6.7 C
Bruxelles
Lundi, Avril 22, 2024
ReligionFORBAllemagne : la Bavière et le retour de l'épuration religieuse dans l’UE

Allemagne : la Bavière et le retour de l'épuration religieuse dans l’UE

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Jan Léonid Bornstein
Jan Léonid Bornstein
Jan Leonid Bornstein est journaliste d'investigation pour The European Times. Il enquête et écrit sur l'extrémisme depuis le début de notre publication. Son travail a mis en lumière une variété de groupes et d'activités extrémistes. C'est un journaliste déterminé qui s'attaque à des sujets dangereux ou controversés. Son travail a eu un impact réel en exposant des situations avec une pensée hors des sentiers battus.

Vous serez peut-être surpris qu'un pays "démocratique" comme l'Allemagne, avec le passé que l'on sait, se livre aujourd'hui à une purification religieuse. Qui ne le serait pas ? Pourtant, même s'il est difficile de le croire, ce que certains appellent un "génocide culturel" (le génocide culturel est la destruction systématique des traditions, des valeurs, de la langue et d'autres éléments qui distinguent un groupe de personnes d'un autre) se produit aujourd'hui en Allemagne, touchant des milliers de vies dans certains des Länders allemands.

La cible de ce nettoyage : Le Scientologists. Tout ce que vous pensez ou savez Scientologists, que cela vous plaise ou non, ce que nous allons exposer dépasse les limites de ce qui devrait être toléré de la part de n'importe quel État, a fortiori de la part d'un membre fondateur de l'Union européenne.

Filtres sectaires en Allemagne

Comme l’a récemment rapporté l’USCIRF (US Commission on International Religious Freedom) dans un rapport intitulé «"Religious Freedom Concerns in the European Union"», l'Allemagne pratique depuis plusieurs décennies ce qu'on appelle le « filtre sectaire », qui consiste en ce qui suit : toute personne à la recherche d'un emploi ou qui fait des affaires avec des institutions et des entreprises publiques doit signer une déclaration attestant qu'elle n'est pas scientologue et qu'elle n’utilise pas la technologie de L. Ron Hubbard (le fondateur de Scientology, 1911 – 1986).

En fait, ces filtres sectaires vont jusqu'à demander si vous ou l'un de vos employés ou même bénévoles avez assisté à une conférence organisée par un Scientology groupe, église ou organisation liée au cours des trois dernières années. Si votre réponse est oui, vous ne pourrez jamais être retenu pour un emploi dans un établissement public, ni même dans une entreprise ou une association privée ayant des contrats avec un établissement public. Et si vous représentez une entreprise, vous devrez résilier les contrats avec toute personne (qu'il s'agisse d'un de vos employés ou d'un entrepreneur externe) qui répondrait oui aux questions ci-dessus, si vous souhaitez continuer à faire affaire avec des institutions publiques.

Alors que l'on pourrait penser que cela ne s'applique qu'aux emplois ou aux contrats sensibles, en fait, ces filtres sectaires s'appliquent également à des emplois comme entraîneur de tennis, jardinier, spécialiste du marketing, ingénieur, architecte, imprimeur, expert en informatique, gestionnaire d'événements, constructeur, entraîneur, comptable. auditeur, professeur d'auto-école, programmeur, fournisseur de sacs poubelles et sacs poubelles, web designer, interprète etc.

Il est bien entendu absolument illégal de demander quelles sont les croyances religieuses d'un candidat avant de l'embaucher et d'en faire un facteur de décision dans le processus d'embauche. C'est illégal selon la directive européenne sur l'égalité en matière d'emploi qui exige que tous les États membres se protègent contre la discrimination fondée sur la religion et les convictions en matière d'emploi, de profession et de formation professionnelle. Mais c'est également illégal selon la Convention européenne des droits de l'homme, car il s'agit d'une discrimination flagrante fondée sur des motifs religieux, et viole donc l'article 9 (liberté de religion ou de conviction) et l'article 14 (droit à la non-discrimination).

En fait, il y a des dizaines de décisions de justice en Allemagne qui a jugé que de tels « filtres sectaires » étaient illégaux, y compris certains par les tribunaux supérieurs fédéraux, et qu'ils constituent une violation du droit à la non-discrimination des Scientologists, beaucoup d'entre eux ajoutent que Scientology et Scientologists devaient bénéficier de la protection en vertu de l'article 4 (sur la liberté de religion ou de conviction) de la Loi fondamentale allemande (Constitution allemande).

Malheureusement, les sanctions et les pénalités résultant de ces décisions de justice ne semblent pas avoir d'effet sur certains Länders comme la Bavière, où l’on continue la pratique des "filtres à sectes" tous les jours comme si de rien n'était.

La Commission européenne corrompue par les filtres sectaires allemands

Les appels d'offres sur le site officiel de l'Union européenne pour les agences d'État allemandes sont éliminés Scientologists de toutes sortes d'emplois.

Ce qui est encore plus inquiétant, c'est que de tels « filtres sectaires » allemands peuvent être trouvés par centaines sur le site officiel de l'UE pour les appels d'offres publics européens, TED. . La Commission européenne propage alors à contrecœur ces pratiques discriminatoires, sans avoir encore tenté de les corriger.

Depuis début 2023, plus de 300 appels d’offres allemands contenant des « filtres sectaires » discriminatoires à l’égard de toute personne appartenant au l'Eglise de Scientology ou s'associant avec des scientologues sont apparus sur le site de l'UE.

L'Allemagne, en plus d'être au courant de ses propres décisions de justice, aurait pu rectifier le tir en 2019 lorsqu'elle a été interrogée par les rapporteurs spéciaux des Nations unies sur les questions relatives aux minorités (Fernand Varennes) et celui sur la liberté de religion ou de conviction (Ahmed Shaheed) dans ces domaines. termes:

« …nous souhaitons exprimer notre inquiétude quant au recours continu à des mesures qui empêchent explicitement les individus d'obtenir des subventions et des opportunités d'emploi autrement accordées à la population générale, sur la base de la religion ou des convictions. (…) Les personnes s’identifiant comme Scientologists ne devraient pas avoir à subir un examen injustifié ni à divulguer leurs convictions… »

Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction et Rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités Réf : AL DEU 2/2019

Mais elle ne l’a pas fait et a choisi de continuer à se ranger du côté des purificateurs religieux.

Pouvez-vous imaginer qu'en raison de vos convictions religieuses ou philosophiques, il vous soit interdit de postuler à des emplois pour lesquels vous possédez des qualifications parfaites et légitimes ? Même si vos qualifications sont celles d'un jardinier compétent, le fait que vous apparteniez à votre groupe religieux vous collerait une étiquette infâme vous empêchant d'obtenir le travail qui permettrait de nourrir votre famille. Sans travail, sans salaire ni ressources, la mort n'est pas loin. Et lorsqu’il s’agit et qu’on prévoit la mort d’une catégorie de citoyens appartenant à un certain groupe religieux, le génocide n’est pas loin non plus.  

Déshumanisation

Ce type de pratiques discriminatoires s’est déjà produit dans l’histoire, malheureusement dans de nombreux endroits. Et nous savons où cela mène. La déshumanisation d’une partie de la population est un moyen de justifier de futurs crimes haineux. Les filtres sectaires sont en quelque sorte déshumanisants Scientologists. Ils ne sont plus des citoyens à part entière, mais des sortes de sous-citoyens, qui ne jouissent pas des mêmes droits que les autres en matière de travail. En utilisant ces « filtres sectaires », les autorités allemandes tentent également de punir les personnes qui, même sans être Scientologists, s'associerait à Scientologists de quelque manière que ce soit, augmentant ainsi le sentiment d'être ségrégués et ostracisés par des milliers de citoyens allemands, ciblés et sélectionnés sur la base de leurs convictions.

Mais la déshumanisation de Scientologists par les autorités bavaroises va encore plus loin. Le 30 septembre 2020, le ministre de l'Intérieur du gouvernement bavarois Joachim Herrmann a donné une conférence de presse pour présenter une nouvelle édition de la brochure « Le Scientology System » et un court métrage « 10 conseils pour ne pas se laisser tromper – cette fois par Scientologists». Entre autres choses, le film présentait des images expliquant comment lancer Scientology livres à la poubelle (les brûler semblait peut-être trop démodé) et représentant Scientologists comme des robots auxquels on ne peut pas faire confiance. Ils ont presque atteint ici le summum de la déshumanisation.

A Scientologist représenté comme un robot dans un bâtiment du ministère bavarois de l'Intérieur
A Scientologist représenté comme un robot dans une vidéo du ministère bavarois de l'Intérieur

Crimes de haine

Quelques semaines seulement après cette conférence de presse, le 12 décembre 2020, un incendie criminel a eu lieu contre l'église de Scientology de Berlin. Peu de temps après, des pierres ont été lancées contre les fenêtres de l'église de Scientology de Munich. Ce genre de crime haineux n’arrive pas par hasard. Elles résultent d'un climat de haine et de stigmatisation. Quiconque a étudié les génocides sait qu’avant qu’un génocide puisse se produire, un long processus de sape par la propagande haineuse doit avoir lieu. Les fauteurs de haine viennent en premier, puis les crimes haineux se produisent. Lorsque les fauteurs de haine constituent un gouvernement, les crimes haineux deviennent faciles, car leurs auteurs peuvent même se sentir soutenus par leur propre gouvernement. Et c’est effectivement le cas en Allemagne.

Allemagne : Quelle secte gouverne Munich, article de Georges Elia Sarfati dans Nouvelle Europe
Quelle secte gouverne Munich, article de Georges Elia Sarfati dans Nouvelle Europe

Comme l’a écrit le philosophe juif franco-israélien Georges Elia Sarfati dans New europe en mai 2019,

« L’Allemagne de 2019 est-elle vraiment l’État démocratique que nous croyons ? La liberté de conscience et d’expression est-elle respectée par les autorités, comme le pensent la plupart des Européens ? Il y a tout lieu de croire que ce n'est pas le cas si l'on considère les épreuves de mauvaise foi, ainsi que les discriminations subies par les adeptes ou sympathisants de l'Église de Scientology dont l'inspiration et le système de valeurs trouvent leur source dans la pensée et l'œuvre de l'écrivain L. Ron Hubbard. (…) La Bavière, autrefois connue pour sa forte tradition pro-nazie, n'a-t-elle pas surmonté cette honteuse tradition de mise en quarantaine d'une minorité ? En tant qu’universitaire franco-israélien, je m’interroge sur la persistance de voies qui mettent à mal l’idée d’une Europe de tolérance et d’égalité (…) La discrimination des personnes n’est pas une notion abstraite. Il s’agit d’un processus silencieux qui conduit à l’exclusion, à la marginalisation et à la stigmatisation. L’exclusion, dans ce cas, cible les personnes qui risquent de se retrouver au chômage. La marginalisation économique et sociale qu'entraîne souvent cette situation est un facteur de désocialisation. Quant à la stigmatisation qui en résulte, c’est pour bannir ceux qui font l’objet de cette double indignité.

Georges Elia Sarfati, philosophe juif franco-israélien

Le nettoyage religieux va-t-il se poursuivre ?

Il ne fait aucun doute que ces pratiques choquantes, qui peuvent être considérées sans forcer l'imagination comme un système de nettoyage religieux, visent à empêcher une certaine catégorie de personnes de gagner honnêtement leur vie, dans le but ultime d'effacer leur groupe religieux particulier en Allemagne. . En fait, les autorités bavaroises n’hésitent même pas à le faire. Ce qui est plus intrigant est le fait que la Commission européenne n'est pas encore intervenue pour mettre fin à la pratique des « filtres sectaires » sur son site Internet d'appels d'offres publics. Cela est certainement passé inaperçu depuis un certain temps. Mais cela ne devrait pas continuer maintenant. L’Union européenne est confrontée à de nombreux défis. Il est facile de jeter la pierre à des pays non démocratiques et de les blâmer pour leurs comportements criminels. Mais le véritable défi est de traquer ces comportements criminels au sein des pays de l’Union et d’être suffisamment efficace pour y mettre un terme. Sans cela, l’Union perdra son sens et sa charte des droits fondamentaux restera une coquille vide.


TED (Tenders Electronic Daily) est la version en ligne du « Supplément au Journal Officiel » de l'UE, dédié aux marchés publics européens.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -