9.1 C
Bruxelles
Vendredi, Février 3, 2023

Un tribunal français a emprisonné 15 personnes de trois pays pour transformation et vente de viande de cheval impropre

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Gaston de Persigny
Gaston de Persigny
Gaston de Persigny - Reporter à The European Times News

Les magistrats de Marseille ont désigné un grossiste belge en chevaux et son collègue des Pays-Bas comme principaux auteurs

Un tribunal de Marseille a prononcé des peines de huit mois à quatre ans contre 15 personnes originaires de France, de Belgique et des Pays-Bas dans une affaire de fraude à la viande de cheval, a rapporté DPA

Le tribunal a admis que les prévenus transformaient de la viande de cheval impropre à la consommation humaine à grande échelle et de manière organisée, rapporte le journal "Provence". Poussés par le désir de profit, ils ont utilisé de faux passeports de cheval, des tampons et d'autres documents médicaux manipulés pour mettre en circulation la viande non comestible, a déclaré la présidente du tribunal, Céline Ballerini, lors de l'annonce de la condamnation.

Le tribunal a identifié un grossiste en chevaux belge et son collègue des Pays-Bas comme les principaux auteurs. Tous deux ont été condamnés à quatre ans de prison, dont deux avec sursis. Le Belge qui a ordonné l'abattage de centaines de chevaux inaptes dans le sud de la France a également été condamné à une amende de 100,000 107,417 euros (75,000 XNUMX $). Le Néerlandais doit payer une amende de XNUMX XNUMX euros.

Un grossiste français en viande de cheval écope de quatre ans de prison dont trois avec sursis. Le commerçant qui a fourni de la viande de cheval aux bouchers du sud de la France doit également payer une amende de 75,000 XNUMX €.

L'escroquerie à la viande de cheval aurait été menée sur cinq ans, de 2010 à 2015.

Dans un autre procès, toujours en cours, l'accusation allègue que des chevaux d'une ferme laboratoire d'une société pharmaceutique, interdits à la consommation humaine, ont été abattus et vendus pour la consommation.

Photo de Jean Alves :

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles