7.9 C
Bruxelles
jeudi, le 2 février 2023

« Je ne savais pas que la culture de légumes pouvait être aussi rentable » : les agriculteurs modèles du Helmand visent à éliminer le pavot de leurs communautés

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.
© ONUDC

Gul Agha, un ancien cultivateur de pavot à opium, cultive maintenant du chou-fleur.

Helmand (Afghanistan), 4 janvier 2023 - Selon le Enquête sur l'opium 2022, Helmand reste la principale province productrice d'opium en Afghanistan, avec un cinquième des terres arables consacrées au pavot à opium.

Les agriculteurs de Helmand cultivent du pavot à opium depuis des années en raison du manque d'opportunités de gagner leur vie en cultivant des cultures licites. Des décennies de conflits, de catastrophes naturelles et la pandémie de COVID-19 ont tous exacerbé la situation, les agriculteurs continuant de recourir à la production, à la transformation et au commerce de l'opium.

Depuis plus de 20 ans que Gul Agha est agriculteur, il ne s'attendait pas à devenir un pionnier et un influenceur dans sa communauté.

La pauvreté et le manque de moyens de subsistance durables ont poussé Gul Agha à cultiver du pavot. Le changement de pouvoir soudain en août 2021 et le ralentissement économique rapide qui a suivi ont plongé de nombreux agriculteurs dans une extrême pauvreté. Cette situation s'est aggravée lorsque les autorités de facto ont soudainement interdit la culture du pavot en avril 2022.

Des agriculteurs tels que Gul Agha avaient désespérément besoin de trouver une autre source de revenus rentable, mais avec leurs compétences et connaissances existantes, la situation semblait sombre. Les options immédiates de Gul Agha étaient de migrer vers un pays voisin et de prendre un travail ou de continuer la culture du pavot malgré l'interdiction. Il n'a trouvé aucune voie praticable.

C'est alors qu'il a décidé d'approcher le conseil de développement communautaire (CDC)1 dans son village, qui a relié Gul Agha au projet de développement alternatif (DA) de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Le projet soutient les moyens de subsistance licites et sensibilise les agriculteurs et les dirigeants communautaires aux dangers de la production d'opium et aux avantages de cultiver des cultures licites, telles que le maïs, le blé et les légumes.

Gul Agha était initialement sceptique quant à savoir si la culture de légumes l'aiderait à joindre les deux bouts, car ce n'était pas le cas auparavant. Mais il n'a pas tardé à découvrir que la raison en était qu'il manquait de semences et d'engrais certifiés. Le projet AD lui a fourni une formation, des semences de chou-fleur certifiées et des engrais pour cultiver des terres en demi-jerib.

« J'ai appris à semer des graines dans le système de lignes ; pour protéger les plantes contre les maladies, les ravageurs et les mauvaises herbes ; pour récolter, stocker et commercialiser efficacement les produits ; et pour préparer des pesticides naturels », partage-t-il.

Les résultats ont été très positifs. Gul Agha gagne désormais 60,000 682 AFN (8,000 USD) par saison en vendant du chou-fleur cultivé sur des terres à demi-jerib. C'est XNUMX XNUMX AFN par saison de plus que ce qu'il a gagné de la culture du pavot sur des terres de même qualité.

La ferme de choux-fleurs de Gul Agha est devenue une parcelle de démonstration pour d'autres agriculteurs de son village, Lashkarbazar. Voyant le succès de son entreprise, les agriculteurs l'approchent maintenant pour apprendre les techniques qu'il utilise pour une production rentable de chou-fleur. Gul Agha est fier d'être devenu un influenceur communautaire.

*****

Travailler dans les champs de pavot est une tâche ardue qui expose les travailleurs à un risque de lumbago et de douleurs aux jambes en travaillant à demi courbé pendant des heures, et à une exposition intensive à l'opium brut, notamment à l'inhalation d'odeurs d'opiacés.

Dans le district voisin de Nad-e-Ali, Ghyasuddin cultivait également du pavot depuis de nombreuses années pour joindre les deux bouts. Voyant la santé de ses enfants se détériorer lorsqu'ils travaillaient avec lui à la ferme, il a tenu à arrêter la culture du pavot.

Ghyasuddin a été présenté au projet AD en mars 2022, grâce auquel il a commencé à explorer un moyen de subsistance plus sûr et meilleur pour lui-même. Il a reçu une formation, des semences de maïs, des engrais et des outils de jardinage tels qu'une pelle, un râtelier et une faux.

Avec le soutien du projet, il a créé deux jeribs de ferme de maïs et a été satisfait de ses rendements et des améliorations résultantes de ses revenus grâce à la vente de maïs sur le marché local.

« Auparavant, nous ne pouvions fabriquer que du pain de maïs pour le vendre, mais maintenant nous gagnons un revenu quotidien de 700 AFN grâce à la vente d'épis de maïs grillés. Cela me permet de couvrir les dépenses du ménage pour tous les membres de ma famille », dit-il.

Au fur et à mesure que ses revenus augmentaient, Ghyasuddin a observé que de nombreux membres de sa communauté pourraient bénéficier comme lui de ce passage à la production de maïs. Aujourd'hui, le champ de maïs de Ghyasuddin est également une parcelle de démonstration dans sa communauté et ses voisins l'approchent également pour des conseils sur l'agriculture et la couture des semences.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il tenait à rendre son village sans pavot, Ghyasuddin a déclaré : « Mes enfants sont tombés malades en travaillant dans le champ de pavot et n'ont souvent pas pu aller à l'école. Je connais beaucoup de personnes dépendantes de l'opium et certains amis ont perdu la vie. Nous devons effacer cette menace de notre communauté.


1Le CDC est une organisation locale créée par le ministère afghan de la réhabilitation et du développement rural. Chaque CDC compte environ 350 membres. Ce nombre diffère dans chaque communauté en fonction de sa population totale.

Pour en savoir plus

Depuis mars 2022, l'ONUDC met en œuvre un projet de moyens de subsistance alternatifs et de sécurité alimentaire dans les districts de Lashkargah, Nad-e-Ali et Nahr-e-Siraj, en partenariat avec le Comité danois d'aide aux réfugiés afghans (DACAAR).

Le projet vise à donner aux agriculteurs afghans vulnérables la possibilité de se lancer dans l'agriculture licite afin d'améliorer leur sécurité alimentaire et les revenus de leur ménage. Le projet soutient les cultures céréalières, le maïs et le blé en tant que cultures résistantes à la sécheresse qui ont besoin de moins d'eau que le pavot à opium.

Les agriculteurs bénéficiaires reçoivent des semences certifiées, des engrais et un renforcement des capacités en matière de culture, de récolte et de commercialisation. En décembre 2022, un total de 14,217 2031 personnes vulnérables de XNUMX ménages ont été soutenues dans le cadre de ce projet.

Le programme de développement alternatif de l'ONUDC contribue directement à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) 8 (travail décent et croissance économique) et 12 (consommation et production responsables), et indirectement à l'ODD 5 (égalité des sexes) en fournissant une alimentation de qualité aux hommes et aux femmes. impliqués dans l'élevage.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles