18 C
Bruxelles
Samedi 15 juin 2024
ReligionFORBTuerie de masse des Témoins de Jéhovah à Hambourg, entretien avec Raffaella Di Marzio

Tuerie de masse des Témoins de Jéhovah à Hambourg, entretien avec Raffaella Di Marzio

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Jan Léonid Bornstein
Jan Léonid Bornstein
Jan Leonid Bornstein est journaliste d'investigation pour The European Times. Il enquête et écrit sur l'extrémisme depuis le début de notre publication. Son travail a mis en lumière une variété de groupes et d'activités extrémistes. C'est un journaliste déterminé qui s'attaque à des sujets dangereux ou controversés. Son travail a eu un impact réel en exposant des situations avec une pensée hors des sentiers battus.

Le 9 mars 2023, 7 Témoins de Jéhovah et un enfant à naître ont été tués par un tireur de masse lors d'un service religieux à Hambourg. Le tueur était un ancien membre de la congrégation, qui était parti il ​​y a plus d'un an, mais qui aurait des griefs contre son ancien groupe et contre les groupes religieux en général. Il s'est suicidé après avoir perpétré le massacre.

Alors que les multiples meurtres ont déclenché des messages de sympathie et de soutien aux Témoins de Jéhovah de la part des autorités allemandes, il n'y a pas eu de mouvement international ou d'expression de sympathie de la part d'autres gouvernements européens. De plus, certains «anticulte» Les militants ont profité de l'élan pour blâmer les Témoins de Jéhovah pour le meurtre, arguant que le meurtrier aurait pu avoir de bonnes raisons d'agir, à trouver dans son association avec le mouvement religieux et sa doctrine.

S'il s'agissait de personnes excusant un violeur et blâmant la victime du viol pour le comportement du violeur, cela aurait déclenché un tollé légitime. Si quelqu'un blâmait les victimes du terrorisme pour ce qui leur était arrivé, cela aurait certainement conduit à des poursuites pénales. Ici, rien de tel ne s'est produit.

Nous avons donc décidé de contacter Raffaella Di Marzio, une experte bien connue en psychologie de religion. Raffaella est fondatrice et directrice du Centre d'études sur la liberté de religion, de croyance et de conscience (LIREC). Depuis 2017, elle est professeur de psychologie de la religion à l'Université de Bari Aldo Moro en Italie. Elle a publié quatre livres et des centaines d'articles sur les sectes, le contrôle de l'esprit, les nouveaux mouvements religieux et les groupes anti-sectes et fait partie des auteurs de trois encyclopédies différentes.eux.

The European Times: Vous avez dit que pour empêcher de tels massacres, les forces de l'ordre devraient enquêter sur quiconque incite à la haine envers une minorité religieuse particulière. Pouvez-vous expliquer le lien et pourquoi ce serait efficace?

Raphaëlle Di Marzio : Selon le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme de l'OSCE,  définition « Les crimes de haine sont des actes criminels motivés par des préjugés ou des préjugés envers des groupes particuliers de personnes. Les crimes de haine comprennent deux éléments : une infraction pénale et une motivation partiale ». Les motivations biaisées peuvent être définies comme des préjugés, de l'intolérance ou de la haine envers un groupe particulier partageant un trait d'identité commun, comme la religion. Je pense que la diffusion de fausses informations sur les minorités religieuses engendre des préjugés. C'est très dangereux, en particulier, pour les organisations religieuses qui ont le statut de minorité sur un territoire donné et que la politique et les médias se focalisent sur elles à un moment donné. Je pense que les forces de l'ordre devraient surveiller toutes les personnes et organisations qui diffusent de fausses informations en utilisant un langage de haine envers une minorité particulière. Bien qu'il soit difficile pour les forces de l'ordre d'identifier de manière préventive un individu capable de perpétrer des massacres comme celui-ci, il leur incombe d'enquêter sur quiconque incite à la haine envers une minorité religieuse particulière. Il arrive souvent, en effet, que du discours de haine on passe à l'incitation à la haine et enfin à l'action directe et violente contre certaines minorités qui deviennent des « cibles » faciles, en partie grâce à la stigmatisation « sectaire » amplifiée par les médias sans aucun doute. discernement.


ET : Dans Europe, il existe un mouvement anti-secte qui est actif et cible des groupes religieux comme les Témoins de Jéhovah. Pensez-vous qu'ils portent une quelconque responsabilité lorsqu'un tel événement se produit ?

RDM : Il est très important de dire que les rapports du BIDDH sur les crimes haineux incluent également des rapports d'agressions physiques et de meurtres qui indiquent que les Témoins de Jéhovah sont particulièrement menacés. La responsabilité des organisations anti-sectes est évidente dans de nombreux cas. Par exemple, Willy Fautré de Human Rights Without Frontiers écrit sur affaires de diffamation où des groupes anti-sectes ont été condamnés par des tribunaux européens en Autriche, en France, en Allemagne et en Espagne et CAP-LC (Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience), une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC (Conseil économique et social) des Nations Unies, a déposé une déclaration écrite à la 47e session des Nations Unies ' Conseil des droits de l'homme publié le 21 juin 2021 qui dénonce la politique de diffamation, l'incitation à la stigmatisation et à la haine envers certains groupes religieux et de conviction par la FECRIS (Fédération Européenne des Centres de Recherche et d'Information sur les Sectes et Sectes) et ses associations membres. La discrimination et l'intolérance, souvent véhiculées par des informations déformées, ont un impact négatif grave sur les groupes et les individus qui finissent par être ostracisés et persécutés par des entités gouvernementales, et parfois victimes de crimes de haine.


ET : Certaines personnes anti-sectes en Allemagne ont blâmé les Témoins de Jéhovah dans les médias, trouvant une excuse au tireur parce qu'il était un ancien membre qui avait certainement de bonnes raisons d'avoir des griefs contre les Témoins. Qu'est ce que tu penses de ça? Vous êtes expert depuis des années sur le sujet de la discrimination des minorités religieuses, et en fait, avant, vous faisiez partie du mouvement anti-sectes avant de réaliser son danger. Vous en avez donc une connaissance directe. Pensez-vous que ce genre d'événements peut les aider à réaliser qu'ils agissent mal, ou pensez-vous qu'ils vont simplement continuer ?

RDM : Malheureusement, je pense que ce genre de choses va continuer. En effet, après le massacre de Hambourg, certains membres d'organisations anti-sectes non seulement ne se sont pas rendu compte qu'ils agissaient mal, mais ont commencé à publier des commentaires sur les réseaux sociaux disant que le tueur était un ex-membre ostracisé par les Témoins de Jéhovah, et l'a presque justifié pour ce qu'il a fait.


ET : Craignez-vous que de tels événements deviennent plus fréquents ?

RDM : Je pense que oui, à moins que nous les empêchions. La prévention est l'objectif principal du Centre d'études sur la liberté de religion, de croyance et de conscience (LIREC) dont je suis le directeur. Il a traité à de nombreuses reprises de campagnes médiatiques dans lesquelles un fait « criminel » est arbitrairement lié à une minorité religieuse et utilisé comme prétexte pour l'insérer dans un contexte informatif allusif qui incite le lecteur à se faire une idée de l'organisation comme si elle était "controversé", impliqué dans des "intrigues sombres" et serait dangereux pour l'individu ou la société.

Face à ces cas, qui se répètent et touchent des minorités très différentes les unes des autres, notre tâche est de contrecarrer les désinformation et promouvoir une connaissance objective et documentée des minorités, religieuses ou non.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -