5.7 C
Bruxelles
Wednesday, Décembre 6, 2023
Droits de l'hommeL’actualité mondiale en bref : Crise des soins de santé en RDC, Türk dénonce le hijab iranien...

L'actualité mondiale en bref : Crise des soins de santé en RDC, Türk dénonce la loi iranienne sur le hijab et salue le nouveau projet de loi indien favorisant les femmes

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Le représentant de l'Organisation mondiale de la santé en RDC, le Dr Boureima Hama Sambo, a averti que dans six provinces de l'Est, des établissements de santé ont été incendiés, des agents de santé tués et d'autres sont confrontés à des menaces physiques et psychologiques constantes, tandis que des fournitures ont été pillées. Les fortes pluies, les inondations et les glissements de terrain ont également compromis l’accès à l’aide.

Le Dr Sambo a déclaré que la RDC est confrontée à sa pire épidémie de choléra depuis 2017, les provinces de l'Est représentant 80 pour cent des cas. Le pays est également aux prises avec une épidémie majeure de rougeole et la combinaison de rougeole et de malnutrition était particulièrement mortelle pour les enfants de moins de cinq ans.

Le responsable de l'agence de santé des Nations Unies a déclaré que WHO a déployé des experts dans les zones touchées pour aider les autorités à enquêter sur ces épidémies et à y répondre, a livré des fournitures médicales pour le traitement du choléra, a soutenu le transport d'échantillons vers les laboratoires pour les tests et a construit des centres de traitement du choléra.

Campagne de vaccination

L'Organisation mondiale de la santé a récemment achevé une campagne de vaccination dans la province de l'Ituri, touchant plus d'un million d'enfants de moins de cinq ans, et d'autres campagnes suivront au Kasaï et au Mai-Ndombe. 

L’OMS fournit également des services de santé, notamment un accès à la santé mentale et à un soutien psychosocial, aux victimes de violences sexistes. Quelque 23,000 2023 cas ont été signalés dans les six provinces entre janvier et août XNUMX et le Dr Sambo a déclaré que les chiffres réels étaient « probablement beaucoup plus élevés ».

Pour une « réponse sanitaire plus durable et plus résiliente » dans l'est de la RDC, le Dr Sambo a appelé à un soutien plus important des donateurs, car la réponse de l'agence de santé des Nations Unies dans la région n'a été financée jusqu'à présent qu'à 14 pour cent.

En Iran, les femmes et les filles sont tenues par la loi de suivre un code vestimentaire à l'extérieur de leur domicile.

Iran : le nouveau projet de loi sur le hijab doit être abandonné, selon Türk

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Volker Türk, a déclaré vendredi que le projet de loi « draconien » iranien sur la chasteté et le hijab « viole de manière flagrante le droit international » et doit être abandonné.

Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, s'adresse à la 54e session du Conseil des droits de l'homme.

Le projet de loi augmente considérablement les peines de prison pour les contrevenants et prévoit des amendes écrasantes pour les femmes et les filles qui ne respectent pas le code vestimentaire obligatoire.

Selon le bureau des droits de l'ONU (HCDH), en vertu du nouveau projet de loi « encore plus strict », actuellement dans sa dernière étape d'examen devant la Cour constitutionnelle iranienne, ceux qui ne respectent pas le code vestimentaire islamique strict du pays concernant le couvre-chef et les vêtements modestes risquent jusqu'à 10 ans de prison.

Les contrevenants pourraient également être fouettés, condamnés à une amende pouvant aller jusqu'à l'équivalent de 8,500 XNUMX dollars, soumis à des restrictions de voyage et privés d'accès en ligne.

Le HCDH a qualifié le décret de « répressif et humiliant », insistant sur le fait que « les femmes et les filles ne doivent pas être traitées comme des citoyennes de seconde zone ».

Un expert russe affirme que le mandat constitue un "pont vers le peuple russe"

La rapporteuse spéciale indépendante de l'ONU sur les droits de l'homme en Russie, Mariana Katzarova, a souligné vendredi l'importance de son mandat pour donner la parole aux victimes de violations présumées dans le pays.

« Pourquoi mon mandat est-il important ? Parce que c'est aussi un pont vers le peuple russe, vers les victimes, vers la société civile, vers ceux qui osent s'exprimer contre la guerre en Ukraine», a-t-elle déclaré aux journalistes à Genève. 

"Ce mandat est une voix pour le peuple de la Fédération de Russie." 

L'indépendant Droits de l'Homme du ConseilL'experte désignée a présenté jeudi son premier rapport au Conseil, tirant la sonnette d'alarme sur ce qu'elle considère comme une tendance à la suppression des droits civils et politiques en Russie.

« Recours persistant à la torture »

Elle a exprimé ses graves préoccupations face aux arrestations arbitraires massives et au « recours persistant à la torture et aux mauvais traitements ».

Citant près de 200 sources nationales et étrangères, l'expert indépendant s'est dit préoccupé par le manque d'indépendance judiciaire et de droit à un procès équitable.

Le mandat du rapporteur spécial sur la Russie a été créé par le Conseil des droits de l'homme en octobre de l'année dernière, pour une durée d'un an.

Mme Katzarova a déclaré aux journalistes qu'elle pensait que le maintien du mandat serait important, en particulier dans ce qu'elle appelle « des temps sombres pour les droits de l'homme » en Russie.

C'est la première fois de son histoire que le Conseil autorise un expert en droits à enquêter sur les violations des droits à l'intérieur des frontières de l'un des membres permanents de l'ONU. Conseil de sécurité, le soi-disant « P5 ».

 Mme Katzarova a souligné que le P5 avait la responsabilité particulière de donner l'exemple au reste du monde.

Inde : le chef des droits de l'homme de l'ONU salue le nouveau projet de loi visant à promouvoir les femmes au parlement

Le chef des droits de l'homme, Volker Türk, a salué vendredi l'adoption d'un projet de loi historique en Inde qui réservera aux femmes un tiers des sièges dans les parlements nationaux et des États.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a déclaré que le projet de loi sur les réserves des femmes consacrerait constitutionnellement la représentation des femmes au Parlement et constituerait une « mesure de transformation » pour l'égalité des sexes en Inde.

Citant l'exemple de l'Inde, M. Türk a appelé les parlementaires du monde entier à adopter des mesures législatives – y compris, si nécessaire, des quotas par sexe – pour garantir la participation égale des femmes au discours politique.

Le nouveau projet de loi doit être ratifié par au moins 50 pour cent des États indiens pour entrer en vigueur et le bureau des droits de l'homme de l'ONU a appelé à leur « soutien rapide » et à une mise en œuvre rapide du nouveau système.

Lien Source

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -