-0.4 C
Bruxelles
Samedi, Janvier 21, 2023

Procès de l'humanité contre le psychiatre Ernst Rudin dans le cadre du programme UN 2023 Holocaust Remembrance and Education

Mardi 31 janvier 2023 - Procès international simulé sur les droits de l'homme - 3h00 HNE, Siège des Nations Unies - LIEN D'INSCRIPTION https://bit.ly/31janrsvp

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

thème « Foyer et appartenance »

Un procès simulé contre le psychiatre Ernst Rudin aura lieu dans la salle ECOSOC de l'ONU à New York le 31 janvier 2023, dans le cadre du programme UN 2023 Holocaust Remembrance and Education. Le programme complet comprend des expositions, des cérémonies commémoratives, des conférences et autres. Explorer comment les victimes ont ajusté leurs idées de "foyer" et "d'appartenance" face à l'attaque violente et antisémite pendant l'Holocauste, et ce que "foyer" et "appartenance" signifiaient pour les survivants dans l'immédiat après-guerre encadrera le programme de sensibilisation .

14119877 - Procès de l'humanité contre le psychiatre Ernst Rudin dans le cadre du programme UN 2023 Holocaust Remembrance and Education
Eva Wachsmann (détenue deuxième à partir de la gauche) est née à Kosice Mesto, dans l'ancienne Tchécoslovaquie, le 22 mars 1930. Ici, elle est photographiée avec sa famille dans la maison familiale. Eva avait neuf ans lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté. Elle n'a pas survécu à l'Holocauste. Elle a été assassinée par les nazis dans le camp de concentration et d'extermination nazi d'Auschwitz Birkenau. Crédit : Archives Yad Vashem, salle des noms

« En 1933, le parti nazi a pris le contrôle du gouvernement allemand et a mis son idéologie en pratique, identifiant qui pouvait revendiquer l'Allemagne comme sa patrie et qui y appartenait. Le processus de définition et d'exclusion est allé au-delà de la législation et des campagnes de propagande de désinformation et de discours de haine, jusqu'aux actes de terreur sanctionnés par l'État qui ont détruit les lieux de culte, les moyens de subsistance et les maisons des gens », indique le site officiel du programme des Nations Unies. La définition de qui appartenait et qui n'appartenait pas s'est rapidement étendue à tous ceux qui tombaient à l'intérieur des frontières en expansion du Reich nazi et a été reproduite par les gouvernements collaborateurs.

Les nazis et leurs collaborateurs racistes ont rendu des millions de sans-abri et d'apatrides avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. « Nous considérons comment ceux qui ont cherché refuge à partir de 1933 ont négocié le sens de « chez-soi » et « d'appartenance ». Nous considérons ceux qui ont survécu en se cachant et l'impact de cette expérience sur leur sentiment d'appartenance. Nous examinerons la manière dont les survivants, en tant que personnes déplacées dans les camps de personnes déplacées, et les enfants nés dans ces camps, ont navigué dans le monde d'après-guerre - un monde dans lequel la signification de « foyer » et « d'appartenance » avait été radicalement remise en question. par les auteurs de l'Holocauste », informe encore le site.

La mémoire de l'Holocauste et l'éducation qui incluent des opportunités de développer une appréciation plus profonde des victimes et des survivants et de leur agence, « peuvent éclairer notre réponse au sort des victimes contemporaines. Placer les victimes et les survivants au centre de la recherche historique, de l'apprentissage et du souvenir met en lumière l'humanité des victimes d'atrocités aujourd'hui et l'impact de l'antisémitisme alimenté par la désinformation et la distorsion de l'histoire. Se concentrer sur l'humanité des victimes nous incite à nous souvenir de notre humanité et de notre responsabilité de lutter contre les discours de haine, de combattre l'antisémitisme et les préjugés - de faire tout notre possible pour prévenir le génocide », poursuit l'ONU. 

Calendrier des événements au Siège de l'ONU

 Janvier | Février


Mardi, 31 Janvier 2023 -

Procès simulé international sur les droits de l'homme

Essai simulé Version SEF enregistrer la date Essai 2 1 1024x576 - Procès de l'humanité contre le psychiatre Ernst Rudin dans le cadre du programme UN 2023 Holocaust Remembrance and Education

3h00 HNE, Siège des Nations Unies

Le procès simulé international sur les droits de l'homme est l'aboutissement d'un programme d'un an organisé par The Forum d'excellence sociale (SEF) pour un groupe diversifié de 20 à 30 jeunes leaders, âgés de 15 à 22 ans, de plusieurs pays. Les étudiants interrogeront les actions et les responsabilités d'Ernst Rudin, le soi-disant père de l'hygiène raciale nazie. Le procès simulé couvrira le sujet des violations des droits de l'homme, du racisme et de la discrimination, ainsi que la responsabilité des dirigeants pour les conséquences de leur incitation et de leurs actions. Le procès simulé international de jeunes sur les droits de l'homme est organisé par le Forum d'excellence sociale (SEF), avec le soutien de l'Holocauste et du Programme de sensibilisation des Nations Unies. Le Social Excellence Forum (SEF) est une initiative de formation en leadership des jeunes à but non lucratif.

Le psychiatre Rüdin était le principal promoteur de la stérilisation forcée, qui a littéralement écrit le livre de la loi sur la stérilisation forcée de 1933, et a été fortement impliqué dans le soi-disant programme « euthanasie » consistant à tuer systématiquement 300,000 4 patients psychiatriques jugés « inaptes à vivre ». .” Le programme, surnommé "T1.5", a été le premier meurtre de masse commis sous le national-socialisme et celui qui a utilisé les chambres à gaz comme outil de meurtre de masse. C'est le personnel de ce même programme qui, un an et demi plus tard, a construit et géré les camps de la mort en Pologne où des millions de Juifs et des centaines de milliers de Sintis et de Roms ont été tués jusqu'à la fin de la guerre.

Rüdin est une figure compliquée aux multiples facettes – pour l'une d'entre elles, il a travaillé aux côtés de scientifiques juifs sur l'hygiène raciale jusqu'en 1935 – et peut bien servir à montrer aux étudiants contemporains les dangers de la discrimination et du racisme de toutes sortes, avec leur capacité à se cacher sous des apparences autorité objective et neutre et ses euphémismes trompeurs. Il était la principale force derrière le processus d'endoctrinement et d'incitation de la communauté médicale allemande, qui a conduit à leur complicité dans la stérilisation et le meurtre de leurs propres patients.

Malgré le fait qu'il ait été nommé accusé numéro 26 au procès des médecins de Nuremberg, Rüdin a finalement été libéré et a réussi à échapper à la justice après la Seconde Guerre mondiale.. Une partie de la raison en était la décision de ne pas poursuivre la stérilisation forcée, une décision qui a été prise, en partie, en raison du fait que les États-Unis étaient un leader international en matière de stérilisation forcée à part entière. Une autre raison était que certaines preuves de sa participation au programme dit « d'euthanasie » n'étaient pas encore disponibles.

Inscription


10 janvier – 23 février 2023

Exposition « Après la fin du monde : personnes déplacées et camps de personnes déplacées »

L'Europe est sortie de la Seconde Guerre mondiale complètement brisée, avec des millions de réfugiés dispersés dans de nombreux pays. L'Administration des Nations Unies pour les secours et la réhabilitation (UNRRA) a été créée pour réinstaller les personnes déplacées par le chaos de la guerre et de l'Holocauste. Les fragments du passé éclairent le travail des administrateurs de l'UNRRA et illustrent comment, à la suite de pertes catastrophiques, les survivants de l'Holocauste ont mené leur nouvelle vie dans des camps de personnes déplacées. L'exposition est alimentée par des artefacts et des documents provenant des archives des Nations Unies et de l'Institut YIVO pour la recherche juive, et s'appuie sur l'expertise du Centre d'étude de l'Holocauste, du génocide et des crimes contre l'humanité du Graduate Center—CUNY . L'exposition a été créée par le programme de sensibilisation à l'Holocauste et aux Nations Unies et le professeur Debórah Dwork, en collaboration avec l'Institut YIVO pour les archives de recherche juives, les services de gestion des archives et des documents des Nations Unies et avec le généreux soutien de l'Université de Stockton.

Informations aux visiteurs:
L'exposition est gratuite et ouverte au public. Les visiteurs sont invités à visiter l'exposition aux heures habituelles (du lundi au vendredi, de 9 h à 5 h). Pour plus d'informations, veuillez consulter le Centre d'accueil des visiteurs des Nations Unies directives d'entrée.


16 janvier – 20 février 2023

Exposition « #Fake Images : Démasquez les dangers des stéréotypes »

Les stéréotypes et les théories du complot contre les Juifs, les Roms, les migrants, les LGBTQIA+ ou d'autres groupes ne sont pas nouveaux. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la propagande antisémite des nazis et de leurs collaborateurs racistes a utilisé les stéréotypes, les fausses images, la désinformation et la pensée complotiste pour encourager la haine, avec des conséquences mortelles. La propagande et les mensonges préfiguraient le génocide. L'exposition expose comment l'imagerie fausse et manipulatrice des nazis a fonctionné et continue de s'exprimer aujourd'hui. L'exposition interactive nous met au défi d'agir pour démasquer les mensonges qui continuent de diviser et de polariser notre monde. L'exposition a été organisée par Kazerne Dossin, en collaboration avec la «Fondation Arthur Langerman pour l'étude de l'antisémitisme visuel» (ALAVA) et le Centre de recherche sur l'antisémitisme de la Technische Universität Berlin. L'exposition est soutenue par le Ministère belge des Affaires étrangères et la Mission permanente de la Belgique auprès des Nations Unies.

Informations aux visiteurs:
L'exposition est gratuite et ouverte au public. Les visiteurs sont invités à visiter l'exposition aux heures habituelles (du lundi au vendredi, de 9 h à 5 h). Pour plus d'informations, veuillez consulter le Centre d'accueil des visiteurs des Nations Unies directives d'entrée.

Événement d'ouverture : Mercredi 25 janvier 2023, 6 h 30 HNE, Hall des visiteurs, Siège des Nations Unies

Les inscriptions ouvriront bientôt.


26 Janvier - 17 Février 2023

Exposition "Le livre Yad Vashem des noms des victimes de l'Holocauste"

Yad Vashem – Le Centre mondial de commémoration de l'Holocauste a spécialement mis à jour son exposition « Le livre Yad Vashem des noms des victimes de l'Holocauste » pour une exposition au siège des Nations Unies. "Le livre Yad Vashem des noms des victimes de l'Holocauste" détaille par ordre alphabétique le nom de chacune des quelque 4.8 millions de victimes de l'Holocauste que Yad Vashem a actuellement documentées et confirmées. Dans la mesure du possible, "Le livre des noms des victimes de l'Holocauste de Yad Vashem" indique la date de naissance, la ville natale et le lieu de décès de la victime respective. Les noms sont tirés des pages de témoignages de la salle des noms de Yad Vashem, ainsi que de diverses listes compilées pendant et après l'Holocauste, puis révisées par des experts de Yad Vashem. L'exposition du "Livre Yad Vashem des noms des victimes de l'Holocauste" aux Nations Unies est soutenue par la Mission permanente d'Israël auprès des Nations Unies.

Informations aux visiteurs:
L'exposition est gratuite et ouverte au public. Les visiteurs sont invités à visiter l'exposition aux heures habituelles (du lundi au vendredi, de 9 h à 5 h). Pour plus d'informations, veuillez consulter le Centre d'accueil des visiteurs des Nations Unies directives d'entrée.

Événement d'ouverture : Jeudi 26 janvier 2023, 1 h 30 HNE, Siège des Nations Unies

Inscription


Vendredi, 27 2023 Janvier

Cérémonie commémorative de l'Holocauste des Nations Unies 

11h00 HNE, Siège des Nations Unies

Mme Melissa Fleming, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux communications mondiales, animera la cérémonie. L'événement comprend des remarques du Secrétaire général des Nations Unies; le Président de la 77e session de l'Assemblée générale et les Représentants permanents d'Israël et des États-Unis auprès des Nations Unies. Le professeur Debórah Dwork prononcera le discours d'ouverture. M. Jacques Grishaver des Pays-Bas partagera son témoignage en tant que survivant de l'Holocauste. Le professeur Ethel Brooks parlera de la persécution et du meurtre de masse des Roms et des Sinti. Deux petits-enfants de survivants de l'Holocauste seront présents - le professeur Karen Frostig et M. Michael Shaham. Les musiciens incluent Mme Shoshana Shattenkirk et M. Michael Shaham (qui jouera sur un violon de l'espoir). La professeure Renée Jolles interprétera une pièce pour violon spécialement composée par Mme Victoria Bond pour la cérémonie commémorative de l'Holocauste de 2023. Le chantre Nissim Saal récitera la prière commémorative.

Inscrivez-vous ici d'assister en personne à la cérémonie commémorative de l'Holocauste. Les inscriptions seront closes le lundi 23 janvier 2023.


jeudi 9 février 2023

Projection du film "Les États-Unis et l'Holocauste" et table ronde

6h30-8h00 HNE, Siège des Nations Unies

Une projection d'une version spéciale de 40 minutes de « Les États-Unis et l'Holocauste », un film de Ken Burns, Lynn Novick et Sarah Botstein sera suivie d'une discussion avec Ken Burns et Lynn Novick. Le documentaire combine des récits à la première personne de témoins et de survivants de l'Holocauste et des entretiens avec d'éminents historiens et écrivains. Inspiré en partie de l'exposition "Les Américains et l'Holocauste" du United States Holocaust Memorial Museum et soutenu par ses ressources historiques, le film examine la montée d'Hitler et du nazisme en Allemagne dans le contexte de l'antisémitisme et du racisme mondiaux, le mouvement eugéniste aux États-Unis États et lois raciales dans le sud des États-Unis. Le documentaire aborde une série de questions qui restent essentielles pour notre société d'aujourd'hui, notamment la manière dont le racisme influence les politiques liées à l'immigration et aux réfugiés, ainsi que la manière dont les gouvernements et les peuples réagissent à la montée d'États autoritaires qui manipulent l'histoire et les faits pour consolider le pouvoir. 

Inscription


jeudi 16 février 2023

Briefing de la société civile « Les médias sociaux et l'Holocauste – Éducation ou distorsion ? »

11h00 HNE, Siège des Nations Unies

Un panel diversifié examinera la relation entre les médias sociaux et l'éducation et la mémoire de l'Holocauste - pourquoi certains diffusent des "discours dangereux" ; comment les jeunes naviguent dans le paysage numérique ; des stratégies pour contrer la désinformation en ligne et les discours de haine et maximiser le potentiel des médias sociaux pour l'éducation et le respect mutuel. Le rapport des Nations Unies et de l'UNESCO, "L'histoire attaquée : négation de l'Holocauste et distorsion sur les médias sociaux" sera présenté.

Les inscriptions ouvriront bientôt.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles