4.6 C
Bruxelles
Friday, Janvier 27, 2023

L'OMS continue d'exhorter la Chine à partager davantage de données dans le contexte de la flambée de COVID-19

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

4 Janvier 2023 Santé
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est préoccupée par la flambée de COVID-19 en Chine, a déclaré mercredi le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors de son premier briefing virtuel de l'année. 
"Nous continuons à demander à la Chine plus des données rapides, régulières et fiables sur les hospitalisations et les décès, ainsi que séquençage viral en temps réel plus complet, ”Il a déclaré, parlant de Genève. 
URL du tweet

WHO est préoccupé par le risque pour la vie dans le pays le plus peuplé du monde et a réitéré l'importance d'intensifier la couverture vaccinale, y compris les doses de rappel, en particulier pour les groupes vulnérables tels que les personnes âgées. 

Données complètes nécessaires 

"Avec une circulation en Chine si élevée et des données complètes non disponibles - comme je l'ai dit la semaine dernière, il est compréhensible que certains pays prennent des mesures qui, selon eux, le feront protéger leurs propres citoyens", a ajouté Tedros. 

Un certain nombre de pays, dont les États-Unis à partir de demain, ont annoncé de nouvelles exigences de test COVID pour les voyageurs en provenance de Chine pour entrer sur le marché intérieur, au milieu des inquiétudes concernant la propagation des dernières variantes. 

S'exprimant plus tard dans le briefing, le directeur des urgences de l'OMS, le Dr Mike Ryan, a également souligné la nécessité d'obtenir plus d'informations de la part des autorités chinoises. 

"Nous savons qu'il y a très souvent des difficultés dans tous les pays à enregistrer les sorties des hôpitaux, les admissions et l'utilisation des installations de soins intensifs (USI)", a-t-il déclaré. 

"Nous pensons que les chiffres actuels publiés depuis la Chine sous-représente le véritable impact de la maladie en termes d'admissions à l'hôpital, en termes d'admissions en USI, et particulièrement en termes de décès.  

Rencontres avec des experts 

L'OMS a tenu des réunions de haut niveau avec les autorités chinoises au cours de la semaine dernière pour discuter de l'augmentation des cas et des hospitalisations. 

Son groupe consultatif technique sur l'évolution des virus (TAG-VE) avec mardi avec des experts chinois pour discuter de la situation. 

Au cours de cette réunion, des scientifiques du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies ont présenté des données sur ce qu'ils ont décrit comme importé et acquis localement. coronavirus infections. 

L'analyse a montré que la plupart des virus circulant dans le pays appartiennent à deux lignées Omicron, BA.5.2 et BF.7, qui représentaient 97.5 % de toutes les infections locales, ainsi que quelques autres sous-lignées Omicron connues. 

"Ces variantes sont connues et circulent dans d'autres pays, et à l'heure actuelle aucune nouvelle variante n'a été signalée par le CDC chinois", a déclaré mercredi le TAG-VE dans un communiqué. 

Jusqu'à présent, 773 séquences de Chine continentale ont été soumises à la base de données virale gérée par l'initiative scientifique mondiale GISAID. 

La plupart, 564, ont été collectés après le 1er décembre. De ce nombre, seuls 95 sont étiquetés comme cas acquis localement, tandis que 187 sont importés et 261 "n'ont pas cette information fournie". 

La majorité des cas acquis localement, 95 %, appartiennent aux deux lignées Omicron. 

"Cela correspond aux génomes de voyageurs en provenance de Chine soumis à la base de données GISAID EpiCoV par d'autres pays. Aucune nouvelle variante ou mutation de signification connue n'est notée dans les données de séquence accessibles au public », indique le communiqué. 

© OPS/Baro Brizuela

Les communautés vulnérables du Paraguay sont vaccinées contre le COVID-19 et la grippe.

La menace pandémique persiste 

En haut du briefing, Tedros a noté que la pandémie en est maintenant à sa quatrième année, et malgré les progrès, elle reste une menace pour la santé, les économies et les sociétés. 

«Nous sommes vraiment préoccupés par le tableau épidémiologique actuel du COVID-19, avec à la fois transmission intense dans plusieurs parties du monde et une sous-variante recombinante se propageant rapidement », a-t-il déclaré. 

Le COVID-19 était en déclin pendant la majeure partie de 2021, a rapporté Tedros, citant des facteurs tels que l'augmentation des vaccinations dans le monde et l'identification de nouveaux antiviraux vitaux. 

10,000 XNUMX morts par semaine 

Cependant, il existe encore des inégalités majeures dans l'accès au dépistage, au traitement et à la vaccination. 

«Chaque semaine, environ 10,000 19 personnes meurent du COVID-XNUMX, nous le savons. Le véritable bilan est probablement beaucoup plus élevé », a-t-il déclaré. 

Par ailleurs, la sous-variante Omicron XBB.1.5 est en hausse aux États-Unis et Europe et a été identifié dans près de 30 pays. 

XBB.1.5 a été initialement détecté en octobre 2022. Il s'agit de la sous-variante la plus transmissible à ce jour, selon le Dr Maria Van Kherkove, responsable technique de l'OMS pour le COVID-19.   

Maintenir la surveillance  

"Nous nous attendons à de nouvelles vagues d'infection dans le monde, mais cela ne doit pas se traduire par de nouvelles vagues de décès car nos contre-mesures continuent de fonctionner", a-t-elle déclaré. 

Pendant ce temps, les experts du TAG-VE travaillent également sur une évaluation des risques connexes qui devrait être publiée dans les prochains jours.   

Le Dr Van Kherkove a souligné l'importance d'une surveillance continue du COVID-19 dans le monde pour suivre les sous-variantes connues qui sont en circulation. 

Le mois dernier, plus de 13 millions de cas de la maladie ont été signalés, bien que l'OMS estime que le bilan est plus élevé, 

"Mais plus inquiétant, nous avons eu une augmentation de 15% des décès au cours du dernier mois et encore, nous savons que c'est une sous-estimation parce qu'il y a des retards dans les rapports, et avec la période des vacances et le mélange, ces tendances devraient se poursuivre », a déclaré le Dr Van Kherkove. 

Progrès Ebola en Ouganda 

Dans ses remarques, Tedros a exprimé l'espoir que la pandémie sera vaincue en 2023. 

"Le COVID-19 restera sans aucun doute un sujet de discussion majeur, mais je crois et j'espère que avec les bons efforts ce sera l'année où l'urgence de santé publique prendra officiellement fin », a-t-il déclaré. 

Il a également évoqué de bonnes nouvelles en provenance de l'Ouganda, qui lutte contre une Ebola flambée depuis septembre. 

Aucun cas n'a été détecté depuis le 27 novembre, et si cela se maintient, l'épidémie sera déclarée terminée sous peu.  

L'OMS célébrera également son 75e anniversaire cette année, et Tedros a déclaré que plus de détails seraient partagés dans les semaines à venir. 

 
 

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles