale, restez à la maison… »

Et nous faisons le contraire; nous disons : eh bien, allez, allez, repentez-vous, dites au prêtre… ou quelque chose comme ça. Et du coup, la rencontre avec Dieu devient de plus en plus un devoir, une nécessité, voire une très désagréable caricature du Jugement dernier. Premièrement, ils inculquent à l'enfant à quel point il sera terrible et terrible pour lui de confesser ses péchés, puis il y est conduit de force; et cela, je pense, est mauvais.

Nous avons des enfants qui confessent dès l'âge de sept ans, parfois un peu plus jeunes ou un peu plus âgés, selon qu'ils ont atteint l'âge où ils peuvent porter un jugement sur leurs actes. Parfois un enfant vient et donne une longue liste de ses péchés ; et tu sais que maman a écrit les péchés, parce que ces divers méfaits lui choquent quelque chose. Et si vous demandez à un enfant : « Avez-vous vraiment l'impression que c'est très mauvais ? – il regarde souvent, dit : Non… – Et pourquoi avoues-tu cela ? - Maman a dit…"

Cela, à mon avis, ne devrait pas être fait. Il faut attendre le moment où l'enfant a déjà quelques idées morales. A la première confession, je ne pose pas la question de combien il a péché, et avec quoi, et comment (je ne vous donne pas moi-même en exemple, je dis juste ce que je fais). Je dis quelque chose comme ça : « Tiens, tu es maintenant devenu un grand garçon (ou : une grande fille). Le Christ a toujours été votre ami fidèle ; Avant, vous le preniez pour acquis. Vous avez maintenant atteint l'âge où vous pouvez, à votre tour, devenir un véritable ami. Qu'est-ce que tu sais du Christ qui t'attire à Lui ?.. » Le plus souvent, l'enfant parle de ceci ou de cela, de ce qu'il aime ou de ce qui le touche dans le Christ. Je réponds : « Alors tu Le comprends en cela, tu L'aimes en cela et tu peux Lui être fidèle et loyal, tout comme tu peux être fidèle et loyal envers tes camarades de classe ou tes parents. Vous pouvez, par exemple, vous donner pour règle de trouver un moyen de lui plaire. Comment pouvez-vous Lui plaire ? Il y a des choses que vous dites ou faites qui pourraient le blesser… » Parfois les enfants disent des choses eux-mêmes, parfois ils ne le font pas. Eh bien, parfois vous pouvez dire : « Est-ce que tu mens, par exemple ? Est-ce que vous trichez dans les jeux ?.. » Je ne parle jamais d'obéissance aux parents à ce stade, car c'est la façon dont les parents utilisent souvent pour asservir l'enfant, en utilisant Dieu comme le pouvoir ultime qui l'affectera. J'essaie de ne pas confondre les exigences de leurs parents et leur relation avec Dieu. Selon qui est cet enfant, vous pouvez lui proposer différentes questions (sur le mensonge, sur ceci ou cela) et lui dire : « C'est bien ; plaise à Dieu que vous ne fassiez plus ceci ou cela, ou du moins que vous essayiez de ne pas le faire. Et si vous le faites, alors repentez-vous, c'est-à-dire arrêtez, dites – Seigneur ! Pardonne-moi! Il s'est avéré que je n'étais pas un bon ami pour vous. Faisons la paix !.. » Et venez vous confesser pour que le prêtre vous dise : « Oui, puisque vous vous repentez et que vous regrettez, je peux vous dire de la part de Dieu : Il vous pardonne. Mais réfléchissez : quel dommage qu'une si belle amitié ait été brisée..."

Le jeûne pour les enfants doit être pratiqué de manière raisonnable, c'est-à-dire de manière à ce qu'il ne soit pas une farine continue et sans signification, mais qu'il ait une qualité éducative. Il me semble qu'il est plus important pour un enfant de commencer un jeûne par une sorte d'exploit moral. Il faut lui offrir, lui donner la possibilité de se limiter là où la gourmandise, la gourmandise se manifestent le plus, et non dans la qualité de tel ou tel aliment. Il faut qu'il le fasse autant qu'il le peut, dans la conscience que par là il affirme sa dévotion à Dieu, vainc en lui certaines inclinations négatives, parvient à se dominer, à se maîtriser, apprend à se maîtriser. Et il faut augmenter progressivement le jeûne, comme l'enfant peut le faire. Il est clair qu'il n'y a pas besoin de manger de viande : les végétariens n'en mangent jamais, et pourtant ils vivent et prospèrent, il n'est donc pas vrai de dire qu'un enfant ne peut pas jeûner sans viande. Mais, d'un autre côté, il faut tenir compte de ce qu'un enfant peut faire pour des raisons de santé et pour sa force.

____________________________________________

[1] Le texte a été publié dans la revue « Orthodox Conversation » (1992, n° 2-3). Ce sont précisément les réflexions de Vladyka sur ce sujet, recueillies à partir de ses diverses conversations et discours.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles